Désir d'un espion

446Report
Désir d'un espion

Prologue:

Les portes vitrées jumelles s'écartèrent silencieusement l'une de l'autre tandis qu'une femme silencieuse les traversait. Porter des vêtements noirs ; Du maillot de corps au pantalon, en passant par la veste et même la ceinture, la stature silencieuse s'est déplacée pour se tenir devant le bureau largement espacé.

Assis avec sa chaise dos à l'invité, un autre personnage restait. Le mur auquel cet homme faisait face était couvert d’innombrables peintures et autres objets accrochés précisément au mur ou de petites étagères dépassant de celui-ci. Les portes par lesquelles le visiteur était passé s'étaient fermées, laissant à nouveau la pièce insonorisée.

" Je ne veux entendre aucune excuse ", a déclaré l'homme depuis sa chaise, toujours face à la femme.

" Je vous dis monsieur que ce n'était pas à cause de mes propres fautes ", protesta la femme. Sa voix était aussi douce qu'un chant d'oiseau mais, comme l'homme le savait très bien, c'était une grossière sous-estimation des capacités de la femme.

"Je m'en fiche ! Je ne veux pas savoir pourquoi c'est arrivé, comment c'est arrivé, ou comment cela aurait pu être corrigé !" L'homme fit pivoter sa chaise pour lui faire face, faisant tomber négligemment plusieurs papiers sur le bureau sur les côtés de la moquette. Une courte moustache au-dessus de ses lèvres était légèrement ébouriffée. " Je t'ai donné un ordre et tu as échoué à cet ordre. Tu te souviens de ce que j'ai dit, ce qui se passerait si tu m'avais laissé tomber cette fois, et maintenant tu vas payer ce prix ! "

À peine détectable, l'homme poussa légèrement sur une sculpture ornée d'un pygargue à tête blanche miniature assis sur le côté de son bureau, à droite. La tête de l'aigle s'inclina légèrement en arrière, puis, avec un petit clic, revint à sa position normale.

Tandis que cela se produisait, les yeux de la femme s'écarquillèrent. Un petit halètement sortit de sa bouche, puis elle se tourna vers les portes par lesquelles elle était passée et commença à se diriger vers elles. Cependant, avant qu'elle ne les atteigne, deux hommes grands et musclés se sont apparemment matérialisés de l'autre côté de la porte et se sont déplacés pour bloquer sa sortie. Elle essaya astucieusement de se faufiler entre les hommes, parvenant à esquiver la main du premier mais à se retrouver prise dans l'emprise de l'autre homme. Rapidement, la femme descendit jusqu'à sa taille où elle avait un petit couteau glissé entre la différence entre ses vêtements du haut et du bas. Elle avait à peine retiré le couteau de sa place qu'elle sentit un coup sec sur le côté de son cou, faisant instantanément tomber le couteau dans sa main ; ressentir un engourdissement sur tout le corps. Un état de panique s'est installé lorsqu'elle a réalisé peu de temps après qu'elle ne pouvait contrôler aucune partie de son corps, ne pouvant même pas ouvrir la bouche pour crier.

Les deux hommes la soulevèrent brutalement en la suspendant entre leurs épaules. L'homme fit un signe de tête aux hommes.

" Emmenez-la à la salle de torture, " ordonna-t-il calmement. Les deux hommes hochèrent légèrement la tête et transportèrent la femme hors des portes jumelles et dans un couloir, tournant à droite vers un escalier en pente descendante.

L'homme les regarda silencieusement. Puis il tourna le dos à la porte et étudia de nouveau les peintures.

" Encore un échec ", se demanda-t-il à voix basse. " Combien de fois devra-t-elle encore être envoyée pour attraper cet espion ! Comment peut-il échapper à mes griffes ! Mon meilleur agent, déjoué par un espion, et elle s'attend à ce que je sois indulgent ! " Maintenant, il était clairement en colère, cognant son poing sur l'accoudoir de sa chaise.
" Mais ce n'est pas fini, non, pas du tout. Je te ferai espionner, et quand je le ferai, tu espéreras que tu ne t'es jamais mêlé à mes affaires. "

Il s'interrompit lorsqu'il entendit un petit cri parvenir à ses oreilles depuis les escaliers du couloir. Un sourire sinistre s'afficha sur son visage. " Cela apprendra à cette salope à ne plus me décevoir. "

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Chapitre 1 - Les choses ne se passent jamais bien dans le monde

" Oh, ne sommes-nous pas l'homme de ce soir !"
"Tu souhaites seulement pouvoir m'avoir."
« Allez, on pourrait se retrouver rapidement à l'étage.
"Je ne pense pas vraiment que ce soit une bonne idée."
" Oh, tu es un si mauvais joueur. "
"Je vais te dire, très bien ! Donne-moi juste une demi-heure et je me lève, sois prêt."
"Bébé, je suis toujours prêt."

Condamner! La façon dont cette fille parle peut faire honte à Clinton à cause de son propre scandale !

Je n'avais pas trop honte cependant, je savais qu'elle ne cesserait pas de m'avoir ce soir, et même si j'avais cédé à ses souhaits, je n'avais aucune idée de m'y engager.

J'ai pris ma coupe de champagne et l'ai sirotée. Espionner, dirait-on, était une perte totale de temps puisque l'on fait quelque chose de moralement répréhensible, même si je n'y croyais pas. Après tout, lorsque vous travaillez avec MIA aussi longtemps, vous pensez que vous êtes le président, prêt à appuyer sur ce petit bouton rouge pour renvoyer la Chine en enfer. Eh bien, vous ne pouviez pas situer exactement cet événement, mais bon sang ! ce serait agréable.

J'ai pris encore quelques gorgées. Cela faisait déjà plusieurs heures qu'il espionnait la chambre d'hôtel. Même si je ne pouvais pas y entrer, j'ai pu placer discrètement un appareil d'écoute sans fil juste à peine sous la porte, où il planait à 1/6 de pouce du tapis. Maintenant, ma tête résonnait des bruits du ménage et de leurs tâches, ainsi que de quelques ragots qui feraient tourner un homme particulier de quelques jolies nuances.

Encore quelques gorgées, écoutant des bavardages constants, scrutant attentivement la pièce à la recherche de la personne que je cherchais. Son nom, Jermaine, un baron de la drogue international qui, à partir d'entretiens et d'observations locales, a pris cet hôtel comme une fantaisie. De nombreux employés de ménage m'ont parlé de ses soirées endiablées après minuit, du fait qu'il y avait plus que beaucoup de filles enfermées dans sa chambre privée. Je ne pouvais pas m'empêcher de penser que je devrais peut-être simplement attendre l'une de ses soirées et me mêler à la foule qui entra, mais j'ai finalement décidé que ce serait trop risqué, surtout si ma fausse identité ne le trompait pas. J'étais sûr qu'il bénéficierait d'une sorte de protection physique, sans doute sous la forme de plusieurs de ses voyous issus de son métier.

Encore quelques gorgées, c'est tout, puis j'en ai eu marre de ce jeu. En buvant le reste, en m'assurant de ne pas en gaspiller car c'était assez cher, je me suis levé et j'ai étiré les crampes dans mes jambes et le bas de mon dos. Bon sang, ces choses font mal ! En prenant grand soin de donner l'impression de m'étirer (alors que je regardais délibérément les couloirs à mes côtés et le bureau à côté de la chambre du supposé baron de la drogue), j'ai finalement apaisé mes muscles fatigués.

Même si j’avais seulement 29 ans, je ressemblais plutôt à une vieille sorcière. Je n'ai jamais pu me sortir de ma vie professionnelle pour prendre une douche de bonne qualité ou raser ces satanées moustaches qui semblent pousser n'importe où. Cela ne veut pas dire que je n'étais pas propre et infecté par des poux, pour ainsi dire, je dis simplement que je n'ai pas pris autant de temps sur les questions d'hygiène. En plus, je rompais toujours mes promesses, ce qui me revenait régulièrement. Bien sûr, rompre une promesse pourrait être une question de vie ou de mort dans ma carrière. Et quelle carrière ce fut ! Agent du MIA, surveillant les individus et les réseaux hautement mandatés. Que demander de plus ! Excitation, frisson et tir aux armes ! Cependant, la première et la dernière affaire que j'ai eu à faire était lors de ma dernière affaire, où un salaud d'or avait fait venir une bande de ses camarades pour essayer de « me faire tomber ». Maintenant, mes amis, c’était plus d’horreur que d’excitation ; ce n'est pas particulièrement agréable d'avoir votre arme de poing confrontée à plusieurs automatiques entièrement armés. Eh bien, pour faire court, j'ai détruit des millions de dégâts et plusieurs éléments de preuve dans ce combat, mais j'ai survécu et j'ai vécu pour entendre les divagations de M. H. Boy, mais c'était assez exaltant ! Vous vous posez probablement des questions sur la dame avec qui je discutais. Ce n'était pas ma femme, ôte ça de ta tête. Juste un "habituel" qui voulait s'amuser avec un homme aisé, et si je pouvais attirer l'attention d'une beauté comme elle, alors j'accordais une grande valeur à mon apparence personnelle ; même si je sentais que j'avais toujours l'air d'une merde.

J'ai l'impression d'avoir une conversation assez ennuyeuse avec vous-mêmes. Revenons donc au cas.

Après mes « étirements », j'ai pris la liberté de faire un tour dans les deux couloirs (ne voyant personne ni rien d'inhabituel), puis de passer devant la chambre du baron de la drogue, en essayant de détecter toute odeur ou texture inhabituelle sur la porte qui pourrait suggérer Activités illégales. Je ne l'ai pas fait. Soit ce type avait une très bonne ventilation, soit mes sens devenaient perturbés. Quoi qu'il en soit, je suis retourné, déçu, vers une autre chaise, plus près de la porte, et je me suis assis à côté d'un homme assis derrière moi, lisant un journal.

" Toujours rien hein, Rank " murmura-t-il, sa voix à peine audible pour moi.

"Le même vieux, le même vieux," murmurai-je en retour.

Maintenant, je suis sûr que vous êtes confus en ce moment. Qui était ce type qui me parlait ? Quel lien avait-il avec un agent du MIA ? Ceci, cela... eh bien, voici la réponse. Lui aussi en était un. Un sacrément bon que je suis heureux de vous annoncer en tant que partenaire. Ce type, nommé Gérard, ou du moins c'est ainsi qu'il s'appelait, était un agent de premier ordre dans ce domaine. N'ayant moi-même que quelques années d'expérience, bien que correspondant à l'intelligence et à la ruse de la plupart des gens âgés de 20 ans au-dessus de moi ; Gérard était incontestablement celui qui possédait le plus de connaissances. Nous n'avons pas beaucoup parlé d'expériences personnelles, et la seule chose que j'ai recueillie auprès de lui est son âge ; 36. Le reste de sa personne était plutôt ordonné en fait. Sa tête était recouverte d'un gel lisse, une marque de fabrique de lui-même. Une petite moustache recouvrait ses lèvres et ses sourcils avaient tendance à s'incliner plutôt qu'à se courber. Ce travail et son stress vous feront cela, car j'ai vu le même regard sur la plupart des agents plus âgés. Eh bien, la vie n'était pas vraiment indigne d'être vécue.

" Je ne pense pas que nous ayons le choix, nous allons devoir attendre tard dans la nuit ", ai-je observé.

" Oh, je ne m'y oppose pas, " répondit-il calmement. Il avait toujours ce genre de ton, où on ne pouvait pas dire s'il était en colère ou triste. "Tu n'as jamais été du genre à être patient."

"Eh bien, bon sang ! Si ces gars se présentaient et faisaient leur truc, nous pourrions faire le nôtre et faire la fête nous-mêmes. "

" Mais ce n'est pas le cas, et je suis sûr qu'ils ne le feront pas. Continuez à penser cela, et qui sait, vous pourriez réaliser ce souhait ", a-t-il déclaré.

Maintenant, vous pensez probablement, bon sang, ce type est un imbécile. Qu'est-ce qui se passe avec des gars comme lui, il devrait être infiltré, surveiller depuis un coin ou avoir son arme prête à exploser ?. Le fait est que nous sommes MIA. Nous n'avons pas besoin d'armes pour faire nos affaires cependant, nous en portions toujours une, je portais ma beauté sous mes épaules, sur une pochette en bandoulière qui descendait jusqu'au milieu de ma poitrine. Il est tout aussi facile pour moi de mettre la main dans la poche de mon manteau et de tirer une balle sur quelqu'un que d'atteindre mes hanches.

Mes oreilles se sont soudainement dressées au bruit soudain de mon écouteur. J'entendais une sorte de course dans la pièce, de précipitation si on peut dire. J'ai concentré mes yeux sur la porte et j'ai tapoté sur Gérald, qui a simplement tourné la tête, a hoché la tête et a également jeté un coup d'œil. Rien ne semblait aller mal, la porte était aussi stoïque que d'habitude. Mais je pouvais toujours entendre ce foutu son et cela me rendait fou sans en connaître la raison.

Un autre son interrompit mon attention. Un bruit sourd, comme si une batte de baseball venait de frapper quelqu'un à la tête. En fait, c'était exactement ce que je pensais. J'ai jeté un rapide coup d'œil à Gérard, qui l'a pointé du doigt rapidement, et j'ai compris. Le signal était : surveillez la porte, couvrez-vous, je m'en vais. Et je savais où il allait partir. Gardant la tête fixée sur la porte et ses environs immédiats, j'ai mis la main dans mon manteau et j'ai desserré mon étui. Cela faisait toujours du bien d'avoir ce confort d'un pistolet entièrement chargé prêt à être distribué avec un avantage. Toujours.

Je pouvais voir Gérard de ma vue périphérique se diriger nonchalamment vers le côté de la porte de cette pièce. Comme s'il s'appuyait contre le mur pour souffler un peu, il tourna rapidement son oreille droite vers la porte. Plusieurs moments de tension se sont écoulés, le bruit sourd étant désormais silencieux, et mon esprit s'emballait avec plusieurs solutions à mes questions. Entretien ménager? Je ne les avais pas encore vu sortir et je ne pensais pas qu'ils avaient un autre chemin pour entrer dans la pièce. Au moins, je n'en ai pas vu. Quelqu'un se fait tabasser ? Personne à ma connaissance n'aurait dû être dans cette pièce, à l'exception du ménage. Bien sûr, mon esprit me criait de forcer la porte et de le découvrir, mais je devais garder mes pulsions sous contrôle. Si je déménageais trop tôt, je pourrais faire sauter ma couverture, et peut-être celle de Gérard, et ce ne serait pas une expérience agréable à mon retour au quartier général. Non, c'est plutôt l'enfer.

Gérard revenait de la porte et reprit sa place sur sa chaise et reprit habituellement son journal.

" Rien. Dès que j'ai placé mon oreille à côté de cette porte, le son s'est arrêté. Des capteurs, aucun que j'ai pu détecter. Je ne doute pas que ce son n'était pas une croupe consensuelle, " expliqua-t-il en gardant la voix au niveau de murmure.

" J'ai remarqué que le bruit s'est arrêté lorsque vous vous êtes penché vers la porte. Je ne sais pas si quelqu'un aurait pu vous remarquer, vous étiez plutôt décontracté et rien d'inhabituel ne semblait vous avertir ", ai-je ajouté.

"Tu vas bien surveiller, tout comme moi. Si cela dure encore une heure, nous arrêterons la journée et nous reposerons pour les observations de ce soir. J'ai entendu dire que c'était censé être une sacrée fête", a-t-il déclaré. , en poussant un petit rire. L'humour, quelque chose qui m'a surpris de sa part car il avait toujours l'air du genre grincheux et professionnel.

"D'accord", ai-je simplement répondu, puisque je ne pouvais pas très bien lui ordonner de faire quoi que ce soit.

L'heure passa. Toujours rien. Pas de bruits sourds, de bruits étranges, de voix. Calme. Bon sang, je déteste le calme. Pas d’excitation ni de montée d’adrénaline.

Gérard se leva simplement et secoua la tête une fois, signal qui marquait la fin de la journée d'observations. Je me suis levé, j'ai fait un doux au revoir à Gérard et je suis parti vers ma chambre au deuxième étage. En prenant les escaliers, j'atteignis ma chambre en moins de 3 minutes. Je suppose que cette dame obtiendrait ce qu’elle voulait après tout.

~~~~~~~~~~~~~~~~

Chapitre 2 - Ce que veut une femme


Dès que j’ai ouvert la porte de ma suite d’hôtel au 3ème étage, l’odeur de lavande a rempli mes narines. Je suis resté là pendant un moment (dans l'obscurité totale, semble-t-il, seulement une petite fente de lumière éclairant sous une porte de la pièce), m'imprégnant de la qualité apaisante de l'arôme et repoussant mentalement le stress de mon travail actuel. Même si j'étais inquiet à propos de la surveillance de ce soir, je ne pouvais m'empêcher de ressentir de l'impatience à l'idée du moment où j'entrerais plus loin dans ma chambre. Je lui avais dit d'aller dans la chambre et on dirait qu'elle m'attendait tout le temps.

Prenant une autre profonde inspiration de lavande, j'ai continué dans ma suite, en veillant à fermer doucement la porte derrière moi, en verrouillant l'appareil électronique du bas, puis le verrou coulissant manuel du haut. Après cela, j'ai fait quelques pas supplémentaires, en prenant soin de ne pas faire trop de bruit tout en continuant à travers l'obscurité vers le petit éclat de lumière.

Avant de faire quelques pas supplémentaires, j'entendis un léger bruissement alors que je traversais le sol. En me penchant, j'ai posé ma main sur le tapis lisse et j'ai ramassé plusieurs petits pétales.

Bon sang, cette femme a pensé à tout !

Remplacement des pétales ; Je me sentais un peu coupable de les avoir ramassés en premier lieu, ils semblaient simplement faire davantage partie du tapis et c'était une honte d'en retirer les petits pétales.

J'ai commencé à m'approcher de la porte, réalisant que c'était la salle de bain dans laquelle j'allais entrer. En me plaçant contre la porte, je pus détecter une sorte de gémissement se produisant dans l'enceinte de la salle de bain. Quoi qu’il en soit, c’était certainement du plaisir et non de la douleur.

Prenant une autre bouffée de l'arôme désormais érotique tourbillonnant autour de ma tête, je posai doucement ma main sur la poignée de porte. J'ai également commencé à remarquer de petites bouffées de vapeur s'élevant sous le bas de la porte. J'ai commencé à avoir des doutes sur l'idée d'entrer dans la salle de bain, pensant peut-être que je la dérangerais alors que je pensais que c'était romantique que ce soit juste une douche normale sans aucune intention du tout. Je n'ai pas eu à réfléchir longtemps avant d'entendre sa voix douce et soyeuse m'entourer.

" Oh, j'espère que vous ne me laisserez pas tout seul Monsieur. "

La façon dont elle faisait rouler ses syllabes sur sa langue m'a décidé aussi vite qu'un lapin ! Passant ma main sur la poignée, je la tournai doucement et poussai la porte vers l'intérieur.

Maintenant, ma salle de bain dans la suite était assez grande, par rapport aux dimensions normales. Il y avait une vanité avec tout le nécessaire ainsi qu'une très grande combinaison douche/baignoire qui rendait les manœuvres très faciles. Et c'est là que je l'ai trouvée dans toute sa splendeur.

Levant la tête de la poignée vers la douche où je remarquai maintenant le débit uniforme de la douche, je la vis debout pour la première fois sans ses vêtements. Mes yeux se sont immédiatement posés sur sa poitrine, réalisant la beauté de ses seins bien proportionnés, juste de la bonne taille pour que mes mains (ou j'espérais) les saisir. Ses mamelons étaient complètement dressés, éloignés de son ériola, comme si je m'exhibe juste pour moi, je commence à faire couler du sang dans ma virilité.

Puis mes yeux se sont tournés vers son visage. La façon dont ses cheveux noirs redéfinissaient ses yeux bleu aqua m'a fait penser qu'elle était tout droit sortie du paradis ! Ses lèvres, maintenant tendues vers un sourire alléchant, rendaient mes propres lèvres desséchées en comparaison ; son nez était parfaitement formé et ses oreilles se dressaient avec défi.

Je ne pouvais que baisser les yeux sans voix vers son espace le plus privé. Je pouvais voir une petite touffe de cheveux noirs jaillir juste au-dessus de sa féminité, me taquinant de m'approcher et de la voir dans toute sa splendeur et sa gloire. La plus petite partie de sa chatte était visible, une scène excitante à voir et je ne pouvais que réfléchir rapidement à ce à quoi cela ressemblerait avec une vue dégagée !

Mon regard terminé (une chose qui m'a semblé avoir pris toute la nuit), j'ai regardé son visage. Avec un sourire encore plus large maintenant, elle éteignit la douche et sortit de la douche, nue et mouillée, l'eau coulant sur les côtés de sa poitrine et autour des courbes de ses cuisses. Alors qu'elle se levait, les gouttelettes d'eau ont commencé à s'attacher à tout son corps, faisant palpiter ma virilité dans mon pantalon, désireuse de la liberté de cette femme qu'elle aurait bientôt.

Je me sentais figée dans le temps alors qu'elle s'approchait de moi, gardant son sourire planté et son corps bougeant de la manière la plus provocante. Ses hanches se balançaient d'avant en arrière, sa poitrine se balançait librement pendant qu'elle marchait, un spectacle à voir en effet !

Puis elle était juste à côté de moi, me regardant dans les yeux, gardant mes propres yeux fixés sur elle avec émerveillement. Je sentais que j'allais simplement maintenir ce regard, regarder toujours ce visage et ressentir la vague de chaleur qui rampait le long de mon corps. Avec cette lueur espiègle dans ses yeux, elle se pencha doucement et, saisissant la nuque avec ses mains, m'attira pour l'embrasser. Ses lèvres, mes lèvres, se sont heurtées à ce moment-là et j'ai soudain su que tout ce que tout le monde vous dit sur la qualité du sexe était vrai. Son baiser n'était rien à quoi je m'attendais, pas de ces conneries de baisers rapides pour que tu te sentes mieux, non ; ce baiser était réel, et il était destiné avec sincérité à la personne – moi.

Son plaisir était évident sur son visage, ses joues commençaient à prendre une jolie nuance de rouge qui m'excitait incroyablement. Me sentant en sécurité quant au mouvement de mes propres parties du corps, j'ai pris mes propres bras et les ai balancés sous elle, la soulevant juste en dessous de ses fesses et dans une position de berceau, comme si je tenais un bébé. Tenant toujours ce baiser, maintenant combiné avec des picotements rapides de plusieurs fièvres fouettées par la langue, je la portai pas à pas depuis la salle de bain trempée dans la brume jusqu'à la chambre. Avec la prudence d'un père, je l'ai allongée sur le lit king-size, retirant pour le moment mes lèvres des siennes.

J'ai grimpé sur elle, à quatre pattes, la dominant, me délectant de ce moment érotique. Ses mains ont commencé à bouger, frottant les côtés de ma poitrine et de mon cou, mes inquiétudes commençant à disparaître rapidement. J'avais complètement succombé à mon désir !

Avec des mains visiblement intelligentes, elle a enlevé ma veste noire, la jetant sur le côté, puis a rapidement détaché ma cravate, l'ajoutant à la pile avec la veste. Ces mêmes mains se posèrent de manière séduisante sur le haut de mon cou. Ses doigts bougèrent parfaitement et glissèrent le premier bouton de son espace en haut de mon cou, le deuxième de la même manière, puis le troisième. À chaque intervalle de bouton, ses mains glissaient dans la zone nouvellement découverte, envoyant des frissons de haut en bas de ma colonne vertébrale alors que son contact se produisait sur mon contact, glissant sur mes propres mamelons et les cheveux de ma poitrine. Elle a commencé à boucler les cheveux sur ma poitrine, les tirant légèrement puis les relâchant, un motif qu'elle répétait encore et encore, m'envoyant presque au point d'éjaculer à ce moment-là.

Au dernier bouton, elle s'est déplacée vers une position plus basse en fonction de ma situation et a relâché le dernier bouton. Ma poitrine désormais entièrement découverte est devenue son propre terrain de jeu personnel. Ces mains, 'oh, comme ces mains !' a bougé et tordu ma poitrine, me faisant sentir que j'allais bientôt perdre le contrôle de mon esprit. Elle se pencha et plaça ses dents sur l'un de mes mamelons, l'attrapant doucement puis tirant dessus. Maintenant, c'était totalement nouveau pour moi, et j'étais complètement surpris, mais bon sang ! c'était une bonne sensation. Mon extase augmentait à chaque nouvel endroit qu'elle touchait.

Quand j'ai senti que je ne pourrais plus me retenir, elle s'est arrêtée brusquement et a complètement retiré ses mains de ma poitrine, pour les replacer sur mon entrejambe. Ma virilité, ayant l'impression qu'elle allait sortir des ourlets de mon pantalon, a commencé à devenir vraiment active. Sans plus d'angoisse, elle a sorti ma ceinture des poches et y a mis la main.

Exaltant! C'est la meilleure explication que j'ai pu trouver alors que sa main enfermait mon pénis. Je me suis battu pour garder une idée de moi-même alors qu'elle tâtonnait sur ma virilité, passant ses mains soyeuses sur toute la longueur et tombant jusqu'à mes couilles, attrapant puis relâchant les organes fragiles comme si elle avait peur de les arracher.

Je n'en pouvais plus. Avec de la sueur transpirant sur tout mon visage et mon corps, j'ai jeté mes mains sur mon pantalon et je les ai retirés de moi-même, et j'ai baissé mes sous-vêtements pour révéler mon propre espace privé complètement nu. Ses mains ont continué à explorer ma région, provoquant des explosions de sensations de mon corps à chaque contact.

Cependant, j'ai senti que je devais lui rendre ma gratitude et je suis passé du sommet d'elle à ses côtés. La gardant allongée sur le côté, je me suis allongé sur le côté, ma virilité dépassant devant moi, la laissant la seule chose entre moi et elle.

Elle m'a simplement regardé et m'a souri pendant que je passais mes propres mains sur son corps. Mes mains explorèrent son visage, effleurant ses cheveux noirs et courant le long de ses joues. Mon propre désir d'explorer davantage a pris le dessus sur moi et mes mains ont dérivé de son visage, le long de son cou et jusqu'à sa poitrine. Mes deux mains saisirent un de ses seins, le prenant doucement entre elles. Je pouvais remarquer le plaisir évident qu'elle en ressentait alors que son corps tremblait de plaisir. Mes mains massèrent ce sein avec longueur, mes doigts tirant sur son mamelon dressé, provoquant une explosion encore plus d'agonie dans son corps.

Avec une douce persuasion, j'ai retiré mes mains de sa poitrine pour surfer sur son ventre bien tonique, m'émerveillant de sa douceur et de sa texture. J'ai enroulé mes doigts autour de son nombril, les dansant autour de cette petite zone pour la faire trembler à nouveau d'agonie.

Ensuite, mes mains sont descendues vers la zone la plus sensible de son corps. Mes doigts effleurèrent ses poils pubiens, tirant d'étranges mèches de cheveux pour son plaisir et son désir. En me déplaçant plus bas, mes doigts rencontrèrent le début de sa chatte, ces lèvres sexuelles couvertes de substance humide alors qu'elle anticipait l'inévitable. Ces mêmes doigts caressèrent l'entrée, ouvrant légèrement le trou pour un meilleur accès. Et d'un doux mouvement de la main, j'ai plongé le premier de mes doigts à l'intérieur d'elle, la faisant prendre une profonde inspiration et gémir de plaisir. Mon doigt entra et sortit de sa chatte en rythme, ses lèvres sexuelles bougeant dans le flux avec mon doigt, ce qui rendit son clitoris plus défini. À ce moment-là, les doigts de mon autre main ont commencé à tourmenter cette petite ampoule, la plongeant dans un état très excitant. Je pouvais dire qu'elle était sur le point d'avoir un orgasme, et je voulais lui en offrir un pour ne jamais l'oublier !

Bougant de plus en plus vite, j'ai plongé un deuxième doigt dans sa chatte avec le premier ; son corps commença à se plier légèrement vers l'air au milieu, formant un petit arc le long de son dos. Ses gémissements s'intensifièrent, elle transpirait maintenant aussi fort que moi, formant de petites flaques d'eau sur les draps. Son orgasme commença à arriver, son dos se cambrant de plus en plus, mes doigts poursuivant leur plaisir et ma propre virilité palpitant de bonheur. Puis, avec un fort gémissement de sa propre initiative, elle atteignit son orgasme, se cambrant à un degré incroyable, et se laissa tomber dans les draps et l'oreiller, ses gémissements redevenant un ton normal, un sourire de satisfaction idiot collé sur son visage.

Je pouvais à peine l'entendre, mais ses lèvres étaient faciles à lire. " Je te veux en moi. Je veux que tu me donnes quelque chose que tu n'as pas encore essayé. "

J'étais prêt, je lui donnerais la satisfaction qu'elle désirait. Elle aurait la gratification qu’elle méritait bien.

"Je veux que tu me baises", murmura-t-elle vigoureusement, ses mots roulant avec une si douce séduction que tu n'allais pas désobéir.

En me soulevant au-dessus d'elle, j'ai récupéré mes doigts de leur place, la faisant gémir de désapprobation face à mon arrêt brusque du plaisir. Prenant ma virilité dans ma main, je l'ai passée au-dessus de sa chatte, jaillissant maintenant de jus qui n'attendaient que mon entrée. Et c’est ce que j’ai fait. J'ai placé ma virilité à cette entrée et j'ai immédiatement pris une poussée à l'intérieur.

Les étoiles ont commencé à éclater partout dans ma tête ! Des sensations du plus haut degré enveloppèrent mon corps, m'envoyant dans une machine à plaisir. Un autre plongeon, puis un autre, et un autre, et un autre… Mon martèlement rythmique sur sa féminité est devenu quelque chose que j'ai fait inconsciemment, son corps prenant le coup de ma virilité, envoyant des courants de plaisir et d'extase à travers son corps ; sa poitrine gonflait maintenant jusqu'à atteindre sa plus grande taille, ces mamelons étant visibles à leur position simple. Ses gémissements augmentèrent à nouveau, me faisant à mon tour ajouter mes propres grognements de satisfaction alors que je maintenais mon rythme. Ces minutes intemporelles s'écoulaient, moi donnant tout mon cœur pour la garder pleine de plaisir, et elle-même recevant ouvertement mon affection et mon désir. Encore et encore, j'ai continué mon action sur elle, transpirant à une vitesse vertigineuse qui était facilement égalée par la femme. Nos gémissements et nos grognements se sont mêlés, ce qui m'a rendu encore plus excité, lui procurant plus de contentement. Mes orgams ont commencé à arriver juste au moment où son deuxième commençait, nous obligeant à nous perdre et à gémir d'extase alors que la sensation balayait nos corps, éliminant l'énergie que nous avions.

Notre rythme a commencé à diminuer lentement. Je devenais très fatigué, je commençais à pénétrer à une vitesse si lente que j'avais l'impression que j'allais sortir de son corps et m'effondrer complètement sur elle. Prenant une dernière poussée, je me suis retourné à côté d'elle, nous deux à bout de souffle et l'expulsant aussi vite que nous essayions de contrôler nos battements de cœur qui s'emballaient.

Sa main s'est tendue et a pris la mienne, la tenant avec une si douce affection que j'ai cru que j'allais pleurer et fondre en larmes impuissantes à cet instant ; mais j'ai maîtrisé mes émotions et ma respiration, ainsi que la sienne, a commencé à revenir à un volume plus normal.

Ses yeux se posèrent à nouveau sur les miens et nous nous regardâmes simplement avec de petits sourires sur nos visages idiots. Je sentais que j'avais fait de mon mieux qu'elle aurait pu vouloir et dont elle avait besoin, que j'avais rempli ma fin d'une manière étrange.

Enfin, elle brisa le silence de la luxure avec ses mots. "Je veux juste que tu saches… ça doit être le meilleur sexe que j'ai jamais eu ou que j'aurai."

Je n'ai pas pu m'empêcher d'émettre un petit rire à sa remarque. " Je suis heureux d'avoir pu vous offrir mes services et les rendre utiles. "

L'épuisement s'installait, je pouvais dire que nous allions nous endormir en fin d'après-midi, dans une atmosphère presque sombre sur le lit, sans nos vêtements ni gêne.

Avant que nous partions tous les deux vers nos mondes de rêve, elle a murmuré cette petite phrase...

"Nous devrions essayer ça une autre fois, et j'ai plein d'autres choses à essayer..."

Articles similaires

The Forgotten Heroes Chapitre 3

Vous et Eve partez dans la forêt pour échapper aux Chevaliers du Cinquième Dragon. Pour tuer le silence, vous posez des questions à Eve sur elle. Alors, comment t'es-tu retrouvé dans l'île du Nord ? Eve attrapa ses bras et eut un regard de profonde réflexion sur son visage. J'étais jeune seulement 23 ans encore un enfant par des Elfes, mais ma tribu a été assassinée et presque anéantie par une bande de colons humains. J'ai été épargné à cause de ma beauté naturelle et vendu en esclavage des années plus tard, je me suis retrouvé au milieu où un homme...

880 Des vues

Likes 0

Photos de Laure

Je voyais Laura par intermittence depuis quelques années, nous étions au mieux des copains de baise, et au pire, nous passerions des semaines sans parler. Nous étions de retour depuis un moment quand Laura a appelé et s'est invitée ce soir-là. Laura était exceptionnellement chaude, de longs cheveux blonds, des yeux bleus, un corps serré, un bronzage toute l'année, de beaux seins de bonnet B et une chatte rasée que j'adorais manger. Habituellement, lorsque Laura venait après le travail, elle apportait une tenue sexy avec elle et s'habillait pour moi. Parfois, nous prenions des photos d'elle dans divers états vestimentaires et...

667 Des vues

Likes 0

Daniels vengeance partie 2

Daniels vengeance partie 2 Karen était immobile alors qu'elle se remettait de son orgasme. La voix la narguant sur la vulnérabilité de son corps à la stimulation et sur le fait qu'elle aurait plus d'orgasmes. Cela la méprisait sans fin. Ce monstre !! Profitant d'elle de cette façon ! Elle savait qu'il était naturel que son corps réagisse au vibromasseur de cette façon. Elle savait qu'elle était violée. Mais comment se fait-il que ce démon puisse vouloir que ce soit agréable pour elle. Lâche! pensa-t-elle. Une fois de plus, elle entendit un mouvement derrière elle. Que pourrait-il se passer ensuite ? Daniel...

1.4K Des vues

Likes 0

Les assassins non contrôlés Chapitre 1

Le barman était un homme costaud. Il avait un visage rond et pulpeux avec de petits yeux et un gros nez. En ce moment, il était constamment irrité par une mouche qui, apparemment, appréciait beaucoup son nez. Le bar était apparemment vide avec quelques danseurs qui attendaient que la soirée commence. Certains avaient déjà des clients et étaient occupés à répondre à leurs besoins. Ma tête a arrêté de tourner quand j'ai vu une danseuse dans un coin. Elle portait un soutien-gorge en soie bleu foncé avec un short assorti. Sa peau ivoire brillait sous les lumières. Elle avait un air...

488 Des vues

Likes 0

Né de nouveau partie 2

À trois heures, nous nous y remettons et Marie sort le cognac. Roy a déclaré: Un baril de whisky et un bon ivrogne conviendraient mieux à ce bourbier. Très bien, vous avez votre cognac, laissez-moi réfléchir, et comme je le pensais, maman et Mary ont ri en voyant le bloc sténo sortir et les boules de papier frapper le sol comme de la pluie. Marie et Mary ont ramassé les balles et se sont regardées en secouant la tête et ont dit: Il ne peut pas, il ne le ferait pas. J'ai terminé et je suis revenu à la table. Mary...

2.1K Des vues

Likes 0

Les fêtes d'à côté

Fbailey numéro d'histoire 777 Les fêtes d'à côté En grandissant, ma famille vivait juste à côté d'une taverne sauvage. Maman a essayé de le classer en l'appelant un bar mais le panneau indiquait Tavern. Notre vieille clôture s'effondrait alors un printemps, j'ai aidé papa à en installer une nouvelle. Le meilleur prix sur la clôture de confidentialité était pour des sections de cinq pieds de haut. Cela n'allait pas suffire à mon père, mais financièrement, il a cédé. Ce qu'il a décidé, c'est de l'élever à dix-huit pouces du sol. De cette façon, seules les personnes de sept pieds de haut...

2.8K Des vues

Likes 0

Pom-pom girl en chef

C'était le football du vendredi soir et notre équipe du lycée vient de perdre un match très serré. Vous voyez, je suis la pom-pom girl en chef et mon petit ami Jim est le quart-arrière et le capitaine de l'équipe. Cela semble stéréotypé, mais c'est le lycée. Eh bien, il était définitivement déçu parce qu'il a lancé la mauvaise passe qui aurait pu gagner le match mais l'a mise dans la terre à 5 pieds devant son meilleur ami et arrière de l'équipe dans la zone des buts. Je voulais vraiment le remonter le moral. Cela fait plus d'un an que...

1.4K Des vues

Likes 0

Voyeur Mère

Mon frère Josh et moi étions par terre en train de jouer au Scrabble avec Luis et Isabella Gomez chez eux. Mme Gomez était une personne étrange. Elle s'asseyait parfois sur le canapé et nous regardait avec un verre de jus d'orange, dans lequel nous pouvions tous sentir la vodka. Ses vêtements étaient toujours remarquables. Parfois, elle portait des pantalons serrés et un chemisier gonflé, parfois elle portait une robe avec une jupe ample - totalement inappropriée pour faire le tour de la maison. Et ses cheveux, qui auraient dû être noirs, étaient blonds mais plutôt orange. Elle portait toujours du...

1K Des vues

Likes 0

Reine Yavara : Chapitre 35

Pour ceux qui n’ont pas lu Queen Yavara : Adrianna’s Story, j’en ai inclus un résumé ci-dessous. L’histoire était une nouvelle qui détaillait la transformation et l’évolution du personnage d’Adrianna et comprenait les chapitres 28 à 34. Synopsis de l'histoire d'Adrianna Adrianna utilise ses compétences de commandant pour régner sur la population sauvage des tribus et des immigrants Ardeni. Elle gagne leur respect grâce à une démonstration de force brutale et, à son tour, prouve aux autres hybrides qu'elle est capable d'être gouvernante, même si elle est réticente à le faire. Yavara a modifié sept autres hybrides. Les femmes devenues hermaphrodites...

691 Des vues

Likes 0

Kathy et John

Kathy savait qu'elle devait se dépêcher, Craig, l'ami de son mari, l'attendait en bas dans la cuisine. Elle se tourna et regarda une fois de plus dans le grand miroir son costume de déguisement qu'elle portait à la fête de travail ce soir-là. Son mari depuis dix ans, John, avait récemment laissé entendre des allusions peu subtiles à propos de son ancien uniforme scolaire, se demandant à voix haute si elle pourrait encore y rentrer après deux enfants. Pour son plus grand plaisir, Kathy pouvait encore se glisser dans la petite jupe plissée, même si ses hanches et ses cuisses s'étaient...

532 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.