Ma soeur et moi à Noël - partie 2

2.9KReport
Ma soeur et moi à Noël - partie 2

Ma soeur et moi à Noël - partie 2

La sonnette retentit dans toute la maison, frottant le sommeil irrépressible de mes yeux fatigués. Je soulevai la tête de charlotte de ma poitrine et la posai sur un oreiller.

Je tournai la clé et tirai la porte. Je pose mon doigt sur mes lèvres, "charlotte dort, tu crois qu'il est tôt?" J'ai dit.

« Uhhh, pas si tôt », a déclaré Leo, en tenant son hublot devant mon visage.

"Viens en haut" dis-je. Nous sommes allés dans ma chambre et j'ai commencé la douche. « Que s'est-il passé à la fête ? Demanda Léo

"Un gamin l'a essayé avec ma soeur" dis-je.

"Après avoir fini avec Ariana, tout le monde ne parlait que de toi", a-t-il déclaré.

J'entrai dans la douche, l'eau coulant sur mon corps meurtri. Je suis sorti pour me sécher et enfiler des sous-vêtements. "Ces escaliers m'ont vraiment fait beaucoup de mal", ai-je dit.

"Putain, je suppose que c'est devenu incontrôlable", a-t-il dit.

"Je ne sais pas pourquoi ça m'a tellement mis en colère, je l'ai perdu. Et le pire, c'est que j'ai apprécié ça", ai-je avoué.

"Ne t'inquiète pas pour ça, tu as juste besoin de te détendre. En fait, je suis venu te demander si tu viendrais à une fête avec moi. L'entreprise de papa organise un bal de charité et j'ai vraiment besoin que quelqu'un que je connaisse soit là", a-t-il déclaré. .

« Ouais bien sûr, quand ? J'ai demandé.

"Viens chez moi vers 20h00 et tu pourras me suivre là-bas." Il a dit.

J'ai enfilé une chemise blanche chère, un pantalon habillé, un blazer et une paire de mocassins. 20h00 roulait et j'arrivais chez Léo. Je suis sorti de ma voiture et j'ai sonné à la porte. « Tu es prêt ? » J'ai demandé à Léo.

« Ouais, tu me suis. Ce n'est pas très loin. Peut-être dix minutes » dit-il.

Je suis monté dans ma voiture et j'ai suivi Leo jusqu'à Walton consolidé, la société de son père. Je me suis garé et je l'ai suivi à l'intérieur. "Oliver, content de te voir fils", a déclaré le père de Leo en lui tendant le bras. "Merci, M. Walton. C'était logique de soutenir les futures affaires de mon meilleur ami" dis-je en lui serrant la main et en frappant Leo.

"Malheureusement, Leonard ne partage pas votre enthousiasme. Il préfère de loin faire la fête et faire des ravages. Oh et s'il vous plaît, appelez-moi Derrick." Il a dit.

"Passez une bonne nuit Mr.... je veux dire Derrick" dis-je.

"Ce n'est pas bien d'appeler ton père Derrick" ai-je dit à Leo.

Nous sommes entrés dans la salle principale, remplie de tables, de chaises et d'un orchestre. Nous nous sommes assis à table entourés de sa famille. Une heure environ s'est écoulée lorsque M. Walton est monté sur scène. "Merci à tous d'être venus. Comme beaucoup d'entre vous le savent, c'est ma dernière année en tant que PDG de Walton consolidé. Elle sera transmise à mon directeur financier, James Simons. J'espère que vous passez une bonne nuit et à une autre excellente année !" Il a dit.

Il s'est assis à la table, beaucoup de gens sont venus et ont donné leurs félicitations.

"Excusez-moi, je devrais prendre ça" dis-je. J'ai quitté le hall et je suis sorti. J'ai répondu à mon téléphone.

"Bonjour" dis-je.

"Oliver, peux-tu rentrer à la maison s'il te plaît. J'ai besoin de te dire quelque chose" dit ma mère, visiblement désemparée. « Ouais, bien sûr, qu'est-ce qui ne va pas ? J'ai demandé.

"Rentrez chez vous s'il vous plait" dit-elle. Je raccrochai le téléphone et pénétrai dans le hall principal. "Je suis désolé de partir par ici mais je dois rentrer chez moi, passe une bonne nuit" dis-je.

Je suis rentré chez moi et j'ai ouvert la porte, me précipitant dans le salon. "Maman, qu'est-ce qui ne va pas?" dis-je, ma main sur son épaule.

"Asseyez-vous" dit-elle.

Je me suis assis sur le canapé d'en face. Sa lèvre inférieure tremblait alors qu'elle luttait pour retenir les larmes avant qu'elles ne coulent sur ses joues. "Ton père, il est parti" dit-elle.

"Quoi Où?" J'ai demandé.

"Non... Il est mort" dit-elle, baissant la tête dans ses mains, les épaules tremblantes alors qu'elle repoussait le chagrin.

Mon visage tomba, la pièce silencieuse. Je me suis levé et j'ai marché jusqu'à ma chambre. Mais je me suis arrêté et j'ai ouvert la porte de Charlotte. Elle gémit dans son oreiller, attrapant des poignées de la couverture. Je m'allongeai et la serrai fort contre moi.

"Chut, c'est bon. Je suis là" dis-je. Elle pleura de façon incontrôlable, enfonçant son visage dans mon épaule. "Je suis là" répétai-je, maintes et maintes fois.

Nous nous sommes blottis ensemble pendant ce qui nous a semblé être des heures. Elle essaya de s'éclaircir la gorge, mais la boule tordue resta, resserrant sa voix sur chaque syllabe. "Je t'aime Oliver, plus que quiconque" dit-elle.

"Je t'aime aussi plus que quiconque" dis-je. J'ai doucement tiré les longs cheveux bruns de son visage, les glissant derrière son oreille. J'embrassai son épaule et son cou. Sa main glissa derrière ma tête, regardant dans mes yeux, elle tira mon visage vers elle. Nos lèvres se sont frottées, une fois, deux fois, trois fois.

Nous nous sommes embrassés à nouveau, elle a pris le contrôle de sa langue effleurant mes lèvres. Elle l'a poussé plus loin dans ma bouche, mes lèvres ont quitté les siennes et j'ai sucé légèrement sa langue. Je me suis mis entre ses jambes et j'ai enlevé mon pantalon. Elle a retiré son gilet alors que je glissais ma chemise par-dessus ma tête.

J'ai tenu son visage et frotté sa cuisse lisse pendant que nous nous embrassions passionnément. C'était différent de tout ce que j'avais jamais ressenti auparavant, le goût que sa salive laissait dans ma bouche, la chaleur rayonnant de son corps, je savais alors que je la voulais, et personne d'autre.

Fin de la partie 2

Désolé si c'est encore un peu court, je pense que c'est un peu plus long que la partie 1 mais pas aussi longtemps que je le voudrais. Désolé, cette partie a pris trop de temps, j'étais assez occupé et j'ai écrit de nombreuses tentatives, mais j'ai finalement opté pour ce scénario. J'ai l'impression que celui-ci est bien meilleur.

Une excellente citation que j'ai prise en considération est ..... "Quand vous allez bien, arrêtez d'écrire." Et cela signifie que si tout se passe bien et que vous savez exactement où va se terminer la fin du chapitre et que vous savez exactement ce que les gens vont faire, vous ne continuez pas à écrire et à écrire jusqu'à ce que vous arriviez à la fin. , parce que quand vous le faites, alors vous dites, eh bien, où vais-je aller ensuite ? Et vous vous levez et vous vous éloignez et vous ne voulez pas revenir parce que vous ne savez pas où vous voulez aller - Ernest Hemingway.

C'est ce qui m'est arrivé sur le premier, j'étais coincé mais maintenant je sais où je vais et cela, je pense et j'espère, fait de moi un bien meilleur écrivain.

Bonne année à tous ! Et la partie 3 est fermement ancrée dans ma tête et sortira dans peut-être 2 ou 3 jours, parce que j'ai hâte d'y retourner.

Au revoir 2012. J'espère que vous passerez une année 2013 incroyable et revenez pour le prochain épisode, la partie 3.

Articles similaires

Retraite en couple

Jon était votre homme de tous les jours, marié à sa femme Grace depuis six ans, deux enfants, a vécu dans la même ville toute sa vie. Il aimait sa femme et ferait n'importe quoi pour elle; et il avait une belle vie sexuelle aussi. Ils étaient ensemble depuis le lycée et l'étincelle était toujours là. Ils ont fait des choses folles ensemble et il était ouvert d'esprit à tout ce que Grace voulait essayer. Alors, quand elle est venue le voir une semaine avant leur septième anniversaire et lui a dit qu'elle avait réservé un voyage pour eux sur une...

3.3K Des vues

Likes 0

La rose épineuse Ch.04

Scarlett pinça ses lèvres pleines alors qu'il se penchait vers le bureau bas à côté de son lit, prenant la plume qui attendait là, la trempant dans de l'encre noire et tapotant l'excédent avant de prendre une note sur le papier qui attendait à côté de lui, prononçant les mots à haute voix d'une voix douce comme il l'a fait. L'Orcess, bien que dominant dans sa nature, j'ai trouvé, peut être maîtrisé avec le bon effet de levier. Alors qu'ils s'efforcent d'apparaître comme responsables et puissants, une déclaration certainement renforcée par leur force évidente et leurs prouesses physiques, ils, comme la...

926 Des vues

Likes 0

Avenue inférieure de Greenville

Kim 28 est une femme séduisante de 5 pieds 7 pouces de haut avec de longs cheveux blonds et un beau sourire. Si ce n'était pas contraire aux règles, elle aurait porté des bouchons d'oreille toute la nuit. En l'état, elle ne pouvait s'en tirer que lorsque Jerry était Kim s'inquiétait parfois pour son ouïe, alors que la musique battante se déversait des haut-parleurs tout autour de la discothèque. Pourtant, c'était un excellent travail, avec de bons conseils, et elle en avait besoin si elle retournait à l'université à l'automne. Elle n'était là que depuis quelques semaines, mais était déjà habile...

912 Des vues

Likes 0

Ma cousine_(1)

Cela faisait un moment que je n'avais pas vu mon oncle et sa famille. Aux derniers souvenirs, ils avaient 5 enfants. 3 garçons 2 filles. Deux des garçons étaient plus âgés que moi et les autres avaient quelques années de moins. J'étais connu pour être le méchant de toute la famille. Ma mère avait dit que j'allais devoir rester chez son frère pour l'été. En espérant que je resterais loin de la vie de la ville. J'étais d'accord avec ça, j'ai besoin d'une pause de la fête vue. Ma mère m'a déposé. Voici. J'espère que vous en tirerez quelque chose, je...

3.9K Des vues

Likes 3

Ma douce Sue de '82

Titre : Ma douce Sue en 82 En 1982, j'ai vécu avec une femme plus jeune nommée Karen et je la baisais ainsi que des rendez-vous occasionnels avec sa meilleure amie Carla. Elle avait plusieurs années de plus que Karen et les deux femmes savaient ce qui se passait mais n'y voyaient pas de problème. Je savais aussi que Karen disparaissait de temps en temps pendant un jour ou deux en utilisant l'excuse d'aller skier au lac Tahoe alors qu'elle était en fait ailleurs. Je savais quand il y avait de la neige là-haut et quand il n'y en avait pas. Elle...

2.4K Des vues

Likes 0

Ma patronne

Salut, je m'appelle Gina, j'ai 26 ans, j'ai des cheveux noirs, j'ai des seins en bonnet B et je mesure 5'4. Parfois, vous ressentez une certaine façon à l’égard de vos supérieurs. Habituellement, on les aime ou on les déteste, mais ma patronne était quelque chose de spécial, je pense. Elle était gentille, mais pas trop gentille. Elle mesure 5'9 avec les cheveux et les yeux bruns. Elle avait aussi un très beau corps, avec de jolis seins en bonnet C, donc elle est très sexy pour avoir 37 ans. Je l'ai pour patron depuis environ 3 ans, et je me...

582 Des vues

Likes 0

Paul l'Ancien

Par Gail Holmes Paul était l’aîné de la famille, il avait un frère et une sœur cadette, même s’il n’avait jamais perdu sa virginité à l’approche de vingt-cinq ans. David, tu ne pourrais pas rencontrer un gars plus excité ; il lui suffisait de regarder une fille et elle devenait mouillée à cette pensée. Mais Kerrie était désormais une fille qui savait plaire. Le problème de Paul était qu'il était timide, d'accord, il achetait tous les magazines pour filles, et il apportait même des films pour jouer, le problème était qu'il était nerveux à chaque fois qu'il les regardait au cas où...

546 Des vues

Likes 0

Bénédiction déguisée

L'événement inoubliable, que je vais vous raconter, n'est pas une histoire de coq et de taureau, c'est plutôt ma première tentative sexuelle que j'ai faite lorsque j'étudiais en quatrième année d'ingénierie. Permettez-moi d'abord de me présenter : je vis avec mon oncle à Lahore. Étant un paysan, mon physique est robuste et ma peau est claire. Beaucoup de femmes du village étaient attirées par moi mais je ne les ai pas remarquées en partie à cause du penchant de mon père pour les activités religieuses dans le village et en partie à cause de la peur d'être pris en flagrant délit...

2.4K Des vues

Likes 0

Entraîneur Kristen

Ma nièce joue au softball dans une petite ligue parrainée par la ville dans laquelle nous vivons. Son entraîneur, Kristen (nom d'emprunt), est vraiment la seule chose amusante dans les jeux. Kristen est sur le côté épais. Elle a une sorte de visage trapu sur lequel elle se maquille et des lèvres boudeuses qui sont de la même couleur rouge foncé que ses longs cheveux bouclés. Elle n'est pas ce que j'appellerais une beauté classique, mais elle est définitivement faisable. Et si je devais deviner, je dirais qu'elle était probablement entre le début et le milieu de la trentaine. Kristen dégage...

2.9K Des vues

Likes 0

Qui moi un sorcier EPILOG

Épilogue : Who Me a Wizard Un Halfling à l'air triste ouvrit les yeux sur un monde blanc, il ne comprit pas pourquoi le monde était blanc. Il ne savait pas ce qu'était la neige. Sa prochaine pensée qui suis-je, pourquoi ai-je froid. Il fut surpris par la voix tonitruante d'un ogre à dos argenté : « Ambrose, que fais-tu sur mon territoire ? As-tu amené ta fille ? Le Halfling pleurnichard frissonna et dit : « Qui… Qui… es-tu ? Qui est Ambroise ? L'Ogre fut surpris par cette réponse et plaça ses deux très grandes mains sur la tête...

1.5K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.