Une soirée froide sur le campus

277Report
Une soirée froide sur le campus

Nous étions à la mi-décembre, trois jours avant la fermeture des cours pour Noël. Les journées étaient devenues vraiment courtes, et si on vivait au milieu d'une forêt de béton comme moi, il faisait vraiment froid. J'étais alors en deuxième année, j'avais passé les examens de fin de semestre et j'essayais de profiter des quelques jours qui nous restaient avant de rentrer tous chez nous. Mais on ne peut en profiter autant qu'avec une auberge vide, la plupart de mes camarades étant déjà partis alors que l'université était toujours ouverte. Ce n’est pas le cas pour moi, mes parents m’envoyaient le billet électronique le jour même de la fermeture du collège.

Maudisant ma chance, je me suis assis dans la grande salle, entièrement à moi maintenant, le seul gars restant passant son temps avec sa petite amie dans un endroit secret. Je n'avais pas de petite amie à l'époque et, assise dans le couloir vide, je me demandais si j'aurais dû faire plus d'efforts pour en avoir une. Et couplé au froid, cela m'a rendu très excitée. Comme pour se moquer de ma situation, une bande de filles (c'est des oies je sais en tout cas) est passée sur la route devant l'auberge, en direction du collège. Je ne les ai pas reconnus et je les aurais ignorés sans mon nez qui avait choisi de s'affirmer à ce moment précis. L'explosion qui en a résulté a attiré leur attention et, après s'être renseigné, ils m'ont trouvé en train de m'essuyer le nez à la hâte. Cela les a fait éclater de nouveau rire, et ils ont continué leur chemin. "Salopes", pensai-je, mon esprit évoquant des images de filles nues sur le dos, se faisant baiser durement par mon.....

L'horloge m'a dit qu'une autre heure avait été supprimée de mon existence solitaire. J'étais toujours assis, le nez qui coule, aussi seul qu'avant. Pour aggraver les choses, j'ai découvert que j'éternuais maintenant à intervalles rapprochés et je me suis dirigé vers l'armoire à pharmacie pour chercher quelque chose. Ceci fait, je retournai dans ma chambre pour me rafraîchir, faire face aux abondants mucosités et décider de ce que je ferais pour le reste de la journée. Cela m'a pris encore une heure, car les éternuements se sont révélés trop résistants pour qu'un seul comprimé puisse agir. Quand j'ai finalement eu fini, j'ai décidé, contre tout bon sens, de me rendre au collège et de voir s'il y avait quelqu'un dans les parages.

Informant le directeur, je me dirigeai vers le collège presque désolé, l'air ennuyeux et quelque peu hanté dans la lumière du jour déclinante. À cette dimension mystérieuse s'ajoutait la présence d'un seul vélo sur le parking, l'étendue de béton ne montrant aucun autre signe d'usage récent. Plus surprenant, c'était un vélo de fille, tout rose et lavande, avec un panier à l'avant. Me demandant quelle fille pouvait passer son temps si inutilement (même la bibliothèque était fermée maintenant), je me dirigeai vers le bâtiment principal, passant devant le portail inquiétant et le regard tout aussi suspicieux du gardien.

Notre collège a été construit dans les années 50, à une époque où l'architecture coloniale était passée de mode mais où le sens artistique n'avait pas encore pris sa place dans l'esprit des architectes. Le résultat fut un bloc de béton de style soviétique doté de fentes étroites pour les fenêtres, davantage destinées à servir de lieux de nidification pour les oiseaux que d'entrées de lumière, sans parler de chaleur. Au cours de mes deux années ici. Je connaissais par cœur la structure et son intérieur, même si chaque passage était aussi ennuyeux que le précédent et le suivant, chaque escalier aussi sombre et raide que celui de l'aile suivante, etc. Je savais aussi que le personnel serait déjà parti de chez lui ou à la cantine du personnel, laissant le géant ruminer tout seul.

En passant par la partie basse du bâtiment, je décide de me diriger vers le champ, espérant trouver quelqu'un, ou du moins quelque chose à faire. Cependant, au moment où j’ai marché sur l’herbe, mon corps m’a dit que ce n’était pas le bon choix. Non seulement j'étais vêtu de simples sandales qui laissaient mes pieds à la merci des hautes herbes couvertes de rosée, mais la vaste étendue créait une sorte de désert de Gobi où le vent s'enfonçait librement en vous, comme pour vous demander pourquoi vous aviez osé venir à cette heure. . Ajoutez à cela le terrain totalement vide, et le collège commençait à paraître vraiment effrayant.

J'ai traversé le terrain à deux pas, les pieds complètement trempés et le nez recommençant à protester. J'étais donc grandement soulagé de remplacer le froid venteux par le froid caillouteux des passages qui ouvraient sur le terrain. En sortant mon téléphone, j'ai découvert qu'il était environ quatre heures, et pourtant l'endroit ressemblait à un château hanté médiéval. Trouvant que le froid glacial n'était guère meilleur pour remonter le moral, j'ai accéléré le rythme, décidant de rentrer chez moi plutôt que de faire plaisir aux esprits qui se demandaient sûrement ce que cet humain faisait.

Les piliers à côté de moi commencèrent à défiler tandis que je parcourais le long passage. Arrivé à sa fin, j'ai décidé de ne pas prendre de raccourci à travers le bâtiment, mais plutôt de faire le tour, de prendre un virage serré tout en poursuivant mon séjour solitaire. Je marchais si vite que mes sandales protestaient, ma respiration était saccadée, tout cela pour garder mon corps au chaud. Je marchais si vite que je l'ai presque ratée.

J'ai décéléré à un rythme rapide, arrivant à m'arrêter deux piliers devant l'endroit où elle était à moitié assise contre le pilier. En revenant sur mes pas jusqu'à ce que je me trouve à un mètre de là, j'ai réalisé qu'elle devait être l'une des premières, car je ne pouvais pas la reconnaître. Et si le manuel de chimie sur ses genoux était une indication, elle n'était pas non plus de mon département (j'étais dans le commerce).

Pendant un bref moment, je suis resté là, me demandant si la jeune fille était en vie, il était inconcevable que quelqu'un puisse dormir avec le vent tel qu'il était. De toute évidence, elle était vivante, car sa poitrine se soulevait et s'abaissait doucement. En me demandant si je devais la réveiller ou non, j'ai réalisé qu'il restait environ une demi-heure avant que le portail ne soit verrouillé et qu'elle devrait probablement passer la nuit ici. En me penchant à côté d'elle, je me raclai doucement la gorge, faisant un bruit étrange alors que le froid avait atteint ma gorge. Elle ne répondit pas, ses traits étant les mêmes qu'avant, ses cheveux flottant doucement au vent. J'ai ouvert la bouche pour parler, mais je me suis arrêté lorsqu'une opportunité s'est présentée à mon esprit.

Je n'avais pas de petite amie et cela faisait un bon moment que je n'avais pas senti le contact d'une fille, ou pour être plus précis, pressé des seins. Celle-ci avait une jolie paire, les contours, bien qu'émoussés par les trois couches de soutien-gorge, de chemisier et de pull, me disaient qu'elle devait au moins faire un bonnet C. Oubliant complètement la date limite, j'ai regardé, hypnotisé, le renflement de sa poitrine monter et descendre au rythme de sa respiration, se détachant à tout moment de son ventre plat et de sa taille étroite, en partie masqués par le livre.

Cette vue, avant même que je m'en rende compte, me faisait bander, et je ne pouvais pas m'empêcher de me pencher plus près, suffisamment près pour sentir son souffle chaud effleurer mon visage, ses cheveux noirs caressant mon visage, même pendant qu'elle dormait. dans une bienheureuse ignorance. Malgré cette proximité avec son visage, je n'ai rien trouvé de très attrayant dans son visage à lunettes et légèrement tacheté de rousseur, mon attention se tournant à nouveau vers ses seins, qui étaient maintenant à peine à quelques centimètres de mes mains affamées. Pendant un moment, je me retins, mon bon sens m'empêchant d'enfoncer mes doigts dans le doux renflement devant moi. Si elle se réveillait, ce serait probablement la fin de mes études ici. Par contre, si le vent ne la réveillait pas....

Mon index se posa bientôt sur son ventre, la poussant doucement. Pas de réponse. J'ai posé le même doigt sur ses seins, en prenant soin de m'équilibrer pour ne pas glisser et tomber sur elle. Dans cette position, je ne courais presque aucun risque, mais je ne sentais rien non plus. Gardant un œil sur ses paupières fermées et m'assurant qu'elle respirait aussi paisiblement qu'avant, j'ai progressivement placé deux, trois puis cinq doigts sur le côté gauche de ses seins, n'osant exercer aucune pression. Pourtant, l'image même de ma main posée directement sur sa poitrine me faisait bander, me faisant perdre toute prudence alors que j'en recherchais plus.

En me déplaçant à nouveau tout en prenant soin de ne pas appuyer, j'étais bientôt sur ses jambes, mes deux mains posées sur les seins, reposant légèrement mais fermement sur les monticules lourdement vêtus. J'ai commencé à écarter mes doigts jusqu'à ce qu'ils encerclent sa poitrine, se touchant, comme deux araignées s'apprêtant à s'enrouler autour de leur proie. Elle ne montrait toujours aucun signe de réveil, et je rassemblai mon courage, aidé par un nez qui menaçait de prendre le chemin de la haute moralité si je perdais trop de temps. En m'assurant que mes paumes étaient à la base de ses seins, j'ai commencé à serrer.

Les seins étaient fermes sous ma main, comme de lourds globes caoutchouteux destinés simplement à être mutilés. Ma virilité poussant contre mon jean, je serrai plus fort, enfonçant mes doigts plus profondément dans sa poitrine, désireux d'absorber autant de chair douce que possible dans ma paume. Bien que le pull se soit révélé être un obstacle, je me suis vite retrouvé à les serrer autant que possible, aimant la façon dont les seins rebondissants remplissaient mes mains et résistaient à mes doigts lorsqu'ils l'envahissaient. Soudain, j'ai eu conscience de deux yeux qui me fixaient, puis d'un cri aigu.

Des mains me poussaient, me griffaient, désespérées de me faire sortir d'elle. Ses jambes frappaient les miennes. me poussant hors de l'équilibre et sur elle. J'ai atterri doucement sur elle, lui coupant temporairement le souffle. Ironiquement, mon atterrissage a été adouci par les seins mêmes qu'elle essayait de défendre, la piégeant ainsi que mes mains sous nous. J'ai libéré la mienne en premier, pressant ma main contre sa bouche pendant que mon autre essayait de repousser ses bras désormais libres. Cela m'a obligé à appuyer davantage, lui permettant de me mordre les doigts. Dans cette position, je n'avais pas d'autre choix que de laisser ses mains me gratter et me frapper, mon bras libre essayant de libérer l'autre.

Cependant, alors que je libérais ma main, elle a crié à nouveau, me faisant réaliser qu'elle devait être réduite au silence pour de bon. En grimpant sur elle d'une manière ou d'une autre (ce qui a d'ailleurs enfoncé mon genou dans sa cage thoracique), j'ai reçu un coup de poing dur sur la partie de son torse disponible, suivi de deux sur ses seins gonflés. Je n'ai cependant pas eu le temps de les admirer, car elle a crié une troisième fois. Mais deux gifles et un autre coup de poing plus tard, elle trouva logique de fermer ses lèvres boudeuses. Le silence redescendit sur le campus, sans aucun signe du gardien pour l'instant. Je posai à nouveau ma main sur son visage. Elle ne pouvait pas me mordre cette fois, et elle n'était pas disposée à encaisser d'autres coups, au lieu de cela, elle m'a regardé avec l'expression la plus en colère qu'elle pouvait avoir.

Pourtant, à mesure qu'un danger passait, un autre apparaissait : les bruits du bâton du gardien se faisaient entendre au loin. J'ai réalisé que je n'avais pas le temps de la raisonner. et il faut la cacher rapidement. Lâchant son visage, j'attrapai ses longs cheveux dans mon bras gauche, les tenant pendant que je me levais avec l'autre. Elle s'est retrouvée tirée par les cheveux, jappant et pleurant mais ne criant pas. Soulagée qu'elle n'ait pas encore entendu les pas, je lui ai fait ramasser son livre, puis je l'ai traînée jusqu'à la salle de classe la plus proche. Fermé à clé. Bon sang, les marches se rapprochaient, et elle les entendit aussi. Je l'ai vue se préparer à crier et je l'ai encore frappée. La traînant jusqu'à la pièce voisine avant qu'elle ne puisse récupérer, je la trouvai déverrouillée et, remerciant la Providence, je la jetai à l'intérieur, fermant la porte juste au moment où le gardien entrait dans le couloir dans lequel nous nous trouvions.

Mon cœur était dans ma bouche, alors que je pressais la fille contre le mur de la pièce sombre, remplaçant la prise de ses cheveux par une prise sur sa bouche, l'autre main gardant ses mains à distance. Les sons se rapprochaient et c'était tout ce que je pouvais faire pour l'empêcher de me repousser et de courir. De plus en plus près, alors que je priais pour qu'il n'entre pas dans la pièce. Elle m'a donné un coup de pied et a presque perdu l'équilibre. Je l'ai encore frappée alors que l'homme passait devant la porte et continuait son chemin. Un autre coup de poing la calma et je poussa un soupir de soulagement alors que les sons devenaient plus faibles. Soulagé, je m'effondrai contre elle, ma bouche se rapprochant naturellement de la sienne. Avant qu’elle ait pu crier, mes lèvres étaient sur les siennes.

Choquée, elle ouvrit la bouche, permettant à ma langue de pénétrer à l'intérieur, explorant sa langue réticente dans la chaleur de sa bouche. Ses mains essayaient de me repousser, tandis que ses dents se serraient, me faisant hurler de douleur. Devinant la position, j'ai balancé ma main, entrant en collision avec quelque chose de doux, sentant ma langue trembler dans sa bouche, même quelque chose de chaud a touché ma joue et a coulé. Ma langue a été libérée et elle a emprisonné la sienne, la forçant à jouer, son organe gustatif incapable de m'empêcher de courir dessus, puis de goûter ses joues et ses dents, tout en permettant passivement l'invasion de sa bouche.

Pendant ce temps, mes mains avaient, presque d'elles-mêmes, cherché ses seins et se sont rapidement placées sur le renflement, ce qui a été aidé par ses efforts pour me faire sortir de sa poitrine. Elle a répondu à ce nouvel outrage en intensifiant sa poussée sur mes mains, en les tirant et en les grattant alors qu'elles tenaient ses seins captifs. J'avais du mal à retenir sa bouche alors qu'elle essayait de dire quelque chose en secouant la tête. Le gardien étant parti depuis longtemps, je pris le luxe de lâcher sa bouche et fus soulagé de constater que seules de faibles protestations sortaient de sa cavité buccale.

Pourtant, l'accent était désormais mis sur ses seins, une main malmenant les monticules, les serrant aussi profondément que la position le permettait, l'autre commençant à soulever son pull. La deuxième tâche s'est avérée plus difficile et j'ai poussé ma main à l'intérieur. J'ai été accueilli par de la chair chaude, que j'ai intentionnellement pincée et grattée, la faisant gémir et se tortiller entre moi et le mur. Bientôt, j'arrivai à une étendue de coton, ma main heurtant un obstacle en montant. En réajustant ma main, j'ai poussé entre le soutien-gorge et le chemisier/pull, et j'ai été récompensé par un gros monticule que j'ai pris dans ma main avide. Alors qu'elle commençait à gratter la main qui avait pénétré ses défenses en coton, j'ai utilisé ma main libre pour la maintenir contre le mur, me donnant plus d'espace pour mutiler ses seins.

Utilisant cet espace supplémentaire pour lui piquer les côtes avec ma jointure, j'ai commencé à abaisser le bonnet en coton, remplaçant le coton doux par une chair plus douce. Plus excitant encore, quelque chose de dur et de caoutchouteux a poussé mes doigts, me forçant à l'emprisonner entre mon pouce et mon index et à lui donner une forte torsion. Elle poussa un cri, ses jambes tremblant sous moi alors que ses luttes s'arrêtaient et reprenaient avec plus de vigueur, une torsion plus dure, et elle passa maintenant de me suppliant de la laisser partir à lâcher son mamelon.

Profitant de l'opportunité offerte par sa résistance affaiblie, j'ai attrapé son pull et je l'ai remonté, remontant son chemisier avec lui. Lorsqu'il a été retenu par ses aisselles, j'ai dirigé ma main libre vers son autre mésange, tirant le soutien-gorge vers le bas et exposant (même si je ne pouvais pas les voir) les seins dans toute leur splendeur. Avant qu'elle ne puisse protester, ses mamelons enregistrèrent les leurs en devenant durs, chacun mesurant un demi-pouce de long et, d'après ce que je pouvais sentir, assez gonflés. J'ai accueilli cela en m'accrochant aux deux avec mes doigts, en les tirant et en les tordant pendant qu'elle poussait contre moi. Cela a été suivi en tirant les pincements vers le haut, les forçant à supporter le poids des gros seins. En relâchant un, j'ai doucement pris le dessous de l'autre sein encore emprisonné, le serrant doucement, aimant le dessous doux de sa mésange.

Au risque de me gratter davantage, j'ai lâché son mamelon et me suis penché à la place. En utilisant mon nez pour trouver sa mésange, j'ai pris un mamelon, suçant le bouton mou, voulant presque qu'il produise du lait. Au lieu de cela, cela lui provoqua des sanglots et des gémissements, même si la main dans mes cheveux ne tirait pas trop fort. Enroulant mes bras autour de son ventre nu, j'ai continué à la sucer, en alternant avec des coups de langue. Les soins plus doux commencèrent à changer la teneur de sa voix, la rendant plus lourde et remplaçant les jappements par des gémissements. La main dans mes cheveux les caressait maintenant, pressant ma tête contre sa poitrine, voulant que je continue à la sucer comme un enfant.

J'ai obligé, passant d'une mésange à l'autre, tantôt en suçant, tantôt en mordant la mésange molle, tantôt en forçant sa mésange dans ma bouche avec ma main. Elle se pressait maintenant contre moi, toute semblant de résistance disparue. Ses seins étaient mouillés de ma salive, mais elle ne voulait pas que j'arrête, protestant quand je le faisais. Insouciant de ses protestations, je l'embrassai à nouveau, à pleine bouche, et fus surpris de la retrouver en train de m'embrasser en retour, ses bras se tenant sur mes épaules, son torse mouillé appuyé contre ma poitrine, son corps, invisible dans l'obscurité, exprimant néanmoins son désir d'être pris.

Mes mains se sont déplacées vers son jean, tirant la ceinture jusqu'à ce qu'elle ne gêne pas, avant de défaire le bouton et de faire baisser son jean. Elle n'a réalisé les progrès que j'avais faits que lorsque l'air froid a touché ses cuisses, mes doigts pétrissant la douce étendue de chair. Elle s'est éloignée de mes lèvres, me suppliant de ne pas la baiser. "Pourquoi pas ? Tu me veux, n'est-ce pas ?" Ai-je demandé, n'obtenant qu'un silence en réponse. Pourtant, lorsque j'ai repris le tiraillement, elle a dit d'une voix douce "Je suis vierge". Vraiment ? Ai-je demandé dans mon esprit. Aujourd'hui c'était mon jour de chance !

De toute évidence, elle ne partageait pas mes sentiments, car elle a commencé à plaider plus fort alors que je continuais à les abaisser, atteignant bientôt ses chevilles. Tout ce qu'elle portait maintenant, c'était sa culotte. "S'il te plaît, ne prends pas ma virginité."

"Comment vas-tu m'arrêter?" Je l'ai narguée en enfonçant un doigt dans son entrejambe, sentant la chaude humidité de son vagin. Enduisant mon doigt de la douce humidité, utilisant le liquide recouvrant mon doigt comme preuve de sa volonté, le poussant contre son nez. Elle est restée silencieuse. Je l'ai poussé dans sa bouche et elle l'a léché à contrecœur, sa langue léchant son propre jus. Mais encore une fois, elle a dit "S'il vous plaît…." Je pouvais dire qu'elle me regardait d'un air suppliant, mais l'avantage de ne pas pouvoir les examiner m'a permis d'ignorer ses promesses de ne le dire à personne si je la laissais partir maintenant. J'ai remplacé mon doigt sur l'entrejambe chaud et humide, le poussant, aimant la douceur de sa vulve.

En un éclair, sa culotte fut enroulée autour de ses cuisses et son buisson, avec le vagin caché à l'intérieur, fut exposé. J'ai sondé plus profondément, ignorant ses supplications et ses poussées occasionnelles, jusqu'à ce que je trouve son trou humide, écartant les lèvres extérieures alors que je trempais dans l'humidité. Elle sanglotait doucement maintenant, mais je savais qu'elle serait à nouveau excitée si je commençais à la baiser. Pourtant, la position était trop difficile et nous étions trop près de la porte, alors j'ai décidé de la déplacer.

Elle l'a probablement lu comme un signe de mon recul, car je l'ai entendue pousser un soupir de soulagement. Prenant sa main, j'ai utilisé l'autre pour tâter le mur jusqu'à ce que je trouve le standard, et en allumant les interrupteurs au hasard, j'ai attendu que la lumière du tube s'allume, me montrant ma victime pour la première fois dans la pièce. Elle était en désordre, des morceaux de peinture enchevêtrés dans ses cheveux, son haut mal relevé et sa peau claire exposée des seins à la chatte et au-delà. Ses yeux étaient rouges et ses joues luisaient, mais je distinguais aussi la tache humide dans sa culotte, ce qui la gênait.

Ma bite devenait aussi dure que de l'obsidienne dans mon pantalon, alors j'ai décidé de la libérer. Sa bouche s'ouvrit en O quand elle en vit la taille - 9 pouces et beaucoup d'épaisseur. À vrai dire, je n'avais jamais couché avec une fille auparavant, n'ayant été sucé qu'une seule fois. Maintenant, je voulais une performance similaire, sinon meilleure, de sa part. Avançant vers elle, j'ai attrapé ses cheveux et, au lieu de l'attraction vers moi à laquelle elle s'attendait, je l'ai poussée à genoux, ses pauvres os frappant le sol avec un bruit sourd. Maintenant positionnée devant moi avec ses yeux me fixant avec un mélange de perplexité et de peur, je me suis assuré qu'elle regardait plutôt ma bite en la tenant directement au-dessus de sa tête. En allant plus loin, j'ai placé la bite directement au-dessus de sa tête, sortant mon téléphone et cliquant sur une image avant qu'elle ne puisse s'y opposer. Ensuite, j'ai abaissé un peu ma bite, en utilisant le long manche pour lui piquer le visage, faisant claquer son intense déconfiture.

Mais mes hormones étaient désormais trop élevées pour que je continue à la cliquer, et j'ai commencé à la baiser. En lui repoussant les mains, je lui ai clairement fait comprendre qu'elle se ferait baiser le visage, que cela lui plaise ou non, ce qui, si c'est bien fait, je pourrais considérer comme suffisant pour la nuit. Cette stupide conne m'a cru, me permettant de placer le bout de ma queue dans sa bouche qui attendait. J'avais adoré sa langue sur la mienne, mais la langue sur la bite l'a amenée à un tout autre niveau. Alors que son organe charnu commençait maintenant à lécher le bout de ma bite, des sensations de picotements humides se propageaient du bout à tout mon organe, augmentant mon plaisir. Une pression accrue sur ses cheveux l'a encouragée à innover et elle a commencé à lécher mon corps de haut en bas, tirant doucement la peau de mes sacs dans sa bouche, avant de me lécher les couilles et de revenir à ma bite. Si j'avais seulement eu la vue d'elle me faire plaisir, cela aurait suffi, mais la sensation de sa langue et de ses lèvres sur ma bite était impressionnante au-delà de toute description.

Elle s'est maintenant déplacée à nouveau vers le bout, ses lèvres s'enroulant comme une bande rouge autour du bout, soufflant un souffle chaud sur ma bite à de courts intervalles. Peu à peu, elle en a pris de plus en plus dans son trou buccal, engloutissant ma bite dans un orifice chaud et humide. Pourtant, elle s'est arrêtée autour de la moitié de ma bite, estimant qu'il était impossible d'aller plus loin. Frustré, j'ai attrapé ses cheveux par poignées, lui tirant la tête dans mes poils pubiens, faisant s'écarquiller ses yeux tachés de larmes d'horreur, déposant les larmes que j'avais coulées de ses yeux, dans mon aine. Je l'ai tenue là pendant quelques secondes mais cela a dû lui paraître une éternité. Sans le fait qu'elle s'étouffait, je l'aurais gardée dans cette position beaucoup plus longtemps. Dans ce cas, je me suis suffisamment retiré pour lui permettre d'avaler de l'air, avant de pousser à nouveau, de la baiser durement. À l'étroitesse de son orifice, je pouvais dire que je pénétrais profondément dans sa gorge, ses haut-le-cœur ne faisant qu'augmenter mon plaisir.

J'ai réalisé que si je continuais à la baiser de cette façon, je jouirais dans sa gorge. Malheureusement pour elle, j'avais envie de lui prendre sa cerise, en jouissant dans le trou qui comptait. Alors je me suis retiré avec beaucoup de réticence, lui permettant d'avaler de l'air tandis que je reculais légèrement, admirant toujours la salive sur ma bite.
Pourtant, alors que je ne montrais aucun signe de la laisser partir, elle a recommencé à plaider.

Vérifiant que la porte était bien verrouillée, je m'avançai vers elle, trop loin pour me soucier de ses supplications marmonnées, qui se transformèrent en cris lorsque je l'attrapai par la taille, la poussant sur le banc le plus proche. Elle s'est immédiatement assise, essayant de se dégager du bois froid, essayant de me repousser. Malheureusement pour elle, l'un des coups de pied a atterri sur mes couilles, lui donnant un avantage momentané, mais lui valant deux fortes gifles qui la renvoyèrent sur le banc. En attrapant ses jambes, j'ai fait un petit travail de sa culotte (son jean était tombé) et j'ai écarté ses jambes, la forçant à faire face à la réalité qu'elle allait être violée. "Autant en profiter. "Je lui ai murmuré. en appuyant sur le point.

Comme on pouvait s'y attendre, cela a provoqué une autre volée de supplications et de coups de pied, ces derniers n'étant plus efficaces car je me tenais à quelques centimètres de son pot de miel exposé. Quant à ses supplications, elles sont devenues de plus en plus fortes et stridentes à mesure que je lui fourrais la chatte avec ma bite, ma bite complètement dure grâce à ses efforts. Si elle m'avait demandé d'être doux avec elle, j'aurais peut-être obéi, mais elle a continué sa plaisanterie "vierge", entrecoupée de sanglots qui servaient d'aphrodisiaque visuel pour ma bite.

Elle essayait de se relever, et cette fois je ne l'ai pas arrêtée. Au lieu de cela, j'ai attrapé ses bras, la tirant vers moi, jusqu'à ce qu'elle soit assise sur le bureau, son visage taché de larmes remplissant ma vision. La tenant d'une main, j'ai poussé l'autre entre les plis de sa chatte, cherchant son clitoris. Cela la fit plaider encore plus, mais je pouvais dire qu'elle était de nouveau excitée, ses supplications devenant plus courtes et plus rauques. Encouragée, j'ai changé l'angle de ma main, tandis que l'autre positionnait ses jambes autour de ma taille. Découvrant son clitoris, je le touchai doucement, la faisant sursauter, mais devenant encore plus humide. Ses yeux étaient maintenant fermés, me permettant de me concentrer sur le frottement de son trou avec autant d'imagination que possible, en poussant jusqu'à quatre doigts dans ses lèvres trempées, mais en prenant soin de rester à l'écart de sa virginité.

L'effort porta bientôt ses fruits, sa bouche ne s'ouvrant plus que pour émettre des gémissements d'intensité croissante, ses bras se tenant sur mes épaules pour le soutenir alors qu'elle se retrouvait à nouveau à la merci de sa nature sexuelle. Pourtant, je ne pouvais pas continuer ainsi éternellement, surtout lorsque ma bite touchait soudainement ses cuisses, me faisant presque jouir d'excitation. En retirant ma main, je l'ai remplacée par ma main, en poussant doucement son trou. Pourtant, elle ne se plaignait plus, les yeux toujours fermés. Je ne pouvais plus attendre, réaction ou pas de réaction. J'ai appliqué plus de pression, forçant ma bite juste à l'intérieur de ses plis, puis encore plus profondément, jusqu'à atteindre un bloc. Sa cerise.

Ses yeux s'ouvrirent brusquement, son visage montrant de la confusion alors que son esprit se battait entre continuer l'expérience agréable et protéger sa virginité. J'ai apprécié, sa bouche exprimant des mots confus alors même que sa chatte était tout à fait prête à me prendre. Finalement, j'ai vu la confusion claire. D'une petite voix, elle dit : "S'il te plaît, ne le fais pas." J'ai percuté.

Il est difficile de décrire le sentiment de se retrouver face à une vierge, une vierge excitée mais une vierge effrayée. Alors que je la remplissais complètement, son trou m'enveloppa comme un gant serré, me serrant presque alors qu'il essayait d'accueillir un homme pour la première fois. Ses yeux, écarquillés par le choc, m'ont seulement encouragé alors que je poussais jusqu'à mes couilles, remplaçant l'air froid par la chaleur d'une femme choquée.

Je suis resté là pendant ce qui semblait être une éternité, mon corps et mon esprit dans un pur bonheur, savourant les sensations qui sortaient de mon aine pour remplir mes sens, alors même que ses yeux détournaient le regard, une larme coulant sur sa joue blonde pour entrer dans sa bouche. Alors que la deuxième larme commençait à couler, je me retirai, la gardant dehors pendant un moment. Il y avait du sang sur ma bite, son sang virginal attestant de ma conquête de sa chatte. Aimant cette sensation, je suis revenu dedans, la faisant sursauter, ses seins rebondissant contre ma poitrine.

Sortir et rentrer. J'ai accéléré mon rythme, embrassant la fille avec force, écrasant ses lèvres contre les miennes alors que ses seins étaient contre ma poitrine, les parois de sa chatte contre ma bite. Elle n'avait d'autre choix que de s'accrocher à moi, alors que mes violentes poussées devenaient de plus en plus rapides, jusqu'à ce que je la baise avec frénésie, nos corps se giflant l'un contre l'autre, sa bouche laissant échapper des grognements de douleur et de plaisir. Mais pour moi, ce n'était qu'un plaisir incomparable, mon esprit aimant la double sensation d'avoir pris la virginité d'une fille et celle, plus actuelle, de la baiser à fond.

Attrapant ses cuisses, je la rapprochai, sa présence chaleureuse ne faisant presque qu'un avec moi alors que nous nous accoupleions dans la pièce vide. Elle supportait le poids de tout cela, du froid du bois à la force de mes poussées, mais je pouvais dire qu'elle était de plus en plus excitée. Les larmes avaient continué à couler, mais le regard découragé avait cédé la place à un regard lubrique, ses yeux trahissant un désir qu'elle avait gardé enfermé comme une bonne fille, jusqu'à ce qu'il lui soit expulsé. Maintenant, elle s'y abandonnait complètement, les jambes autour de ma taille me saisissaient avec une force supérieure à ce qui était nécessaire, ses lèvres m'embrassant avec leur propre faim, ses yeux me suppliant de continuer ma violation. Alors que j'approchais de l'orgasme, elle a commencé à répondre à mes poussées avec certaines des siennes, ses bras soutenant désormais son corps, l'aidant à cette expression du désir.

J'approchais rapidement de mon orgasme maintenant. Ses orteils étaient pressés contre mes fesses, me poussant vers elle ; sa jolie tête se rejetait en arrière en gémissant bruyamment, avant de remonter à la rencontre de mes lèvres. Alors que je tenais son torse mince, elle se pressa plus fort contre moi, ses bras la poussant vers mon pôle envahisseur. Mes lèvres bougeaient maintenant sur tout le haut de son torse, l'embrassant, le suçant, léchant et mordant son cou, sa poitrine et ses seins alors qu'elle gémissait plus fréquemment, ses sons de plaisir éclipsant les bruits de nos gifles.

Pourtant, je n'en pouvais plus. La pressant fort contre moi, je poussai aussi loin que ma bite pouvait aller, enfouissant mon visage dans son cou alors que je jouissais fort, vidant charge après charge de sperme chaud dans sa chatte autrefois vierge. Elle n'a pas résisté, mais a tout absorbé, essayant d'atteindre l'orgasme. Je l'ai vaguement remarquée en train de laisser échapper un gémissement qui était presque un cri, ses hanches cognant fort contre les miennes, son jus débordant de sa chatte, perdu comme j'étais dans la chaude rémanence de mon propre orgasme, aimant la chaleur serrée comme du velours de son plus précieux. lieu. Épuisé, j'ai pressé mon corps contre elle, alors que ses bras commençaient à se déformer puis à s'effondrer. Nous avons atterri durement sur le banc, nos bras toujours sous elle, ses jambes toujours enroulées autour des miennes, nos corps fatigués se relaxant après une expérience exaltante. Incapable de résister, j'ai fermé les yeux et m'endormi sur elle.

Je me suis réveillé avec un doux coup de coude de ma victime et amante, ses yeux me regardant avec une alarme qui m'a fait réaliser que je n'étais pas dans mon lit de noces, mais sur un banc froid dans le collège désert. Pour aggraver les choses, les bruits du gardien revenaient vers la porte, marquant le deuxième de ses trois circuits nocturnes dans le collège. Et il semblait qu'il avait remarqué la lumière. Me levant vivement, le cœur dans la bouche, je m'enfuis dans un coin, me cachant derrière des bureaux inutilisés empilés les uns sur les autres. Elle n'était pas si rapide et, après s'être habillée rapidement, elle eut la tâche désagréable d'ouvrir la porte. J'ai passé un moment tendu en la voyant parler avec le gardien invisible, sa voix si basse qu'elle était inintelligible de mon coin. Pour une raison quelconque, elle n'a pas réussi à le persuader de ne pas entrer, et il l'a dépassée, la poussant ainsi contre un mur.

Il a fallu encore une minute à mon cerveau lent pour réaliser qu'elle suppliait, et une autre avant de réaliser qu'elle devrait faire la deuxième pipe de la nuit. J'ai retenu mon souffle jusqu'à ce que je le voie baisser son pantalon, son visage apparaissant entre ses jambes. Me faufilant doucement, je pris le trousseau de clés, m'émerveillant de la convoitise du gardien, qui l'empêchait de savoir où j'étais, et qui l'empêchait maintenant de me remarquer passer à quelques centimètres de lui. J'ai réussi à m'enfuir par la porte latérale, en y laissant les clés. En partant, j'ai entendu un léger cri féminin. Pauvre fille, ce serait effectivement une longue nuit pour elle.

écrit par Pandorius999
([email protected])

Cette histoire est écrite comme un fantasme. L'auteur ne tolère pas un tel comportement dans la vraie vie.
Les critiques constructives sont toujours les bienvenues.

Articles similaires

Buste dans la bouche

Fbailey histoire numéro 168 Buste dans la bouche Quand j'étais enfant, ma tante Betty me faisait toujours de gros câlins et me serrait fort contre elle et me tenait pendant très longtemps jusqu'à ce que je me tortille pour m'éloigner. Elle avait de très gros seins et j'étais trop jeune pour en profiter. Tante Betty avait ou a quinze ans de plus que moi, donc quand j'ai eu dix ans, elle en avait vingt-cinq et j'étais juste assez grand pour que ma tête rentre parfaitement dans son énorme décolleté. Elle l'aimait aussi. Après cela, chaque fois que tante Betty en avait...

2.7K Des vues

Likes 0

Cal et Leslie

Où est-ce que je commence? Que diriez-vous au début. Je m'appelle Cal, je suis divorcé et je vis seul. Je ne suis pas une mauvaise prise, je mesure cinq pieds onze, des cheveux noirs courts, des yeux verts et aucune cicatrice visible. Je suis un habitué de la salle de gym donc je suis en forme mais pas déchiré. Une bite non coupée de sept pouces que je peux bien utiliser. Je m'habille bien et j'ai un bon travail. Mes amis Don et Lisa se sentaient désolés pour moi, ils savaient à quel point mon divorce était moche et à quel...

720 Des vues

Likes 0

2 AMOUR DOVE AMOUR SHOVE

3 MAUVAIS PAPA Sean déplace ses papiers sur la terrasse pour pouvoir garder un œil sur Jeff et Maria pendant qu'ils jouent dans la piscine. Bientôt, son père entre. Papa, tu es censé appeler en premier. Il se trouve que je me trouvais dans le quartier et je n'ai pas de téléphone portable, vous savez. Ce n'est pas acceptable, papa ! Jeff, pendant ce temps, saute hors de la piscine, court vers eux, saluant joyeusement Louis, Salut grand-père! La tête de Sean s'effondre alors que son père bégaie sous le choc, Sh-Sh-Sean, d-d-t'es-tu enfui ! « Non papa. Jeff m'appelle juste papa, donc...

1.3K Des vues

Likes 0

Cousine Jenna

C'était le week-end du Memorial Day et ma grand-mère, ma tante, mon oncle, ma cousine Jenna, mon père et moi sommes allés dans le nord pour travailler. Mettre les bateaux dedans, nettoyer la maison pour l'été, tondre la pelouse, etc. J'étais excité parce qu'il allait juste y avoir ma cousine Jenna et moi là-haut, sans mon frère ou son frère sur le chemin. Au cours des sept dernières années, j'ai développé une attirance sexuelle pour mon cousin. C'est peut-être parce que je n'ai jamais eu de rendez-vous, que je n'ai jamais eu de relations sexuelles. Jenna a 22 ans et j'en...

1K Des vues

Likes 0

The Switch (édité et republié)

INTRODUCTION : Mes excuses pour toutes les erreurs. Je n'avais pas vraiment l'intention de le poster quand je l'ai fait. J'étais encore en train d'éditer quand je l'ai posté accidentellement. J'ai eu quelques difficultés informatiques. Je remercie presque tout le monde pour leurs commentaires (à l'exception des personnes qui utilisent des histoires pour poster des commentaires à la recherche de nanas ? Vraiment ! Est-ce que ça marche ? ?) J'ai presque terminé le chapitre 2 (qui contient de beaux rebondissements que j'espère vous 'll like) mais s'est arrêté pour nettoyer un peu le chapitre 1 et le republier. J'espère que celui-ci est plus facile à...

1.1K Des vues

Likes 0

Moi et mes frères Chapitre IX

IX. Spectacles de sexe Je ne suis pas plus tôt retourné à la cuisine et Marty et Donny sont arrivés, très peu de temps après que Louise et Bobby se soient présentés. Presque aussitôt nous mangions et riions car nous semblions tous avoir quelque chose de stupide à dire. Louise a dit quelque chose à propos de Bobby qui s'emmêlait dans le drap et cela lui semblait si drôle qu'elle pouvait à peine expliquer. Marty a dit: J'aurais aimé voir ça? De là, nous sommes entrés dans une discussion sur le fait de regarder du porno. Ce que je veux voir...

933 Des vues

Likes 0

Nuit silencieuse...

Nicole était allongée sur le lit lorsque son mari, Rick, est rentré du travail vendredi soir. La seule chose qu'elle portait était un soutien-gorge noir, un string noir et des bas résille assortis. Lorsqu'il entra dans la chambre, il la vit allongée, profondément endormie. Alors qu'il se tenait là et regardait à quel point elle était belle, il a commencé à être excité. Il se déshabilla et grimpa dans le lit à côté d'elle. Son mouvement dans le lit la fit juste se détourner de lui. Il se sentait mal d'avoir passé autant de temps au bureau, mais il y avait...

721 Des vues

Likes 0

Adam et la baby-sitter. _(1)

Remarque : J'ai posté cette histoire sur un autre compte mais elle a été supprimée, donc je la poste une seconde fois. J'en suis l'auteur original. C'est ma première histoire que j'écris, laissez vos commentaires et dites-moi ce que vous en pensez. Tous les commentaires, corrections, critiques et suggestions seront appréciés. Ce n'est pas une histoire vraie, c'est juste un de mes fantasmes. Apprécier! ----------------------------------- J'ai mis une annonce de babysitting sur craigslist. Ce n'est pas que j'avais besoin d'argent, mais je suppose que j'aime l'argent supplémentaire. Je m'appelle Kristen, j'ai 16 ans, 5'2 brune, yeux marrons, j'ai un joli cul...

750 Des vues

Likes 1

Emménager avec Mara Partie 1.

Avis de non-responsabilité : toutes les personnes dans cette histoire ont plus de 18 ans et ont consenti au RP avant l'histoire. Je cherchais un nouvel endroit où séjourner depuis des mois, mais rien n'était venu dans ma gamme de prix. Enfin, je suis tombé sur une annonce concernant une chambre individuelle à louer par un beau couple. Tout semblait vérifier, alors je les ai appelés et j'ai fixé un moment pour regarder la pièce. Le jour est finalement venu et quand je suis arrivé à la maison, j'ai été accueilli par une femme. Elle s'est présentée comme Mara et m'a invité à...

574 Des vues

Likes 0

Apprivoiser le cul de michelle

Oh Danny j'ai attendu si longtemps ce moment - enfin tu es là - je ne peux pas croire que tu sois là - ce soir - je veux me donner à toi. Je veux que tu me prennes et que tu me fasses tout à toi – embrasse-moi et fais-moi savoir que c'est réel. En regardant profondément dans ses yeux, j'ai dit : Tu es enfermée dans mes rêves depuis tant de mois maintenant - j'ai attendu si longtemps ce moment aussi - pour enfin pouvoir te tenir, te regarder dans les yeux, t'embrasser et te faire Je t'aime -...

429 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.