Lucy se fait baiser par le père de son meilleur ami

620Report
Lucy se fait baiser par le père de son meilleur ami

Il était 15 heures un mercredi et la chaleur de la journée d'été s'abattait sur Lucy et son amie Jillian alors qu'elles rentraient de l'école à pied. Le trottoir était chaud et recouvert de feuilles et de noix provenant des arbres qui bordaient la rue de Jillian. Alors que le soleil brûlait, les feuilles dégoulinaient d'un arôme chaud qui rappelait à Lucy le pot-pourri qu'elle avait senti dans une boutique de bougies dans la rue principale de sa petite ville. L'air était chaud et l'odeur de la flore brûlée la faisait tourner la tête, endormie et satisfaite. Les deux filles arrivèrent dans l'allée de Jillian alors qu'elles discutaient avec enthousiasme du week-end en passant devant les arroseurs qui crachaient de manière irrégulière, imitant l'odeur de la pluie sous le soleil d'été, des gouttes d'eau recouvrant l'herbe verte et luxuriante, comme de petits cristaux captant les rayons du soleil.

La maison de Jillian était grande et vieille, c'était un moulin depuis 200 ans avant que son père ne la convertisse en maison familiale. Cinq ans de planification, des heures de nuits passées seul, obsédé par chaque détail. C'était magnifique, Lucy avait toujours aimé ses amis à la maison, Lucy avait toujours admiré la beauté, sous toutes ses formes, même si elle était jeune. Elle leva les yeux vers la maison alors qu'elle se tenait au bas des escaliers du porche. Ses yeux verts scrutaient les détails de la brique rouge qu'elle avait peut-être manqué auparavant, repoussant ses longs cheveux blonds naturels pour voir, pour ensuite les faire tomber à moitié sur son œil droit.

Jillian a fouillé dans son cartable tout en posant son cartable sur ses genoux pour le bien des clés de sa maison, Lucy a ramassé le cartable de son amie pour l'aider à jongler avec la charge. Les courtes nattes brunes de Jillian rebondissaient dans la brise chaude. Soudain, la porte s'ouvrit. "Hé les filles, venez, il fait chaud dehors", sourit son père alors qu'il s'écartait de la porte pour que les deux filles puissent entrer. Ils entrèrent tous alors que le père de Jillian fermait la grande porte en bois derrière eux et les filles continuèrent dans la cuisine lumineuse au bout du couloir, jetant leurs sacs au hasard sur le sol au fur et à mesure, se dirigeant directement vers le réfrigérateur pour acheter des glaces.

Alors que le père de Jillian suivait sa fille et son amie dans le couloir jusqu'à la cuisine, sa tête était toujours remplie d'une maison qu'il était en train de développer. Les dessins bleus étaient l'obsession de sa vie. "Salut M. Cleaver, comment allez-vous", a sonné Lucy, l'amie de Jillian, il a levé les yeux et elle était là, assise sur le comptoir en marbre de la cuisine, les jambes croisées et couverte jusqu'à la cuisse avec ses bas d'école noirs. Sa peau bronzée et huilée dépassait de sa jupe à carreaux bleu marine, elle l'avait clairement retroussée - un truc d'écolière dont Tom avait été témoin lors de sa propre expérience au lycée, bien qu'il n'ait jamais eu de chance avec de telles filles, préférant passer du temps à la bibliothèque, gaspillé. une fois, Jésus, c'était presque une mini-jupe. Elle suçait rapidement un bloc de glace rouge, essayant de laper le liquide rouge fondant qui tombait sur son menton, souriant alors qu'elle me regardait doucement. Pourquoi la remarquait-il ainsi ? Elle vivait chez lui depuis des années pendant l'été car ses parents voyageaient beaucoup et la famille aimait l'avoir avec elle, elle était une bonne compagne pour Jillian, qui était petite, trapue et, avouons-le, une idiote typique. Mais Lucy était un mannequin adolescent, elle était grande, mince, bronzée et blonde, elle avait toujours eu des petits amis et était populaire, ce qu'elle voyait chez Jillian comme amitié était son intellect. Ils s'entendirent pendant un cours d'histoire en bibliothèque et étaient depuis lors de bons amis.

Mais maintenant, elle semblait différente, je suis sorti de mon étourdissement et j'ai réalisé qu'elle me regardait toujours, "oh bien, bien, comment vas-tu Lucy ?" "Très bien", a-t-elle fait allusion à son bloc de glace et a ri, j'ai réussi à lever le pouce en réponse alors que j'enfilais mon T-shirt par-dessus mon boxer et que je marchais rapidement vers mon bureau. J'ai souri en fermant la porte, elle m'a fait signe au revoir, j'ai fermé la porte et me suis retourné en laissant échapper un grand soupir. Je me dirigeai vers ma chaise et m'effondrai, les yeux revenus sur mon monde de plans. Je me suis frotté les yeux et j'ai pris mon café. Seulement pour réaliser que je l'avais laissé à côté de la cuisinière dans la cuisine.

Mmm, le bloc de glace était cerise, mon préféré. Je me suis assis sur le banc de la cuisine pendant que je suçais le jus de la glace, Jillian était dans sa chambre en train de prendre des notes sur Rome qu'elle voulait que je regarde avec elle, nous discutions constamment de nos cours d'histoire. Alors que je m'asseyais sur le banc de marbre froid, j'ai déplacé ma jupe sous moi pour que la pierre froide repose contre mes sous-vêtements, c'était agréable contre ma peau privée. J'ai regardé autour de la cuisine, le travail du marbre crème était magnifique. Tom, je veux dire, le père de Jillian était vraiment bon dans ce qu'il faisait. Une tasse fumante à côté de la cuisinière a attiré mon attention, j'ai regardé la porte du bureau du père de Jillian, elle est restée fermée et silencieuse. J'ai sauté du comptoir, une sucette glacée à la main et à la bouche, et j'ai attrapé la poignée de la tasse. J'ai léché le reste de la glace du bâton et je l'ai jeté à la poubelle et j'ai porté la tasse jusqu'à la porte du bureau. J'ai frappé doucement à la porte en bois et j'ai admiré mes ongles à pointe française pendant que j'attendais, "Euh, oui..." Étouffé par l'autre côté du bois coûteux. En tournant le bouton en métal dans ma main, j'ai poussé lentement contre la porte et j'ai levé la tête, "Euh ? Genre, M. Cleaver, vous avez laissé votre café sur le comptoir, je ne voulais pas que vous mouriez de soif alors... j'espère c'est bon que je te l'ai apporté. » Tom leva les yeux en silence, puis sourit, ses grandes mains posées sur les grands bureaux en bois, les plans étalés. "Oh merci Lucy, juste ici ça fera l'affaire" alors qu'il faisait de la place sur son bureau bondé. Je me suis approché, une main tenant le café plein et fumant et l'autre avec ma paume appuyée contre le dos de ma jupe, c'était vraiment court et j'en étais soudain gêné et conscient, dans ce petit bureau bordé de livres. Alors que je posais la tasse sur le bureau, j'ai regardé les documents : « Qu'est-ce que c'est ? Lâchai-je en pointant mon ongle manucuré vers un vieux bâtiment décrépit.

Ma propre fille n'avait jamais montré d'intérêt pour mes projets, mais Lucy se tenait là, pointant mon portefeuille de protection, me regardant dans les yeux avec sa question persistante dans mes oreilles. "Oh, eh bien, c'est un bâtiment que je suis en train de transformer en appartements. J'ai bien peur qu'il soit encore en travaux, les constructions commencent la semaine prochaine et je suis en train de finaliser" ses yeux retomba sur les images alors qu'elle les traçait. du bout des doigts, à moitié assise alors qu'elle se penchait pour mieux voir, "Oh, c'est magnifique M. Cleaver..." s'exclama-t-elle, sa voix haletante et douce. Ses cheveux tombaient au ralenti sur ses seins, entièrement recouverts par sa fine chemise d'école blanche. À ce moment-là, Jillian a fait irruption : "Luc !!" Je nous ai sentis sursauter tous les deux "J'ai laissé mon papier dans mon casier, je dois revenir en courant le chercher, j'aurai 30 minutes maximum, ça ira pendant que je vais le chercher ? Je sais que tu t'évanouis à cause du chaleur et tout, ne t'inquiète pas, papa peut te montrer son nouveau projet, je sais que tu aimes ce genre de trucs, d'accord ?" Lucy leva la tête mais ses yeux restèrent fixés sur les photos "D'accord JiJi, je te verrai bientôt, prends ton temps, je vais juste me détendre ici" Jillian tourna rapidement la porte "Cya bientôt" des pas, la porte d'entrée claqua. Silence. Silence seul avec Lucy.

"Alors euh, comment va l'école Lucy ? Comment se passe la première semaine de mes 16 ans ?" J'ai fait un pas pour bavarder pour apaiser mon sentiment inconfortable d'être seul avec l'amie de ma fille adolescente, même si Lucy semblait impassible et très à l'aise en se penchant plus près du bureau recouvert de papier. "Oh, tu sais Tom, des cours ennuyeux et encore plus de garçons ennuyeux" soudain elle sursauta, "Oh, désolé M. Cleaver, je ne voulais pas vous appeler par votre prénom.." Je me levai, les mains tremblantes. , rejetant son inquiétude "ça va Lucy", j'ai ri "tu es un adulte maintenant, tu peux appeler les adultes par leurs noms d'adultes". Un silence s'est soudain imposé dans la pièce, brisé par une question qui m'a frappé comme un train "Comment suis-je un adulte Tom ?" La voix de Lucy soudain plus grave et féminine. Je l'ai regardée dans les yeux et je suis tombée sur mes mots. Elle se pencha légèrement en souriant, je me sentis soudain comme une souris et ce minou jouait avec moi. Soudain, le café, maintenant tiède, s'est renversé et a éclaboussé l'uniforme de Lucy. Elle a crié et à ce jour, je ne sais pas si c'était ma faute ou la sienne. Je me suis levé et j'ai attrapé ses bras "Je suis désolé ! Laisse-moi te chercher une serviette, viens aux toilettes ! Oh mon Dieu, je suis désolé" Je l'ai poussée hors du bureau et je l'ai dirigée vers la salle de bains à l'étage, en essayant de ne pas le faire. regarde sa jupe alors que je la traîne derrière elle. Une culotte en soie rouge attire mon attention sous ce court uniforme bleu marine. Je secoue l’image de ma tête. Nous avons traversé le couloir, sommes entrés dans la chambre de ma femme et moi, et l'avons conduite dans la salle de bains, j'ai ramassé une serviette dans le placard et alors que je me retournais, elle était là penchée sur l'évier, le robinet coulait, l'eau trempait son café blanc. jupe tachée, un soutien-gorge rouge traversait le linge mouillé. Lucy levait les yeux par la fenêtre lumineuse, admirant la lumière du soleil qui brillait à travers, enveloppant son visage parfait de lumière, puis baissait la tête pour se diriger vers sa chemise trempée. Je ne sais pas ce qui m'a pris, c'était peut-être l'eau qui coulait sur sa poitrine ou la façon dont elle se penchait, sa jupe ne couvrant rien, cette culotte rouge en soie exposée. J'ai laissé tomber la serviette, ma main s'est glissée dans mon boxer blanc, j'ai saisi ma bite et j'ai commencé à masser lentement ma tige, qui durcissait dans ma main. Les yeux fixés sur sa culotte rouge, scintillante à la lumière de la fenêtre. Elle était toujours penchée au-dessus de l'évier, courant pour nettoyer sa chemise.

Mon uniforme scolaire était recouvert de café noir, exactement ce dont j'avais besoin. J'ai soudainement senti quelque chose frôler mes sous-vêtements, mes yeux écarquillés de choc. J'ai tourné la tête vers "M. Cleaver ! Quoi..." Avant que je puisse finir ma phrase, le père de mon meilleur ami m'avait couvert la bouche, j'ai essayé de me lever mais il m'a repoussé contre le comptoir avec son autre main. et a appuyé son poids contre mes fesses. Je pouvais sentir sa bite dure contre mes sous-vêtements en soie alors qu'elle glissait de haut en bas au cours de notre lutte, quelle était cette émotion étrange que je ressentais ? Je n’avais pas peur, je ne me battais pas aussi fort que je le pouvais, pas parce que j’étais faible – j’étais ceinture noire. La chaleur du corps de Tom m'a enflammé, j'ai gémi légèrement contre la forme de sa dureté alors qu'il se pressait fermement contre ma petite silhouette en difficulté. Il a pris ma culotte en soie avec sa main chaude et a commencé à frotter fermement les lèvres de ma chatte, me rendant humide et excité, je pouvais sentir la froideur de la soie nouvellement mouillée contre ma chatte. Sans un mot, il a fait glisser ma culotte sur le côté et s'est accroupi, le bout de sa langue chaude faisant des cercles autour de mes lèvres, alors qu'il appuyait son visage plus profondément, son souffle humide touchait chaque partie de mon corps, mes genoux commençaient à trembler. "Oh m... mon Dieu !" J'ai chuchoté. J'ai ouvert les yeux et j'ai osé atteindre mon apogée, il m'a rattrapé et s'est levé, arrachant ma culotte et la jetant comme une poubelle. Je suis allé enlever mes chaussures, "Les plates-formes restent en place..." Sa voix était maintenant sombre, rauque et grave. Je voulais être sa poubelle. Il a commencé à se frotter la bite et à regarder ma chatte, il le voulait, je pouvais le voir dans ses yeux, il ressemblait aux garçons de l'école quand nous sommes allés nous garer vendredi soir. Il a remonté ma jupe, frottant la tête palpitante de sa bite contre mes lèvres juteuses. J'ai commencé à avoir mal, en essayant de m'appuyer sur sa queue, je la voulais juste à l'intérieur de moi, à chaque centimètre de moi. Il recula et je soupirai de frustration. Il a ri, enroulant sa main autour de ma gorge, pressant sa bite contre ma petite chatte dodue. Mes cheveux étaient trempés par le robinet qui coulait, coulant dans mon dos, l'eau fraîche, envahissante et parfumée de mon parfum Chanel, ma jupe ouverte, mes beaux seins d'adolescente débordant sur mon soutien-gorge, mes tétons gonflés. Sa respiration devint plus lourde, et soudain un bonheur, sale, interdit, un bonheur alors qu'il me pénétrait, plongeant sa queue dans mon humidité. "Baise-moi, tu es serré", gémit-il en rejetant la tête en arrière alors qu'il resserrait ses deux mains autour de mon cou. Il a commencé lentement et fort, prenant le temps de s'assurer que je m'acclimatais à la circonférence de sa bite. Cédant presque sous sa pression ferme, il gémissait alors que ma chatte serrée luttait contre son sexe, se resserrant avec mon corps alors que je me tendais à cause de sa persistance. Prenant tout mon espace et bien plus encore, je me sentais envahie et j'adorais ça.

Je me sentais en elle, Lucy, la meilleure amie de ma petite fille. Elle était chaude et serrée, je m'enfonçais pleinement en elle et me penchais contre elle, elle était le paradis, je voulais rester au paradis. Elle laissa échapper de petits gémissements et gémit "Mmmm... Ouais... Mhmmm" murmura-t-elle, je pouvais entendre l'humidité de sa chatte alors qu'elle devenait de plus en plus excitée. Elle riait à l'unisson avec moi pendant que nous baisions sous son uniforme scolaire. J'avais besoin de l'embrasser, je me suis penché sur elle et je l'ai embrassée par derrière, tout en continuant à la baiser profondément. Ma bite a percuté sa chatte rasée d'adolescent, tout à coup, la sensation m'a envahi, la sensation avant la libération ultime. "Je vais jouir... je vais... Uhhh putain..." J'ai essayé de ralentir pour me retirer mais Lucy a continué à rebondir sur ma bite et a tenu mes hanches pour que je ne puisse pas bouger, je ne me suis pas battu. son. "Jouis en moi, s'il te plaît, jouis en moi, allez, tu y es presque, remplis-moi s'il te plaît, oh mon Dieu.. Dieu !!" Elle gémit silencieusement. Le sperme a rempli sa chatte mouillée et a coulé sur le sol de la salle de bain, nous avons ralenti et arrêté, toujours en elle.

Soudain, la porte d'entrée a sonné en bas, passant à l'action, j'ai remis mon boxer. J'ai tendu à Lucy sa culotte rouge en soie, ses yeux rencontrant les miens, nous n'avons rien dit pendant que je l'embrassais sur les quatre têtes et me raclais la gorge, la laissant nettoyer dans la salle de bain. J'ai souri en fermant la porte de la salle de bain par respect pour son intimité, l'intimité que je venais de violer de la manière la plus extrême, étrangement, elle m'a souri en retour et m'a fait un clin d'œil en se penchant pour ajuster ses collants. J'ai soupiré, "Qu'est-ce que je viens de faire, bordel ?" Pensai-je en souriant légèrement en pensant à la chatte serrée de Lucy et à la façon dont sa culotte en soie se sentait contre ma bite, alors que je descendais les escaliers en courant vers la porte d'entrée.

Tom ferma la porte de la salle de bain en souriant. J'ai souri en retour tout en faisant semblant de m'occuper de mon uniforme scolaire. Une fois que j'ai entendu ses pas s'éloigner, j'ai sorti la petite caméra espion que j'avais placée dans l'armoire à pharmacie pendant qu'il m'attrapait une serviette. Mhmm, c'était trop facile, pensai-je en souriant en regardant la petite caméra.

Articles similaires

The Forgotten Heroes Chapitre 3

Vous et Eve partez dans la forêt pour échapper aux Chevaliers du Cinquième Dragon. Pour tuer le silence, vous posez des questions à Eve sur elle. Alors, comment t'es-tu retrouvé dans l'île du Nord ? Eve attrapa ses bras et eut un regard de profonde réflexion sur son visage. J'étais jeune seulement 23 ans encore un enfant par des Elfes, mais ma tribu a été assassinée et presque anéantie par une bande de colons humains. J'ai été épargné à cause de ma beauté naturelle et vendu en esclavage des années plus tard, je me suis retrouvé au milieu où un homme...

880 Des vues

Likes 0

Photos de Laure

Je voyais Laura par intermittence depuis quelques années, nous étions au mieux des copains de baise, et au pire, nous passerions des semaines sans parler. Nous étions de retour depuis un moment quand Laura a appelé et s'est invitée ce soir-là. Laura était exceptionnellement chaude, de longs cheveux blonds, des yeux bleus, un corps serré, un bronzage toute l'année, de beaux seins de bonnet B et une chatte rasée que j'adorais manger. Habituellement, lorsque Laura venait après le travail, elle apportait une tenue sexy avec elle et s'habillait pour moi. Parfois, nous prenions des photos d'elle dans divers états vestimentaires et...

667 Des vues

Likes 0

Daniels vengeance partie 2

Daniels vengeance partie 2 Karen était immobile alors qu'elle se remettait de son orgasme. La voix la narguant sur la vulnérabilité de son corps à la stimulation et sur le fait qu'elle aurait plus d'orgasmes. Cela la méprisait sans fin. Ce monstre !! Profitant d'elle de cette façon ! Elle savait qu'il était naturel que son corps réagisse au vibromasseur de cette façon. Elle savait qu'elle était violée. Mais comment se fait-il que ce démon puisse vouloir que ce soit agréable pour elle. Lâche! pensa-t-elle. Une fois de plus, elle entendit un mouvement derrière elle. Que pourrait-il se passer ensuite ? Daniel...

1.4K Des vues

Likes 0

Les assassins non contrôlés Chapitre 1

Le barman était un homme costaud. Il avait un visage rond et pulpeux avec de petits yeux et un gros nez. En ce moment, il était constamment irrité par une mouche qui, apparemment, appréciait beaucoup son nez. Le bar était apparemment vide avec quelques danseurs qui attendaient que la soirée commence. Certains avaient déjà des clients et étaient occupés à répondre à leurs besoins. Ma tête a arrêté de tourner quand j'ai vu une danseuse dans un coin. Elle portait un soutien-gorge en soie bleu foncé avec un short assorti. Sa peau ivoire brillait sous les lumières. Elle avait un air...

488 Des vues

Likes 0

Né de nouveau partie 2

À trois heures, nous nous y remettons et Marie sort le cognac. Roy a déclaré: Un baril de whisky et un bon ivrogne conviendraient mieux à ce bourbier. Très bien, vous avez votre cognac, laissez-moi réfléchir, et comme je le pensais, maman et Mary ont ri en voyant le bloc sténo sortir et les boules de papier frapper le sol comme de la pluie. Marie et Mary ont ramassé les balles et se sont regardées en secouant la tête et ont dit: Il ne peut pas, il ne le ferait pas. J'ai terminé et je suis revenu à la table. Mary...

2.1K Des vues

Likes 0

Les fêtes d'à côté

Fbailey numéro d'histoire 777 Les fêtes d'à côté En grandissant, ma famille vivait juste à côté d'une taverne sauvage. Maman a essayé de le classer en l'appelant un bar mais le panneau indiquait Tavern. Notre vieille clôture s'effondrait alors un printemps, j'ai aidé papa à en installer une nouvelle. Le meilleur prix sur la clôture de confidentialité était pour des sections de cinq pieds de haut. Cela n'allait pas suffire à mon père, mais financièrement, il a cédé. Ce qu'il a décidé, c'est de l'élever à dix-huit pouces du sol. De cette façon, seules les personnes de sept pieds de haut...

2.8K Des vues

Likes 0

Pom-pom girl en chef

C'était le football du vendredi soir et notre équipe du lycée vient de perdre un match très serré. Vous voyez, je suis la pom-pom girl en chef et mon petit ami Jim est le quart-arrière et le capitaine de l'équipe. Cela semble stéréotypé, mais c'est le lycée. Eh bien, il était définitivement déçu parce qu'il a lancé la mauvaise passe qui aurait pu gagner le match mais l'a mise dans la terre à 5 pieds devant son meilleur ami et arrière de l'équipe dans la zone des buts. Je voulais vraiment le remonter le moral. Cela fait plus d'un an que...

1.4K Des vues

Likes 0

Voyeur Mère

Mon frère Josh et moi étions par terre en train de jouer au Scrabble avec Luis et Isabella Gomez chez eux. Mme Gomez était une personne étrange. Elle s'asseyait parfois sur le canapé et nous regardait avec un verre de jus d'orange, dans lequel nous pouvions tous sentir la vodka. Ses vêtements étaient toujours remarquables. Parfois, elle portait des pantalons serrés et un chemisier gonflé, parfois elle portait une robe avec une jupe ample - totalement inappropriée pour faire le tour de la maison. Et ses cheveux, qui auraient dû être noirs, étaient blonds mais plutôt orange. Elle portait toujours du...

1K Des vues

Likes 0

Reine Yavara : Chapitre 35

Pour ceux qui n’ont pas lu Queen Yavara : Adrianna’s Story, j’en ai inclus un résumé ci-dessous. L’histoire était une nouvelle qui détaillait la transformation et l’évolution du personnage d’Adrianna et comprenait les chapitres 28 à 34. Synopsis de l'histoire d'Adrianna Adrianna utilise ses compétences de commandant pour régner sur la population sauvage des tribus et des immigrants Ardeni. Elle gagne leur respect grâce à une démonstration de force brutale et, à son tour, prouve aux autres hybrides qu'elle est capable d'être gouvernante, même si elle est réticente à le faire. Yavara a modifié sept autres hybrides. Les femmes devenues hermaphrodites...

691 Des vues

Likes 0

Kathy et John

Kathy savait qu'elle devait se dépêcher, Craig, l'ami de son mari, l'attendait en bas dans la cuisine. Elle se tourna et regarda une fois de plus dans le grand miroir son costume de déguisement qu'elle portait à la fête de travail ce soir-là. Son mari depuis dix ans, John, avait récemment laissé entendre des allusions peu subtiles à propos de son ancien uniforme scolaire, se demandant à voix haute si elle pourrait encore y rentrer après deux enfants. Pour son plus grand plaisir, Kathy pouvait encore se glisser dans la petite jupe plissée, même si ses hanches et ses cuisses s'étaient...

532 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.