Danse avec une concubine, deuxième partie

893Report
Danse avec une concubine, deuxième partie

Cela fait deux semaines depuis mon "incident" dans les cavernes. Nancy était considérée comme disparue par sa famille, mais je pouvais à peine leur dire la vérité. Vous savez celle à propos d'elle acceptant un marché d'un bijou magique et ordonnant ensuite à ses sbires de me violer. Est-ce toujours un viol si j'en ai profité ? Peut-être que j'étais un de ces types soumis? Qui sait? Quoi qu'il en soit, dès que j'ai pu gagner assez de force pour quitter le motel, je me suis enfui. Stuart et sa copine au corps parfait ont essayé de m'arrêter, ils m'ont dit qu'il y avait beaucoup de choses que je ne savais pas et que j'avais besoin de les entendre. Putain ça !

Après avoir épuisé toutes les options et sachant que Stuart me trouverait dans mon appartement, je me suis écrasé chez mon ex-petit ami Gary. Il était content de me laisser rester jusqu'à ce que j'aie réglé ma merde, sa fiancée Clare d'un autre côté pas tellement. J'ai aidé autour de la maison, la cuisine et le nettoyage. Je me suis écrasé dans la chambre d'amis qui était située à côté de leur chambre. Les murs étaient fins et on pouvait les entendre y aller tous les soirs, il suffit de dire que je me suis doigté pour dormir tous les soirs. Une fille a des besoins, vous savez, et Clare gémissant sur chaque détail de son cul se faisant ramoner fait démarrer mon moteur.

J'allais au supermarché quand j'ai reçu un texto de Stuart, 'Ne fais confiance à personne, tout sera bientôt révélé'. Ils n'arrêtaient pas de parler de ces détails que j'avais besoin de savoir, mais même au motel, ils criaient d'avant en arrière, ils essayaient de trouver un moyen de me le dire doucement. J'avais vingt-sept ans, pour l'amour de Dieu, je peux me débrouiller.

Je mis mon téléphone en mode silencieux, me garai et me dirigeai vers l'intérieur. Tout le temps que j'étais à l'intérieur, je me demandais si je devais répondre par SMS. Je veux dire que c'est la chose polie à faire, n'est-ce pas ?

"Je choisirais les mûres si j'étais toi, on dirait qu'elles sont mortes depuis un moment." Quelqu'un m'a poussé par derrière, "Le bio est la voie à suivre."

J'ai regardé autour de moi pour me cogner la tête avec cet homme. Il a souri pendant que je frottais doucement sa caboche. Il avait un complexe sombre et semblait être d'origine africaine même s'il parlait avec un accent britannique. Son visage était sévère mais ses yeux semblaient si invitants. Il était plutôt bien bâti, ce que je savais être le résultat de plusieurs heures passées au gymnase.

"Oh, je suis tellement désolé," dis-je en tendant la main pour toucher son front; « Tu n'es pas blessé, n'est-ce pas ? J'ai beaucoup de choses en tête.

"C'est tout à fait correct," dit-il, "A l'époque, c'était probablement une demande en mariage. De la part d'une belle femme comme vous, j'appelle cela un compliment."

"Tu dois être un charmeur toi-même." Je rigolai et commençai à tortiller mes cheveux. Je rigolais et flirtais ? Dans le supermarché flippant ? M. Tall, brun et beau m'a fait beaucoup d'effet.

"Oh que je le suis en effet," dit-il avec un sourire qui ferait tomber la culotte des femmes les plus tendues, "Et si je vous aidais ?
"Bien sûr, des trucs chauds." J'ai fait un clin d'œil, "Tu veux bien m'escorter jusqu'au rayon des surgelés ?"

"Avec plaisir, mademoiselle" dit-il.

Nous nous sommes précipités et je pourrais jurer que nous étions là pendant des heures. C'était plutôt agréable en fait; ici, je me connectais à cet inconnu complètement aléatoire, c'était honnête. J'avais besoin d'être honnête dans la vie et le fait qu'il était pratiquement irrésistible m'aidait. Je n'arrêtais pas de lui demander d'atteindre beaucoup d'étagères hautes me donnant suffisamment de temps pour vérifier son cul. Oui, les filles font ça aussi. Chose amusante, nous n'avons même jamais échangé nos noms. Il a vite compris, juste au moment où je pensais que j'invitais des ennuis, il s'est penché et m'a embrassé. C'était un bon baiser aussi, la belle au bois dormant aurait probablement eu une crise cardiaque.

Alors là, j'embrassais ce mec que je venais de rencontrer en me demandant à quel point sa bite me rendrait grosse et pleine, mais je savais mieux.

"Je deviens vraiment chaud et dérangé, tout cela grâce à toi bien sûr." dis-je en le repoussant, "mais tu ne trouves pas que c'est un peu trop aléatoire."

"Tu penses trop," me dit-il doucement dans mon oreille, "nous devrions vivre dans le présent. Comment sommes-nous humains si nous ne nous épanouissons pas dans l'instant?"
Oh putain ! "Emmène-moi vite quelque part," lui dis-je, "que je puisse te baiser... ta... cervelle dehors."

Nous avons couru dans un placard utilitaire faiblement éclairé et avons commencé à nous déshabiller. En quelques secondes, nous étions nus, glissant nos mains l'une sur l'autre. Le fait que n'importe qui puisse faire irruption à tout moment l'a rendu plus chaud. Il a pris soin de manipuler mon corps. Chaque contact de son envoi de frissons dans tout mon corps. Je pouvais littéralement me sentir humidifier.

Il a pris mes seins en coupe en marchant doucement sur mes mamelons, les rendant de plus en plus durs. Il les suça, se relayant entre chacun pour leur donner à tous les deux des attentions. Pendant qu'il faisait cela, je continuais à jouer avec mon clitoris, alarmé par la quantité de lubrifiant sécrétée par ma chatte. La luxure liquide humidifiait ma cuisse. J'ai utilisé mon autre main pour masser sa bite, elle était si large que mes doigts pouvaient à peine s'enrouler autour. Je voulais vraiment cette bite et j'en avais assez des préliminaires.

Je me retournai et lui offris ma chatte en levrette. Il a pris mes deux mains et les a maintenues derrière mon dos. Il a pointé sa bite sur ma chatte et a plongé à fond. Il n'y a eu aucune résistance, car ma chatte était si humide que je pouvais accueillir un cheval. Je pouvais le sentir frapper mon point G me faisant jouir sur sa bite encore et encore. En l'espace de cinq minutes depuis qu'il est entré, je suis venu trois fois.

Je l'ai sorti de moi voulant y goûter moi-même. Je me suis agenouillé devant sa queue et j'ai regardé ce qui se tenait devant moi. Il mesurait sept pouces de long et trois de large. Il était couvert de mon sperme mousseux que j'ai commencé à lécher. J'ai roulé ma langue de haut en bas et autour de goûter mon propre jus de chatte qui avait meilleur goût que jamais auparavant. Je levai les yeux pour le voir balancer sa tête en arrière dans un pur plaisir. J'ai ensuite pris sa queue dans son intégralité pour la nettoyer complètement puis je me suis allongé avec mon cul comme une chienne le présenterait à son maître.

Il s'est agenouillé et a aligné sa bite contre ma chatte. Il m'a pris par les hanches et m'a pris comme je le voulais. Nous ne nous parlions pas, le seul son étant nos gémissements et gémissements animaliers et celui de ses lourdes couilles frappant mon cul. Sa queue m'était maintenant connue, sa forme et sa courbure s'incorporant à jamais dans la paroi de ma chatte pendant qu'il me baisait.

"Je vais jouir !" Il s'est retiré et s'est branlé sur mes seins, "prends ma charge, Lissa!"

Lissa ? Je n'ai jamais échangé de noms avec lui. Mais avant que ma pensée ne se termine, sa charge m'a frappé en plein dans un œil, m'aveuglant momentanément. Les derniers coups ont atterri fermement sur mes seins. J'ai pris sa bite et je l'ai sucé pour m'assurer que toutes les gouttelettes trouvaient leur cible, moi. Je l'ai roulé sur ma langue, savourant le goût et la sensation.

« Alors, comment connais-tu mon nom ? Je levai les yeux vers lui, un œil encore fermé à cause du poids de sa charge.

"J'en sais plus que tu ne le penses." Il m'a grondé en abandonnant son moi timide à quelque chose de plus démoniaque, "Ta vie est maintenant la mienne."

Il ouvrit la bouche pour révéler des crocs acérés là où ses canines auraient dû se trouver. J'ai reculé et j'ai couru hors du placard. J'étais nue, fatiguée et mon visage et mes seins étaient couverts de sperme mais j'avais surtout peur. J'ai couru en criant dans l'espoir d'attirer l'attention, mais à ma grande surprise, le supermarché était vide.

« Il n'y a personne ici ! Sa voix retentit, "personne pour te sauver, alors comme toutes mes bonnes salopes, meurs !"

J'ai atteint la porte du supermarché pour la trouver maintenant bloquée par un mur de béton. J'étais pris au piège et il n'y avait aucun moyen de s'échapper. Je pouvais le voir s'approcher lentement de moi, prenant son temps pour peut-être savourer le moment. J'aurais peut-être dû écouter Stuart et son ami. Soudain, un mur à ma gauche a explosé et dans le brouillard j'ai vu deux silhouettes.

"Le nom est Nyssa, tu sais." Stuart est sorti avec la fille du motel, "Comment est-ce pour un sauvetage?"

Stuart est venu vers moi et a enroulé une couverture autour de moi, regardant Nyssa avec une expression sévère, "Allez-y!"

"Très bien déjà. C'est juste un vampire d'une semaine tu sais." Elle tourna autour d'un pieu puis m'envoya un baiser, "Hey Lissa, petite amie aux beaux seins."

Sur ce, elle courut dans l'allée pour le rencontrer. Je n'arrêtais pas d'entrer et de sortir de la conscience. Chaque fois que j'ouvrais les yeux, je les voyais se battre. Clignoter. Il était au-dessus de sa jubilation. Clignoter. Elle lui a poignardé le bras. Clignoter. Elle lui avait cloué son pieu sur son cœur. Clignoter. Elle était maintenant à côté de moi, l'air triomphant.

"Hé, tu as bien fait." Elle m'a dit : "Bien que je pense qu'il est temps que tu écoutes ce que nous avions à dire."

Nous sommes revenus par le trou qu'ils avaient fait, mais cela a pris du temps avec moi trébuchant et tâtonnant sur l'endroit. Nous sommes montés dans le camping-car de Stuart qui était garé à l'extérieur et nous sommes partis. J'étais encore couvert de sperme alors Nyssa m'a conduit à la salle de bain pour me nettoyer. Elle m'a emmené à la douche et dans un moment audacieux a léché les restes de sperme sur mon visage. J'ai sauté en arrière et elle a ri en partant. Je suis resté secoué pendant un moment, puis j'ai embrassé la douche pour me nettoyer.

Il y avait des vêtements étendus à l'extérieur lorsque je suis sorti, qui se trouvaient être un haut révélateur et une jupe très courte. C'était quelque chose qu'une lycéenne porterait à une fête, mais je n'avais pas beaucoup de choix, alors je les ai portés et je suis parti à la rencontre de Stuart. Il était au volant et Nyssa était allongée sur le canapé.

« Ces vêtements te vont bien ? cria Stuart depuis le poste de conduite.

« Ce n'est pas mon style, mais les mendiants ne peuvent pas choisir, n'est-ce pas ? » je lui ai dit

"Nous approchons de notre destination", a-t-il dit, "Nyssa vous expliquera tout, alors tenez-vous bien."

Je me suis maladroitement assis à côté de Nyssa en espérant qu'elle ne recommencerait pas ce genre de manœuvre. Je l'ai regardée pour parler seulement pour la trouver à quelques centimètres de mon visage. Elle était belle de près; ses yeux rouges me regardaient, m'attirant de plus en plus près. Elle était légèrement en sueur à cause de l'humidité dans le camping-car. Quelques mèches de ses cheveux blancs et soyeux collaient à son front par des gouttes de sueur. Je reculai jusqu'au bout du canapé mais je ne pouvais pas m'empêcher de regarder. Elle avait une silhouette de sablier semblable aux modèles d'autrefois. Ses mamelons sortaient de sa chemise alors que ses gros seins en bonnet D pouvaient à peine y entrer.

"Tu peux arrêter de m'admirer maintenant," dit-elle sournoisement, "je sais que je suis fabuleuse."

"Comment saviez-vous que j'étais ......"

"Je peux lire dans tes pensées bébé," m'interrompit-elle, "Tu devrais avoir compris ça maintenant."

« Qu'est-ce que tu es ? Et qu'est-ce que c'était que cette putain de chose ? » demandai-je.

"Je devrais probablement commencer par le début," elle prit une profonde inspiration et attira ses jambes fines vers moi, "Tu te souviens de ton amie Nancy? Ouais, elle est ce que nous appelons une succube ou du moins elle en a invité une en elle. Si c'était une ordinaire, nous n'aurions pas grand-chose à y faire, mais elle est spéciale. Il y a longtemps, quand la magie était libre dans ce monde, il y avait une succube si forte que les autres la vénéraient comme une reine, vous voyez les succubes se nourrir d'énergie sexuelle . Mais elle a acquis tellement de pouvoir qu'elle est devenue une bombe d'énergie contenue si puissante qu'elle pouvait plier n'importe qui à sa volonté. Nous l'appelions Cum Sla'ut. Cela signifie dans notre langue la sombre."

"Votre langue?" demandai-je en espérant une réponse directe. "Tu es comme russe ou quelque chose comme ça ? Je suis à moitié norvégien et je n'ai jamais vu personne avec des cheveux comme les tiens."

Elle rit et me regarda si je tombais sur la tête, "Non idiot je suis des fae."

"Comme dans les fées flippantes comme la fée clochette?"

"Ouais. Je te montrerai mes ailes plus tard," dit-elle en faisant un clin d'œil, "Comme je le disais, Cum Sla'ut est devenue forte et son armée d'Orcs et de succubes a jeté royaume après royaume, obligeant le roi Arthur à demander de l'aide à mon peuple."

J'étais émerveillé par tout cela. Succubes ? Fées ? Ils étaient tous réels, les histoires que ma mère m'a racontées quand j'étais enfant étaient réelles. J'ai été repris mais j'avais besoin d'en savoir plus, j'avais besoin de savoir comment je suis connecté à cela. Je la regardai et lui fis signe de continuer.

"Mon peuple avec la puissance des sept royaumes a mené une guerre contre elle et ses forces obscures, à la fin, il a fallu la vie combinée de toute une colonie de fées, y compris mes grands-mères, pour l'enfermer dans un médaillon de jade. C'est jusqu'à ce que vous les gars sont allés de l'avant et l'ont ramenée.Le mec sexy qui vous a attaqué était un vampire envoyé par elle pour vous tuer.

« D'accord, mais je ne comprends toujours pas ce que je fais ici ? Ou Stuart ? Ou Bri... ? Je m'arrêtai avant de pouvoir dire son nom. Ces deux dernières semaines, j'ai continué comme si de rien n'était, comme s'il ne voulait rien dire. Je me sentais horrible.

"Je suis désolé pour Brian, je ne sais vraiment pas." Elle dit sincèrement : « D'un autre côté, petit, potelé et intelligent, il y a un gobelin. Depuis que les gens de la ville l'ont trouvé ! Il était censé se procurer le médaillon et nous le rapporter. la!"

Stuart l'a renversée et a repris la conduite. "Donc que faisons-nous maintenant?" Je lui ai demandé.

"Vous l'arrêterez, avec notre aide bien sûr." Elle a dit alors que je regardais fixement abasourdi, "Vous devez gagner assez de puissance pour rivaliser avec la sienne et nous devrions commencer quand nous arriverons."

"Comment fait-on cela?" J'ai demandé, "Comme la formation d'arts martiaux?"

« Eh bien bébé », elle a caressé mon visage, « J'ai besoin de te baiser. »

Avant que je puisse dire quoi que ce soit, Stuart a crié de face : « Nous sommes là.

Nyssa a pris un morceau de tissu et m'a bandé les yeux et m'a emmené dehors. Elle m'a dit que c'était à mon avantage et que je n'étais pas en mesure de discuter, alors j'ai accepté. Je ne pouvais pas voir mais j'entendais les gémissements des femmes en chaleur et le doux parfum du sperme remplissait l'air. Quel était cet endroit ? Nous avons continué à marcher et à marcher pendant environ cinq minutes jusqu'à ce que nous arrivions à ce que je crois être un ascenseur. Quelques coups plus tard, j'ai été emmené dans une pièce et la porte était verrouillée.

"Nous sommes en sécurité maintenant." J'ai entendu dire Nyssa. "Tu peux l'enlever maintenant."

La pièce était noire comme la nuit sans fin comme l'œil peut le voir. La pièce était faite d'un matériau comme je n'en ai jamais vu, il faisait noir jusqu'à ce qu'elle vienne. Nyssa se tenait nue au fond, une lumière scintillante rayonnant d'elle. De petites ailes dépassaient de son dos comme si elles provenaient d'un papillon agrandi. Elle vint lentement vers moi, ses énormes seins se trémoussant comme si la gravité ne pouvait pas les affecter. Quand nous fûmes face à face, elle s'arrêta et sourit. Quand elle l'a fait, je pourrais jurer que la pièce s'est éclairée davantage.

"Tu sais, tu es vraiment belle de près." Elle m'a dit.

"Vous plaisantez j'espère?" J'ai lâché : « Tu es pratiquement une déesse.

Elle a tendu la main et je l'ai prise et avec une soudaine lumière vive mes vêtements ont disparu. J'ai instinctivement couvert mes seins uniquement pour qu'elle les enlève.

"Tu es la vraie déesse ici." Elle a dit.

Sur ce, elle se pencha et lécha le bout de mon mamelon, envoyant des frissons le long de ma colonne vertébrale. Elle attrapa doucement mon visage et m'embrassa. Sa langue n'arrêtait pas de marcher sur la mienne pour se sentir l'un l'autre. J'ai enroulé mes pieds autour d'elle pour la rapprocher en la tenant par le cou ne voulant pas la lâcher. Dans l'acte de tomber sur le sol, la lèvre s'est verrouillée, mais le sol était doux. C'était différent de toutes les textures que j'ai connues, plus douces que l'oreiller le plus doux.

Je l'ai embrassée à nouveau avant de marcher sur elle en embrassant son cou, son épaule, sa poitrine puis son nombril. Puis, alors que je regardais dans ces yeux cramoisis d'un mouvement rapide, je me suis séparé pour voir sa chatte. J'ai baissé la main et avec ma langue j'ai trouvé son clitoris. Je l'ai sucé en l'effleurant avec ma langue, en utilisant mes doigts pour lui doigter la chatte. J'ai vu le regard dévergondé sur son visage pendant que je le faisais; elle a sauté légèrement à chaque fois que mes doigts sont entrés. J'ai ensuite sorti mes doigts, lissés dans son jus et l'ai léché.

Il avait un goût hors de ce monde. C'était une saveur dont je n'aurais jamais pu rêver. J'en voulais plus. Je suis retourné en lapant tous les jus qui s'écoulaient à ce moment-là. Je cisèle mes jambes sur les siennes, nos lèvres de chatte se touchent. J'ai alors commencé à frotter ma chatte contre la sienne, nos jus se mélangeant. J'ai commencé à prendre de l'élan alors que moi aussi je me préparais à jouir et je savais qu'elle aussi. Elle n'arrêtait pas de sucer mon orteil, ce qui m'envoyait au bord du gouffre. Nous nous réunissions, nos muscles convulsaient en même temps. Je suis tombé au sol et je me suis allongé là pour reprendre mon souffle.
"Wow!" J'ai dit à bout de souffle, "Je n'ai jamais fait ça avec une fille avant mais avec toi c'est tellement naturel."

"Je sais ce que tu veux dire," dit-elle en riant puis me regarda sérieusement, "Pour gagner du pouvoir, il y a quelque chose que tu dois faire en premier."

« N'était-ce pas ça ? Je lui ai demandé.

"Seulement à moitié bébé," dit-elle en souriant, "Maintenant fermez les yeux et ouvrez-les dans environ cinq secondes."

J'ai hoché la tête et j'ai fait ce qu'elle a dit; J'ai ouvert les yeux pour voir Nyssa caresser une grosse bite qui dépasse de sa chatte. C'était le plus gros coq que j'ai jamais vu; sa taille semblait défier la nature puisqu'elle mesurait environ 11 pouces de long et était inébranlable. Nyssa elle-même utilisait ses mains pour caresser cette énorme bite.

"J'espère que je ne t'ai pas choqué," dit-elle en baissant les yeux, "Tous les faes et les succubes ont des bites, car ils sont les vaisseaux de leur pouvoir. Nous sommes une race entièrement féminine avec nos bites apparaissant quand nous le voulons. Je Je dois éjaculer en toi pour te donner mon pouvoir bébé."

"Choque moi?" J'ai dit en attrapant sa bite avec mes deux mains, "Tu continues à me montrer des choses comme ça, je pourrais tomber amoureux de toi."

J'ai utilisé les deux mains et j'ai tiré dessus, voulant que mes mains ressentent tout. J'ai levé les yeux vers Nyssa qui était en pure extase en se mordant la lèvre inférieure.

« Comment aimes-tu que mes mains glissent sur ta grosse bite ? »

"Je l'aime!" Elle gémit.

"Je parie que tu veux me baiser la chatte, n'est-ce pas Nyssa?" Je l'ai taquinée, "Je parie que tu veux me foutre la cervelle."

J'ai vu des gouttes de liquide pré-éjaculatoire s'écouler et je l'ai léché. Mes yeux se sont illuminés car le goût était encore meilleur que celui de la chatte de Nyssa. Je me demandais ce que ça ferait d'avoir cette bite en moi. Je ne voulais plus me demander, je me suis allongé et j'ai ouvert ma chatte.

« Prends-moi, Nyssa ! J'ai supplié : "Utilise-moi comme ta pute spéciale !"

"Ohhh, bébé !" Elle lécha ses lèvres, "Je pense que je suis celle qui pourrait tomber amoureuse de toi."

Elle a giflé sa bite sur ma chatte, la palpant et la taquinant. Puis elle est venue en moi, centimètre par centimètre, je pouvais la sentir se remplir lentement à l'intérieur de moi. Mes entrailles se sont étirées pour l'accueillir. Elle a lentement glissé avant de revenir en gagnant des pouces dans le processus. Je pouvais la sentir dans mon ventre, ce qui n'était pas naturel.

"Hey bébé, je vais te baiser maintenant." dit-elle en m'embrassant chaleureusement.

Elle a alors commencé à me percuter. Je pouvais sentir sa bite entrer et sortir, entrer et sortir. Elle a commencé à aller plus vite, massant ma chatte.

« Baise-moi ! » Je gémis, la langue pendante.

J'ai sauté de haut en bas sur sa bite, tous les poils de mon corps se dressant carrément. Mon corps était en feu à cause de la simulation constante que ma chatte recevait. Je venais encore et encore, orgasmes les uns après les autres.

"Je vais jouir !" Elle gémit.

Je pouvais sentir sa bite palpiter alors qu'elle vidait tout dans ma chatte. Même lorsqu'elle est venue, elle a continué à me baiser comme pour peindre complètement mes entrailles avec son sperme. Elle a ralenti puis s'est retirée inaugurant un flot de blancheur gluante de ma chatte. Elle s'est glissée près de ma chatte et l'a lapée, frottant mon clitoris rapidement, ce qui m'a donné un dernier orgasme.

Elle a attrapé mon visage et nous nous sommes embrassés, échangeant son sperme dans ma bouche. Mon jus de chatte toujours sur sa langue, je le savourais. Chaque goût, chaque sensation, c'était à nous de nous en souvenir.

Je suis tombé dans ses bras et j'ai vu la pièce s'illuminer, la pièce autrefois sombre maintenant remplie de meubles exotiques. Nous n'étions plus sur le sol sombre mais plutôt sur un lit confortable. La pièce était ornée de bibelots que je n'ai jamais eu le plaisir de voir.

"C'était la pièce dans laquelle nous étions depuis le début," me dit-elle en me caressant la poitrine, "Sans pouvoir, tu la voyais simplement comme un vide vide. Tu as maintenant le pouvoir du fae, donc tu peux le voir pour ce qu'il est."

"Alors on peut libérer Nancy maintenant ?" Je lui ai demandé.

"Pas encore bébé." Elle m'a dit : "Le pouvoir des fées n'est tout simplement pas suffisant, vous devez devenir beaucoup plus fort pour vaincre Qum Sla'ut"
"D'accord," dis-je, "Alors je vais me faire pousser une bite aussi?"

"Vous pouvez choisir de l'invoquer oui, mais vous êtes trop faible à cause de l'injection soudaine de puissance." Elle a dit: "Cela arrivera quand cela arrivera."

"Donc, si j'ai besoin de plus de puissance, est-ce que ça veut dire que je dois aussi baiser Stuart ?" demandai-je effrayé par cette pensée.

Elle rit, "Peut-être, bébé. Les gobelins sont des êtres puissants à part entière. Mais je vais te laisser réfléchir à celui-là."

Je me suis endormie en pensant à Stuart essayant de me séduire. Beurk !

À SUIVRE!

Articles similaires

Journée nue - partie 7

« Alors, Sandy veut baiser. J'y suis allé, c'est fait », ai-je dit avec un sourire. Sandy a levé son majeur vers moi et a ri. Eh bien, j'ai besoin d'une pause, ai-je annoncé. J'ai pris une débarbouillette pour que Cindy nettoie son visage de son double soin du visage, puis j'ai tiré une chaise jusqu'au bout du lit. Je pense que je vais juste m'asseoir ici et diriger. Merde, les trois frères et sœurs Monroe nus sur mon lit. Commençons. Johnny monte là-haut sur ton dos et laisse tes sœurs travailler pour te faire bander à nouveau. Sandy, regarde à quel point...

775 Des vues

Likes 1

Une aventure inattendue avec Robin et Olivia - Chapitre 6

Chapitre six : La lumière rouge Le petit déjeuner était exactement ce dont j'avais besoin. Du pain grillé, du bacon et des œufs. Le tout préparé avec les bons assaisonnements. Le bacon croustillant et avec un soupçon de cassonade est délicieux. Il est facile à enrober et à mettre au four pour un goût riche. Le toast a été fait à l'aide d'un pain français coupé en biais. Il a été légèrement grillé des deux côtés, puis du beurre est étalé sur un côté et fondu. Les œufs doivent être cuits lentement et moelleux. Et avec un soupçon de fromage ajoute...

1.1K Des vues

Likes 0

Contes de l'arrière-pays : le changement

Switch a sorti une deuxième lame avec un clic, et j'ai reculé vers mon camion. Ils ne semblaient même pas me remarquer beaucoup. Ils avaient tous entre dix-sept et vingt-six ans. Ils partageaient tous une silhouette imposante et forte, des yeux et des cheveux sombres et un caractère méchant. « Qu'est-ce que vous foutez ici ? » Dit Reed Hardy, l'aîné. Switch renifla bruyamment. J'ai battu la merde hors de ton frère. C'était Switch. Jim s'avança. Ce ne sont pas tes affaires, Reed, laisse ça tranquille. dit-il calmement. J'ai cliqué la porte de mon camion ouverte. Personne ne m'a encore remarqué. Vraiment ? Je...

1.1K Des vues

Likes 0

Bénédiction déguisée

L'événement inoubliable, que je vais vous raconter, n'est pas une histoire de coq et de taureau, c'est plutôt ma première tentative sexuelle que j'ai faite lorsque j'étudiais en quatrième année d'ingénierie. Permettez-moi d'abord de me présenter : je vis avec mon oncle à Lahore. Étant un paysan, mon physique est robuste et ma peau est claire. Beaucoup de femmes du village étaient attirées par moi mais je ne les ai pas remarquées en partie à cause du penchant de mon père pour les activités religieuses dans le village et en partie à cause de la peur d'être pris en flagrant délit...

1.1K Des vues

Likes 0

Ma nièce Sally, nous avons eu des jours meilleurs

Je me suis réveillé le lendemain matin, une tasse de café sur ma table de chevet, et le journal au pied du lit. Étrange. Je me suis dit. Leesha était déjà debout, et généralement le dimanche, j'étais le lève-tôt. Il était un peu plus de huit heures. Pas trop tôt, mais pas trop tard non plus. Je me levai, enfilai mon peignoir, mis le papier sous mon bras et descendis les escaliers en sirotant mon café. Bonjour tête endormie. dit Leesha, l'air un peu embarrassée de tout. Je suis désolé pour la nuit dernière bébé. Elle s'est approchée de moi et...

982 Des vues

Likes 0

Un samedi de plaisir de pom-pom girl Ch. 08

La lumière du soleil pénétrait par mes fenêtres et dans ma chambre alors que je me réveillais un samedi matin typique. J'ai retiré la couverture de mon corps nu et j'ai retiré les fesses bleues de Becca de mon entrejambe alors que je sortais de mon lit. Le slip était encore couvert de mon sperme de la nuit précédente. Je jetai la culotte humide de côté et me dirigeai vers mon bureau. Je me suis assis sur la chaise, j'ai attrapé mon ordinateur portable et j'ai allumé l'ordinateur. J'ai ouvert mon e-mail et regardé le nouveau courrier qui était arrivé. Je...

1.1K Des vues

Likes 0

Strictement la tête

C'EST DE LA FICTION CELA NE S'EST PAS VRAIMENT ARRIVÉ. C'EST MA 1ERE HISTOIRE !!! c'était une chaude journée d'été, je sortais juste du travail et j'ai repéré un vieil ami. il se tenait près de sa voiture. son nom est volonté. maintenant est très agréable pour les yeux. il mesure environ 6 pieds 2 pouces, est très musclé, a la peau foncée et est gentil. il a un sourire très chaleureux et fait des câlins incroyables. Je mesure environ 5 pieds 5 pouces, un peu épais, des seins de taille 38f, une peau blanche crémeuse très pâle et une personnalité...

950 Des vues

Likes 0

Une tournure inattendue du destin

Kaden James- Il déplaça son poids pour regarder son père, sa main toujours sur la poignée de la porte. Il savait déjà ce qu'il allait dire. Avant que son père n'ait pu lui dire un mot, son frère Kael et sa sœur Kayla sont entrés par la porte du patio. Bien que Kayla ait souvent essayé de le cacher, elle tenait clairement de sa mère. Quand elle avait 13 ans, elle s'est teint les cheveux d'une jolie couleur auburn qui a presque fait faire une crise cardiaque à son père. Elle portait également un maquillage épais pour les yeux qui la...

1.2K Des vues

Likes 0

Meilleurs Amis Femme Enceinte Pt 1

J'avais toujours entendu dire que les femmes étaient plus excitées pendant leur grossesse, mais je n'avais pas réalisé à quel point c'était grave jusqu'à ce que mon meilleur ami et sa femme tombent enceintes. Depuis que j'ai été licencié l'été dernier, j'ai payé les factures en prenant des petits boulots en ville; peindre des maisons, couvrir des maisons et tondre des pelouses. Michael, mon ami, travaille dans une usine très bien rémunérée, et je suppose qu'il a décidé de m'aider en m'engageant à peindre sa cuisine et sa salle de bain pour lui, même s'il n'y avait rien de mal avec...

1.2K Des vues

Likes 1

Entraîneur Kristen

Ma nièce joue au softball dans une petite ligue parrainée par la ville dans laquelle nous vivons. Son entraîneur, Kristen (nom d'emprunt), est vraiment la seule chose amusante dans les jeux. Kristen est sur le côté épais. Elle a une sorte de visage trapu sur lequel elle se maquille et des lèvres boudeuses qui sont de la même couleur rouge foncé que ses longs cheveux bouclés. Elle n'est pas ce que j'appellerais une beauté classique, mais elle est définitivement faisable. Et si je devais deviner, je dirais qu'elle était probablement entre le début et le milieu de la trentaine. Kristen dégage...

1.2K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.