Né de nouveau partie 2

1.1KReport
Né de nouveau partie 2

À trois heures, nous nous y remettons et Marie sort le cognac.


Roy a déclaré: "Un baril de whisky et un bon ivrogne conviendraient mieux à ce bourbier."


"Très bien, vous avez votre cognac, laissez-moi réfléchir", et comme je le pensais, maman et Mary ont ri en voyant le bloc sténo sortir et les boules de papier frapper le sol comme de la pluie. Marie et Mary ont ramassé les balles et se sont regardées en secouant la tête et ont dit: "Il ne peut pas, il ne le ferait pas."


J'ai terminé et je suis revenu à la table. Mary a dit: "Mon mari, tu ne peux pas, nous serons célèbres mais pas dans le bon sens."


J'ai dit: "Je suis ouvert aux idées."


Tout le monde était silencieux et puis j'ai dit: "Je propose que Roy puisse vous trouver un juge qui écoutera cela en toute confiance."


Oui, mais il ne peut pas être impliqué dans la prise de décisions concernant cette affaire. »
Ok, faites d'abord exhumer mon corps et faites faire l'ADN avec des résultats donnés à la plus haute cour du pays.
Deuxièmement, demandez à toutes les grandes religions de vérifier l'ADN.


Ensuite, faites enregistrer ma femme comme n'étant pas ma mère en utilisant les informations ADN.


Roy a dit: «Mais elle n'est pas votre mère biologique, mais elle vous a élevé, vous avez changé vos couches, bandé vos genoux écorchés, se tenait près de votre lit, vous soignant pendant vos maladies infantiles. Tout cela lui donne le droit d'être appelée ta mère. Ce n'est pas différent de ce qu'elle t'avait adopté.

J'ai dit : « Roy, tu as raison, c'est une situation vraiment intéressante. Nous savons tous ici qu'elle est ma femme, mais comme vous l'avez souligné, elle est aussi ma mère.


Roy a déclaré : « Réfléchissons-y, nous avons tous besoin de temps pour trouver la meilleure façon de procéder.


Sur ce, nous avons ajourné notre réunion car elle a pris toute la journée. Roy est parti et j'ai embrassé ma femme avec passion. Nos parents ont vu cela et ont décidé qu'ils devraient également partir. Mary et moi avons commandé à emporter pour le souper. Il est arrivé et après avoir mangé, nous avons fait l'amour et Mary a dit quand nous avons eu fini : "Comment allons-nous nous en sortir ?"


"Mon amour, nous venons bien, rien dans ce monde ne peut nous séparer, nous sommes faits pour être ensemble pour toujours, moi, être ici avec toi en est la preuve."

Alors que j'étais allongé là, caressant son beau corps et que nous nous donnions des bisous pour des baisers, nous nous sommes endormis. Le lendemain matin, alors que je me réveillais, j'ai senti ces lèvres pulpeuses sucer ma bite. Quand j'étais dur, elle a remonté et a placé ma bite dans son trou d'amour et a commencé à chevaucher mon arbre dur. Juste avant que le sommeil ne quitte mes yeux, je l'ai entendue gémir, puis un autre gémissement avec un ton différent à côté de moi. Mes yeux se sont ouverts et maman me chevauchait et doigtait Mary. Maman a dit: "Baise-moi bien, enculé de mère, je suis tellement excitée et je te veux tellement, fils."


Mary a dit: "Marie garde-en un peu pour moi, je suis sa mère et je le veux aussi en tant que baiseur de mère."


En entendant cela, j'ai vidé mon sperme à l'intérieur de ma mère et elle est venue en criant: "Mon dieu, c'était fabuleux, tu es le meilleur enculé de mère mon fils et toi ma fille, tu mérites ça, viens pour maman, je sais que tu le veux."


Mary se tortillait en gémissant tellement qu'elle ne pouvait pas parler de manière cohérente et elle a tiré son jus de sperme en giclant haut dans les airs. Alors qu'elle giclait, maman a dit: "Et voilà ma petite salope, tu aimes ça, n'est-ce pas?"


Marie a attrapé Marie l'a retirée de moi et était allongée sur le style missionnaire de Marie. Cela l'a fait pour moi, j'étais dur comme un roc et j'ai grimpé sur les deux en les épinglant en place.


Ma bite a glissé dans Mary et je l'ai baisée durement en elle plus profondément que jamais, puis je me suis retiré et elle a gémi et je suis entré dans maman en lui enfonçant elle gémissait et je suis retourné à éperonner Mary. J'ai continué à alterner en arrière et en quatrième. Ils me traitaient tous les deux de baiseuse de mère et suppliaient pour ma bite.


Mary est venue la première en criant: "Enfoiré de mère, je suis à toi." Puis Marie a joui mais ne pouvait pas bouger avec Mary et mon poids sur elle. Mary a dit: "Viens salope avec la bite de notre fils qui te baise", et tout ce que maman pouvait faire était de s'allonger là et de vivre cette nouvelle expérience. Je jouis en donnant deux giclées dures à Mary, puis je me suis rapidement retiré et j'ai pénétré dans maman en lui donnant le reste. J'ai roulé puis Mary a roulé sur moi et j'avais une femme de chaque côté qui a immédiatement commencé à lécher ma hampe une de chaque côté.


Quand ils ont fini, j'ai dit: "Qu'est-ce que c'est que ce foutu truc de ma femme?" Maman et Mary étaient appuyées sur un coude et Mary a dit :
«C'est comme si l'avocat disait que je suis ta femme, nous le savons tous, mais je t'ai élevé dans le bain, tu as vêtu, tu as lavé ton petit pois, je suis ta mère deux. Si tu y penses, j'ai enterré mon mari et ta mère et je t'ai élevé. Même si tu es mon mari toujours aimant, je suis une femme et une mère toujours aimante. En plus de ça, tu viens de me baiser et comment appelle-t-on un fils qui baise sa mère ?


Marie et Mary avaient toutes les deux ce large sourire sur leur visage.


J'ai ri de leur logique et j'ai dit où est le papier sténo en boule, il doit y en avoir beaucoup pour que tu comprennes ça maman.


Avec cela, j'ai immédiatement senti ma mésange se tordre. « Aïe, c'était pour quoi ? »


"C'est parce que je suis ta femme maintenant."



« Comment suis-je censé le savoir ? »


Maman a dit en riant: "Fils, c'est à toi de comprendre."



Nous nous sommes levés, avons pris une douche et étions assis avec des peignoirs lorsque la meilleure amie de Mary est entrée. Elle s'est arrêtée net lorsqu'elle a vu le site.

Le visage rouge cramoisi et le bégaiement, elle a dit: "A.. um... Je suppose que j'aurais dû frapper."


Mary a bondi, a mis ses bras autour d'elle dans une étreinte émotionnelle et l'a embrassée en disant: "Non chérie mais tu ferais mieux de t'asseoir."


Jean, l'air abasourdi et choqué, bougea comme un zombie pendant que maman se dirigeait vers le placard et sortait le cognac.

Mary a dit: "Jean, nous sommes ensemble depuis plus de dix ans."


Jean a avalé son cognac et a dit: "Oui et je pensais que tu m'aimais, juste moi, pas ton fils et ta belle-mère, ouais, c'est juste dégoûtant. De plus, nous sommes censés être privés, pas cela », et elle a commencé à pleurer.


Mary s'est levée et est allée la serrer dans ses bras et elle a dit: "Laisse-moi tranquille, je ne veux plus jamais te revoir et elle est allée se lever.


J'ai dit: "Belle amante, tu ne lui donnes même pas la chance d'expliquer que je pensais que ma femme avait meilleur goût que ça."


Jean se dirigeait vers la porte quand elle s'arrêta net me regarda puis Jean puis moi et sa bouche resta grande ouverte. Mary la ramena à sa chaise et maman lui versa un autre cognac.


Elle a bu le cognac puis a regardé Jean et a dit: «Mais c'est de l'inceste, comment pourriez-vous ou pouvez-vous. Je suis pour le choix pro mais ça, ça ne peut pas être. "


Mary a dit: "Jean, écouteras-tu Brent mon mari, il peut l'expliquer mieux que moi."


Expliquez pourquoi il est assez évident que vous ayez eu un inceste avec votre fils, vous avez besoin d'une aide professionnelle, vous êtes allé au fond des choses. Il y a quelques cartes à court dans le jeu de cartes, comme peut-être cinquante d'entre elles. »


Mary a dit: « Très bien, mais écoutez-le, laissez-le vous montrer la preuve, puis vous décidez. C'est toi qui es irrationnel et qui jette une relation que nous avons passé plus de dix ans à construire. Ne vaut-il pas au moins quinze minutes pour voir la vérité sur ce qui se passe ? »


Jean s'affaissa sur sa chaise et dit : « Tu as raison, je t'écoute.


J'ai commencé et j'ai dit : « Tout d'abord, la définition de l'ADN dans le dictionnaire est très importante.


Acide désoxyribonucléique, un matériau auto-répliquant qui est présent dans presque tous les organismes vivants en tant que constituant principal des chromosomes.


Il est porteur de l'information génétique. Comme vous ne l'êtes probablement pas à la télévision, c'est aussi unique qu'une empreinte digitale, encore plus. »


« Ouais et alors. Qu'est-ce que cela a à voir avec quoi que ce soit?


J'ai dit: «Cela a à voir avec tout. Veuillez écouter et vous pourrez poser des questions plus tard. Voici mon ADN actuel voici l'ADN de Mary voici ce que vous appelleriez l'ADN de mes grands-parents
Et elle est l'ADN d'un médaillon de mes cheveux quand j'étais bébé il y a quarante ans.

Jean a dit : « Il y a quarante ans ?


"Chut et lis."


Jean a regardé et son visage est devenu rouge puis blanc, sa bouche était grande ouverte et j'ai souri et j'ai dit: "Ma femme, ma bite irait bien dans cette bouche ouverte."


Jean était perdu en lisant et en relisant et finalement elle a dit : « Alors Brent n'est pas ton fils, il est à toi », en regardant maman.


Jean a dit: «Alors, comment avez-vous obtenu que Mary obtienne un certificat de naissance et simule la mort de Brent. L'avez-vous mis dans un état cryogénique pendant vingt ans ? »


Jean a dit: "Alors maintenant tu as ce mâle de vingt ans pour bien s'occuper de toi, je ne dirai pas un mot et je suis désolé d'avoir pensé ce que j'ai fait."


J'ai ri alors maman et Mary et j'ai dit que vous aviez lu les preuves mais que vous les aviez manquées et j'ai expliqué que la cryogénie n'existait pas encore et à propos de Grace.
Sa bouche s'ouvrit à nouveau et cette fois j'ai dit: "La prochaine fois que tu le feras, puis-je la remplir avec ma bite?"


Cela l'a ramenée à la réalité et elle est devenue rouge. "Marie, je vois que les faits sont là, sauf pour un et s'il n'y a personne dans cette tombe."


Mary a déclaré: «Je suis sûr que nous l'avons enterré, il a été étendu au salon funéraire pendant trois jours, les personnes qui l'ont frappé ont été emprisonnées. Oui, il est là ou ce qu'il en reste est », et Mary a commencé à hurler non pas à pleurer mais à hurler. Il a fallu du cognac et nous trois pour la calmer.
Jean a dit: "Je suis désolé, je vous crois."


J'ai dit: "Jean, c'était un argument valable et notre avocat fait exhumer le corps car nous avons des problèmes beaucoup plus importants."



"Que veux-tu dire?" Jean, nous vous avons mis en confiance et j'espère que nous l'avons, c'est très compliqué.


Jean la regarda avec un regard interrogateur.


Jean Je suis sûr que Mary vous a parlé de Grace et de moi étant née, c'était censé être une fille mais me voici au moment de ma mort, je suis sorti de sa chatte un garçon. Maintenant, il est facile de prouver que je ne suis pas à elle et où cela me mène-t-il ? »
Je suis une non-entité. Je peux prouver que je suis le fils de maman et papa mais aucune trace de ma naissance donc pas d'acte de naissance.


Jean a dit, Oh mon dieu, je vois quel dilemme. Avez-vous une réponse?"


"Eh bien, je ne peux pas dire que je suis là, fils de quarante ans, ce fils a un certificat de décès."


Tout d'un coup, Mary s'est levée et a embrassé Jean, tu es un génie un génie absolu mon amour.


Mon amour ma femme, quelle est la révélation qui me manque.


Demandez à vos parents de prétendre qu'ils ont accouché à domicile et qu'ils ont oublié de vous inscrire et que maintenant que vous avez besoin d'un numéro d'assurance sociale, vous devez vous inscrire. Ce n'est pas un mensonge car tu es là, fils et ils l'ont fait ou Marie t'a délivré.


Mon amour qui peut travailler appelle Roy, fais-le venir ici et nous verrons.
Jean a dit: "Je devrais partir."


J'ai dit: "Absolument pas votre part de cela maintenant." Mary est allée la voir en la serrant dans ses bras "Bienvenue dans la famille mon amour."


Environ une heure plus tard et Roy est arrivé, nous avons exposé le plan et il était très sceptique. Il a dit: "Je ne peux pas être impliqué dans un mensonge."


« Roy, nous devons exprimer cela avec astuce avec la vérité que je suis né il y a vingt ans, ce qui est vrai.
L'ADN prouve qu'ils sont mes parents biologiques.

La raison pour laquelle je m'inscris tant d'années plus tard, c'est que ce n'est que maintenant que Brent Johnson a besoin d'un numéro d'assurance sociale.


Roy a déclaré: "Tout cela est vrai et j'espère que cela fonctionnera."


« Roy, je l'espère, ou l'alternative est d'avoir tous les mordus de religion du monde à nos portes, y compris le vôtre en tant qu'avocat. »


"Dieu nous en garde." Avec cela, nous avons téléchargé les forums sur Internet, papa et maman les ont signés et Roy est parti.


Ce fut un énorme soulagement et quelques semaines plus tard, le certificat de naissance a été délivré et quelques semaines plus tard, mon numéro d'assurance sociale est arrivé, puis j'ai obtenu ma carte d'assurance-maladie et mon permis de conduire. La femme et moi faisions l'amour dans toutes les pièces de la maison et bien sûr environ tous les trois jours j'étais un enculé.


Notre chambre principale était immense, non seulement nous avions un lit à baldaquin king-size, mais nous avions une table et deux chaises rembourrées ainsi que mon bureau à roulettes avec ma chaise pivotante.


Je suivais encore mes cours de collage en voulant être garde forestier. Même après tout ce temps, c'était toujours mon objectif. Ce jour-là, j'ai déposé la voiture au garage pour un entretien de routine. En classe le matin, notre professeur ne se sentait pas bien et a annulé notre cours, ce qui me donne le reste de la journée. J'ai pris un taxi et je me suis arrêté au magasin de fleurs et j'ai eu un tas de mamans pour Mary. C'étaient de belles fleurs, mais je peux aussi dire que je les achète pour ma mère afin que je puisse être un connard de mère.

Le taxi m'a déposé dans la rue et je suis allé dans la porte-fenêtre de la cuisine. Je n'ai pas vu Mary alors j'ai pensé qu'elle était peut-être sortie. J'ai coupé les fleurs, les ai mises dans un vase et les ai placées sur la table comme pièce maîtresse. Je décide de retirer mes vêtements d'école et d'enfiler mon peignoir pour être prêt quand Mary rentrera à la maison. Je me déshabillais en marchant et j'étais nue au moment où je suis entrée dans la chambre. Il y avait un site où ma femme et Jean nus dans la position soixante-neuf se mangeaient l'un l'autre.


Je me suis assis tranquillement dans la chaise rembourrée et j'ai regardé ce spectacle fantastique pendant une bonne demi-heure. J'ai regardé les contours de Jean ils étaient très beaux seins de grande taille bien tonique corps égal à ma Marie.


Je me caressais en les regardant s'élever de plus en plus haut jusqu'à ce qu'ils crient tous les deux. Je pensais que les fenêtres allaient se briser, ils se sont retournés et s'embrassaient.


Ils se caressaient les seins en se tordant et plus en gémissant, ils criaient à nouveau alors qu'ils venaient, puis Jean m'a vu et a attrapé la couverture pour se couvrir.
J'ai applaudi et j'ai dit: "Maman et Jean, c'était au moins la chose la plus chaude que j'aie regardée en direct."


Mary a dit : « Enfoiré de mère », et je l'ai interrompue et j'ai dit : « Vous avez raison, je suis coupable, je l'avoue, je suis un enculé de mère. »


Jean a refait face et Mary a dit: « Vous obtenez votre cul ici. »


"Oui maman, je viens", et j'ai traversé la pièce avec ma bite dure de sept pouces frappant ma jambe d'un côté à l'autre.

Jean a dit: "Est-ce qu'il te baise vraiment?"

Jean tu sais qu'il est mon mari et tu sais que je suis sa mère comme mon mari il me fait l'amour passionnément et comme je suis sa mère il me baise en faisant de lui mon enculé.
Jean m'a regardé avec le drap jusqu'aux épaules et a dit : « Mary, j'ai pensé ou je suppose que je n'ai jamais pensé que tu avais réellement des relations sexuelles avec lui. »


"Tout d'abord, débarrassons-nous de ça, mon fils s'allonge face contre terre sur le lit." Je l'ai fait et j'ai senti un coup, "Tu étais un mauvais garçon qui ne nous a pas dit que tu étais dans la pièce. " Mary a pris le bras de Jean et lui a fait claquer la main dans les fesses, puis ils se sont relayés, je le savais même si les coups n'étaient pas durs mes joues devenaient chaudes et rouges.


J'ai dit: "Je suis désolé maman."


« Jean est comme ma sœur bien-aimée, qu'est-ce que tu as à lui dire ? »


Tante Jean, vous avez un corps magnifique et je suis désolé de ne pas avoir annoncé ma présence.


Jean a utilisé ses mains pour sentir mes fesses, elles ont atteint ses mains entre mes jambes en sentant mes couilles puis en remontant ma hampe me faisant gémir.


Jean a dit: « Retourne-toi », et pendant que je le faisais, elle a légèrement mis un oreiller sur mon visage et m'a dit de ramper au centre du lit, ce que j'ai fait rapidement et tout le temps, elle serrait ma bite.
Jean a dit: "Amour rampe au sommet de ce puits et enfonce-le dans ta chatte."

« Oui Maîtresse Jean. » C'est là que j'ai appris que ma femme était une vraie soumise pour cette femme. Ensuite, elle m'a dit de caresser les seins de Mary et de lui mordre les tétons. Je m'amusais alors je l'ai laissée partir et j'ai même répondu "Oui maîtresse", pendant que nous jouions.


Mary chevauchait ma perche mais je voulais chevaucher Jean alors j'ai essayé de ne pas faire attention à ce que faisait Mary pour pouvoir profiter de ce nouveau prix. Jean a dit: "Je veux qu'on me lèche la chatte." Jean s'est agenouillée, a chevauché mon visage et a sorti l'oreiller et a dit lécher l'esclave.

J'ai dit: "Oui Maîtresse", et j'ai mis mes mains autour du bas de son dos et j'ai commencé à lécher de son bouton de rose au capuchon de son clitoris. Après seulement trois minutes, elle a commencé à trembler et a dit que c'était assez d'esclave.


J'ai continué, elle a essayé de s'éloigner mais j'avais verrouillé mes doigts dans le bas de son dos, elle n'allait nulle part, le fluide a commencé à couler et j'ai bougé mes jambes libérant la moitié inférieure de mon corps. Continuant vers son deuxième orgasme, elle était haletante et à bout de souffle. Ensuite, j'entends oh non…. oh merde ah e..e..e……, elle jouissait à nouveau alors que je me déplaçais et enfonçais ma bite jusqu'en elle et l'ai enfoncée fort pendant une minute de plus et nous nous sommes tous les deux réunis.
Je suis resté dur alors j'ai continué à la baiser et elle a explosé à nouveau en giclant dans tous les sens puis a dit: "Plus s'il te plaît, non plus."


J'ai dit: "Plus quoi?" et j'ai continué à la percuter. « S'il vous plaît, Brent, je n'en peux plus. »

« Alors, réponds-moi comme une véritable esclave et j'ai commencé à la baiser aussi vite que possible.


Elle est revenue et a dit: "S'il vous plaît, maîtrisez mon maître, arrêtez-moi, je ne peux pas prendre plus de cette bite magistrale." J'ai arrêté de remonter son corps et j'ai dit: "Nettoyez la bite de votre maître", et sans hésitation, elle m'a léché et aspiré d'une manière impeccable.


Après cela, je l'ai aidée à se relever et alors que le drap tombait, elle n'a pas essayé de le ramasser, elle est restée là et j'ai dit : "Tante Jean, tu as un beau corps et j'ai caressé sa poitrine et tordu ses mamelons la faisant gémir . Tout ce qu'elle a pu dire, c'est « Oui, maître ».


«Marie ma femme allons à la douche et emmenons notre fille avec nous, vous pourriez lui trouver une utilité.


« Oui maître merci maître. » Sous la douche Jean me savonnait partout avec révérence et Marie avait du mal à mettre un gant de toilette près de moi. Quand est venu le temps de me rincer, Mary et Jean avaient toutes les deux les mains sur le pulvérisateur et Mary a dit : « Laissez aller la fille ou subissez les conséquences. »


Je ne le savais pas à l'époque, mais c'est à ce moment-là que ma femme n'était plus l'esclave de personne d'autre que moi.



Nous avons quitté la douche et sommes sortis pour le petit déjeuner. Jean s'est dirigé vers la chambre pour s'habiller et j'ai dit : « Jeune fille, où penses-tu que tu vas ? »


« Maître, puis-je avoir votre permission pour m'habiller ? »


« Jeune fille, vous êtes entièrement habillée dans notre maison et une fille qui vous inclut. »

En bégayant, elle dit : « Maître, je dois vivre ici à partir de maintenant ?


"À moins que vous n'ayez une objection, jeune fille."

Elle a volé dans mes bras oh non mon maître, j'aime ça ici, et être proche de vous deux est mon rêve, je suis votre maître d'esclave.


Eh bien, cela devient de plus en plus intéressant de jour en jour. « Tante Jean commence le petit-déjeuner et maman peux-tu l'aider, je ne suis pas sûre qu'elle sache où tout se trouve. Nous nous sommes assis et mangions quand maman est entrée, elle a vu Mary et Jean manger nus aussi, elle a dit: "Oh, je suis désolé, je suppose que j'aurais dû frapper cette fois."


"Maman, viens t'asseoir Tante Jean lui donne une tasse de thé avec du miel."


« Oui maître tout de suite maître. »


« Mary, explique à maman ce qui s'est passé ce matin.


Mary a dit à maman qu'elle était une soumise et que Jean était son maître jusqu'à ce que mon mari la prenne et maintenant elle ne veut rien de plus que mon mari et de servir lui et moi d'ailleurs. Marie si tu ne connaissais pas Jean et moi sommes amants depuis plus de dix ans comme nous.


Jean est revenu a versé le thé à maman et est allé le remettre sur le feu et j'ai dit: "Reste là, maman voudra peut-être explorer la fille."


Maman a serré ses seins et s'est déplacée pour se doigter la chatte. Maman a dit: "Fille, cette chatte est trempée."


Oui Maîtresse, c'était le travail de votre fils.


Maman a dit : « Vas finir ton petit-déjeuner avant qu'il ne fasse froid. »

Jean a continué à se tenir là et j'ai dit "Un ordre de l'un de ces deux est le même qu'un ordre de moi."


"Oui maître merci maître", et elle traversa la pièce et rapporta la spatule. Elle l'a placé dans la main de sa mère et a dit: "Je suis désolé Maîtresse", et elle se penche en tenant ses chevilles.


Maman me regarde et j'ai dit : « Elle attend ta correction, tu dois la lui donner. Maman se tape le cul avec la spatule et dit : « Voilà, tu as été corrigé. Jean ne bouge pas reste en place et j'ai dit : "Maman elle a besoin d'être frappée c'est ce qui lui fait plaisir."
« Fils, comment sais-tu ça »


« J'ai été adolescent deux fois, rappelez-vous, j'ai passé beaucoup de temps sur ces sites xxx. Croyez-moi, c'est ce dont elle a envie, certains seront satisfaits du rouge rosé, mais la plupart veulent des trépointes et certains veulent même du sang.


Maman l'a frappée fort et Jean a dit: "Une maîtresse merci de m'avoir corrigé." frapper encore et Jean a dit. "Deux maîtresse merci de m'avoir corrigé." Après cinq coups, son cul était rouge rosé avec quelques zébrures, son jus de chatte coulait comme de l'eau le long de sa jambe.


« Maintenant, ma mère, je suppose que vous voulez que votre enculé de mère satisfasse vos besoins ? »


S'il vous plaît, mon fils, j'ai besoin de vous. J'ai ramassé maman et je l'ai doucement posée sur le lit king size principal et j'ai dit: "Marie, ma femme, a demandé à cette fille de te manger pendant que tu joues avec les seins de maman."


« Oui mon mari avec plaisir. D'accord, petite fille, tu as entendu notre maître y arriver et le faire bien ou je t'en donnerai dix avec la spatule et pas des légers comme maman t'en a donné.


Jean a commencé sur Mary pendant que je prenais mon temps à téter les seins de maman et son cou. Le gémissement qu'elle faisait était incroyable alors que je tombais sur sa chatte, elle était un peu sèche mais la chatte en jean était à proximité et la sienne était trempée alors j'en ai ramassé et je l'ai appliqué sur son clitoris bientôt maman produisait le sien je l'ai léchée son premier orgasme et alors qu'elle jouissait près de son deuxième, j'ai enfoncé ma bite dans sa chatte étonnamment serrée, ma bite a poussé les muscles de sa chatte de côté et c'était super. En un rien de temps, elle se tortillait comme un poisson.


J'ai dit: "Comment va ton enfoiré de personnel." Fils, tu as dix ans, je suis prêt à exploser, baise-moi, connard, rentre chez moi, mon fils, je t'aime.

Avec ça, ma langue a trouvé sa bouche et nous nous sommes embrassés alors qu'elle explosait, elle a crié et j'ai continué à lui marteler la chatte humide et elle est venue une deuxième fois presque s'évanouir. J'ai sorti ma bite et Mary était là pour me sucer pendant que Jean faisait jouir Mary pour la quatrième fois.


J'ai chuchoté à son oreille et j'ai chanté comme si j'avais un tigre par la queue. Mary a rompu avec un rire hystérique.
Mary a dit: "Mais c'est l'inverse, mon amour est le tigre de cette famille." Nous nous sommes endormis pendant quelques heures Jean à mes pieds Mary et maman de chaque côté avec une main sur ma bite pendant qu'ils dormaient. Nous nous sommes levés, avons pris une douche et j'ai baisé Jean par l'arrière avec elle penchée sous la douche. Plus tard dans la journée, nous avons appelé un camion de déménagement pour apporter les affaires de Jeans ici, la plupart étaient stockées car nous n'avions besoin d'aucun meuble.

Ce soir-là, assis autour de la cheminée à gaz, j'ai dit : « Mary, comment se fait-il que Jean et pas un gars que tu étais et que tu sois assez beau ? »
"Brent, je t'avais à élever et je n'ai fait que quelqu'un se moque de tes valeurs. Je pouvais ressentir à l'intérieur ce que Brent mon mari voulait, ne me demandez pas comment je viens de faire. C'était toute la soirée à regarder les flammes vaciller sur la peau de Jean et Mary. Chaque nuit, je faisais l'amour passionnément avec ma femme et chaque jour, j'étais un enculé pour les deux et je me débrouillais avec Jean. Nous étions heureux au possible. Mes cours étaient presque terminés et j'étais garde forestier pendant l'été, m'occupant de nombreux lacs et chemins forestiers.
Je me suis dit qu'il n'avait fallu que 40 ans pour arriver ici, mais j'étais là. Je n'avais pas à travailler mais en tant que Mary nouvelle, c'était ma passion. Un week-end de juillet, je décide de ramener Mary Jean et maman au lac, les gars ne voulaient pas y aller, les matchs de baseball étaient plus importants. J'ai pris le Yukon avec le radeau de patrouille en caoutchouc. Il pouvait transporter 15 personnes et avait deux moteurs hors-bord de 80 chevaux.
J'ai téléphoné à la tour forestière quand je suis arrivé au lac. Nous étions à environ 15 miles de la route de connexion fermée. La route avait deux barrières de sécurité. Et le risque d'incendie était extrême.


Il n'y avait aucune raison pour que quelqu'un revienne ici. J'ai mis le bateau à l'eau depuis la rampe entretenue par l'entreprise forestière. J'ai annoncé par radio que nous nous dirigions vers la station sauvage cinq et que nous serions là pour les trois prochains jours. Une fois au large, j'ai dit ok, mesdames, déshabille-toi. Maman a dit: "Eh bien, ne sommes-nous pas le seul." Jean et Mary étaient sur le point de se déshabiller et maman n'avait pas commencé. J'ai glissé mon treillis de travail et elle avait toujours ses vêtements. Nous étions bien au large du lac et je l'ai regardée et j'ai regardé l'eau. Elle a vu cela et a dit: "Tu n'oserais pas."
Avant qu'un autre mot ne soit dit, je riais et je l'ai ramassée et maman a dit: « Mettez-moi par terre, enculé », alors que je la jetais par-dessus bord.


Marie a dit: "C'est exactement ce qu'il est ma chère belle-mère."


Maman a commencé à marcher sur l'eau et a dit: "Espèce de salaud, tu vas payer pour ça."
Oui mon amour et vous aussi, le coût du retour dans le bateau est vos vêtements.


Tu piques pendant qu'elle se déshabille. nu maintenant, j'ai mis l'échelle sur le côté. Alors qu'elle montait à bord, je l'embrassais, elle était folle et essayait de m'arrêter mais j'étais trop fort et alors que nos langues s'entrelaçaient, elle fondait dans mes bras. "Maman, je t'aime et je ne te ferais pas de mal pour le monde, vous trois êtes mon monde. Regardez autour de vous toute la beauté cachée. Nous nous dirigions vers cette île à environ un mile d'ici, c'est le point mort de cet immense lac.


Nous sommes arrivés au lac et je suis allé défaire les cadenas de la cabane Jean et Marie sont allés ouvrir toutes les fenêtres. Maman m'aidait à faire les courses et me pinçait les fesses quand elle le pouvait. Lors de nos nombreux voyages de retour au bateau, je l'ai arrêtée pour un baiser profond et lui ai massé la poitrine, la faisant gémir de désir. « S'il vous plaît, Brent, emmenez-moi ici et maintenant. » J'ai senti sa chatte et cette fois elle était trempée alors je l'ai retournée et je l'ai pénétrée par derrière. Elle gémit et éjacule rapidement alors que je continuais à la percuter. J'ai dit : « Suis-je pardonné mon amour ? »
Elle n'a rien dit et j'ai enfoncé ma bite profondément en elle et avec un halètement lourd, "Oui mon fils, enculé, tout est pardonné." Je l'ai gardé jusqu'à ce que ses jambes commencent à lâcher et je l'ai aidée à s'asseoir pour récupérer. Mary est venue s'assurer que maman allait bien. Jean a allumé le poêle à bois et nous a mis des steaks. J'ai coupé du petit bois et allumé le feu extérieur. Une fois que c'était bien avancé, des pommes de terre étaient enveloppées dans du papier d'aluminium et placées sous la braise.


Mary est restée bien à l'écart du feu. J'ai dit qu'est-ce que c'est que mon E Mary ? »


Oh tais-toi mon mari. Jean a dit: "Qu'est-ce que c'est que ça. J'ai dit: "Pas grand-chose, juste dans ma vie précédente, elle a été marquée d'un E sur un feu de camp comme ça."


"Je n'aurais jamais vu que j'avais parcouru chaque centimètre de son corps."
« Que veux-tu parier esclave ? »


Jean a dit: "Je vais gagner ce pari, parions nos culs que je gagne et que je vais utiliser une sangle pour ton cul, tu gagnes et tu peux prendre mon cul vierge."
"Accord."


Jean a dit: "D'accord, où est cette supposée cicatrice."


« Marie, ma femme, montre-lui la cicatrice. »


Mary écarta ses poils pubiens exposant la cicatrice. "Oh mon dieu, je n'ai jamais vu ça avant."


J'ai dit: "Ce sera amusant de prendre ce cul d'esclave."


Jean baissa la tête et avec de la peur dans la voix, elle dit : « Oui maître. » Le steak était cuit et les pommes de terre fourchues sur la braise. Nous avons tous très bien mangé et nous étions assis autour du feu, le ciel était magnifique avec des millions d'étoiles. J'avais un bras autour de Mary et l'autre autour de maman. Nous avons parlé de mon enfance et de tout ce dont je me souvenais pendant que je dormais et à quel point cela a dû être difficile.


J'ai dit: "C'était quelque chose d'avoir un souvenir vivace d'être un adulte et de faire l'amour avec ma femme, puis de se réveiller dans un brouillard avec tout se dissipant en quelques secondes."
Jean a dit: "C'est tellement fantastique maître ce que vous pensiez qu'il s'est passé", gifle elle s'est frappée le bras et a tué un moustique. Encore quelques gifles et j'ai mis un seau d'eau sur le feu, agité les braises, puis vidé le deuxième seau pour m'assurer d'aller à la plage et d'en remplir deux autres et d'en jeter un sur le feu, c'était sûr.


Une fois à l'intérieur, les écrans étaient à l'intérieur et nous avions des lumières LED à énergie solaire. Nous nous sommes assis à table. Maman s'est assise sur le lit, elle a dit qu'elle se sentait un peu mal. Mary a vérifié sa température et son pouls, tout semblait aller bien.


Jean a dit : « Maître, que pensez-vous qu'il s'est réellement passé ».


Jean, je sais que cela semble très loin et croyez-moi, j'ai longuement réfléchi à cette question.
Je crois que je n'étais pas censé mourir dans cet accident et que j'en ai été retiré avant qu'il ne soit terminé, peut-être que l'entité essayait de me sauver la douleur. Quelle que soit la raison, si l'entité l'avait laissé jouer, j'aurais vécu et c'est pourquoi je prenais la lumière qui se sentait si paisible et tranquille à l'instant suivant où je sortais du ventre de Marie en m'étouffant avec tout ce fluide.


« Maintenant, j'étais un garçon, pas Grace. Je crois que le suprême a fait ça pour moi ou pour moi.

Jean a dit: "Maître qui est profond."

Mary a dit: "Tu ne m'as jamais dit ça mon mari."



J'ai dit: "Je suis toujours en train de me réconcilier avec ça."


"Eh bien, mon mari, je me sentais mal au début, je pensais que je tombais malade comme maman ici, alors je me suis testé et j'ai eu neuf mois de maladie."


Je me suis précipité à ses côtés et j'étais sur un genou et j'ai dit que notre Grâce allait enfin naître.


"Brent mon amour, c'est peut-être un autre garçon fantastique comme tu l'étais."


Non mon amour, ce sera Grace avec vingt ans de retard mais ce sera Grace.


Nous nous sommes embrassés, nous nous sommes embrassés et nous nous sommes couchés. La nuit passa vite et les rayons du matin illuminèrent la cabane. J'ai regardé le lac de verre, pas une ondulation, c'était comme regarder un miroir. Je suis allé aux toilettes et je rentrais quand Mary a crié. Je suis venu en courant "C'est maman, j'ai regardé ses yeux étaient dilatés elle regardait mais personne n'était à la maison.


"Prenez nos affaires, emmenez-les au bateau." J'ai monté la civière et nous avons habillé maman et l'avons soulevée sur la civière. Nous nous sommes tous habillés et avons porté maman jusqu'au bateau et l'avons placée dans la cabine sur le harnais spécialement conçu pour la civière. J'ai démarré les moteurs jumelés, ils ont rugi et nous avons traversé le lac à plein régime. J'ai téléphoné devant et ils ont eu du mal à entendre les sirènes. Je les ai coupés assez longtemps pour faire passer le message de l'hélicoptère de la ligne de vie. Avec les deux moteurs éteints, il n'a fallu que quelques minutes avant que la rampe de lancement ne soit sur le site. Lorsque j'ai atterri, nous avons juste eu le temps de ramener le bateau sur la remorque lorsque cet énorme hélicoptère rouge et blanc arrivait à la radio a dit que c'était les garde-côtes et que pour nous tous, les autres rangers s'occuperaient du bateau et du véhicule.


Maman a été sécurisée et l'IV a commencé l'autorisation leur a été donnée d'administrer le coup spécial pour minimiser les dommages de l'AVC. Nous venions de décoller lorsque j'ai vu le capitaine et quelques collègues débarquer pour s'occuper du bateau.


Nous avons atterri sur le toit de l'hôpital et nous avons à peine adapté l'homme que cette plate-forme était massive. Alors que nous sortions de l'urgence, Mary est allée voir papa pour le remplacer pendant que je restais avec maman.
Au moment où papa est entré en urgence, maman était en train de parler un peu mal mais elle formait des mots, ce coup fonctionne vraiment.


Le capitaine est arrivé environ une heure plus tard et a dit que tout était sécurisé et a demandé comment allait maman. J'ai dit: "Je pense qu'elle ira bien, ils lui ont tiré dessus à temps." Nous sommes entrés et l'avons vue pendant quelques minutes et le capitaine Grimes a dit: "Prenez tout le temps dont vous avez besoin, nous vous couvrons fils." Nous nous sommes serré la main et il est parti. Ils ont fait entrer maman dans une pièce privée cet après-midi-là et nous sommes tous rentrés à la maison, sauf papa, il ne voulait pas la quitter.
En quelques jours, elle se promenait et parlait comme si cela ne s'était jamais produit, à l'exception d'un léger boitement qui est le seul effet résiduel de l'AVC.


De retour à la maison, les choses se sont calmées et après que maman soit rentrée à la maison, la maison s'est à nouveau excitée à l'annonce de la grossesse de Mary. Nous nous sommes mariés la semaine suivante. J'avais Roy Stern notre avocat comme témoin et Mary avait Jean comme demoiselle d'honneur. C'était une cérémonie tranquille et la vie a continué. It wasn’t even a month when Jean came in with the news she was pregnant.


Shortly after that news I was playing with Jean one evening and while kissing her I sunk my gelled finger into her ass. She jumped and said what do you think your doing.


“Slave I am taking what you promised just keeping you honest slave as I continued with a second finger I squeezed more gel on her ass and she screamed at the third finger intrusion.


“No stop I cant take it please no master I can’t.” I continued my cock hard as a rock now knowing I was taking a virgin ass. After a few minutes I lubed my cock and lined up with her rosebud my knob went in past her sphincter and she screamed “Take it out master your hurting me.” I did not take it out but held it there motionless she was moving and I said, “The more you move the more pain you get now be still my slut.”


“Please master take it out I will be your willing slut your whore anything but take it out.” Her movements had me about half way into her ass she finally resigned herself to the fact I was taking her virgin ass. Within five minutes I was all the way in she whimpered and then her muscles started to relax as I slowly started to fuck her ass. It wasn’t long before the moans of pain turned to that of pleasure.


I could feel her muscles working my shaft and reached around and fingered her sloppy clit. As she was just about to explode I pulled out and held my cock just outside her rosebud. “Please master I beg you finish your worthless slave off.”
“Oh no my slave I am doing what you ask first I took my cock out and what was it you said?”
“Master I don’t remember, please fuck my ass I need you master.”


I poked her spinster and my knob went inside I did that a couple of times and said “You are my slut my whore.”


Yes master I am your slut your whore anything I need your shaft, drive it into my ass make your slut of a whore cum.”


With that I added more lube and rammed my cock deep in her bowels within a minute she was doing her normal flapping like a flounder out of water.


“Come on my slut show you master how much you love my shaft in your ass,” as I started squirting pulse after pulse of my baby batter in her ass.



When I finished I rolled off panting for air and Jean crawled over and started licking my shaft clean. She managed to get me hard and I decided to make love to my wife.


She said, “Would it help if I said I had a headache.”


I looked at her and said, “Do you have a headache?”


Mary said, “No my husband,” and the love making was on I took her missionary then from behind then from one side then the other finally finished after many orgasms with my love on top of me she fell off and Jean sucked my dead cock clean and we fell asleep. Next morning I woke to being sucked again and then I felt my cock sinking into this pussy slowly it fucked me not in any kind of rush state as my eyes opened here was mom riding me she whispered I just had to have my motherfucker. After a while she came and rolled off exhausted and I said, “Mom you need to be careful.”


“You’re my mother fucker and I will have you service me as much as I want. I raised you for twenty years so you owe me twenty years of fucking satisfaction.”


I said, “Can’t argue with that my mommy guess you will be eighty five on your last fuck.”

“I will be at least one hundred you saucy pup.”


“Yes my mommy how foolish of me and we hugged and laughed waking Mary up. Mary seen mom and said Marie you shouldn’t be doing this, honey help me out here.”


“My love your on your own here mommy already laid down the law to me I am to be her mother fucker at least until she is one hundred years old, so you argue with her I am not.”


“Marie we do not want to loose you. Marie you can’t be doing these strenuous exercise.”


“Maybe your right Mary.” I actually thought Mary was winning this argument and Mary said, “Dam straight I am right.”

“All right dear as she rolled on her back legs spread eat me out while I rest and you can savor our mother fuckers cum and if your real nice you can straddle my face and I will get some nice licks on that pregnant pussy.”


I laughed out loud and seen mom won again Mary face turned red knowing she had been beaten by mom again.


Mom said, “Get to it or I can have our slave do it and you will miss out.”


Mary was beat she so wanted to eat her out as its been a while at least all of three weeks she said, “Marie you are an exasperating mother fucker,” as she descends between her legs and starts licking.


“That’s it my daughter your doing great god that feels nice lick up from the rosebud dear get all that motherfuckers cum for us to savor.”


Within a few minutes Mary got mom off but she kept going and a second orgasm was building stronger than the first Mom screamed and closed her legs she went limp passed out from the pleasure.


A moment later Mom opened her eyes she was propped up with pillows and a cold ice wrapped in a small towel on her head. Mom said, “What happened I got a little dizzy.”


Mary said angrily, ”Kind of, you sure did you were out like a light bulb turned off. I told you Marie you need to take it easy; this stud is too much for you right now. We will have to feed you this motherfucker in small douses if you want to see your next birthday.”


Mom said, “I was just a little dizzy.”


Mom I know you are stubborn but Mary my wife is right she knows what is best for you may not be what you want will boo hoo we always don’t get what we want but she will make sure you get what you need.”


I took one of the ice cubes from the towel and put it to her lips so she could feel the smooth cold wetness on her mouth.


“Thank you Brent I needed that.”


“Yes you did.” I moved the cube down on her nipple and run it around several times making her nipple stand erect I did the same with the other and Mary grabbed her hands and held them not allowing her to stop me.


I said, “That is for not listening to Mary to start with my adorable wench.”


Mom with tears in her eyes said, “Mary I know you are right I just cant face that this part of my life is over I love you guys so much what am I to do?”


Mary hugged her and said, “Its not permanently over just need to rest and get much better than you are now then we will have moderate fun even with mother fucker here.”


The weeks passed I went back to work and became close to Ben he was a full ranger about 2 years older than me. He was always talking about something not that he was a braggart even though he was supper smart. I learned more about the forest in a few months with Ben than I did in 3 years of collage.
We were becoming really close. He had had a few girlfriends but they didn’t last. He often joked about having a harem just to watch the girls dance. That was a topic that came up often. Another topic was reincarnation. It was mainly him I really did not want to go there he was a good friend and I trusted him but not that much we were talking about the rest of our lives.


Anyway Ben’s birthday was approaching and Mary said about a party for him. I said it would mainly be the staff from work there were a few girls and about 15 rangers. I talked to them all and we were going to give Ben a surprise party. It was January. So I said to Ben how about we go to the cabin out on officers lake for the weekend.


Ben said, “I would feel like a third wheel.”


“Don’t be crazy you’re my best friend and you have met Mary a few time and I think you enjoyed her company also her friend Jean is nice to.”


“Hey man your not trying to pair me up are you because I am not interested.”


“Ben I promise we are not, just looking for a fun weekend. We can ice fish snare a few rabbits use the snowmobiles or the track machine as I need to take that out anyway to fix that bottom set of steps to the tower. It is slow at work and this is something that needs to be done so we can go out Thursday fix the steps Friday shouldn’t take more than the morning then come in Monday afternoon. I was out there a few times this week so I got the materials we may as well get it done. Ben agreed and I told the Captain we were all set to fix those stairs. Thursday morning we loaded up the vehicles the guys from work wouldn’t let Mary lift a finger being seven months along she really had a big belly.

We got down to lake about eleven and Jean and Mary in matching white snowsuits climbed into the track machine. It took almost an hour going across the lake it was a beautiful clear day about 25 below Celsius. The sun glaring off the ice the ice was over sixteen inches thick. You could drive a tank on it. Ben seen my tracks from earlier that week and as we got to the island and we could smell smoke.


I said, “Ben check that out before we unload he went around the corner of the building to a big yell surprise the whole staff was there including the helicopter on the landing pad making them only minutes away from home base if needed. This was Bens 25t birthday consider a man by any standard now. Yes his adolescence was gone he was now starting the time where his future meant more than a hot date.


The afternoon went and the cards were given and the cake was cut and passed around. The staff opened up a flat of bear and one can was given to everybody and everybody but the pilot and Caption had a second. The crew unloaded the track machine and set everything up.


By four o’clock the sun was getting ready to set so the other track machine took off for the beach and a half hour later the helicopter left.


We sat by the fire but even with our suits as night fell we were getting cold so the girls went inside and Ben and I used snow to kill the bonfire. The steam was all that was herd and soon that dissipated into the peaceful quiet of the wilderness. Ben and I went into the shed and hooked up the Honda generator we stated it and plugged in the charger for the batteries the led lights all came on.


Ben came over before we went inside and he through his arms around me and said, “Man I have never had such a wonderful surprise in all my life it was the greatest and heartfelt I will remember it always and am so indebted to you I can never repay you. You are the absolute best.”


I said, “Ben this is only the beginning as they say you aint seen nothing yet. However I am not gay or Bi that I know of at least not yet but the weekend is still young.”


Bill let go like I was a hot piece of steal and we both looked at each other and laughed.
Ben said, “Maybe we should get in so they don’t thing we are doing anything.” We laughed and went into the camp. Inside it was huge with four queen size bunk beds Jean had a curtain up separating her side from where Ben was sleeping. I said, “Ben not really a wall but guess it will do.”


Ben said, “It would do better if it had a light on her wall behind the curtain.”


“Oh master do you want me to?”


Bens head flew up looked at her then looked at me and Jean said, “Opp’s.


Ben looked at me and I said, “That is one of the many things that we decided as my best friend you should know.”


”One of the things. You own a slave there is nothing more monument than that this is not real is it my friend.”

Jean said, “It is real I will do anything for my mistress and master.”


Ben said, “I know your rich did you go buy a real honest to goodness slave.”


Ben looked at Mary and at me and I said, “Shall we have supper then we can get into this you only are getting a spur my friend. Is bacon and eggs good for supper?”


Ben nodded like in a stupor and I said slave make us bacon and eggs and put some coffee on.”


“Yes master right away sir.”


“Jean get the brandy out for our friend please.”


“Yes Mistress.”


Ben sat with his jaw dropped and mouth opened just staring.


I said, “My wife A while ago we were in the shed and he hugged me now he is sitting there at the table with his mouth open is he locking for my cock to fill it.”


With that Ben came fully conscious and shut his mouth as Mary, Jean and I laughed to split a gut.


“Very funny you drop a bomb on a fellow like this its like I would like to know the W5 who, what, where, when, and why.”

Jean cooked the bacon and I brought bens mind back to the steps we needed to fix. He was having a hard time concentrating and many a time he said, “A slave a real slave.” Then looked back at the sketches I had drawn.


Mary laughed as Jean poured him a coffee and Mary spiked it with brandy.


During supper Ben had some of his senses and said so is this slavery sexual?”


Jean said, “ Mr. Ben, why of course silly he is my master and Mary my mistress.”


Ben said, “You have sex with Mary too?”


Jean said, “Of course Mr. Ben we have had intimate relations since master Brent was a pre teen.”


“Were you having sex with master back then?”


Jean said, “Of course not Mr. Ben what do you think I am.”


Ben went to speak again and I said, “Ben my friend please let us explain, like I said you are looking at such a minute part of this.”


Ben what I am about to tell you is the absolute truth and I can prove it as a mater of fact most of the proof is in that briefcase.”


Ben shook his head and I said, “Go outside take a leak then come back in giving the cold air a chance to clear your head you are going to need it.”


Mary said, “Ben do you want my husband to go out and hold it for you?” Mary and I started laughing and Ben went outside and in a few minutes was back. “Dam it is crisp out there.”


I said, “The wood box is full so we are good for a day.

Ben sat down and I said, “Are you ready?”


“Ben I know you, like me, you believe in the supreme one, call him god or whatever but that entity exists.”


“I believe in the light and paradise on another plane of existence. 21 years ago in March my wife was with child and all the scans were done we were having a girl.”


Ben caught that and said “We.”


“Ben let that be for a moment. Anyway as I was saying her husband was called as she went into labor. Her husband got on his scooter as he was in university taking his degree in forestry his life long goal since childhood was to be a forest ranger.”


Ben said, “Like you are.”
I said, “Yes,” and anyway during this trip a truck with no brakes hit a car which hit the scooter and the next thing Mary’s husband seen was a bright white peaceful light and then was choking and drowning coming out of Mary’s womb as a boy not a girl. When this baby tried to talk tell his wife he was there all that came out was baby cries.”


“Growing up when the boy slept he knew Mary was his wife but as he woke it faded by the time he was fully awake.”


“When he was 18 back at the lake while swimming under the water with his mother he realized he was Mary’s wife and Ben that is basically where we are today my wife is pregnant and I know it will be Grace just 20 years later.“

“I believe that an entity serving the supreme one took me before the outcome that night and I would of survived and put me in Mary’s body and replaced Grace.”

Articles similaires

Wendy et Miss West iii

Le troisième de trois Wendy a été conduite les yeux bandés par Miss West vers une porte à l'arrière du bureau. Miss West inséra une clé et ouvrit la lourde porte en chêne donnant sur ce qui de l'extérieur semblerait être un débarras à côté du bureau principal. En entrant, si Wendy avait pu voir, elle aurait vu une petite pièce, d'environ 6 pieds carrés, peinte en noir avec des anneaux métalliques fixés à différentes hauteurs le long des murs et à divers points du plafond. La pièce était éclairée par des projecteurs orientés dans toutes les directions. Wendy était debout...

1K Des vues

Likes 2

Journée nue - partie 7

« Alors, Sandy veut baiser. J'y suis allé, c'est fait », ai-je dit avec un sourire. Sandy a levé son majeur vers moi et a ri. Eh bien, j'ai besoin d'une pause, ai-je annoncé. J'ai pris une débarbouillette pour que Cindy nettoie son visage de son double soin du visage, puis j'ai tiré une chaise jusqu'au bout du lit. Je pense que je vais juste m'asseoir ici et diriger. Merde, les trois frères et sœurs Monroe nus sur mon lit. Commençons. Johnny monte là-haut sur ton dos et laisse tes sœurs travailler pour te faire bander à nouveau. Sandy, regarde à quel point...

968 Des vues

Likes 1

Le Shed Club (Partie 4)

Tout d'abord, des excuses massives pour le retard de production de la partie 4. Crise inattendue avec grippe familiale partout. Tout le monde va mieux maintenant, donc je peux répondre à la dernière série de commentaires..... Les « entraîneurs » au Royaume-Uni font référence aux chaussures de sport… Nike, Adidas, Puma, etc. Je ne pense pas qu'il y ait d'autres requêtes, ainsi de suite avec la partie 4. Il s'agit de Finn, que je vois encore de temps en temps. En fait, il a réparé mon PC l'année dernière. Il conçoit des sites Web et d'autres trucs techniques qui me laissent perplexe. Il...

1.2K Des vues

Likes 0

Danse avec une concubine, deuxième partie

Cela fait deux semaines depuis mon incident dans les cavernes. Nancy était considérée comme disparue par sa famille, mais je pouvais à peine leur dire la vérité. Vous savez celle à propos d'elle acceptant un marché d'un bijou magique et ordonnant ensuite à ses sbires de me violer. Est-ce toujours un viol si j'en ai profité ? Peut-être que j'étais un de ces types soumis? Qui sait? Quoi qu'il en soit, dès que j'ai pu gagner assez de force pour quitter le motel, je me suis enfui. Stuart et sa copine au corps parfait ont essayé de m'arrêter, ils m'ont dit...

1.1K Des vues

Likes 0

Ma nouvelle épouse

Chapitre un Le début Voici quelques faits que je devrais mentionner avant de commencer. Je mesure 6'3 et 190 livres, j'ai les cheveux bruns courts et les yeux bleus. Je suis une carrure athlétique, je ne suis pas déchiré mais je suis toujours en forme. Je viens d'une famille de la classe moyenne supérieure, nous sommes riches mais pas riches de Bill Gates. C'est moi ma mère et mes deux soeurs sur a 17 ans et l'autre a 19 ans je suis l'enfant du milieu. Et j'étais la préférée des mamans parce que vous connaissez le petit garçon de maman. Notre...

121 Des vues

Likes 0

Total des étrangers

Les chemins de fer en Grande-Bretagne étaient exploités dans les années 1970 par British Rail, avec deux principaux syndicats ASLEF (conducteurs) et NUR (cheminots. L'ASLEF a appelé à la grève, mais tous les conducteurs n'étaient pas affiliés et les trains étaient toujours en mesure de fonctionner, bien qu'un service squelettique. La ville de Londres tire la plupart de ses travailleurs des ceintures de banlieue desservies par les chemins de fer, étant une vieille ville, l'infrastructure routière rend presque impossible les déplacements en voiture. Cela signifiait que les trains qui transportaient normalement 800 à 1 000 passagers serraient jusqu'à 2 000 personnes...

161 Des vues

Likes 0

LA VENGEANCE EST DOUCE???

Hé, Peg, viens ici et aide-moi une minute, s'il te plaît, a appelé son mari John depuis l'intérieur du garage !?! Peg Burton s'est levée à genoux alors qu'elle plantait de jeunes plants de tomates dans son jardin , et après s'être levée et avoir laissé tomber ses gants au sol, elle a parcouru les trente mètres jusqu'au garage à la recherche de son mari !!! maintenant, arrête de faire l'imbécile !!! Elle se retourna prudemment, regardant dans tous les coins et recoins du grand bâtiment à deux stalles, mais juste au moment où elle était sur le point de se faufiler...

1.4K Des vues

Likes 1

Manigances sexuelles des partisans de Trump : Nicole Arbour, Kaitlin Bennett, Ashton Whitty et Lauren Southern

Je deviens trop vieux pour cette merde pensa Dustin Heard alors que la voiture se dirigeait vers les collines d'Hollywood. Il se dirigeait vers le manoir de Nicole au-dessus de Los Angeles. Nicole Arbour bronzée et plantureuse. Cette grosse salope américaine blonde. Elle descendait. En permanence. Elle et toutes ses jolies petites copines blondes. Nicole Arbour. Madame lesbienne. 40 ans, 5' 10 de haut, aux longues jambes, athlétique, fort. Et empilé. Comme une maison en briques. 50E-24-38. Cheveux blonds épais jusqu'aux épaules. Rouge à lèvres, ongles et ongles rouge vif. Bronzage doré après un bain de soleil nu. Chatte bien taillée...

1.6K Des vues

Likes 0

Servir la Horde

Je me suis réveillé nu, c'était étrange. je m'étais couché en pyjama; quand tu vis avec tes parents et deux frères plus jeunes, tu es obligé de le faire. Il ne semblait pas y avoir quoi que ce soit sur moi non plus, pas de couette ou de couvertures, juste une douce brise traçant sur mon jeune corps ferme. Le lit sous moi était soyeux et agréable, mais cela ne compensait guère l'étrangeté générale de la situation. Je m'assis et ouvris les yeux pour être accueilli par une vue encore plus étrange. Je n'étais certainement pas dans ma chambre au nord...

1.5K Des vues

Likes 0

Mon projet d'école, MOM 2

Mon projet d'école, MOM 2 Ceci est la deuxième partie de cette histoire pour mieux la comprendre, je vous conseille de lire la première partie. Les commentaires sont les bienvenus. Samedi matin, Sherry s'est réveillée à 7h30. Elle se sentait merveilleusement bien, mais s'est ensuite rendu compte qu'elle avait du sperme séché partout sur ses fesses. Mon dieu, j'ai fait un rêve humide la nuit dernière et je ne me suis pas souvenu que cela lui avait traversé l'esprit. Sa chatte était douloureuse et étirée, et son trou du cul brûlait un peu. Elle s'est contentée de regarder tout le sperme...

1.5K Des vues

Likes 1

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.