Ma nièce Sally, nous avons eu des jours meilleurs

421Report
Ma nièce Sally, nous avons eu des jours meilleurs

Je me suis réveillé le lendemain matin, une tasse de café sur ma table de chevet, et le journal au pied du lit. "Étrange." Je me suis dit. Leesha était déjà debout, et généralement le dimanche, j'étais le lève-tôt. Il était un peu plus de huit heures. Pas trop tôt, mais pas trop tard non plus. Je me levai, enfilai mon peignoir, mis le papier sous mon bras et descendis les escaliers en sirotant mon café.
"Bonjour tête endormie." dit Leesha, l'air un peu embarrassée de tout. "Je suis désolé pour la nuit dernière bébé." Elle s'est approchée de moi et m'a fait un bisou sur la joue. « Je ne sais pas si c'était le vin, ou le soleil, ou les deux. Je ne pouvais tout simplement pas garder les yeux ouverts.
"C'est bon bébé. J'ai juste regardé la télé et je suis allé me ​​coucher. J'ai contourné le problème "Les filles dorment encore?" je regardais par la fenêtre arrière
Elle est venue à côté de moi avec la cafetière pour remplir ma tasse. "Je ne sais pas. Je vais me renseigner. Elle posa la cafetière sur une petite table près de la porte de derrière et se dirigea vers la maison des invités.
Je la vis ouvrir la porte et disparaître à l'intérieur au moment où le téléphone sonnait. "Bonjour" dis-je dans le récepteur.
"Salut patron, désolé d'appeler si tôt." C'était Don.
"Oh pas de problème. J'étais déjà debout. Alors quoi de neuf?" dis-je, espérant qu'il ferait ce court et doux.
"Eh bien, nous venons chercher Alex. Est-elle debout ? Il avait presque l'air pressé, ou comme si quelque chose n'allait pas.
"Je ne sais pas, Leesha est descendue pour voir s'il y avait du mouvement." J'ai regardé dans la direction du cottage et les quatre femmes se dirigeaient vers la maison. « Attendez une minute Don, ils sont debout et se dirigent vers la maison. Pouvez-vous attendre une seconde, je vais donner le téléphone à Alex.
"Ok mon pote." Il a répondu.
"Alex, ton père est au téléphone." ai-je appelé alors que la porte arrière s'ouvrait.
"D'accord, oncle Mark." Elle bondit dans son T-shirt, et je pouvais dire qu'elle n'avait rien en dessous, à part son bas de bikini. Elle m'a souri en prenant le téléphone.
"Salut papa... Ok... Mais... Je ne peux pas rester ici, vous allez être absents toute la journée, et je vais devoir me changer et... Oncle Mark ?" dit-elle dans cette écolière sexy en mauvaise moue.
"Ouais." J'ai répondu sur mon journal.
"Mes parents doivent aller en ville pour rencontrer des amis aujourd'hui. Est-ce que ça irait si je restais ici avec Sally pendant leur absence ? » Elle avait cet air implorant et boudeur de chiot sur le visage. Je me demandais secrètement si ces filles savaient ce que ça me faisait.
J'ai regardé dans la direction de Misha pour approbation, et elle a hoché la tête. "Bien sûr ma chérie. Je ne pense pas que nous fassions quoi que ce soit. Vous pourriez vous ennuyer.
"Je pense que ça ira." Elle ricana un peu en replaçant le téléphone contre son oreille. « Il a dit que ça allait papa… Ok… Bien sûr qu'il est là. Il veut te parler. dit-elle en me tendant le téléphone.
"Oui Don."
"Tu es sûr que ce n'est pas un partenaire problématique?" Il m'a demandé.
"Oui, je suis sûr, pas de problème du tout. Appelez-nous quand vous êtes sur le point de revenir, et nous pourrons préparer ses affaires.
"Ok mon pote, on va faire. On se voit plus tard." Il avait l'air soulagé comme s'il ne voulait vraiment pas qu'elle soit avec eux de toute façon.
J'appuyai sur le bouton de fin du téléphone et le posai sur la table. "Ok ma chérie, tu es à nous pour la journée." J'ai annoncé. Elle et Sally ont commencé à sauter de joie.
"Eh bien, nous devons rentrer à la maison." Patty a dit. Elle se tenait à côté de Mandy, toutes les deux déjà habillées.
"Merci de nous laisser rester chez vous les gars." dit Mandy en rassemblant son petit paquet de maillot de bain et de serviette. Ils ont fait le tour en disant au revoir aux deux autres filles, puis à ma femme et moi.
"Oui," dit Patty en passant devant moi, "j'ai passé un moment merveilleux." Elle m'a fait un clin d'œil en sortant.
J'ai juste souri et ajusté ma robe, en espérant que ma bite n'était pas devenue visiblement en érection pendant qu'on me rappelait les événements de la nuit précédente.
Le petit déjeuner a été servi, les douches ont été prises et les filles sont retournées à la piscine pour prendre un bain de soleil.
Peu de temps après, Leesha descendit les escaliers pour annoncer qu'elle était en route pour la maison de Granny. "C'est mon week-end pour m'asseoir avec elle. Je ne devrais pas être absent trop longtemps. Elle m'a embrassé en passant. "Il y a du chili dans le congélateur, ou vous pouvez sortir ou quelque chose comme ça."
"Nous serons bien." J'ai dit: "Je pense que je peux gérer deux adolescentes."
Leesha a franchi la porte d'entrée de la maison, et peu après j'ai entendu la porte du garage s'ouvrir, la Cadillac rugir à la vie, puis c'était à nouveau silencieux. "Je pense que je vais aller nager moi-même." me dis-je en jetant un coup d'œil par la porte arrière coulissante en verre aux deux adorables qui se prélassent au bord de ma piscine.


Leesha venait de quitter l'allée. Elle regarda dans son rétroviseur, comme pour s'assurer qu'elle n'était pas suivie. Elle sortit son téléphone portable de son sac à main et le mit dans la boîte à gants. Elle tendit la main vers la console centrale et décrocha un autre téléphone. Elle appuya sur le numéro un pour la numérotation abrégée, et appuya sur "TALK". Elle écouta nerveusement une première sonnerie, puis deux. Enfin à la troisième sonnerie, un homme décrocha.
"Bonjour?" dit la voix.
"Salut ton beau." dit Leesha avec séduction. "Je suis en route. Êtes-vous prêt pour moi?"
"Bébé, je suis toujours prêt pour toi. Quel est votre plaisir aujourd'hui ? Un peu de romance, ou peut-être un peu d'érotisme, peut-être un peu de bondage ? »
"Oh Franco, tu sais que j'adore ton accent." Leesha frottait déjà l'intérieur de ses cuisses par anticipation. "Il me rend fou."
« Oui, ma chérie, tu conduis, et sois prudent. Je serai là quand tu arriveras, et j'ai quelque chose de spécial à te dire. dit Franco.
"Ok, j'arrive dans quelques minutes." Elle appuya sur le bouton d'arrêt et essaya de se concentrer sur sa conduite.
Leesha a rencontré Franco il y a environ deux ans alors qu'elle travaillait dans une librairie qui vendait des éditions rares et de collection. Franco était venu essayer de trouver un certain volume, et c'est arrivé. Il l'a séduite dans son bureau avec juste ses yeux. Peu de temps après, une date, puis deux, et puis c'est devenu un dimanche sur deux pendant les dix-huit derniers mois. Elle aimait toujours son mari, mais l'étincelle s'était éteinte dans leur vie. Elle sentait qu'il n'avait pas la passion ou la volonté de la suivre, et certes, après ses week-ends avec Franco, elle n'était pas d'humeur à autre chose qu'à un quickie pour empêcher son mari de se méfier. .
Elle a négocié les dernières courbes sur la colline sur laquelle vivait Franco, puis a accéléré le Caddy dans son allée. Il l'attendait sur le pas de la porte de son luxueux appartement.
Elle est sortie de sa voiture et s'est dirigée vers l'endroit où Franco se tenait juste vêtu de son peignoir. Elle l'embrassa passionnément alors que ses mains se frayaient un chemin dans sa robe. Elle tendit la main et trouva ce qu'elle cherchait. Son membre était déjà semi-dressé, et elle lui donna une légère pression. "Il semble que je sois trop habillé." Elle commenta rompant le baiser et se glissant devant lui à travers la porte.
Une fois à l'intérieur, il l'attrapa par derrière en la prenant dans ses bras et se dirigea vers l'étage. Elle était comme une plume dans ses bras, elle se sentait en sécurité, sexy et lubrique. Une fois qu'ils furent entrés dans le grenier à l'étage, il l'allongea doucement sur le lit, se leva et enleva son peignoir.
Sa bite maintenant en érection se dressait tout droit sur presque dix pouces. Il s'agenouilla devant elle sur le lit et enleva ses chaussures une par une, embrassant et caressant chaque pied pendant qu'il les reposait. Il embrassa doucement ses mollets, frottant doucement les muscles au fur et à mesure. Elle posa sa tête sur l'oreiller et frissonna de l'attention que lui portait son amant français. Il souleva doucement sa jupe courte et découvrit qu'elle n'avait pas de culotte. Sa chatte glabre et dégoulinante qui lui avait déjà procuré tant de plaisir dans le passé, le regarda fixement, s'ouvrant légèrement, attendant anxieusement le toucher de son amant. Il a accroché ses doigts à la ceinture de sa jupe et l'a lentement retirée de son corps en attente. Elle a soulevé le haut de son corps et a retiré sa chemise, puis s'est allongée, complètement exposée. Ses mamelons étaient durs et picotaient, et sa chatte était en feu. Il a poursuivi son assaut sur le haut de ses cuisses, tout en écartant légèrement ses jambes. Ses mains atteignirent son os pubien et se posèrent sur son abdomen. Elle écarta largement les jambes pour le laisser faire ce qu'il voulait avec elle. Sa bouche atteignit son trou fumant. Il laissa sa langue danser autour de ses lèvres sensibles, ses mains se levant pour toucher ses seins gonflés.
Leesha respirait fortement maintenant en prévision de son prochain mouvement. Elle sentit sa langue plonger dans l'intérieur de sa chatte trempée. C'était tout ce qu'il fallait, et elle sentit les premiers frissons de l'orgasme commencer à lui déchirer le corps. Ses reins étaient en feu, et son esprit était sous le choc, alors que des vagues intenses de plaisir la submergeaient. Sa chatte fumante a éclaté dans l'orgasme, et un fluide doux et torride s'est précipité. Franco a léché et aspiré son clitoris et a fait de son mieux pour attraper tout l'éjaculat féminin qui a éclaté sur son visage et son menton. Son corps a commencé à se détendre, alors que l'orgasme massif diminuait.
Franco a déplacé ses baisers sur son ventre, puis sur chaque sein succulent, en accordant une attention particulière à chaque mamelon prononcé, envoyant des ondes de choc à travers le corps de Leesha. Le bout de son membre massif effleura son clitoris gonflé, l'amenant presque au bord de l'éruption à nouveau. Franco a regardé dans les yeux de son amant et a enfoncé sa bite lancinante dans sa chatte dégoulinante jusqu'à la garde. Leesha a crié à l'invasion, mais a enfoncé ses hanches dans les siennes pour une pénétration maximale.
"Baise-moi bébé, baise-moi fort." Leesha a plaidé. "Je veux ta bite, tout ça."
Franco a commencé un rythme de longs coups. Il a commencé par une retraite lente, puis un plongeon puissant. Leesha a rencontré ses poussées avec les siennes, ratissant ses ongles sur son dos et ses fesses puissantes.
Franco sentit ses couilles se resserrer et savait qu'il ne tarderait pas à venir. Il accéléra son rythme et frappa sa viande assez fort pour la faire traverser le lit.
"Ouais bébé, jouis pour moi." chanta Leesha en sentant son propre orgasme se construire. « Jouis pour moi bébé. Je veux tout, remplis-moi. Leesha sentit la première vague de plaisir profondément dans son abdomen. Franco poussa une dernière fois et gémit bruyamment alors que sa semence éclatait profondément dans sa cavité. Leesha ne se retint plus et éclata d'orgasme tout en serrant Franco contre elle.
Ils restèrent immobiles un certain temps, ne voulant pas bouger et interrompre l'extase qui les enveloppait. Enfin Franco respira, puis poussa sa bite plus loin, si c'était possible. Leesha sursauta au plaisir renouvelé. Finalement, il s'effondra sur elle, et leurs corps en sueur ne formèrent qu'un.
Peu de temps après, Franco s'est éloigné de Leesha et ils se sont allongés côte à côte dans la rémanence. "Leesha, ma douce, je t'ai dit que j'avais des nouvelles pour toi." Franco a commencé.
"Mmm, n'importe quoi mon amour. Dis-moi n'importe quoi." Leesha roucoula.
"Mon travail ici en Amérique est presque terminé, et je vais retourner en France."
"Quand dois-tu partir ?" demanda Leesha, une certaine inquiétude dans la voix.
"Le mois prochain. Je vais commencer le processus de déménagement. Mon remplaçant viendra dans deux semaines pour commencer sa formation. Je l'ai appris la semaine dernière. » Il se tourna vers elle et effleura son visage maintenant attristé avec sa main.
Leesha était déchirée à l'intérieur. Elle était tombée amoureuse de Franco. Il était devenu sa seule raison de vivre ces dernières semaines après la mort de sa sœur. Il était devenu son confident, son roc. Leesha a commencé à pleurer. "Oh bébé, je ne peux pas croire que cela se passe."
Franco essuya ses larmes. "Je veux que tu viennes avec moi." Il lâcha. « Je veux te ramener chez moi dans les Alpes. Je prendrai soin de toi mi amore.
Leesha regarda profondément dans les yeux de Franco. « Et mon mari ? Elle a répondu. « Je ne pouvais pas me lever et partir aussi vite. Il ne comprendrait pas. Il me détesterait. Je me détesterais. Elle parlait plus à elle-même qu'à Franco à ce stade. « Je ne pourrais pas, n'est-ce pas ? » Elle a fait des allers-retours avec elle-même pendant ce qui lui a semblé une éternité. « Comment pourrais-je lui dire ? » Elle cherchait maintenant une réponse. Elle avait pris sa décision.
Leesha et Franco ont refait l'amour, puis elle s'est douchée. Elle essaya de laisser la peur et l'agonie qu'elle ressentait disparaître. Elle ne savait pas comment, mais elle voulait, non, elle avait besoin d'aller en France avec Franco. Elle l'aimait. En quittant le condo de Franco, elle a fouillé dans la boîte à gants pour prendre son téléphone portable. La lumière clignotait et sur l'écran, elle a vu "un appel manqué".


Après le départ de Leesha, je suis monté à l'étage et j'ai enfilé mon maillot de bain. J'attrapai le téléphone sans fil en sortant et me dirigeai vers la piscine. Alex et Sally étaient allongés sur quelques-unes des nombreuses chaises longues autour de la piscine, profitant du soleil. J'ai choisi une chaise de l'autre côté de la piscine et j'ai mis mes lunettes noires pour protéger mes yeux du soleil et pour m'assurer qu'ils ne pouvaient pas voir ce que je regardais. J'ai regardé les filles allongées au soleil, me souvenant des événements de la veille. Ils étaient si jeunes, si dynamiques, si vivants. Le mot jeune était ce qui me restait à l'esprit. Ils n'étaient que des enfants, et compte tenu des événements avec Sally il y a quelques semaines, et avec Alex la nuit précédente, cela a fait de moi un agresseur. J'ai commencé à avoir des visions de menottes, de policiers et de prison. Qu'avais-je fait ?
Le son de la sonnerie du téléphone m'a sorti de ma haine de moi-même. "Bonjour." J'ai répondu.
"Marque?" C'était la grand-mère de Leesha.
"Hé grand-mère, comment ça va ?" criai-je dans le téléphone. Mamie a quatre-vingt-quatre ans et commence à perdre ses facultés, mais son esprit est toujours vif comme un clou.
« Pas très bien ici. Est-ce que Leesha est là ? Elle avait l'air un peu désemparée.
"Euh, non Mamie, elle est censée être là-bas."
« Oh, attendez une minute, j'ai un autre appel. Au revoir." Et Mamie a raccroché.
"C'est étrange." me dis-je à haute voix. J'ai composé le numéro de téléphone portable de Leesha. Il a sonné quatre fois et est allé à la messagerie vocale. Je n'ai pas laissé de message. Son téléphone allant à la messagerie vocale m'a dit qu'elle n'était pas là où elle avait dit qu'elle allait. J'espérais juste qu'elle allait bien.
Je me suis levé de la chaise et je suis retourné dans la maison. J'ai remplacé mon maillot de bain par un jean et un t-shirt. Je suis retourné à la piscine et j'ai dit à Sally que je reviendrais tout de suite.
"Est-ce que tout va bien?" Elle me demanda.
"Oui ma chérie, ça va, j'ai juste quelque chose à faire. Je serai de retour rapidement."
"Ok, on se voit quand tu reviens." Elle répondit.
« Vous ne restez pas ici trop longtemps, le soleil est chaud aujourd'hui. dis-je en rentrant dans la maison.
J'attrapai mes clés sur le bureau et me dirigeai vers le garage. J'ai reculé mon vieux pick-up et me suis dirigé vers l'allée pavée. Une fois sur le chemin de la maison de Granny, j'ai gardé les yeux ouverts pour tout signe de perturbation le long des côtés de la route. J'ai sorti mon téléphone portable, j'ai appelé la ligne non urgente du shérif et j'ai demandé s'il y avait des accidents signalés le long de la route nationale quatre-vingt-dix-sept. Le répartiteur m'a assuré qu'il n'y en avait pas eu.
« Où pourrait-elle être ? » me suis-je demandé en pensant au pire.
J'ai fait tout le chemin jusqu'à la maison de mamie et, à ma grande surprise, la voiture de Carla était dans l'allée. Je suis sorti du camion et j'ai grimpé les escaliers du porche. À bout de souffle, j'ai frappé à la porte d'entrée.
« Est-ce que Leesha est là ? J'ai demandé à Carla quand la porte s'est ouverte.
"Non Mark, ce n'est pas son week-end. Je ne l'ai pas vue.
"Ce n'est pas son week-end ?" J'avais l'air perplexe.
« Non, son week-end était le week-end dernier. Charles en tire un, j'en tire deux et Leesha l'autre. Carla a commencé à avoir l'air inquiète. « Marc, qu'est-ce qui ne va pas ? »
"Je pensais que Leesha avait deux week-ends par mois ?" Je me demandais maintenant pourquoi Leesha mentirait à ce sujet.
"Non. Où est-elle Marc ? Carla commençait à s'inquiéter maintenant.
"Je ne sais pas." J'ai dit. « Mais, je vais me renseigner. Désolé je vous ai dérangé les gars. Dites bonjour à Granny pour moi, voulez-vous ? » J'ai bondi en bas des marches et je suis remonté dans le camion.
Je ne savais pas où chercher d'autre, ni ce qu'elle pouvait bien faire. Depuis combien de temps n'avait-elle eu qu'un week-end ? Pourquoi me mentait-elle ?
Je suis rentré à la maison, j'ai jeté mes clés sur le bureau et j'ai vu les filles entassées sur le canapé en train de regarder la télé.
"Quelqu'un appelle?" J'ai demandé. J'étais à peu près sûr de la réponse.
« Non personne. Avez-vous tout fait ?"
Je suis resté là à regarder dans la direction de la télé, mais sans vraiment la voir. J'étais perdu dans mes réflexions sur l'endroit où se trouvait ma femme, ce qu'elle faisait et même avec qui.
« Oncle Marc ? » Sally a sifflé pour attirer mon attention.
« Euh… Ouais… Quoi ? » balbutiai-je.
"Avez-vous tout fait ?" Elle m'a redemandé.
"Euh, oui chérie, j'ai tout fait." dis-je en me tournant vers mon bureau.
Je me suis assis sur ma chaise de bureau et j'ai allumé mon ordinateur portable. Je me suis connecté et j'ai vérifié le compte bancaire. Tout était encore là, comme c'était censé être. J'ai vérifié mes e-mails professionnels, mes e-mails personnels. Il n'y avait rien d'elle récemment. J'ai regardé l'horloge, et elle était partie depuis un peu plus de trois heures maintenant. J'étais perplexe. Je ne savais pas ce qui lui était arrivé, ni où elle se trouvait. La connaissance de l'horaire avec sa grand-mère était troublante.
« Je le saurai bien assez tôt quand elle rentrera à la maison. Si elle rentre à la maison. Je pensais.
Le reste de l'après-midi se passa sans incident. Don et Brenda sont venus chercher Alex vers cinq heures et demie. J'ai fait du poulet pour le dîner, et Sally et moi avons mangé. Vers sept heures et demie, Sally m'a annoncé qu'elle était fatiguée et qu'elle allait dans sa chambre pour lire et probablement s'endormir. Leesha devrait être rentrée à huit heures quinze environ.
Rapidement à huit heures quinze, comme elle l'avait fait chaque fois qu'elle devait s'asseoir avec sa grand-mère, j'ai entendu le Caddy arriver dans l'allée. Je me suis levé de mon bureau et suis allé à la porte du garage par la cuisine pour la rencontrer. J'ai ouvert la porte et je l'ai vue se regarder dans le miroir. Elle a tourné la tête et son visage est devenu blanc quand elle m'a vu.
Je sortis de la porte et la laissai se refermer derrière moi. Leesha coupa le moteur de la Cadillac et sortit.
« Comment va mamie ? » Je lui ai demandé.
« Elle va très bien. Gripping sur une chose ou une autre, comme d'habitude. Comment allez-vous, les gars?" Elle m'a demandé, inclinant la tête vers le haut pour un baiser.
J'ai juste tenu bon et je l'ai regardée. "Je sais que tu n'étais pas chez mamie aujourd'hui Leesha." J'ai failli lui crier dessus. « Où étais-tu ? » Elle a baissé la tête et s'est éloignée de moi.
"Il faut qu'on parle." dit-elle en me bousculant en entrant dans la maison.
Elle posa son sac sur le comptoir de la cuisine et se retourna. "Je suis tombé amoureux de quelqu'un, Mark." La nouvelle m'a frappé comme une brique.
Je m'assis à la table de la cuisine avec un bruit sourd. Je posai mes coudes sur la table et mon visage dans mes mains. « Le Français de la librairie ? J'ai demandé.
« Tu étais au courant ? » Elle avait l'air choquée.
Je ne savais vraiment pas qu'elle l'avait baisé, mais je savais qu'il y avait une attirance là-bas. "Je le fais maintenant." J'ai dit. "Depuis combien de temps cela dure-t-il?" ai-je demandé, pas sûr de vouloir connaître la réponse.
"Depuis environ deux mois avant que je quitte la librairie." Sa tête était baissée de honte. « Il me rend heureux Marc. Non pas que tu ne le fasses pas, mais juste de différentes manières. Elle me regarda, une larme coulant sur son visage. "Tu me détestes maintenant, n'est-ce pas ?"
« Je me suis levé de table et j'ai marché dans sa direction. "Je ne te déteste pas bébé." J'ai réussi à dire sans lui crier dessus. Je passai mes bras autour d'elle et lui fis un câlin. Elle me serra fort contre moi et laissa échapper un gros soupir. Je baissai la tête et murmurai à son oreille. "Tu peux avoir la voiture, fous le camp de chez moi, ce soir." Je l'ai dit très calmement. Je n'ai pas crié, ni hurlé. Je la serrai fort dans mes bras, puis la relâchai et m'éloignai en direction de la cuisine. Je m'arrêtai juste avant d'entrer dans mon bureau. "Prenez quelques vêtements pour l'instant, les avocats trouveront le reste plus tard. Au revoir Leesha. J'entrai dans mon bureau à domicile et fermai la porte.
Quelques minutes plus tard, elle a ouvert la porte de mon bureau. J'étais assis à mon bureau, fixant mon ordinateur portable, sans vraiment rien faire. "J'ai dit au revoir à Sally. Je ne suis pas entré dans beaucoup de détails. Mais je lui ai dit qu'on parlerait plus tard. Je l'enverrai chercher quand je serai là où je vais, si tu le veux.
"Nous serons bien." Je lui ai dit. «Nous allons régler tout cela avec le reste des choses. Peux-tu fermer la porte en sortant ? dis-je assez froidement.
Elle n'a pas répondu, s'est juste éloignée avec sa valise roulant derrière elle.

Je me suis assis à mon bureau, pensant à ce qui venait de se passer. Ma femme venait de me quitter pour un autre homme. Une flopée d'émotions m'a traversé. J'étais en colère, j'étais très en colère. J'ai aussi été blessé. Je savais que les choses entre nous n'étaient pas parfaites, mais je pensais qu'elle était beaucoup plus heureuse avec moi que ça. J'étais confus, à ce que j'ai fait de mal. J'ai réussi, j'ai gardé la forme, j'aimais et je prenais soin d'elle. Ou, du moins, je pensais l'avoir fait. J'ai commencé à pleurer. Des larmes coulaient sur mon visage. J'étais tellement sûr de nous. Nous allions être ensemble pour toujours. Je ne sais pas combien de temps j'étais assis là à réfléchir. "Qu'ai-je fait de mal?" J'ai levé les yeux vers le plafond, comme pour demander à Dieu.
"Tu n'as rien fait de mal." C'était la voix de Sally.
J'ai essayé de me composer. "Combien de temps avez-vous été là?" demandai-je en reniflant et en attrapant un mouchoir.
"Pas longtemps." Elle s'est approchée de mon bureau. "Je ne veux pas aller en France oncle Marc." dit-elle en contournant le dossier de ma chaise.
"La France?" Je regardai par-dessus mon épaule alors qu'elle me serrait par derrière. « Qui a parlé de la France ?
"Tante Leesha a dit qu'elle m'enverrait chercher quand elle serait installée en France." Elle posa sa tête sur mon épaule. "Elle a essayé de me dire que j'aimerais bien ce Franco. Je ne l'aime déjà pas, parce qu'il t'a fait mal. Ne m'oblige pas à aller oncle Mark. S'il te plaît?"
"Personne ne va en France ma chérie, eh bien, accepte ta tante Leesha." Je pose ma main sur la sienne. "Nous allons bien." dis-je, essayant de me convaincre plus qu'elle.
"Je sais que nous le ferons." Elle m'a embrassé sur la joue. « Je retourne me coucher, à moins que tu veuilles parler ? Elle a demandé.
"Non, ma chérie, ça va aller. J'ai des choses à faire pour le travail demain, et je dois m'occuper d'autres choses. "Bonne nuit ma chérie." J'ai essayé de rassembler ma détermination pour ma prochaine tâche. Sally est sortie de la tanière et je me suis mise au travail.
J'ai ouvert le site Web de ma banque et j'ai remarqué que Leesha s'était arrêtée à un guichet automatique lorsqu'elle avait quitté la maison. Elle a sorti la limite, quatre cents dollars, puis s'est arrêtée pour faire le plein d'essence pour sa voiture. J'ai cliqué sur le bouton "Faire un transfert" et j'ai transféré tout l'argent du compte courant, à l'exception de mille dollars, vers un compte qui n'était pas un compte joint que j'avais créé pour les cadeaux, et tout ce que j'avais ne voulait pas que quelqu'un d'autre y ait accès. Les mille dollars que j'ai laissés là-dedans étaient pour qu'elle ne soupçonne pas que j'ai vidé le compte, et aussi pour s'assurer qu'elle ne nettoie pas le compte elle-même. Je soupçonnais qu'elle allait avoir la moitié de tout de toute façon, mais je ne voulais pas qu'elle le prenne maintenant. J'avais des doutes quant à savoir si elle effacerait ou non le compte, mais je ne savais rien de ce Franco. Une fois que j'ai été raisonnablement sûr d'avoir sécurisé mes finances, je suis monté à l'étage pour aller me coucher.
Je me suis réveillé le lendemain matin avec le réveil qui sonnait. Par habitude, j'ai fait le tour du lit rapidement pour appuyer sur le bouton de répétition, puis j'ai rampé jusqu'au lit et j'ai reculé à la recherche de Leesha. À ma grande surprise, il y avait quelqu'un là-bas. La forme se glissa derrière moi à la manière d'une cuillère et passa un bras autour de ma taille. Je me suis réveillé en sursaut et me suis retourné pour voir Sally allongée à côté de moi. Je me suis levé rapidement et j'ai mis mon peignoir. Le mouvement que j'ai fait l'a réveillée.
"Bonjour." dit-elle d'une voix endormie.
Je me suis frotté les yeux pour m'assurer que je voyais ce que je voyais. Elle portait une chemise de nuit avec Mickey Mouse sur le devant. Elle a enlevé les couvertures d'elle-même. "Qu'est ce que tu fais ici?" demandai-je, essayant de contenir mon embarras.
"J'ai fait un mauvais rêve, alors je suis venu ici pour coucher avec toi." Elle m'a regardé avec ces yeux de chiot. "Ça ne te dérange pas, n'est-ce pas ?"
"Réveille-moi juste et dis-moi la prochaine fois pour que je puisse m'habiller." J'ai dirigé. « Tu n'es plus un enfant. Ce n'est pas bien que tu couches avec un homme de quarante ans.
"D'accord désolé." Elle a plaidé. « Je ne le ferai plus. J'avais juste peur, c'est tout. Elle se leva du lit et sortit de la chambre.
Puis la pensée m'a frappé. Je pose ma main sur mon front. « Qu'est-ce que je vais faire de Sally ? » Je me suis demandé. Leesha était habituellement à la maison, donc je n'ai même pas pensé à quelqu'un qui serait là pour rester avec elle. Elle avait seize ans, mais quand même. Elle n'avait pas vraiment d'amis, ni quoi que ce soit à faire toute la journée, mais imaginez des choses qui lui causeraient probablement des ennuis. Je devrais rester à la maison du travail, je suppose.
J'attrapai le téléphone sur la table de chevet et composai le numéro d'Alan. "Bourgeon du matin." J'ai dit.
« Qu'est-ce qui ne va pas avec toi ? Tu parles comme de la merde. Je pouvais dire qu'il était dans sa voiture, probablement en route pour son travail.
"L'histoire est longue et douloureuse mon pote, et je n'ai vraiment pas envie d'y entrer maintenant." J'ai laissé échapper un soupir. « Est-ce que quelqu'un vient en ville dans les prochains jours ? Toute personne importante, je veux dire.
« Pas que je connaisse mon pote. Est-ce que tout va bien?" Il avait l'air inquiet.
"Non, pas vraiment, je vais devoir m'absenter du bureau quelques jours. Pouvez-vous prendre mes appels et me tenir au courant de tout ce qui se passe d'important ? » J'ai répondu.
Il y eut une pause. "Bien sûr mon pote, je m'occupe de tout. Vous vous considérez juste en vacances. Tu as besoin de quelque chose?"
"Juste un peu de temps, et un bon..." J'arrêtai net ma phrase. Je ne voulais vraiment pas entrer là-dedans à ce moment-là, et je savais que si mon meilleur ami pensait que j'avais besoin de lui, il se précipiterait. Ensuite, rien ne serait fait au travail. "Je vais bien mon pote. Merci beaucoup. Je t'en dois une.
"Oh non-sens, à quoi servent les amis ? Je vais m'en occuper mon pote. Il m'a rassuré.
Je raccrochai le téléphone et m'assis sur le lit. Je ne savais pas si je devais simplement monter et faire disparaître le monde, ou si je devais m'habiller et demander un conseil juridique pour le divorce imminent. J'ai décidé que je devrais probablement me lever et faire face aux faits. Leesha allait divorcer, et je ne pouvais rien faire pour l'empêcher. Ce qui est fait est fait.
Je me suis habillé avec un short et une chemise de golf, et je suis descendu. Sally était assise à la table de la cuisine et fixait un pamplemousse.
"Hé petit, bonne nouvelle. Je reste à la maison aujourd'hui. Je posai ma main sur son dos et l'embrassai sur le dessus de la tête.
"Je ne voulais pas te mettre en colère ce matin." Elle pleurait presque.
"Oh ma chérie, tu ne m'as pas rendu fou. Je ne m'y attendais pas, c'est tout." Je m'assis sur la chaise en face d'elle. "Ecoute gamin, tout ce truc avec Leesha me rend un peu dingue en ce moment." Je mis ma main sous son menton et lui fis lever les yeux vers moi. « Ça va aller, et je reviens à la normale avant que tu ne le saches. Je ne voulais pas te sauter dessus ce matin. J'ai essuyé une larme de son œil.
"Je ne sais tout simplement pas ce qui va m'arriver." Elle a commencé à pleurer. «Ma mère est morte, puis tante Leesha t'a fait des conneries. Elle déménage en France et je ne veux pas aller en France. Elle a baissé la tête.
Je me dirigeai vers la chaise à côté d'elle et passai mon bras autour de son épaule. « Je ne pense pas que quiconque puisse te faire venir en France si tu ne le veux pas. Je vais appeler mon avocat aujourd'hui, et j'essaierai de m'assurer que vous n'ayez pas à le faire.
« Je veux rester ici avec toi. Je me sens en sécurité ici. Elle enroula ses bras autour de moi et s'appuya contre mon épaule.
"Alors c'est ce qui va arriver." Je lui souris et essuyai une larme sur son visage. « Vous mangez, puis vous vous habillez, et nous sortirons d'ici un moment. J'ai des courses à faire, et nous devrons peut-être aller au bureau du procureur, alors ne mettez rien de trop court, d'accord ? » Je ris en essayant d'avoir l'air joyeux, même si je voulais juste crier.
"D'accord." Elle s'essuya le visage et commença à manger le pamplemousse devant elle.
Je suis allé dans ma tanière et j'ai cherché le numéro de téléphone de mon avocat dans le Rolodex. J'ai regardé l'horloge. "Dix heures après neuf, il devrait être là maintenant." J'ai pris le téléphone et j'ai composé le numéro. « Chet ? » J'ai dit. "Mark Davis ici."
"Hey Mark, ça fait longtemps que je ne vois pas. Quoi de neuf?" Il a demandé.
« Je vais probablement avoir besoin de votre aide. Leesha est en train de divorcer.
"Oh non, je déteste entendre ça." dit-il d'un ton bienveillant.
"Eh bien, les choses arrivent." J'ai dit: «Mais j'ai une petite complication. Nous avons repris la tutelle de notre nièce. C'est la fille de la défunte sœur de Leesha. Leesha veut l'emmener en France avec elle, mais elle ne veut pas y aller. J'ai essayé de tout résumer pour qu'il sache à quel point il est occupé.
« Quel âge a la nièce ? » Il n'a même pas bronché. Peut-être que cela n'allait pas être si difficile.
« Elle a seize ans. Elle veut vraiment rester ici avec moi. J'ai vu Sally descendre les escaliers et lui ai fait signe d'entrer dans la tanière.
"Hmm ... Ok, j'ai quelques idées. Pouvez-vous passer au bureau aujourd'hui ? » Il a finalement dit.
"Sûr. Nous y serons tous les deux. Merci Chet. dis-je, me sentant un peu soulagé que cela n'allait pas être aussi important que je le pensais.
« Ne me remercie pas encore mon pote. Attendez de recevoir la facture. Il rit.
"Je ne peux pas attendre." je me suis moqué.
"Je suis ici toute la journée, donc n'importe quand est bon pour moi."
"Ok Chet, nous y serons dans peu de temps. Et maintenant, au revoir." Je raccrochai le téléphone et regardai Sally debout devant moi.
"Bonnes nouvelles?" Elle a demandé.
"Peut-être que Chet y travaille. Il dit qu'il a quelques idées. Je me suis levé et j'ai fait le tour du bureau. "C'est une jolie tenue." dis-je en la passant. "Laisse-moi mettre mes chaussures, et nous partirons."
J'ai jeté un coup d'œil à Sally qui me tournait toujours le dos. Elle avait vraiment un cul parfait dans ce short. J'ai mis mes chaussures et attrapé mes clés.
Nous sommes montés dans la camionnette et j'ai démarré le moteur pendant que la porte du garage s'ouvrait. Je sortis du garage et me dirigeai vers la ville.
Il a fallu près d'une heure pour se rendre au bureau de Chet, et nous étions tous les deux silencieux presque tout le trajet. J'ai garé le camion sur une place de parking à l'extérieur de l'imposant immeuble de bureaux et j'ai mis quelques pièces dans le parcmètre. Une fois au trente-quatrième étage, nous avons trouvé le bureau de Chet sans problème.
"Salut Stacy." m'écriai-je.
"Mark, je ne t'ai pas vu depuis une éternité." Elle se leva et fit le tour du bureau pour me serrer dans ses bras.
"Pas depuis le gros contrat avec G.E. hein? Cela fait longtemps." Je rompis l'étreinte et posai ma main sur le bas du dos de Sally. « Stacy, voici Sally, ma nièce. Sally, voici Stacy.
Une fois les présentations terminées. Stacy nous a fait signe d'aller dans le bureau de Chet "Il va arriver. Il parle à l'un des partenaires." Elle se rassit à son bureau. "C'était un plaisir de te rencontrer Sally." dit-elle alors qu'elle décrochait le téléphone qui sonnait.
Chet entra quelques minutes plus tard. "Marc, mon vieux pote. Ça va?" il a tendu la main et nous nous sommes secoués. "Ce doit être votre nièce ?" dit-il en tendant déjà la main.
"Oui, c'est Sally." J'ai présenté.
"Génial, asseyez-vous les gars." Il fit le tour de son bureau et s'assit sur sa chaise. « J'ai quelques questions. Quand vous avez pris la tutelle, avez-vous signé ou Leesha a-t-elle signé, ou les deux ? »
Mon visage s'est illuminé parce que je savais où il voulait en venir. « Je l'ai signé. Leesha n'était même pas là.
Chet looked directly at Sally. “There ya go pretty lady.” He pointed in my direction. “You’re all his, legally.” He clasped his hands in triumph. “Next problem?”
Sally smiled wide, and moved to the edge of her seat. “Just like that? I don’t have to go with Leesha to France?” It was the first time I’d ever heard her use Leesha’s name without putting “Aunt” in front of it.
“Not if you don’t want to. Now if this thing goes to court, the judge will ask you where you want to go. You’re sixteen, and that makes you old enough to make the decision.” He put his feet on his desk. “Now if Leesha pushes the issue, I’ll argue that your Uncle Mark here, has sole guardianship, and in this state, that is indisputable if only one party signs the guardianship document.” Chet looked rather proud of his self, and put his hands behind his head. “There’s also emancipation, if that falls through.”
“What’s that?” Sally asked.
Chet began to explain. “Since your folks died, and basically left you without parents, and you’re now sixteen years old. In this state, you can be what’s called emancipated. This means that legally, you’d be an adult. Now there are some pro’s and con’s to this, so we really only want to do that if it’s necessary.”
Sally simply nodded her head and sat back in her chair, satisfied that she didn’t have to go to France.
“Sally, could you give your Uncle Mark and me a few minutes please?” Chet asked. “There’s a soda machine down the hall. Stacy can show you where it is.”
Sally nodded her head and stood up. "Sûr. Je peux le faire. I’ll just wait outside till you’re done.” She touched me on the shoulder as she went past.
Chet grabbed a stack of papers on his desk, and tossed them in my direction. “Leesha’s already been busy.” He said, pointing to the papers. “These were faxed over about fifteen minutes before you got here.”
I picked up the stack of papers, and saw “DAVIS VS. DAVIS” typed across the top. “She already filed?” I asked in amazement.
"Ouais." Chet said leaning back in his chair. “I gotta call her lawyer, but it looks like she’s not asking for anything.” He winked at me.
“Nothing?” I asked back.
“According to all of this, she wants to be let back into the house, escorted if you desire, to get her clothes and a few mementos, and that’s it.”
“This Franco fuck must be loaded if she doesn’t want anything.” I commented flipping through the pages. “Can you call her lawyer now?” I tossed the stack back in his direction. “Could this be over today?”
“For all practical purposes, yes. That is, of course, if there aren’t any problems where Sally’s concerned. She wasn’t mentioned in the papers, and Leesha’s already signed them. It’ll take a day or two to get things through the courts, but yea, it will be over.”
“Call him.” I directed. “Lets get this over with.”
I heard Chet talking with her attorney. He said yes, and no a lot, and at one point gave me the thumbs up sign. He talked briefly about Sally, and then winked at me.
“Ok, I’ll let him know that she’s going to come over.” He made the ok sign with his thumb and forefinger, and covered up the phone.
“Can she go over there now and get her stuff?” He asked me. I gave him the ok for her to do that. There really wasn’t anything there that I wanted that couldn’t be replaced She could have just about everything, just not all of my money, and not Sally.
“You too. If only they were all this easy.” He tossed the papers back in my direction, then handed me a pen. “He’s signing them now, and I’ll fax you copies, and have a courier drop them off at your office.” He hung up the phone. “Dirt bag.” He mumbled under his breath.
I signed the papers, and gave them back to him. “What was said about Sally?”
“She was in the office, and told her lawyer that she would only take her if she wanted to go with her, but she wasn’t going to force her.”
“So that’s it?” I questioned, thinking that it couldn’t possibly be that easy to get divorced after eight years of marriage. “We’re divorced?”
“Welcome to the land of irreconcilable differences.” He said getting up with the papers. He left the office momentarily “Sally, you can come back in now dear, we’re done.” I heard him say. Sally followed him into the office. “You guys go out and celebrate, or whatever and I’ll get you copies in the mail once I get the final decree. Leesha is headed to the house now, so you may want to be gone for a few hours, unless, you’re worried about what she might take.”
“I’m not worried about it. Believe it or not, I still trust her.” I managed a little smile, as the gravity of what had happened today sunk in. “You ready kiddo?” I asked Sally. She grabbed a hold of my hand, and we left the office.
Once we were back in the pickup, she leaned over and kissed me on the cheek. "C'était pour quoi ?" I turned towards her and asked.
She smiled, and gave me another kiss on the lips. “The first one was for wanting me.”
“And the second?” I asked putting the truck in reverse.
“The second was for WANTING me.” She bit her bottom lip, then scooted over into the center of the seat to be closer to me.

End of Part III

Articles similaires

Journée nue - partie 7

« Alors, Sandy veut baiser. J'y suis allé, c'est fait », ai-je dit avec un sourire. Sandy a levé son majeur vers moi et a ri. Eh bien, j'ai besoin d'une pause, ai-je annoncé. J'ai pris une débarbouillette pour que Cindy nettoie son visage de son double soin du visage, puis j'ai tiré une chaise jusqu'au bout du lit. Je pense que je vais juste m'asseoir ici et diriger. Merde, les trois frères et sœurs Monroe nus sur mon lit. Commençons. Johnny monte là-haut sur ton dos et laisse tes sœurs travailler pour te faire bander à nouveau. Sandy, regarde à quel point...

289 Des vues

Likes 0

Le Shed Club (Partie 4)

Tout d'abord, des excuses massives pour le retard de production de la partie 4. Crise inattendue avec grippe familiale partout. Tout le monde va mieux maintenant, donc je peux répondre à la dernière série de commentaires..... Les « entraîneurs » au Royaume-Uni font référence aux chaussures de sport… Nike, Adidas, Puma, etc. Je ne pense pas qu'il y ait d'autres requêtes, ainsi de suite avec la partie 4. Il s'agit de Finn, que je vois encore de temps en temps. En fait, il a réparé mon PC l'année dernière. Il conçoit des sites Web et d'autres trucs techniques qui me laissent perplexe. Il...

479 Des vues

Likes 0

Wendy et Miss West iii

Le troisième de trois Wendy a été conduite les yeux bandés par Miss West vers une porte à l'arrière du bureau. Miss West inséra une clé et ouvrit la lourde porte en chêne donnant sur ce qui de l'extérieur semblerait être un débarras à côté du bureau principal. En entrant, si Wendy avait pu voir, elle aurait vu une petite pièce, d'environ 6 pieds carrés, peinte en noir avec des anneaux métalliques fixés à différentes hauteurs le long des murs et à divers points du plafond. La pièce était éclairée par des projecteurs orientés dans toutes les directions. Wendy était debout...

399 Des vues

Likes 0

Né de nouveau partie 2

À trois heures, nous nous y remettons et Marie sort le cognac. Roy a déclaré: Un baril de whisky et un bon ivrogne conviendraient mieux à ce bourbier. Très bien, vous avez votre cognac, laissez-moi réfléchir, et comme je le pensais, maman et Mary ont ri en voyant le bloc sténo sortir et les boules de papier frapper le sol comme de la pluie. Marie et Mary ont ramassé les balles et se sont regardées en secouant la tête et ont dit: Il ne peut pas, il ne le ferait pas. J'ai terminé et je suis revenu à la table. Mary...

407 Des vues

Likes 0

Danse avec une concubine, deuxième partie

Cela fait deux semaines depuis mon incident dans les cavernes. Nancy était considérée comme disparue par sa famille, mais je pouvais à peine leur dire la vérité. Vous savez celle à propos d'elle acceptant un marché d'un bijou magique et ordonnant ensuite à ses sbires de me violer. Est-ce toujours un viol si j'en ai profité ? Peut-être que j'étais un de ces types soumis? Qui sait? Quoi qu'il en soit, dès que j'ai pu gagner assez de force pour quitter le motel, je me suis enfui. Stuart et sa copine au corps parfait ont essayé de m'arrêter, ils m'ont dit...

301 Des vues

Likes 0

Une conversation papa-fille.. Partie 1

Une conversation papa-fille Par Sugar Daddy 08/03/15 Tous les travaux sont des copies écrites Ne me juge pas. Je sais qu'après cette histoire, je ne serai pas père de l'année, mais c'est comme ça. J'ai toujours été attiré par les filles plus jeunes. Je n'ai jamais vraiment cédé à mes envies, sauf une fois avec mon jeune cousin. Mais c'est une histoire pour une autre fois. Mais pour en revenir à cette histoire, je suis un homme divorcé avec deux enfants. Les deux sont des filles un huit Julie, et Brandy mon aîné. Ma femme et moi avons divorcé il y...

609 Des vues

Likes 0

Vacances tropicales_(1)

Vacances tropicales C'était une nuit tranquille au complexe, étant hors saison et en milieu de semaine. Mais c'est pourquoi nous étions là - nous avons économisé beaucoup d'argent de cette façon. Après le dîner, nous avons décidé de prendre quelques boissons tropicales et de nous diriger vers le bain à remous du côté nu du complexe. Quand nous sommes arrivés, il y avait déjà un autre couple, ce qui m'a en quelque sorte déçu - j'espérais avoir des relations sexuelles avec ma femme à la belle étoile. Mais nous les avons reconnus comme étant Tom et Nancy, qui s'étaient rencontrés la...

610 Des vues

Likes 1

Engager la sororité Alpha Kappa Betta

J'ai enfin fini d'emménager dans mon dortoir ! Je suis tellement excitée de recommencer enfin et de quitter le lycée ainsi que toutes les personnes qui m'ont intimidé. Mon meilleur ami Casey est l'un de mes colocataires, nous avons été jumelés avec deux autres personnes au hasard. J'espère que ce ne sont pas des imbéciles. Quoi qu'il en soit, Casey et moi sommes meilleurs amis depuis aussi longtemps que je me souvienne. Il a déjà fini de faire ses valises et nous sommes sur le point d'aller explorer l'université une fois qu'il sera sorti de la douche. Je suis tellement excité...

536 Des vues

Likes 0

Bénédiction déguisée

L'événement inoubliable, que je vais vous raconter, n'est pas une histoire de coq et de taureau, c'est plutôt ma première tentative sexuelle que j'ai faite lorsque j'étudiais en quatrième année d'ingénierie. Permettez-moi d'abord de me présenter : je vis avec mon oncle à Lahore. Étant un paysan, mon physique est robuste et ma peau est claire. Beaucoup de femmes du village étaient attirées par moi mais je ne les ai pas remarquées en partie à cause du penchant de mon père pour les activités religieuses dans le village et en partie à cause de la peur d'être pris en flagrant délit...

497 Des vues

Likes 0

Mon projet d'école, MOM 2

Mon projet d'école, MOM 2 Ceci est la deuxième partie de cette histoire pour mieux la comprendre, je vous conseille de lire la première partie. Les commentaires sont les bienvenus. Samedi matin, Sherry s'est réveillée à 7h30. Elle se sentait merveilleusement bien, mais s'est ensuite rendu compte qu'elle avait du sperme séché partout sur ses fesses. Mon dieu, j'ai fait un rêve humide la nuit dernière et je ne me suis pas souvenu que cela lui avait traversé l'esprit. Sa chatte était douloureuse et étirée, et son trou du cul brûlait un peu. Elle s'est contentée de regarder tout le sperme...

606 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.