Réaliser son fantasme

624Report
Réaliser son fantasme

Je l'ai regardée depuis la fenêtre. Elle venait de rentrer chez elle et sortait de sa voiture. Dans l'allée qu'elle a parcourue, dans quelques secondes, elle serait devant la porte d'entrée. Quelques secondes plus tard, elle était dans la maison. Je connaissais sa routine : quitter la maison à 6h du matin, rentrer à la maison à 17h30, douche, dîner, télé, se coucher. Sans faute, tous les soirs. Elle n’avait pas de mari, pas de petit ami, pas même d’animaux, cette dame était enfermée… ce qui était parfait pour moi. Tu vois, j'avais des projets pour elle.

J'ai entendu la porte d'entrée se fermer de sa chambre à l'étage. Je me dirigeai doucement vers son placard et fermai la porte sans la verrouiller. J'ai revérifié mes fournitures dans ma poche juste pour m'assurer que j'avais tout ce dont j'avais besoin.

Sally, selon le courrier sur le comptoir de sa cuisine, a monté les escaliers jusqu'à sa chambre. À travers les lattes de la porte du placard, je l'ai regardée retirer sa veste de travail et la placer sur le dossier d'une chaise à côté du lit. Ses cheveux roux étaient courts et raides arrivant juste au-dessus de ses épaules. La peau de ses bras était pâle et tachetée de rousseur, j'espérais que le reste d'elle l'était aussi, j'avais hâte de goûter cette peau crémeuse. Déjà, je devenais dur.

Sally enleva sa chemise de travail et la jeta dans le panier à côté de son lit. Son soutien-gorge était vert émeraude et presque transparent. Elle enleva sa jupe et la plaça sur la veste, révélant sa culotte en dentelle vert émeraude assortie. À 5'2", elle avait un corps athlétique, ferme et tonique grâce au temps passé au gymnase, je le soupçonnais. Comme je l’espérais, elle était crémeuse et tachetée de rousseur. J'ai commencé à me caresser à travers mon jean et j'ai senti mon pré-sperme suinter par anticipation.

D'un geste rapide, elle décrocha le soutien-gorge et me donna mon premier regard sur ces magnifiques seins. Petit, probablement un 32 A, mais je ne suis pas difficile. En fait, trop de viande de mésange gêne. Ses seins étaient coiffés de tétons rose vif déjà durs qui adoraient probablement les abus. Bien, parce qu'ils allaient subir des abus ce soir, pensais-je. Elle se plaça devant le miroir et les serra. C'est ça bébé, ai-je pensé, fais un spectacle pour moi. Elle a pris ses seins en coupe et a pincé chaque mamelon, puis a fouillé sa commode et en a sorti quelque chose que je n'avais même pas pensé à vérifier plus tôt, un long vibromasseur mince avec un boîtier de commande attaché par un cordon. Les choses devenaient certainement intéressantes. Sally posa le vibromasseur sur la commode et se tourna vers la salle de bain attenante.

Sa culotte est descendue, me donnant la meilleure vue de son cul galbé. Mon Dieu, j'ai hâte de mettre la main sur ces globes parfaits, pensai-je. Mes yeux exploraient tout et j'aurais juré que sa chatte était déjà mouillée et rasée ! Sally a disparu dans la salle de bain et j'ai entendu la douche arriver. Quand j'ai été certain qu'elle était sous la douche, je suis sorti de ma cachette et j'ai ramassé sa culotte. En regardant dans la salle de bain, j'ai remarqué que je pouvais la voir à travers son rideau de douche en train de se laver les cheveux. J'ai profité de ce moment pour sentir sa culotte, elle était musquée, un peu épicée et définitivement mouillée. J'ai libéré ma bite et utilisé sa culotte pour une mini séance de branlette, juste quelques coups pendant que j'imaginais les choses que je lui ferais.

La douche s'est éteinte. PUTAIN!

Rapidement, je me suis retourné et suis retourné silencieusement à ma cachette dans son placard, la porte s'est fermée juste au moment où elle entrait dans sa chambre en s'essuyant les cheveux. Sally ne s'est même pas arrêtée, bien, elle ne sait pas que je suis là. Elle se dirigea vers la commode et en sortit un bas de pyjama et un t-shirt puis les emmena au lit. J'ai regardé attentivement en attendant mon moment. Elle se pencha légèrement pour mettre sa jambe gauche dans le bas. Maintenant!

J'ai poussé la porte doucement, j'ai parcouru la distance et j'ai enroulé mon bras gauche autour de sa taille, emprisonnant ses bras. Ma main droite a immédiatement couvert sa bouche, étouffant le cri. Je l'ai soulevée dans les airs et je l'ai serrée fort. Elle se débattit pendant une minute puis se détendit en sanglotant, les orteils juste hors de portée du sol.

"Tu sais pourquoi je suis ici." Je lui ai dit. « Vous avez deux choix. Un : vous acceptez tout ce que je vous dis, obéissez-moi et vous pourrez même venir plusieurs fois. Deux : résistez et je te ferai tellement mal que tu te réveilleras à l’hôpital… si tu te réveilles. J'ai continué à lui couvrir la bouche pendant une minute pour laisser l'information pénétrer. "As-tu décidé ?" J'ai demandé. Elle hocha la tête, toujours en sanglotant. "Vas-tu me combattre?" Sally secoua la tête.

«Bien», lui ai-je dit, «maintenant, je vais retirer ma main de ta bouche. Essayez de crier, de crier, de parler, je ferai du bruit de quelque manière que ce soit et je vous ferai du mal. J'ai retiré ma main et sa tête est tombée en sanglotant. J'ai fouillé dans ma poche et j'ai retiré les menottes. J'ai penché Sally sur le lit, j'ai amené sa main droite dans son dos et je l'ai menottée rapidement, puis j'ai attrapé sa main gauche et je l'ai menottée. Soigneusement, j'ai inspecté les menottes pour m'assurer qu'ils n'allaient pas lui faire de mal, puis je les ai verrouillées une fois lorsque j'ai été satisfait. Malgré tout cela, elle continuait à pleurer et à trembler. Ensuite, j'ai sorti un bandeau, je ne peux pas lui permettre de me voir ou ce qui se passe après tout, et je l'ai attaché autour de ses yeux pour vérifier qu'elle ne pouvait pas voir.

En prenant du recul, j'ai admiré mon prix. Une peau crémeuse, des taches de rousseur, des cheveux de feu, une chatte rasée dégoulinante, un trou du cul qui ne demandait qu'à être léché et juste assez de viande sur son cul pour s'y accrocher. Cela allait être amusant.

« Maintenant, mettons certaines choses au clair. Je vais te baiser ; ça va arriver, peu importe ce que vous faites, peu importe ce que vous dites, vous vous faites baiser. J'ai tout le week-end pour te maltraiter. Sally laissa échapper un faible gémissement et recommença à sangloter. « À travers cette épreuve, je devrai t'appeler quelque chose… et pourquoi pas Salope ? Aimez-vous votre nouveau nom Slut? Je lui ai demandé. Elle acquiesça à peine. CLAQUE! Ma main droite a laissé une belle marque rouge sur la peau laiteuse de ses fesses, la faisant sursauter et pousser un cri aigu de surprise.

« Tu me répondras Salope. Aimez-vous votre nouveau nom ? Elle hocha lentement la tête et cria « O-oui ». Cette salope allait avoir besoin d'un entraînement. "Oui quoi?" J'ai demandé. Sally eut l'air confuse mais répondit "Oui… M-maître ?" "Bonne fille salope, tu as répondu comme je voulais." Je lui ai dit. Sally poussa un léger soupir et parut légèrement soulagée.

Je me suis promené de l'autre côté de son lit. La tête de Sally suivait là où je marchais, écoutant attentivement tout indice sur ce qui allait suivre. J'ai attrapé deux des oreillers de son lit et les ai empilés au centre. Puis je suis retourné derrière Sally. Elle se raidit. Je l'ai soulevée alors qu'elle laissait échapper un petit son effrayé, plus léger que ce à quoi je m'attendais, et je l'ai placée face contre terre sur son lit, le ventre sur les oreillers, soutenant cet arrière magnifiquement baisable en l'air.

En reculant, j'ai de nouveau été impressionné par l'apparence étonnante de cette femme menottée, les yeux bandés et sanglotant sur son lit. J'en ai profité pour retirer mes vêtements. À 5'11", je passe moi-même du temps à la salle de sport. Je ne suis pas un imbécile musclé ni un marathonien émacié ; J'ai juste quelques kilos de muscle en trop et malheureusement quelques onces de graisse supplémentaires sur le ventre à perdre.

En regardant sa chatte trempée, je ne pouvais plus me retenir. Je me suis mis sur le lit derrière Sally, la faisant se raidir de peur. J'ai approché mon visage de sa chatte et j'ai vu son trou de cul se resserrer. J'ai commencé à embrasser ses lèvres extérieures et j'ai entendu ses sanglots s'arrêter. J'ai embrassé ses lèvres extérieures et j'ai commencé à lécher ses lèvres intérieures. Ses lèvres intérieures étaient d'un rouge profond et ressortaient, créant une jolie capuche. À tour de rôle, j'ai sucé ses lèvres intérieures. La respiration de Sally avait changé. Son parfum épicé combiné à son nettoyant pour le corps au concombre me rendait fou. Ma langue s'est dirigée vers son trou. Sally inspira brusquement et retint son souffle. Ma langue a pénétré sa chatte et exploré ses profondeurs. Sally la laissa expirer et gémit. Je suppose qu'elle aimait se faire violer.

"Est-ce que tu aimes cette salope?" Je lui ai demandé. "Va te faire foutre." Elle a répondu. CLAQUE! Ma main gauche a laissé une empreinte de main rouge assortie sur son autre fesse. "Mauvaise réponse, salope." Je lui ai dit. "VOUS MERDE MAÎTRE!" Elle a crié. "Ne t'inquiète pas, tu le feras." Je l'ai informée.

Ma langue a continué son assaut sur le trou de sa chatte avant de descendre jusqu'à son clitoris. J'ai sucé son clitoris et j'ai entendu Sally marmonner "Oh mon Dieu". Pendant que je suçais son clitoris, elle commença à bouger subtilement ses hanches. Puis j'ai approché ma bouche de son trou de cul. Elle pouvait sentir mon souffle sur sa porte arrière et se raidit en réponse. Mes lèvres embrassèrent doucement son anus, savourant doucement la sensation de son anneau caoutchouteux serré. Ma langue a commencé à bouger autour de son trou de cul, ce qui a amené Sally à répéter "Oh merde, oh merde, oh merde" dans sa barbe. Lentement, j'ai appliqué une pression sur son trou de cul avec ma langue et je l'ai senti légèrement s'ouvrir. Petit à petit, ma langue s'est frayée un chemin en elle alors qu'elle se détendait face à mon assaut oral.

Soudain, je suis descendu du lit et suis allé récupérer le vibromasseur qu'elle avait laissé sur la commode. C'était plus mince que ma bite mais un peu plus longue. Mon lubrifiant était toujours dans la poche de mon pantalon, je l'ai récupéré et j'en ai appliqué sur le vibrateur. De retour sur le lit, Sally écoutait attentivement en tendant la tête d'un côté et de l'autre. Le jus de sa chatte coulait sur les oreillers, c'était vraiment une salope !

Vibrateur à la main, je me suis de nouveau approché du derrière de Sally. Alors que la pointe du vibromasseur était placée à l'entrée de son trou de cul, elle grinça "S'il vous plaît non, personne n'y est retourné auparavant… Maître." Ajouta-t-elle rapidement. "Qu'est-ce que je t'ai dit avant Salope, ça va arriver, vas-y." Je l'ai informée. Sa tête retomba sur le lit et elle se remit à sangloter en serrant les mains.

Doucement, j'ai poussé le vibrateur vers l'avant. C'était lent mais cela continuait à glisser en elle au fil du temps. Quand elle en eut pris environ la moitié, j'ai commencé à la baiser avec. Au début, elle sifflait à chaque fois qu'elle entrait, mais finalement elle commença à grogner doucement, puis elle commença à faire tourner ses hanches pour répondre à mes poussées. J'ai travaillé le vibrateur plus profondément à chaque poussée jusqu'à ce qu'il ne reste plus que la fin avec le fil qui sortait. J'ai laissé le vibromasseur enfoui dans son cul et j'ai ramassé le boîtier de commande en l'allumant au réglage le plus bas. Sally a failli sauter du lit et a commencé une série de mots incohérents disant "Oh mon Dieu, oh mon Dieu, oh putain oui, oh putain, je n'ai jamais su, oh merde !" Après une minute, Sally a crié : « J'arrive ! Je viens!" La chatte de Sally a jeté juste un peu de liquide sur son lit. Une giclée, sympa !

Laissant le vibromasseur dans ses intestins, je l'ai éteint puis je l'ai tirée du lit sur ses genoux. Elle était effrayée et respirait fort, subissant toujours les répliques de son orgasme. J'ai attendu que sa respiration ralentisse puis j'ai dit: "Il est temps que tu fasses quelque chose pour moi, salope." "Que voulez-vous… Maître." Elle a demandé. Je me suis tenu devant elle et j'ai placé ma bite sur sa joue gauche. Elle a hésité. CLAQUE! Ma main gauche frappa sa joue droite juste assez fort pour lui faire savoir de ne plus bouger, il n'y avait aucune marque cette fois. Encore une fois, j'ai posé ma bite sur sa joue et j'ai commencé à la frotter sur son visage. Elle était si belle à genoux devant moi avec sa lèvre inférieure tremblante.

"Ouvrir." Je lui ai dit. Elle hésita. CLAQUE! Cette fois sur sa joue droite. Elle ouvrit immédiatement. Ma bite s'est arrêtée à l'entrée de sa bouche et s'est frottée autour de ses lèvres ouvertes en leur répandant du précum comme du brillant à lèvres, puis je suis entrée. Mon Dieu, sa bouche était chaude. Elle a immédiatement commencé à sucer et à frotter le dessous de ma bite avec sa langue. Mes mains sont allées des deux côtés de sa tête et j'ai commencé à lui baiser le visage. Lentement au début pour qu'elle puisse s'habituer à ma circonférence, puis un peu plus vite. "Merde, tu sais vraiment comment sucer des bites, salope." Je l'ai complimentée. Un « Mmphh ooo maffuh » tronqué était tout ce qu'elle pouvait faire. Ma bite s'est retrouvée au fond de sa gorge et elle a eu des haut-le-cœur, des larmes commençaient à apparaître sous le bandeau, mais elle n'a toujours pas abandonné. Après quelques minutes à lui baiser la bouche, je l'ai senti. J'ai accéléré et lui ai dit "Je vais venir salope, tu ferais mieux de tout avaler." Puis j'ai éclaté. Ma venue est sortie avec une force que je n'ai ressentie que quelques fois dans ma vie, faisant sursauter Sally. Encore et encore, cela jaillissait. J'ai entendu Sally faire des bruits de déglutition. Quand j'ai finalement eu fini, je me suis retiré de sa bouche bien baisée et je me suis assis sur la chaise sur laquelle elle avait mis sa veste plus tôt.

Sally tomba plus bas et s'assit sur le sol. À un moment donné, le vibromasseur était sorti de son cul. Elle avait l'air maltraitée, fatiguée et sa bouche était rouge et humide. Alors que nous reprenons notre souffle, j'admire encore davantage son corps.

"Alors dis-moi Salope, pourquoi n'as-tu pas d'homme dans ta vie ? Merde, tu n’as même pas d’animal de compagnie ! » Je lui ai demandé. « Je n’ai tout simplement pas le temps. Ça et je suis trop timide pour parler à qui que ce soit, je veux dire, pourquoi voudraient-ils de moi… Maître ? elle a répondu. "Tu as un corps magnifique, salope, un corps fait pour baiser." J'ai répondu. "Dites-moi, quel genre d'expérience sexuelle vivez-vous de toute façon?"

Sally soupira et dit : « Eh bien, à part quelques petits amis que j'ai eu au lycée et à l'université, et cette fois-là avec cette fille, je n'en ai vraiment aucun. Sauf pour mon maître vibromasseur. Fille? Je pensais. "Parle-moi plus de ton expérience de fille Slut." « Rien à dire vraiment. J'étais à une fête à l'université, il y avait une autre fille là-bas. Elle était drôle et je pensais que nous devenions amis. Eh bien, nous avons tous les deux bu un peu et elle m'a embrassé. Comme c'était l'université, je lui ai rendu mon baiser et nous nous sommes retrouvés dans une chambre. Son histoire donnait un second souffle à ma bite. "Nous avons continué à nous embrasser et elle m'a enlevé mes vêtements." Ses mamelons devenaient durs et sa respiration devenait plus profonde. "Elle a mangé ma chatte et a été la première personne à me donner un orgasme de cette façon." Ses tétons ressortaient raides et fiers.

"Rampez vers le son de ma voix, salope." ai-je ordonné. Elle a répondu : « Maître, mes mains sont menottées, comment… ? "Utilisez vos genoux." Je lui ai dit. Elle s'avança d'un pas traînant. "Arrête, maintenant, lève-toi, salope." "Je ne peux pas Maître." Je l'ai aidée à se tenir devant moi. Ses seins étaient à la hauteur parfaite pour que je puisse en abuser. Mes mains massèrent ses petits seins et pincèrent un mamelon. La respiration de Sally est devenue encore plus profonde. J'ai sucé un mamelon dans ma bouche et j'ai fait tourner ma langue autour, savourant cette sensation. Sally laissa échapper un doux « Ohhhhh ». Mon autre main tordait son mamelon pendant que je mordais celui dans ma bouche. "Oh mon Dieu." Sally gémit. Je lui ai demandé : « Est-ce que tu aimes que tes tétons soient maltraités ? "Oh mon Dieu oui Maître, ça me fait jaillir." Elle a répondu. "Bien." J'ai dit et j'ai continué à tirer, à tordre, à mordre et à pincer ses tétons maintenant rouges. Pendant tout ce temps, Sally avait commencé à se tordre, à se retourner et à gémir. Soudain, elle a crié : "Oh mon Dieu, je reviens !" Ses genoux vacillèrent et elle tomba, s'agenouillant à nouveau sur le sol. Je ne savais même pas que c'était possible et je la regardais avec admiration alors qu'elle respirait jusqu'à son apogée. Je la laisse récupérer quelques minutes avant de la relever et de la remettre sur les oreillers du lit.

J'ai récupéré le vibromasseur et réappliqué un peu de lubrifiant dessus avant de le réinsérer dans ses intestins. Ensuite, j'ai basculé sur le réglage le plus bas et je me suis agenouillé derrière elle, alignant ma bite avec sa chatte. Sally avait commencé à gémir quand j'avais allumé le vibromasseur et elle avait continué à gémir. Je l'ai enfoncée. Elle a laissé échapper un « Ahhhhhhhhh ! Trop gros, tu es trop grand ! alors que je m'enfonçais jusqu'à la garde. Merde. Elle ne plaisantait pas. C'était la chatte la plus serrée que j'ai jamais ressentie. Je pensais que sa bouche était chaude, sa chatte était pratiquement en feu. Cela m’a saisi et ne m’a pas lâché.

Être assise là avec ma bite en elle, sentir le bourdonnement du vibrateur à travers la membrane séparant son cul et sa chatte était l'une des meilleures sensations que j'ai jamais eues. Je me suis retiré jusqu'au bout et j'ai commencé à baiser mon prix. Deux autres orgasmes plus tard, elle était dans un autre pays quand je me suis arrêté et j'ai retiré ma bite de sa chatte. J'ai retiré le vibromasseur de son cul pour l'éteindre. Il y avait encore une chose que je voulais faire, mais je voulais qu'elle soit cohérente pour cela. Je suis allé aux toilettes et j'ai nettoyé le vibrateur. Au moment où je suis revenu, la respiration de Sally avait de nouveau ralenti. Ses cheveux étaient collés sur sa tête et son corps luisait de sueur. Sa bouche était grande ouverte et elle avait l'air fatiguée.

Je me suis approché du lit et elle a coaassé : "S'il vous plaît, s'il vous plaît, plus de Maître, plus de Maître, je n'en peux plus." "Salope, je te l'ai dit, ne me résiste pas." J'ai dit. J'ai placé le vibromasseur à l'entrée de sa chatte et j'ai poussé. Il s'est glissé directement à l'intérieur. Sa chatte était crue et rouge à cause de la baise et son trou du cul était desserré avec un léger écart. J'ai appliqué du lubrifiant sur ma bite et je lui en ai injecté dans le cul. Puis j'ai appuyé la tête contre son trou de cul. "S'il vous plaît Maître, pas là, pas là !" Elle supplia avec une force renouvelée et se débattit légèrement. CLAQUE! CLAQUE! CLAQUE! "Salope, tu as vraiment besoin d'apprendre ta place." Dis-je en lui frappant les fesses. Maintenant, ses fesses étaient assorties à sa chatte, rouges et belles.

Encore une fois, j'ai placé ma bite sur son sphincter. Cette fois, elle se tendit mais c'était tout. J'ai appliqué une légère pression et j'ai senti son anneau céder progressivement la place à mon intrus lubrifié. Elle enfouit à nouveau son visage dans le lit et laissa échapper un gémissement plus profond que je ne l'aurais cru possible pour une femme. Ma tête de bite venait juste d'apparaître, là je me suis installé une minute. Lentement, j'ai avancé. Sally continua son gémissement profond et sourd. Ma bite a glissé devant son anneau. J'ai commencé à faire des mouvements lents et courts pour l'habituer à se faire enculer par une bite. Finalement, j'ai touché le fond. Sally s'est exclamée : "Oh mon Dieu, c'est complètement terminé… comment ?" "Le corps fait des choses incroyables quand il est allumé, lui ai-je dit." Je pensais que sa chatte était serrée, son cul lui faisait pratiquement mal alors que je la sentais se plier et se desserrer. Cela ne durerait pas longtemps, je le savais.

J'ai pris la commande du vibrateur et je l'ai rallumé, puis j'ai commencé à lui baiser profondément le cul. Sally grognait à chaque poussée. Juste une petite minute après que j'ai allumé le vibromasseur, elle a commencé à trembler et je l'ai entendue crier le plus fort à ce jour : « PUTAIN DE MERDE, J'ARRIVE ! AHH AHHH AHHH AHHHHHH ! C'était trop pour moi, son cul déjà serré se serrait sur ma bite à plusieurs reprises, me traitant la bite. Le jus de sa chatte a jailli sur mes couilles en les trempant. J'ai grogné et je lui ai tiré dans le cul pendant qu'elle chevauchait son orgasme. Peu à peu, mon orgasme a cédé la place à la douleur et je me suis retiré du cul de Sally en éteignant le contrôle du vibrateur et en le retirant de sa chatte alors que je m'allongeais à côté d'elle.

J'ai attrapé ma clé de menottes et j'ai défait sa main droite. Elle l'a remonté pour retirer le masque et m'a souri. "Je n'ai jamais été baisé comme ça de toute ma vie!" S'exclama-t-elle. « Merci d'avoir répondu à mon message sur le forum. Est-ce vrai ce que tu dis ? As-tu vraiment tout le week-end ? Elle a demandé. J'ai simplement souri et dit : « Oui ». "Bien," dit-elle en posant sa tête sur ma poitrine, "parce qu'il y a encore quelques choses que j'aimerais essayer."

Merci d'avoir lu, n'hésitez pas à me faire savoir ce que vous en pensez.

Articles similaires

The Forgotten Heroes Chapitre 3

Vous et Eve partez dans la forêt pour échapper aux Chevaliers du Cinquième Dragon. Pour tuer le silence, vous posez des questions à Eve sur elle. Alors, comment t'es-tu retrouvé dans l'île du Nord ? Eve attrapa ses bras et eut un regard de profonde réflexion sur son visage. J'étais jeune seulement 23 ans encore un enfant par des Elfes, mais ma tribu a été assassinée et presque anéantie par une bande de colons humains. J'ai été épargné à cause de ma beauté naturelle et vendu en esclavage des années plus tard, je me suis retrouvé au milieu où un homme...

877 Des vues

Likes 0

Daniels vengeance partie 2

Daniels vengeance partie 2 Karen était immobile alors qu'elle se remettait de son orgasme. La voix la narguant sur la vulnérabilité de son corps à la stimulation et sur le fait qu'elle aurait plus d'orgasmes. Cela la méprisait sans fin. Ce monstre !! Profitant d'elle de cette façon ! Elle savait qu'il était naturel que son corps réagisse au vibromasseur de cette façon. Elle savait qu'elle était violée. Mais comment se fait-il que ce démon puisse vouloir que ce soit agréable pour elle. Lâche! pensa-t-elle. Une fois de plus, elle entendit un mouvement derrière elle. Que pourrait-il se passer ensuite ? Daniel...

1.4K Des vues

Likes 0

Photos de Laure

Je voyais Laura par intermittence depuis quelques années, nous étions au mieux des copains de baise, et au pire, nous passerions des semaines sans parler. Nous étions de retour depuis un moment quand Laura a appelé et s'est invitée ce soir-là. Laura était exceptionnellement chaude, de longs cheveux blonds, des yeux bleus, un corps serré, un bronzage toute l'année, de beaux seins de bonnet B et une chatte rasée que j'adorais manger. Habituellement, lorsque Laura venait après le travail, elle apportait une tenue sexy avec elle et s'habillait pour moi. Parfois, nous prenions des photos d'elle dans divers états vestimentaires et...

666 Des vues

Likes 0

Domination_(2)

Ils roulèrent tous les deux dans un silence gêné jusqu'à ce que Frank propose d'un ton maussade : Je ne vois pas pourquoi tu continues à voir ce type ! Tu ne réalises pas à quel point c'est dégradant pour moi ? Je suis désolée, répondit Dana, mais tu sais qu'on n'y peut rien, et au fait, aujourd'hui, Jack veut que tu regardes. Quoi!?! son mari depuis quinze ans a crié avec indignation. Je ne le ferai certainement pas !!! Cela dépend de vous bien sûr, répondit-elle d'un ton neutre, mais il a dit que si vous ne vous présentiez pas...

386 Des vues

Likes 0

Voyeur Mère

Mon frère Josh et moi étions par terre en train de jouer au Scrabble avec Luis et Isabella Gomez chez eux. Mme Gomez était une personne étrange. Elle s'asseyait parfois sur le canapé et nous regardait avec un verre de jus d'orange, dans lequel nous pouvions tous sentir la vodka. Ses vêtements étaient toujours remarquables. Parfois, elle portait des pantalons serrés et un chemisier gonflé, parfois elle portait une robe avec une jupe ample - totalement inappropriée pour faire le tour de la maison. Et ses cheveux, qui auraient dû être noirs, étaient blonds mais plutôt orange. Elle portait toujours du...

1K Des vues

Likes 0

Apprivoiser le cul de michelle

Oh Danny j'ai attendu si longtemps ce moment - enfin tu es là - je ne peux pas croire que tu sois là - ce soir - je veux me donner à toi. Je veux que tu me prennes et que tu me fasses tout à toi – embrasse-moi et fais-moi savoir que c'est réel. En regardant profondément dans ses yeux, j'ai dit : Tu es enfermée dans mes rêves depuis tant de mois maintenant - j'ai attendu si longtemps ce moment aussi - pour enfin pouvoir te tenir, te regarder dans les yeux, t'embrasser et te faire Je t'aime -...

726 Des vues

Likes 0

Paul l'Ancien

Par Gail Holmes Paul était l’aîné de la famille, il avait un frère et une sœur cadette, même s’il n’avait jamais perdu sa virginité à l’approche de vingt-cinq ans. David, tu ne pourrais pas rencontrer un gars plus excité ; il lui suffisait de regarder une fille et elle devenait mouillée à cette pensée. Mais Kerrie était désormais une fille qui savait plaire. Le problème de Paul était qu'il était timide, d'accord, il achetait tous les magazines pour filles, et il apportait même des films pour jouer, le problème était qu'il était nerveux à chaque fois qu'il les regardait au cas où...

421 Des vues

Likes 0

Les fêtes d'à côté

Fbailey numéro d'histoire 777 Les fêtes d'à côté En grandissant, ma famille vivait juste à côté d'une taverne sauvage. Maman a essayé de le classer en l'appelant un bar mais le panneau indiquait Tavern. Notre vieille clôture s'effondrait alors un printemps, j'ai aidé papa à en installer une nouvelle. Le meilleur prix sur la clôture de confidentialité était pour des sections de cinq pieds de haut. Cela n'allait pas suffire à mon père, mais financièrement, il a cédé. Ce qu'il a décidé, c'est de l'élever à dix-huit pouces du sol. De cette façon, seules les personnes de sept pieds de haut...

2.8K Des vues

Likes 0

Le dépanneur avance

Cela faisait environ 8 mois que Jenny était décédée, une période pendant laquelle je suis resté célibataire, en partie parce que j'avais le sentiment que je devais toujours lui être fidèle et en partie parce que je croyais que j'étais peut-être puni pour mon comportement antérieur, même si je n'avais que 25 ans. vieux, il ne fallut pas longtemps avant que je recommence à me sentir vraiment excitée et chercher à lâcher le dépanneur une fois de plus est devenu une nécessité. Mon appartement à l'étage donnait sur un nouveau lotissement qui avait été construit sur un terrain commercial récupéré juste...

1.1K Des vues

Likes 0

Mes meilleures études jamais partie 2

Benjamin... m'appela à nouveau la douce voix de Samantha. Oh mec, cette nuit ne cesse de s'améliorer pour moi. Plus tôt, je l'avais invitée à venir étudier avec moi, mes parents étant partis en voyage d'affaires pour les deux semaines suivantes ; nos études se sont transformées en bien plus, elle voulait travailler sur nos études sexuelles et comment celles-ci sont sorties !!! Benjamin... m'appelle-t-elle une fois de plus, descendant le couloir jusqu'à ma chambre. Samantha est tout sauf insatiable quand il s'agit de sexe; à en juger par le ton de sa voix, elle veut une autre tentative, en supposant...

854 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.