La rose épineuse Ch.04

116Report
La rose épineuse Ch.04

Scarlett pinça ses lèvres pleines alors qu'il se penchait vers le bureau bas à côté de son lit, prenant la plume qui attendait là, la trempant dans de l'encre noire et tapotant l'excédent avant de prendre une note sur le papier qui attendait à côté de lui, prononçant les mots à haute voix d'une voix douce comme il l'a fait.

"L'Orcess, bien que dominant dans sa nature, j'ai trouvé, peut être maîtrisé avec le bon effet de levier. Alors qu'ils s'efforcent d'apparaître comme responsables et puissants, une déclaration certainement renforcée par leur force évidente et leurs prouesses physiques, ils, comme la plupart que j'ai trouvés, peuvent être facilement manipulés avec la promesse de plaisir.

« Hé, va te faire foutre ! » L'orcesse, grogna Linza, enfonçant le bout de ses doigts dans la douceur des fesses moelleuses de Scarlett, lui lançant un regard noir.

Scarlett jeta un coup d'œil en arrière à l'Orcess transexuelle musclé et nu étalé sur son lit, qu'il chevauchait actuellement, l'épaisse bite verte de l'Orcess enfouie et palpitante dans son doux cul d'elfe.

"Si tu n'arrêtes pas de te plaindre, je ne t'achèverai pas ~" dit Scarlett, la voix réprimandante alors qu'il déplaçait ses mains sur celles de Linza, les guidant vers ses larges hanches et les y tenant. "Compris?"

Linza plissa un peu les yeux, reconnaissant un élément de ce que Scarlett venait de mettre sur papier dans ses mots, mais alors qu'elle sentait l'elfe recommencer à tourner ses hanches, Linza ferma les yeux et laissa échapper un faible gémissement de plaisir.

Scarlett eut un sourire narquois en baissant les yeux vers l'Orcess, il n'en fallut pas beaucoup pour en faire ses jouets.

Il mordit sa lèvre inférieure pleine et se leva lentement, laissant la grosse bite tirer lentement de l'étroitesse chaude de son cul avant de repousser, laissant échapper un doux gémissement féminin alors qu'il recommençait à la chevaucher, faisant rebondir son cul contre elle comme elle haletait et gémissait, ses doigts serrant ses hanches, le guidant de haut en bas sur son sexe, comme pour l'utiliser comme rien de plus qu'un jouet de plaisir.

Scarlett sentit ses joues rougir alors que le plaisir coulait à travers son corps, inclinant sa propre tête en arrière et fermant les yeux alors qu'il rebondissait avidement sur sa queue, sentant la longueur veinée glisser en lui et hors de lui.

Il avait fait beaucoup d'introspection la semaine dernière depuis sa rencontre avec la reine noire et sa découverte de la tromperie de Mayla. Il avait été contraint d'affronter de nombreuses vérités sur lui-même et sur les gens qui l'entouraient.

Il ouvrit les lèvres, haletant alors que ses cheveux roux voluptueux coulaient dans un mouvement presque fluide autour de lui alors qu'il la chevauchait, sentant les lourdes boules remplies de sperme de l'Orcesse lui claquer les joues à chaque rebond énergique.

Il avait, pour la plupart, évité Mayla depuis sa découverte, l'excluant de sa chambre et ne lui parlant que de manière polie et professionnelle lorsqu'il travaillait à l'étage principal de la taverne. Elle avait apparemment fini par accepter cette pénitence, mais il savait qu'avec chaque jour qui passait, elle devenait de plus en plus désespérée de raviver ce qui avait été une amitié naissante, peut-être même une romance.

Scarlett, au moins en partie, voulait que cela se reproduise avec la logeuse potelée, mais en même temps sa confiance en elle, et en fait tous les humains avaient été ébranlés par sa tromperie. Il voulait croire que les choses étaient différentes, mais les blessures d'elle jouant de sa naïveté pour son propre gain sexuel et financier étaient encore trop fraîches.

Presque comme pour repousser la confrontation avec Mayla, il avait plutôt tourné son questionnement vers l'intérieur sur le mystère qu'étaient Scar et Scarlett. Même après une semaine de réflexion, alors même qu'il laissait cette grande déesse musclée d'orcesse, avec ses crocs blancs nacrés, ses oreilles légèrement pointues et ses épais cheveux noirs marteler sa bite dans son cul épais, il débattait toujours de sa place. Il était, pensait-il, un homme, malgré ses manières et aspects féminins et malgré son amour du maquillage et des vêtements féminins. Après tout, il n'avait aucun désir de faire pousser des seins ni ressenti aucune perte de ne pas avoir une véritable féminité. Il aimait juste les choses les plus féminines de la vie.

Une extension à cela était sa sexualité déroutante et nouvellement découverte. Il n'avait pas de réel désir chez la femme, trouvant la perspective d'être celui qui donne au lieu de celui qui reçoit peu attrayante, alors qu'en même temps il a découvert qu'il n'avait pas de réel désir chez les hommes, les trouvant grossiers et peu attrayants, trouvant plutôt ses intérêts réglés. sur le corps féminin avec un trait masculin très singulier.

En cela, il était presque tombé sur ce qu'il ne savait même pas être sa niche, cette auberge qui s'adressait presque exclusivement aux femmes avec un petit extra. Le fait que ce soit le seul endroit de la ville, combiné à son anxiété d'essayer de s'installer ailleurs, malgré les actions de Mayla, l'avait convaincu de rester, du moins pour le moment.

Dans l'ensemble, il avait du mal à se situer. En substance, il n'était rien de gravé dans la pierre, il n'était pas vraiment un homme, mais il n'était pas non plus une femme. Il n'était pas hétéro, il n'était pas gay, il n'était pas bi. Il était Scarlett. L'elfe qui était sorti des terres de son peuple pour explorer et apprendre.

Il avait d'abord pensé quand il était parti qu'il avait été saisi par l'envie de voyager au hasard, comme on le croyait arrivé aux Elfes. Mais avec chaque jour qui passait, il pensait de plus en plus que cela aurait pu être autre chose. Peut-être, ne s'étant jamais vraiment senti chez lui, avait-il été frappé par l'envie de voyager comme une façon de son esprit de lui dire qu'il devait trouver sa place et lui-même.

C'était ici, à l'Auberge de la Rose Épineuse ? Ou n'était-ce qu'une simple étape de son voyage de découverte.

"U-ugh, je vais jouir!" Linza grogna sous lui, le faisant revenir de ses pensées sur lui-même et Mayla dans l'ici et maintenant, ses doigts le tenant plus fort alors qu'elle commençait à pousser ses hanches vers le haut, rencontrant ses rebonds vers le bas pour augmenter leur tempo global, provoquant leur gifles de chair et de chair pour résonner dans toute la pièce.

Scarlett cligna des yeux et baissa les yeux vers l'Orcess, sur le point de lui faire un air renfrogné pour avoir brisé sa réflexion intérieure mais réalisa rapidement qu'il était exactement là où il avait voulu être. Après tout, les Orcs, pour une raison historique, étaient particulièrement méfiants envers les Elfes et par rapport aux avances habituelles faites contre Scarlett, il avait pratiquement dû se jeter sur Linza pour qu'elle l'accompagne dans sa chambre pour l'aider dans ses "recherches". .

Et elle était bonne, forte et impatiente, avec une endurance élevée et une longueur très impressionnante. Elle n'était peut-être pas la plus raffinée, de toutes les races avec lesquelles Scarlett s'était "couplée" la semaine dernière dans une série d'aventures sexuelles. sur sa longueur encore et encore alors que tout son corps tremblait sous la force des poussées.

Il avait trop réfléchi à ses énigmes et à ses recherches par opposition à l'Orcesse elle-même, quelque chose qu'il devrait rattraper dans la course à la ligne d'arrivée s'il voulait pouvoir la ramener facilement chaque fois qu'il avait envie de quelque chose. avec un peu plus de pouvoir que Mayla ou les autres transexuelles humaines pourraient lui offrir.

Il a augmenté sa voix, ne supprimant plus le bruit qu'il faisait par courtoisie pour les autres clients de la taverne, à la place il haletait, gémissait et gémissait comme la meilleure des putes, ses mains posées sur son abdomen musclé pendant qu'ils baisaient, son expression une de pure luxure et de désir, un qu'il avait rapidement maîtrisé et qui, il le savait, rendait fous ses partenaires.

C'était tout à fait une chose d'être putain, de toutes choses, un véritable elfe, mais c'en était une autre d'avoir cet elfe si incroyablement intéressé par vous qu'il vous regardait avec un plaisir et une affection absolus.

Étant donné le statut presque mythique des elfes sexuellement, pour la plupart, le simple fait de savoir qu'ils étaient un simple humain, un nain, un gnome ou un orc leur faisait vraiment plaisir, en particulier un tel que Scarlett en lui baisant le cul leur procurait généralement un énorme regain de confiance.

Cependant, à la surprise de Scarlett, son changement soudain de comportement, passant d'un jouet à baiser à un partenaire engageant et agréable, semblait enrager encore plus Orcess, fou de sexe, comme si elle était offensée qu'un elfe profite de sa brutalité. , putain de cul brutal. Scarlett a noté mentalement de vérifier cela lors de futures "sessions expérimentales", c'était comme si l'Orcess avait une sorte d'aversion réprimée pour Scarlett qui se faisait plaisir et aurait apparemment préféré le voir souffrir sur sa bite. La prochaine fois qu'ils y allaient, décida Scarlett, il lutterait davantage, crierait davantage et verrait généralement si l'Orc appréciait davantage cela, un peu de lutte câlin.

Mais pour l'instant, il avait un plan et il s'y tiendrait, haletant et gémissant de plaisir, serrant son cul serré sur la longueur épaisse remplissant son trou d'amour serré, traire la tige de l'Orcess et essayant d'extirper l'épaisse charge de sperme chaud qu'il savait l'attendre, appréciant secrètement la couche supplémentaire de fureur que son plaisir lui apportait.

Il la fixa avec des yeux à moitié fermés alors qu'ils s'accouplaient, leurs yeux se rencontrant alors qu'elle le baisait, le réclamait, essayait de l'utiliser avec une frustration croissante à mesure qu'il s'amusait. Il commença à se pencher avec l'intention de verrouiller ses lèvres avec les siennes, désespéré de voir ce que c'était que d'embrasser une Orcesse en plein essor de la passion, pour la science, bien sûr, mais alors qu'il le faisait, il sentit sa main bouger soudainement de l'un des ses voyages pour envelopper une longueur de ses cheveux de feu, le tirant en arrière et le dominant alors qu'elle se rebondissait dans son corps.

Pas de baiser, Scarlett nota mentalement qu'il était pris, sentant la dureté d'acier enfouie au plus profond de lui commencer à palpiter et à pulser d'une manière qu'elle n'avait pas auparavant, mais d'une manière qu'il avait fini par comprendre.

« O-oui ! » cria-t-il de plaisir passionné, sa voix résonnant non seulement à travers ses murs, mais il était à peu près sûr, à travers toute la taverne, le lit grinçant et la tête de lit cognant contre le mur alors que son corps battait contre le sien, chaque poussée devenant plus nette et plus courte et le plaisir de l'orc atteignit son paroxysme, sa semence chaude commençant à se répandre dans son cul, de longues impulsions épaisses qui, malheureusement, étaient presque identiques à celles de Mayla.

Avec chaque partenaire successif, Scarlett avait espéré trouver quelque chose de nouveau et d'exotique, une nouvelle sensation ou une nouvelle qualité extrême, comme des quantités, des saveurs, des températures, des couleurs différentes. Mais il découvrait rapidement que toutes les races étaient presque identiques à ces égards, ne changeant que dans la taille de leurs coqs par ailleurs uniformes.

La seule fois où il avait vécu quelque chose de complètement sauvage et là-bas avait été cette nuit fatidique avec le Naga et, à sa propre surprise, il avait presque l'impression de manquer la véritable bizarrerie et l'étrangeté qu'elle avait offertes. Après tout, son désir de sucer une bite et de se faire baiser n'avait d'égal que son envie de voyager et de vivre quelque chose de nouveau, qui, dans l'état actuel des choses, était entravé par la ressemblance de chaque espèce.

Non pas que l'apogée avec laquelle Linza était actuellement ravagée n'était pas incroyable, Scarlett a vécu ces moments, gagnant son propre plaisir ultime en l'amenant à elle-même. C'était étrange, mais rien ne lui faisait plus de bien que de savoir qu'il avait amené quelqu'un d'autre dans ce lieu de plaisir ultime.

Elle a secoué ses hanches, tenant ses beaux cheveux roux en boule dans un poing et tenant son autre à sa taille, le gardant profondément sur sa bite alors qu'elle le «relevait» instinctivement, dépensant sa semence aussi profondément en lui que possible.

Cela aussi, il s'était rendu compte que c'était une habitude chez beaucoup de ses partenaires. Peu avaient choisi de jouir sur lui, presque tous désirant exclusivement dépenser leur charge aussi profondément dans son corps qu'ils le pouvaient. Il ne savait pas pourquoi, mais c'était certainement quelque chose qu'il s'efforçait d'apprendre par le biais d'études approfondies et d'examens pratiques.

L'Orcess a commencé à relâcher son emprise sur son corps et Scarlett a senti la piscine de chaleur à l'intérieur de ses fesses pleines et étirées, reconnaissant la sensation d'une charge de sperme qu'elle venait de déposer en lieu sûr, son expression de soulagement et de bonheur, son sourire d'autant plus intéressant pour les deux canines inférieures saillantes, ou crocs qui se dressaient saillants et luisants.

« Comment était-ce ? » Scarlett respira, haletant alors qu'il sentait sa main tomber enfin de ses cheveux, le laissant s'installer dans une position assise fatiguée sur sa bite encore dure, la sentant pulser et drainer chacun d'entre eux. dernière goutte de sperme blanc crémeux de sa bite dans son cul.

"Putain... Salope elfe..." Linza grogna, son épuisement évident dans sa voix "Pourquoi as-tu mis si longtemps à me persuader de te baiser ?"

Scarlett eut un petit sourire narquois, notant dans son esprit pour plus tard à quel point il était facile d'épuiser un orc physiquement supérieur avec le sexe. Apparemment, cela les rendait vulnérables et faibles. Il devrait tester si cela était réalisable avec quelque chose de plus simple comme une pipe à un moment donné.

"Il fallait que tu le veuilles." Il taquina, mordant sa lèvre alors qu'il se glissait vers le haut, sentant la longueur chaude et glissante de la bite de Linza glisser de son cul. Il laissa échapper un léger halètement alors que la tête se libérait, sa bite tombant, douce et luisante contre son ventre alors qu'il se déplaçait pour se lever.

Elle le regarda alors qu'il se dirigeait vers son miroir, allant chercher une brosse et commençant à arranger ses cheveux, "Tu y vas déjà?" demanda-t-elle, déplaçant ses bras sous sa tête, souriant alors qu'elle se détendait, vraiment rassasiée.

Il haussa les épaules, posa le pinceau et retoucha son maquillage alors qu'il était assis nu et glorieux sur le tabouret. "C'était juste ma pause déjeuner. Je dois retourner au travail, tu sais.

"Hmph, eh bien ne sois pas un étranger, elfe." grogna-t-elle, fermant les yeux et apparemment contente de récupérer sur le propre lit de Scarlett, pas qu'il s'en souciait.

Il a souri, "Cela dépend de la qualité de votre pourboire, je suppose."

"Pff, comme si je te donnerais juste le pourboire." Elle sourit, lui jetant un coup d'œil.

Il a ri un peu et l'a regardée avec un sourire affectueux, il a apprécié une petite conversation avec son 'romance', bien qu'il ait appris que tous ses partenaires n'avaient pas été dans cet aspect de passer leur temps avec lui, plus intéressés à juste casser une noix il fut agréablement surpris de constater que, de toutes les races qu'il avait rencontrées, c'était un orc qui était l'un des plus désireux de lui parler, pas seulement de baiser et de partir.

"Ooh, je vais certainement te revoir." dit-il en enfilant sa robe de servante, se maquillant et se préparant, passant si facilement d'un foutu bordel après le sexe à l'incarnation de la perfection. Cela lui est venu si naturellement : « Pour d'autres expériences, vous savez ?

"Sinistre." commenta-t-elle, mais son ton était joyeux. Avant qu'elle n'ait joui, elle avait été laconique et vive, désespérée seulement de le baiser et de dépenser sa charge, maintenant qu'elle l'avait fait, elle était presque une personne complètement différente, bavarde et pleine d'humour. Scarlett jeta un coup d'œil vers ses notes, voulant écrire beaucoup plus mais sachant qu'il serait bientôt nécessaire au rez-de-chaussée pour aider Mayla, il devrait réserver du temps pour quitter le rez-de-chaussée tôt un jour, ramener Linza avec lui et lui donner un quicky pour qu'il puisse passer une soirée avec cette version bavarde d'elle.

"Assurez-vous simplement de nettoyer après vous-même lorsque vous redescendez." dit Scarlett d'un ton aérien, suscitant un grognement de confirmation de la part de l'orc alors qu'il se dirigeait vers la porte, un pas rebondissant alors qu'il laissait Linza derrière lui pour récupérer, fermant la porte derrière lui et se dirigeant vers les escaliers.

Scarlett est arrivée dans la grande salle principale de la taverne, l'air aussi vierge qu'il l'était toujours, attirant l'attention de nombreux clients réguliers de midi, alors qu'il se dirigeait vers le comptoir où se tenait Mayla, les habitués ont poussé des acclamations roulantes, levant leurs verres et chopes respectifs à Scarlett, des rires et de la joie éclatent dans la taverne.

Scarlett ne put s'empêcher de sourire et de rouler des yeux alors qu'il se déplaçait, appuyant ses coudes sur le comptoir, son corps légèrement incliné vers l'arrière dans une pose souple. Les clients connaissaient ses habitudes et ses actes, ils avaient pris le devoir de l'acclamer chaque fois qu'ils le remarquaient revenir de ses bouffonneries, ce qui n'était généralement pas si difficile à comprendre, surtout aujourd'hui, avec lui, sauf qu'il traînait sa marque Linza. retour vers sa chambre puis réapparaissant quelque temps plus tard sans elle alors qu'elle se remettait.

"Amusez-vous?" demanda Mayla d'une voix prudente. Elle, comme elle l'avait toujours fait la semaine dernière, essaya d'être polie, essayant de raviver leur amitié blessée, mais elle fut accueillie par un regard glacial, ses beaux yeux la regardant.

"Mmhm." il a répondu avec dédain: «C'est assez calme, avez-vous besoin de moi pour travailler? Ou ramasser quelque chose ? »

Mayla sourit un peu et secoua la tête, "J'ai trié tout ça et je peux gérer la foule de l'après-midi si tu veux une pause jusqu'à ce soir."

Il hocha simplement la tête et se leva, récupérant son café qu'elle lui avait préparé et placé devant lui sur le comptoir comme elle l'offrait toujours après ses petites séances.

Il envisagea de retourner à Linza pour continuer leur conversation et peut-être avoir un deuxième tour, mais alors qu'il scannait la taverne, il remarqua un groupe et commença à se frayer un chemin à travers la taverne vers eux.

Il eut un sourire narquois en s'approchant de la table qui était remplie de transexuelles qui lui étaient familières, deux humains, un nain, deux halfelins, avec qui il avait joué au moins une fois la semaine dernière.

Ses amis l'ont accueilli joyeusement, des expressions et des mots enjoués alors qu'il se déplaçait pour s'asseoir en selle sur les genoux de l'un des humains, ses bras s'enroulant de manière possessive autour de lui alors qu'il s'installait avec son café bien-aimé, heureux de discuter et de socialiser en tant que femme humaine. le tenait, posant des questions sur sa rencontre avec l'Orcess.

Mayla a regardé depuis le comptoir et a soupiré un peu. Cela faisait si longtemps qu'ils n'avaient pas eu une vraie conversation, elle commençait à se demander s'il lui répondrait ou non, mais elle subirait sa pénitence de silence, les dieux savaient qu'elle ne le méritait pas à moitié.

Mayla travaillait alors que la journée se poursuivait dans la soirée, Scarlett, qui n'avait pas été nécessaire pendant ces heures plus calmes de la journée, avait semblé aimer plutôt flirter et socialiser avec ses amis, mais maintenant que la foule du soir commençait à filtrer, il est parti leur compagnie pour commencer à virevolter dans la pièce.

Il était, comme toujours, un plaisir à regarder, même si ses manières depuis qu'il était devenu «serveuse» avec elle avaient changé. Là où auparavant il se promenait dans la pièce pour servir des boissons et faire poliment la conversation, sa forme adroite évitant toute main tâtonnante et se tenant à l'écart de toute personne particulièrement impolie, maintenant, cependant, il était tout aussi coquette, appuyant son arrière doux et sinueux dans les mains qui tendait la main pour le peloter, un sourire enjoué sur ses lèvres pleines de rouge.

Au cours de sa dernière semaine, il avait développé beaucoup plus de confiance en lui et en sa sexualité, la créature sexuelle qu'elle avait connue en privé se déchaînant sur toute emballeuse qui lui montrait un intérêt, ce qui dans sa taverne était pratiquement tout le monde.

La soirée avançait et l'argent roulait, les recettes toujours excellentes quand Scarlett papillonnait, les clients d'autant plus désireux de commander juste pour attirer l'attention et la présence de Scarlett à leurs tables. Malgré le fait que cela faisait presque deux semaines depuis qu'il était entré pour la première fois dans The Thorned Rose, l'impact de sa présence n'avait pas du tout diminué, les gens étaient toujours impressionnés par la simple opportunité de voir un véritable elfe, sans parler de la chance. pour parler et interagir avec un.

Mayla avait d'abord craint que sa présence ici ne dilue sa clientèle. Après tout, l'intrigue de voir un elfe n'était pas spécifique à ses invitées "douées", chaque sexe de chaque race voulait avoir une chance de le voir. Cependant, les rumeurs sur la présence de Scarlett ici avaient initialement été rejetées par la plupart comme étant simplement cela, une rumeur. Les seuls à vraiment croire que Scarlett était là étant ses principaux visiteurs qui l'avaient vu de leurs propres yeux. Mais au fur et à mesure que les rumeurs devenaient plus prolifiques et que les gens étaient devenus intrigués, la tromperie de Mayla avait été révélée et Scarlett s'était mise, assez fréquemment en fait, à se promener dans la ville, à visiter d'autres bars et tavernes pour boire un verre et à donner l'opportunité à ceux qui voudraient Je ne fréquente normalement pas The Thorned Rose pour l'admirer sans avoir à passer par son petit coin.

Malgré le manque de communication entre Scarlett et Mayla, en dehors de la courtoisie professionnelle, les deux fonctionnaient comme un atelier occupé, prenant de l'argent et distribuant des boissons avec une aisance pratique au fil de la soirée. À un moment donné dans la soirée, une Orcess fatiguée mais satisfaite est venue de l'arrière-salle et a rejoint une table pour une salve d'acclamations, qui ont été accueillies par ses propres moqueries.

Alors que la nuit s'enfonçait et que les clients commençaient à sortir en trébuchant, emplissant l'air nocturne d'une chanson ivre, il avait dû en aider plus d'un jusqu'à la porte. Les derniers clients ces jours-ci étaient toujours les retardataires pleins d'espoir, non plus ceux qui se contentaient de se disputer un verre supplémentaire, mais plutôt ceux qui espéraient être invités à revenir dans la chambre de Scarlett au seul mérite d'être les derniers debout. Ou, dans le cas de certaines personnes, ramper.

Mais ce soir, Scarlett, curieusement, ne le sentait pas. Depuis que la foule du soir était arrivée, il avait ressenti une étrange sorte de déconnexion. Bien sûr, il avait joué son rôle, flirtant et servant avec son petit sourire narquois sexy, mais ses pensées avaient, bizarrement, été ailleurs.

Silencieusement, il aida Mayla à ranger la taverne, fermant la porte à la nuit, les deux ayant maintenant une clé et aidant à essuyer les surfaces, l'ignorant presque pendant qu'ils travaillaient jusqu'à ce qu'ils aient fini.

"Je vais, euh, dormir un peu, Scarlett." dit Mayla, la voix douce et fatiguée comme c'était souvent le cas après une nuit bien remplie.

"Bonne nuit Mayla." dit-il simplement en plaçant des chaises sous les tables, l'air distrait.

Elle hésita, mais hocha simplement la tête, se retournant et marchant vers les pièces avec la tête légèrement inclinée.

Il regarda pour la regarder partir et fronça un peu les sourcils, attendant qu'elle soit partie avant de se diriger vers le bar, sortant une petite bouteille et se versant un tout petit verre de vin blanc, la chose la plus proche qu'il avait trouvée de sa fleur natale. boisson aux pétales, bien que beaucoup plus forte.

Il a pris une gorgée et a presque immédiatement senti l'alcool commencer à l'affliger, il y était plus sensible que les humains et il en fallait beaucoup moins pour le saouler, alors il évitait toujours de le boire devant les autres de peur qu'ils ne voient à quel point un léger qu'il était, quelque chose qu'il avait établi était un peu un faux pas.

Il se déplaça pour s'asseoir dans la grande salle vide, qui quelques heures plus tôt avait été une ruche d'activité et sirota son vin, seul.

« Ai lainu torenni… » jura-t-il en soupirant doucement, serrant le petit verre entre ses mains délicates, regardant le liquide translucide comme s'il y cherchait des réponses.

Bien qu'il soit satisfait de lui-même et de qui il était, cela l'irritait toujours de ne pas pouvoir identifier ce qu'il était, de ne pas avoir un mot dans sa langue et de ne pas en trouver un en commun pour une personne comme lui. Alors que le fait qu'aucune étiquette n'existait à sa connaissance le faisait se sentir unique, cela le faisait aussi se sentir seul et doublement rejeté.

"Tu peux t'asseoir ici autant que tu veux et prétendre que c'est ton problème." Se dit-il en baissant les yeux sur le reflet déformé de lui-même dans son vin. Il s'était déjà réconcilié avec lui-même, même si c'était étrange.

C'était Mayla avec qui il ne s'était pas réconcilié. Sa méthode d'ignorer le problème jusqu'à ce qu'il disparaisse ne fonctionnait clairement pas, chaque jour et chaque nuit, il la voyait se languir après son attention, peu importe à quel point elle essayait de le cacher, il savait qu'il lui manquait. Sa compagnie, pensa-t-il, ainsi que le sexe.

Et bizarrement, malgré tout, elle lui manquait aussi. Elle avait menti et l'avait trahi pour son propre profit, oui. Mais ne lui parlerait-il vraiment plus jamais ? Il avait apprécié sa conversation, sa compagnie, le sexe.

Elle n'avait pas été la plus grande de ce département, la plus longue ou la plus unique. Avec sa forme sinueuse et ses années moyennes, elle n'avait rien d'unique, vraiment, mais il y avait une qualité en elle qui manquait à tous les autres partenaires, une connexion. Tous les autres partenaires que Scarlett avait eus, il les avait rencontrés, ramenés dans sa chambre et y étaient allés. Mais Mayla. Il travaillait avec elle tous les jours, passait du temps avec elle, l'aidait, la connaissait même un peu. Cela l'avait rendu différent, spécial.

Il finit son vin et laissa échapper un autre soupir profond, résolu à prendre une décision mais luttant pour le faire.

Se mordant une lèvre pleine et douce, il fouilla dans une poche de sa robe, en sortit un clip en cuivre qu'il avait été renversé à un moment donné et le retourna dans ses mains.

« Dirigez-vous de parler à Mayla. Tails vous laissez assez bien tranquille.

Il a lancé la pièce.

Il la regarda tourner dans les airs avant de l'attraper avec des mains agiles, la tenant dans un poing fermé, la pièce à plat contre sa paume. Mais il se surprit à hésiter.

D'un coup, il réalisa dans son état éméché que son cœur et son esprit l'avaient trahi, il espérait que la pièce était face.

Avec un sourire et sans regarder le résultat, il remit la pièce dans sa poche. S'il espérait que c'était face, c'était la décision prise.

Mayla se tenait dans sa chambre trop calme pour se sécher avec un chiffon après s'être lavée comme elle le faisait habituellement après un quart de travail lorsqu'elle entendit frapper à la porte.

Elle fronça les sourcils d'irritation, tout en s'assurant de dire aux invités de nuit quelle chambre était la sienne en cas d'urgence, sauf que sa taverne était légitimement en feu, personne n'est jamais venu la voir avec un problème qui n'aurait pas pu attendre jusqu'à matin.

"Que veux-tu?" dit-elle d'une voix vive, suffisamment forte pour être entendue à travers la porte alors qu'elle se séchait.

"Parler."

Elle se figea, mais seulement un instant.

Elle s'enveloppa dans son vêtement et traversa rapidement sa chambre jusqu'à sa porte, la déverrouillant et la faisant basculer vers l'intérieur.

Scarlett regarda la forme de Mayla, nue à l'exception du tissu qui réussissait à peine à la rendre modeste, ses seins pleins pressés contre sa poitrine par le tissu, ses cheveux blonds lâches et mouillés sur ses épaules, ses yeux fatigués, mais trahissant l'excitation d'avoir qu'il vienne à elle.

"Puis-je entrer?" demanda-t-il, son expression difficile à lire.

"Oh bien sûr." Répondit-elle, s'écartant en réalisant qu'elle avait pratiquement bloqué la porte en le fixant. « Est-ce que… Est-ce que tout va bien ?

Il secoua la tête en entrant dans sa chambre, elle ferma la porte derrière lui et la verrouilla par habitude.

"Allongez-vous sur le lit." dit-il simplement.

« Je… Quoi ? Tu veux ?... » demanda-t-elle, semblant un peu confuse.

Il secoua à nouveau la tête. "Non non. Allongez-vous simplement face contre terre.

Elle le regarda un peu sceptique mais suivit sa direction, tirant le tissu sur la courbe de ses fesses tandis que, toujours confuse, elle s'allongea face contre terre sur son lit, les bras croisés sous son oreiller et la tête posée dessus, se soulevant légèrement pour que son buste substantiel ne serait pas trop mal à l'aise alors qu'elle était allongée là.

Il s'avança et sortit une bouteille de quelque chose d'une poche de sa robe. Elle le regarda grimper sur le lit et la chevaucher, leurs fesses, de taille comparable malgré sa petite taille et sa silhouette plus élancée se pressant l'une contre l'autre alors qu'il s'asseyait sur la sienne.

« Nous devons parler de la chose… », a-t-il dit.

"Je sais. Mais… Pourquoi suis-je allongé ? demanda-t-elle, incapable de s'en empêcher.

« Tu avais l'air un peu raide ces dernières heures aujourd'hui. J'ai pensé que vous pourriez utiliser un massage. dit-il doucement, versant un filet de liquide frais sur son dos avant de poser la bouteille, d'y presser ses mains délicates et de commencer à frotter le liquide sur sa peau. Elle n'était pas sûre de ce que c'était, mais cela lui donnait une sensation de chaleur sur la peau.

"O-ooh, ça fait du bien, tu es trop bien pour moi Scarlett..."

"Je sais."

Elle se mordit un peu la lèvre, toutes deux se taisant alors que Scarlett massait l'huile mélangée aux herbes dans son dos, la chaleur étrange des liquides irradiait dans son dos, relaxant ses muscles bien plus que les mains de Scarlett ou une simple huile ne l'aurait fait, elle avait admettre que c'était merveilleux.

Elle resta là pendant un certain temps, sous les mains douces et bienveillantes de l'elfe, chaque caresse et poussée contre ses muscles fatigués les faisant travailler, la faisant se sentir tellement plus humaine.

Enfin, elle a trouvé les mots dont elle avait besoin, simples, mais difficiles à dire, surtout pour quelqu'un d'aussi fier que Mayla l'était, "Je suis désolée, Scarlett."

Il s'arrêta juste un instant, avant de continuer son massage, "Saviez-vous que vos actions me blesseraient?" demanda-t-il d'une voix douce.

Elle fit une pause et d'une manière presque imperceptible, tendue, Scarlett ne l'aurait pas sentie tendue s'il n'y avait pas eu ses mains pressées contre elle.

"Non." elle répondit.

Il fronça un peu les sourcils : « Tu penses que continuer à mentir va nous aider à arranger les choses ? C'est l'heure de la vérité, Mayla.

Elle ne répondit pas pendant un long moment, honteuse d'être surprise si facilement maintenant, juste allongée sous ses paumes pressées et cherchant ses doigts alors qu'il effaçait apparemment toute la fatigue et la douleur de son dos.

« Une partie de moi savait, oui. Mais-"

"Pourquoi m'as-tu menti sur tout ?" demanda-t-il, l'interrompant, elle hésita encore, choisissant très soigneusement ses mots avant de répondre à chaque fois.

"Je.. je ne sais pas je-"

"Oui, vous le faites." répondit-il doucement, son stratagème de massage fonctionnant comme prévu, ses sens si raffinés et le bout de ses doigts si sensibles qu'il pouvait sentir chaque contraction de ses muscles, distinguant facilement sa vérité de ses mensonges. "Pourquoi?"

Mayla se mordit un peu la lèvre, déglutissant alors que son esprit essayait de penser à quelque chose à dire, essayant de trouver une demi-vérité à partager. À la fin, cependant, il n'y avait comme il voulait, que la vérité.

"Craindre."

"De?"

"Tu pars…"

Scarlett pencha un peu la tête et, sachant qu'elle ne pouvait pas le voir, sourit un peu. Il avait soupçonné que c'était le cas, mais ça faisait du bien de savoir avec certitude, rien n'excusait ses actions, mais toute réponse autre que celle-là et il aurait pu encore partir. "Continue."

Elle ferma les yeux, sentant une fois de plus la culpabilité gonfler son corps, bien que son corps soit détendu sous le doux et doux contact de l'Elfe, son esprit nageait dans l'anxiété. Bien qu'elle ait su que cette conversation allait arriver, en effet elle avait espéré que cela raviverait leur relation, cela ne lui facilitait pas la tâche.

« C'est juste que… Tu es une elfe, Scarlett, tu ne peux vraiment pas avoir la moindre idée de ce que cela signifie pour les humains. C'est comme si un être mythique venait de mettre les pieds dans ma Taverne, un être mythique qui… qui s'intéressait à moi… »

Scarlett sentit un souffle tremblant parcourir son corps, la sentit au bord des larmes, mais il resta silencieux, son silence l'encourageant à continuer.

"Je n'ai pas eu beaucoup de chance avec mes partenaires et quand toi, un elfe, tu es venu vers moi, entre tous... je ne pouvais pas te laisser partir. Je devais te garder… Alors j'ai menti, et je suis désolé, je suis tellement désolé Scarlett… Après avoir fait un petit mensonge, je ne pouvais pas m'arrêter, je devais continuer à mentir, parce que si je te disais la vérité , tu me quitterais.

Il écoutait, la tête légèrement penchée alors qu'il lui massait le dos, la laissant enfin lui parler franchement.

"Tout était un mensonge, même notre première nuit ensemble, le paiement, la chambre, les oreillers."

Scarlett was sure that if she hadn’t been hardened by her life as an innkeeper she would be in tears, he could feel her fighting to hold them back, her breath shaky, a bead of a tear at the corner of one eye.

She spent a few long minutes regaining her composure, resigning herself to the truth, that she had no control over Scarlett, that Scarlett would go and do whatever it was he pleased.

“What… What will you do now?” she asked, voice concerned. Despite the fact he had continued to work here the last week she wasn’t entirely convinced he wouldn’t just up and leave.

Scarlett paused for a few long moments, feeling the worry in the tenseness of her muscles, even after his massage. He let out a long slow sigh, breaking the pregnant pause that hung in the room.

“Forgive you, I suppose.” he said lightly, leaning in and kissing her cheek.

She opened her eyes and looked back and up to him, surprise and confusion written on her already tired face, a few tears falling to stain the cloth of her bed. “W-why?”

He smirked slightly and shrugged, “Because I want to keep working here.” Her expression fell some, but his smirk deepened, “And because I think I care about you a little. Yes, you lied to me.” he hesitated, pursing his lips, “A lot, but, well, I’ve spoken to a lot of people in the last week and you’re right, I’m an Elf in an Elf-less world. I think whoever I’d gone to would’ve used me in some way, I mean I was fleeced for a small kingdom's worth of money just on my way here. At least with you, I managed to discover something important about myself and maybe, for the first time ever, fit in, in a way. It doesn’t excuse what you did. But in some small way, I at least understand why.”

Mayla, always the optimist bit her lip as she leaned up on her elbows, looking over her shoulder at Scarlett, admiring the beauty before her, she was tired, yes but she was never that tired… “Does… That mean… We?” she raised an eyebrow hopefully.

Scarlett laughed, feeling his own anxieties and worries melt away in an instant and playfully tapped her butt, “Mayla! You’ve only just discovered I’m not abandoning you forever and ever and you’re already angling for a roll with me?”

She shrugged helplessly, defensive, “It’s been a while!”

He giggled and his mirth made her smile, feeling a warmth return to her that had been absent since his discovery of her deceit.

“Maybe tomorrow night hm? I’ve already had that Orc woman today and she was just like the rest of you!”

Mayla looked up to him, “Rest of us?”

“I mean it was a different colour but it was the same general size and shape as everyone else's. After the naga I just kind of assumed every race had a different thingy.” he shrugged, pouting.

Mayla grinned a little, starting to regain her confidence with him, “You sound disappointed!” she teased.

He felt his face flush a little, “The Naga was fun! And I like learning new stuff…”

She smirked a little and eyed him over curiously, “Okay okay, so maybe we won't do that tonight… Don’t you usually go out for a midnight walk before you sleep these days?”

“I do?” he replied, his blush retreating as the conversation switched to something more mundane.

She paused for a long moment, thinking. “Would you mind dropping by the merchants quarters? There's someone there I’d like a letter delivered to?” she asked, voice sweet.

He raised his eyebrows a little, a little surprised she had given up her advances so easily but happy to help her once again, “Sure, I’ll just go change into my sensible clothes?” he said, climbing from her and finding a towel to wipe his oiled hands on, passing it to Mayla who took it gratefully.

“I’ll just write out the letter, should be done by the time you’re ready.” she said, smiling as she sat up, her full breasts proud on her chest as she arched her back, reaching behind herself with the towel, starting to wipe herself down.

“Oookay?” he said, eying her with a little suspicion, it wasn’t like Mayla to so easily give up the chase, maybe she was just so relieved that they were good again that she didn’t want to risk it by being pushy.

Scarlett left the room and stood outside the door for a moment, thinking about what she could be planning, but shrugged. It was as it seemed and he doubted she would so quickly deceive him after that discussion.

He returned some minutes later, wearing his ‘sensible clothing’, which amounted to a long fur lined coat thrown over his barmaid's outfit and his heels replaced with snow boots. The outfit, he knew, was pretty ridiculous, but for the sake of a walk it was easier than changing into a completely new outfit. And besides, people couldn’t see his skimpy little dress for the thick coat.

“Do you have the letter ready?” he asked as he swung open the door, his hood already up as he often wore it now. With his red hair tucked back and the hood obscuring his ears, he was free to wander the streets without constantly being cat called and pestered, something that, while he enjoyed, hampered his ability to explore the city in peace.

Mayla, wearing a simple nighty looked over to him and nodded, smiling as she offered him an envelope, addressed to an ‘Eveia’.

“She’s staying at the Broken Axe on Broad Street.” Mayla nodded and Scarlett tilted his head some, thinking, trying to figure out whether or not he had encountered that Inn already.

“The Broken Axe… The Broken Axe… Isn’t, isn’t that the Mercenary tavern? For the caravan guards?” he asked, uncertain as to whether he remembered correctly.

Mayla brightened and nodded, “Ah! You’ve been there, excellent, you’ll know the way then.”

He pursed his lips and narrowed his eyes, taking the envelope and glancing between it and her. “Mmm… Alright. I’ll see you in the morning?”

“Morning shift as usual.” She confirmed.

“With pay,” he smirked and she smirked too, nodding slightly. “Alright then, sleep well Mayla.”

“Oh, you too…” she said, her smirk deepening, which did nothing to assuage his suspicions.

He left her and The Thorned Rose Inn in his tracks, walking through the dark fire lit streets of the city, curiously peering at each person and party he met, marvelling at the diversity, the men, the women, the indiscernible.

Eventually, his feet carried him to Broad Street, the sign of the Broken Axe half swaying in the wind, the other half lying impaled in the ground. As it catered almost exclusively to guards and warriors it stayed open at all hours, not having to worry about criminals and vagabonds, no one would dare.

He stepped into the warmth of the Inn, it was very late in the night but the Inn was still well stocked with patrons. Caravans could come or go at all hours and there was always a fair amount of people looking for a drink.

Scarlett due to the anonymity of his outfit, bizarrely, walked through the tavern towards the counter without the room falling silent or all heads turning to look his way, quite a unique experience for him, all things told.

He waited patiently until the barman came to serve him and Scarlett smiled at the man softly from under his hood. “I’m delivering a message for an Eveia? Is she here?”

The barman eyed Scarlett with a weathered gaze, trying to make something of the lipstick wearing waif that had entered his inn, but shrugged and pointed towards some stairs. “Top of them, second door on your right I reckon.”

“Thank you!” Scarlett said brightly before turning and making for the stairs, feeling the barman's gaze on him as he walked out of sight.

He found the door easy enough and knocked, waiting patiently in the hall as he heard movement inside.

The door swung open inwards, revealing a woman nearly eight foot tall with strange long ears, not long like an Elf’s but long like an animal of some sort, her body broad and muscled. She wore loose fitting pants and a shirt that didn’t cover the tanned muscles of her abs, only covering the heavy swell of her breasts.

She pushed a few strands of short blonde hair from her eyes, “...What…” her voice sounded grouchy, he assumed he’d woken her, or at the least interrupted her readying for sleep.

“Are you Eveia?” he asked, tone disarmingly polite.

“I am. Who’re you?” she asked, frowning intensely as her eyes focused, eying him over with some uncertainty.

“Just a messenger.” he held out the envelope, which only caused her frown to deepen, “It’s uh, from Mayla?”

“Huh, the hell does she want at this hour.” Eveia replied, yawning theatrically.

She all but snatched the envelope from his hand and opened it with ease. Taking out a smaller envelope, her expression darkening. “What the fuck is this? Some kind of joke? What’re you playing at?”

Scarlett blinked, surprised and a little worried as to what Mayla had gotten him into. “W-what?” he asked, voice confused.

She pushed the smaller envelope back into his hands and he fumbled to read what it said. ‘Scarlett’.

He looked at her, his confusion met only with discontent. “I um... “ he swallowed, wilting some under her gaze and decided to open his own envelope, her gaze not shifting as he pulled out a small piece of paper and read it silently to himself.

‘She’s a half-breed and has a horse cock. Je t'en prie. Mayla.’

Scarlett blinked and looked back at the woman, recognising the ears then as being equine, he felt his heart skip a beat.

“Well?” Eveia said, voice terse, impatient.

Scarlett hesitated, then tucked the papers into a pocket and raised his hands, lowering his hood and smiling brightly, “It was just nonsense, she must be drunk or something. It’s a long walk back to the Inn for me though, would you mind if I came in for a drink before I walk back?...” he said, biting a full soft lip a little, enticing, his voice soft and feminine.

Eveia’s eyes widened as she drank in the sight before her. She had been just a few moments from kicking his ass for intruding on her, but then she saw the ears, recognising his features from the rumours that had been whispered more than once in the Broken Axe about the so called Elf Mayla had at the Thorned Rose. She had been out on caravan for the last couple of weeks and hadn’t yet bought into the rumours, at least until now. “Fuck… You’re that Elf, that Scarlett?”

“Mmmhm, so, can I come in for a red wine?” He asked demurely, casually unlacing his heavy coat and slipping it from his shoulders, revealing his slender form and blossoming hips in the tight outline of his serving dress, his long vibrant hair spilling free as he looked over at her, hopeful.

“Uhh, sure, but I don’t drink wine.” she replied, standing aside as he walked into the room, her eyes drinking him in, he looked more than a little comical, slight and feminine in a pretty little dress, the outfit completed with his out of place heavy boots.

“Mm, neither do I.” he smirked as he stepped inside and looked around, the covers on her huge bed were thrown back and only a single candle was lit, she had been in bed when he had knocked, he realised now with certainty.

She shut the door behind him, the light in the room fading as the lights of the hall was blocked by the door, the room lit now by the single candle, casting flickering shadows throughout.

“So, why are you here?” she asked, uncertain.

Scarlett had to push down a smirk as he removed his boots, he couldn’t be any heavier handed with his intentions but they never believed it at first.

“That depends, do you appreciate bluntness or not?” he asked, sitting on the edge of her bed and tilting his head cutely.

“I do.” she said simply, taking a step towards him.

“Well, I hear you’re… Different.”

She frowned, hands moving to her hips as she adopted a defensive tone, “So what, I guess you want to mock me? Study me? Or tease me like the rest of them?”

Scarlett blinked and pursed his lips distastefully, “No no.” he made a note that it was a sensitive subject.

“Then what?” she pressed.

“Well, since you appreciate bluntness, I want to see it. I want to play with it. I want to make you cum.” he smiled.

She hesitated, her hands falling from her sides as her expression was replaced with one of disbelief, “Wait, you want to fuck me?”

It was his turn to hesitate, “Well… If you’re as big as I’m imagining maybe not, but, I still want to have some fun.”

She eyed him, her own scepticism written across her face. She was attractive, he noted, but not in the classical sense, her face was expressive, strong and scarred. It showed of experience outside of the gentleness of simple life, it spoke of a hard life hard lived, a woman forged in battle.

“Why?” she asked, dubiously.

“Because I think you’re hot and I really, really want to see it.” he admitted, a warmth flowing to his cheeks.

“It’s… Pretty disgusting.” she said, voice uncertain.

He figured from her words and tone she hadn’t had many good experiences in her love life, he would put that right.

“I doubt that.” He replied patting the bed beside him, “I bet you just can’t see its beauty.”

“You don't know it like I do.” she said, cynically.

Scarlett shrugged and smiled brightly, “Let me get to know it then.”

She narrowed her eyes a little, conflicted. Despite her size, strength and the obvious confidence she carried herself with he could see this confidence didn’t extend to her own physical sexuality. She was nervous, afraid, torn between her self-disgust and the temptation to experience what Scarlett was potentially offering.

After a moment she moved to climb on the bed, cautiously as it creaked under her weight. Scarlett remembered that muscle weighed more than fat and that, with her sheer size and strength he wouldn’t want to end up under her.

She moved to sit at the head of the bed, legs out stretched and Scarlett moved to crawl onto the bed, easing between her outstretched thighs, she looked down at him, a little anxious. It was cute, he thought, to see such a strong person so timid in the flickering candle light.

“Hey, just relax.” he said, smiling as he lay comfortably between her thighs.

“You’re kidding, right? An Elf shows up out of the blue at my door and says she wants to play with my cock. This isn’t exactly standard practice for me you know.” she said wryly.

He pursed his lips some, taking her point and remembering what Mayla had said about his mythical status. “I can leave if you want? Or we can take it slow, dinner, date, moonlight stroll?” he said a slight smirk on his red lips.

She paused, then shook her head, moving her waist and hips slightly to offer him better access as she seemingly decided to take whatever he was offering.

He smiled and nodded, switching his attention from her, to it. His curiosity reaching critical mass, he reached for the waistband of her shorts hooking his finger tips under it and starting to slowly work it down, revealing, inch by inch, her soft cock.

Though it was as he had expected, it still surprised him to see it. The cock, as long as the half-breeds own forearm, completely dwarfing Scarlett's, was soft between her thighs as he revealed it, moving about to completely discard her shorts, allowing her to spread her thighs fully.

The cock lay on the sheets between her thighs and she looked on, anxious as to how he would react.

Even soft it was the biggest he had ever seen, thick and resting atop two massive balls, each larger than his own balled fists. He stared mouth open in awe and wonder.

He had been craving something different and Mayla had delivered.

“You… Don’t like it, do you?” Eveia asked, her voice low, sullen.

He blinked up at her, mouth closing.

“Like it?” he asked her, biting his full lip, his eyes half lidded. “Eveia, I love it… May I?”

“Er… You can do anything you want?” she asked, uncertain as to what he was intending. “I mean if- Ugh…”

Her thought was cut off as his small hands moved to lift and weigh her soft, flopping cock, feeling it in his hand as he leaned in under it, his full soft lips pressing against her massive balls, kissing them, licking them, worshipping them.

Eveia bit her lip at the sudden rush of sensations, her eyes widening as she gripped the sheets with one hand, the other coming to rest on the back of Scarlett's head, urging him forward into the soft smooth sack of her balls. She seldom had a partner that would touch her, that was mainly reserved to desperate whores who she paid a premium to, but to have a willing partner that wasn’t disgusted by her was an incredible rarity, to have one so keen as to so quickly go from pleasantries to worshipping her nuts was unique.

“Oh fuck, you’re serious aren’t you.” she breathed, looking down at him as he bathed her heavy balls with his tongue, her hands stroking the equine shaft which began to harden in his hands.

“Mmm~” he responded, moaning into her nuts and she felt a swell of confidence rising inside her, feeling it blossom and urge her more natural dominating instincts to take control.

“Oh yeah? Don't be gentle down there then, show me you love them…” she urged.

She was rewarded by a sudden sucking on her nuts, a deep moan flowing from her lips as Scarlett doted on the heavy orbs, each long kiss leaving a red imprint of his lipstick on the sensitive skin.

He felt the texture of the cock in his hands become more distinct, it’s softness filling out as it thickened and lengthened, becoming hard, each vein distinct under his fingers. He looked up and felt his heart skip a beat, above him the massive cock loomed, long and thick, animalistic with a huge, flared tip.

“What do you want to do to it?” she asked, looking down past the truck of her cock to his flushed, amazing face, a smile on her lips.

Want? He was past wanting, he needed this in his life. “Let me suck you off? S'il te plaît? I need to make you cum! Please?” he repeated, practically begging.

This again swelled her confidence and she feigned giving it thought for a moment, enjoying the odd power trip of having someone plead for what she often considered a curse and a burden, everything about the situation driving her to desire him. Her sexual encounters outside of jerking herself off were few and far between. If this had been a human showing this level of interest in her she would’ve considered it a miracle, for it to be an Elf, she didn’t even know what to think about that.

“Hmm… Alright…” she said, her voice full of false uncertainty, “But you have to promise to come back again before the week is over.”

“Deal!” Scarlett replied eagerly, his hands moving up the sides of her cock, caressing it as he pressed it to his face, breathing in its scent as he admired it.

She let out a satisfied moan of pleasure, reclining as his soft Elvish features and fingers caressed her horse-like cock. “Great… I swear I’ll find a way to fit this in your pussy.”

Scarlett glanced up at her, his blush spreading as he hesitated, “Uhh. I don't… I don't have one of those.”

Eveia snorted and smirked, “Fuck, you’re a trap?”

“A what?...” he asked, slowly kissing up the length of her hard shaft.

“A trap. A male who dresses like a girl and looks like a girl, you know, men are lured in, thinking they’ve found a hot girl, and find out that hot girl has a dick, not a shemale like me, just… You know… A trap.”

He paused just as his lips made their way to the flared tip, his eyes widening. Her description of him fit and it made sense. It was a label that fit, he was a trap. That meant there were others like him, he wasn’t as alone as he had thought.

Eveia parted her lips, about to question why the Elf suddenly looked so gleeful but as he started to kiss the massive tip of her cock with thick plush lips and an eager explorative tongue her words faltered into a sigh of pleasure.

She watched as he started to work her cock with a keenness she’d never received and he’d never before given, his hand gliding up and down her massive cock, feeling the soft skin and steely shaft under his fingers as he struggled to pleasure as much of her flared tip as possible, suckling and kissing, licking all over the sensitive tip, his eyes locked with hers as he worshipped her length.

She went quiet, one hand on the back of his head, not needing to guide him as he so desperately worked her, soft pops and wet noises filling the room as he worshipped her horse cock, completely overwhelmed by its size, it didn’t just dominate him but the whole room with its sheer presence. Why any girl wouldn’t consider themselves blessed to have something like this in their lives to worship he couldn’t understand.

He found the flared tip had some give to it, a sponginess that he hadn’t expected and he started to get ideas, as he worked it with his lips and tongue he began to experience, working his lips around the flared edge of it, seeing how much of it would fit into his mouth.

It would be a tight fit, but…

He leaned forward and let out a whimper as the flared tip pressed wholly into his mouth, it filled him more so than most cocks did, and this was just the tip.

Eveia gasped as he took the tip of her cock entirely into his mouth, feeling his lips tight around it, struggling as he sucked hard, his tongue lathing over the flat tip and she felt her pleasure start to rise.

One of his hands continued to massage and squeeze the thick length of her massive cock, the other hand moving down lower to caress and weigh at her lipstick stained balls.

She stared at the Elf, the sensations being brought to her more extreme than anything she had ever felt in her life and she knew she would not last long, the pleasure too intense, too wonderful.

She tightened her grip on the back of his head and looked at him, seeing her own lust and need being mirrored in his own gaze and she saw he desired her climax almost as much, if not more, than she did.

She bit her lip and moved her other hand from the sheet to bat his hand off her shaft, it moved to her other heavy ball, both his hands now massaging her cum filled orbs as her own hand started to stroke her cock, jerking her horse cock off into his mouth, preparing to cum.

He felt the cock in his mouth take on a hardness that almost dislocated his jaw, her balls twitching and pulsing in his hand and he knew she was coming.

He assured that with such a tight seal the cum would have nowhere to flow but down into his stomach and, as he had done so many times before, he’d prepared to swallow her entire load. In fact, he took a weird sort of pride in that he had always managed to swallow every drop given to him, and despite the fact that he knew her load would be bigger than those he’d taken previously, he had no doubt this would be another success, confident in his abilities.

As the first rope of thick cum streamed into his mouth, his cheeks bulged with the hot musky liquid, he squeaked at the suddenness as he started to gulp it down, eyes widening, but before he had even started to swallow the second pulse was pouring from her cock into his waiting mouth.

He had assumed wrong.

She came in a true torrent of horse cum, thick and hot, a never ending stream that poured from her cock faster than he could swallow, each pulse met with a grunting moan from Eveia, despite the tight lipped seal he had around her cock, thick strands of cum escaped to roll down her pulsing shaft, more and more flowing into him, taking every valley of escape that it could, thick horse seed pouring down his open throat into his stomach and even more shooting from around his lips to stain Eveia’s skin and bed. Despite that, his cheeks still bulged and the pressure mounted, the thick cum pouring from his lips lubricating them, making it easier for what was to come.

As the pressure of cum in his mouth built it overwhelmed the seal of his lips around the flare of her cock and with a sudden explosion of cum the tip burst free of his mouth, the cum that had been in his mouth slid out, soaking her cock, balls and his tiny hands in her sticky seed as more and more began to shoot into his mouth, across his face and into his hair, matting it with streaky hot lines of cum.

He held himself up as best he could, though he was mainly held in place by Eveia’s hand holding his red hair, keeping his face lined up with her cock as she sprayed him with her pent up load.

As the trickle subsided Scarlett was left for the first time irrecoverably ruined. He had outlasted a Naga with the help its own venom, but the sudden rush of cum had overwhelmed his ability to swallow it and had left him a cum soaked mess. He couldn’t just fix his make up this time, he would need a long bath to be in any way presentable.

Eveia eventually released his head as the flow of thick horse seed subsided and his head fell limp, laying on her wet sticky thighs, his swollen, sore lips and rosy cheek resting against one of her cum soaked balls, her glistening shaft beginning to soften, resting its slick self over his face as he panted, cum trickling from his mouth, all of his senses seemingly lost to horse seed.

“A-ah… That was fun… Still want to come around again this week?” She said, teasing as she looked down at the mess she had made of the trap Elf.

“W-what…” he said weakly, not opening his eyes, though a weak grin formed on his features, one hand squeezing one of her strong thighs, “You… Not up for… A round two?”

He meant it as a joke, of course, but as he felt the cock resting above his head twitch, he realised with a sudden mix of desire and horror that this sex starved human-horse half-breed had taken that as a challenge and was more than ready for a round two. Scarlett wondered if he was capable himself of a round two, but it didn’t matter. So long as he succeeded in making her cum again,

Articles similaires

Seul au travail_(1)

Tout a commencé par une fête de Noël d'entreprise, chaque année tout le monde se réunissait dans un bar non loin de nos bureaux et se faisait marteler. J'avais 19 ans à l'époque, mais j'ai pu m'intégrer à la foule de collègues avec qui j'allais. Je n'étais dans l'entreprise que depuis un peu plus de 6 mois et c'était la première fois que je passais vraiment du temps avec l'un de mes collègues en dehors du bureau. Je travaillais au cimetière avec 3 autres personnes, mais j'étais la seule femme de l'équipe. Les gars étaient tous géniaux, mais la plupart avaient...

355 Des vues

Likes 1

Wendy et Miss West iii

Le troisième de trois Wendy a été conduite les yeux bandés par Miss West vers une porte à l'arrière du bureau. Miss West inséra une clé et ouvrit la lourde porte en chêne donnant sur ce qui de l'extérieur semblerait être un débarras à côté du bureau principal. En entrant, si Wendy avait pu voir, elle aurait vu une petite pièce, d'environ 6 pieds carrés, peinte en noir avec des anneaux métalliques fixés à différentes hauteurs le long des murs et à divers points du plafond. La pièce était éclairée par des projecteurs orientés dans toutes les directions. Wendy était debout...

1.3K Des vues

Likes 2

Journée nue - partie 7

« Alors, Sandy veut baiser. J'y suis allé, c'est fait », ai-je dit avec un sourire. Sandy a levé son majeur vers moi et a ri. Eh bien, j'ai besoin d'une pause, ai-je annoncé. J'ai pris une débarbouillette pour que Cindy nettoie son visage de son double soin du visage, puis j'ai tiré une chaise jusqu'au bout du lit. Je pense que je vais juste m'asseoir ici et diriger. Merde, les trois frères et sœurs Monroe nus sur mon lit. Commençons. Johnny monte là-haut sur ton dos et laisse tes sœurs travailler pour te faire bander à nouveau. Sandy, regarde à quel point...

1.4K Des vues

Likes 1

MA MÈRE

Ma mère Megan, 31 ans, avait l'impression qu'elle ne fonctionnait pas très bien au lit. Elle n'a plus allumé papa, qui était beaucoup plus âgé. Elle ne voulait pas que papa s'égare avec une autre femme alors elle est allée chez le docteur. C'était un nouveau docteur, et c'était un jeune homme qui, selon elle, était peut-être mieux adapté à son problème. Elle lui a dit qu'elle voulait exciter son mari et être plus sexy au lit pour lui. Maman avait un corps sexy tueur. Elle avait une belle peau lisse, de gros seins, des hanches et des jambes parfaites. Ce...

871 Des vues

Likes 0

Le contrôle mental de Marie - 3

Ma relation avec Marie évoluait rapidement. J'ai eu un coup de pied étrange, certains pourraient dire pervers, à force de manipuler ma femme pour avoir des relations sexuelles avec d'autres hommes et elle était maintenant enceinte de l'enfant de son frère. Je n'avais pas réalisé que j'apprécierais autant l'expérience cocu jusqu'à ce que cela se produise. Ces jours-ci, je pouvais avoir des relations sexuelles avec Marie quand je le voulais, alors j'ai trouvé que la faire coucher avec d'autres mecs ajoutait du piquant à notre relation. Le seul problème était que je voulais plus et comme pour tant de choses que...

577 Des vues

Likes 0

The Switch (édité et republié)

INTRODUCTION : Mes excuses pour toutes les erreurs. Je n'avais pas vraiment l'intention de le poster quand je l'ai fait. J'étais encore en train d'éditer quand je l'ai posté accidentellement. J'ai eu quelques difficultés informatiques. Je remercie presque tout le monde pour leurs commentaires (à l'exception des personnes qui utilisent des histoires pour poster des commentaires à la recherche de nanas ? Vraiment ! Est-ce que ça marche ? ?) J'ai presque terminé le chapitre 2 (qui contient de beaux rebondissements que j'espère vous 'll like) mais s'est arrêté pour nettoyer un peu le chapitre 1 et le republier. J'espère que celui-ci est plus facile à...

568 Des vues

Likes 0

Aller Nova ch. 8 : Le concert de mannequinat

Les filles traversèrent les couloirs du centre commercial et trouvèrent le kiosque Libertine fermé. Un panneau indiquait Fermé pour défilé de mode chez Scarlet. Elsie haussa les épaules. Je suppose qu'ils ont déjà commencé. Ils se dirigèrent vers la boutique et à mesure qu'ils s'approchaient, l'agitation environnante augmenta rapidement. Il y avait des gens apparemment partout. La plupart d'entre eux semblaient être des fans ou des invités de l'événement, mais alors qu'ils s'approchaient de l'entrée, il y avait une vague d'activité de la part des travailleurs exerçant leur métier. Les constructeurs de décors manivaient des clés à molette sur les échafaudages...

406 Des vues

Likes 0

O'Rion et Sonny -Intro/Ch. 1

Remarque : Il n'y a pas de sexe dans celui-ci. Une partie est réelle, une partie est fausse. Merci d'avoir lu ma première histoire. -------------------------------------------- Là, je faisais la queue en attendant d'avoir mon emploi du temps au West Gym. Je m'appelle Sonny, et c'était la semaine avant que je commence ma dernière année. Ça allait juste être comme n'importe quelle autre année où je suis allé m'inscrire... Apportez mes papiers, prenez mes livres, prenez une photo, obtenez mon emploi du temps et récupérez ma carte d'identité avec un manuel de l'étudiant. Blabla. C'était BEAUCOUP trop tôt le matin. Oh, tu...

254 Des vues

Likes 0

Série Predator : Chapitre sept : Machine à luxure

Je suis passé de la porte du sous-sol à la cuisine pour me préparer quelque chose à manger. J'ai pensé que je ferais quelques sandwichs pour moi et que je regarderais les nouvelles pour voir si quelque chose avait été dit à propos de cette situation. Alors que je préparais ma nourriture et commençais à mettre en place tout ce que j'avais sorti. J'ai pensé que je remettrais sa nourriture à plus tard après avoir mangé et regardé la télévision. Elle est un peu occupée par sa situation. Attrapant la nourriture et une boisson du frigo, je me dirigeai vers le...

87 Des vues

Likes 0

Contes de l'arrière-pays : le changement

Switch a sorti une deuxième lame avec un clic, et j'ai reculé vers mon camion. Ils ne semblaient même pas me remarquer beaucoup. Ils avaient tous entre dix-sept et vingt-six ans. Ils partageaient tous une silhouette imposante et forte, des yeux et des cheveux sombres et un caractère méchant. « Qu'est-ce que vous foutez ici ? » Dit Reed Hardy, l'aîné. Switch renifla bruyamment. J'ai battu la merde hors de ton frère. C'était Switch. Jim s'avança. Ce ne sont pas tes affaires, Reed, laisse ça tranquille. dit-il calmement. J'ai cliqué la porte de mon camion ouverte. Personne ne m'a encore remarqué. Vraiment ? Je...

1.7K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.