Mon petit compagnon de jeu

227Report
Mon petit compagnon de jeu

Mon petit compagnon de jeu

Par berkshireray

Chapitre 1

J'avais fantasmé à ce sujet pendant des lustres et maintenant j'avais décidé que le moment était venu.

J'avais acheté une maison à Hereford, à quelques kilomètres d'un petit village et à 800 mètres du voisin le plus proche. J'ai passé un mois à me préparer pour mon compagnon de jeu choisi. J'avais sécurisé la cave avec une porte blindée et des serrures solides et l'avais meublée d'un lit double que j'avais choisi pour sa structure métallique robuste, adaptée pour attacher des contraintes et une table rembourrée avec des étriers et des attaches en cuir pour les pieds et les mains . J'avais installé un nouvel éclairage qui aurait fait la fierté d'un bloc opératoire et j'avais acheté du matériel photographique de bonne qualité. J'avais aussi monté un ensemble d'instruments de torture sur le mur bien en vue de la table.

J'avais choisi ma victime après avoir visité Hereford même deux mois après mon premier déménagement dans la région. J'avais vu une jeune fille debout à un arrêt de bus, seule, sur l'une des lignes de bus rurales qui reliaient les villages périphériques à la ville principale. Elle portait son uniforme scolaire, attendant visiblement de prendre le bus pour aller à l'école. C'était une petite petite blonde aux cheveux longs; elle avait environ treize ou quatorze ans et avait un joli visage et une jolie petite silhouette. Son uniforme scolaire se composait d'un chemisier blanc avec un pull vert, une veste verte, une jupe verte portée avec l'ourlet un peu au-dessus du genou, des chaussettes hautes blanches et des chaussures noires à talons bas. C'était une charmante petite créature et mes reins me faisaient mal à l'idée de ce que j'aimerais lui faire. Comme je vivais maintenant seul, sans attaches, j'ai décidé sur-le-champ qu'au lieu de simplement imaginer ce que j'aimerais lui faire, je le ferais réellement.

J'étais très nerveux à propos de l'enlèvement lui-même, mais j'avais observé plusieurs fois l'arrêt de bus depuis un endroit caché sur une colline surplombant la route et je savais qu'elle était toujours seule à attendre le bus scolaire à partir de 08h20 le matin et que le bus est arrivé à 08h30, ou peut-être quelques minutes plus tard, jamais plus tôt. La route était très peu utilisée et le reste de la circulation était pratiquement inexistant. J'ai décidé que je l'enlèverais simplement à l'arrêt de bus.
J'ai acheté une voiture d'occasion fiable et je l'ai gardée garée dans mon garage jusqu'à ce que j'en ai besoin. Je ne voulais pas utiliser ma voiture habituelle au cas où quelque chose tournerait mal. J'ai choisi un lundi comme jour où je la prendrais. Le début d'une nouvelle semaine semblait opportun et j'ai tout préparé le dimanche.

Le jour même de l'enlèvement, j'étais très nerveux et j'ai conduit prudemment, car je ne voulais pas attirer l'attention sur moi. Une fois arrivé sur la route rurale qui passait devant le village où la fille attendait à l'arrêt de bus, je n'ai vu aucun autre trafic. J'ai conduit jusqu'à l'arrêt de bus où elle se tenait debout et je me suis penché et j'ai ouvert la porte du côté passager et je lui ai parlé.

"Bonjour mon amour, je me demande si tu pouvais m'aider, je suis un peu perdu. J'essaie de trouver Willow Tree Farm », ai-je dit de ma voix la plus amicale.

"Je suis désolée de n'en avoir jamais entendu parler" dit-elle en fronçant les sourcils.

"C'est ici sur la carte mais je n'arrive pas à me repérer, si je vous montre où c'est sur la carte, pourriez-vous me montrer où nous sommes maintenant" ?

"Je vais essayer" dit-elle "mais je ne suis pas très douée avec les cartes".

J'avais la carte disposée sur le siège du passager face à elle et elle s'est approchée et s'est accroupie pour regarder la carte. J'avais déjà défait ma ceinture de sécurité pour me donner plus de liberté de mouvement et dès qu'elle s'est prêtée dans la voiture pour étudier la carte, je l'ai attrapée par les cheveux à deux mains et l'ai tirée brutalement aussi loin que possible dans la voiture, je J'ai gardé une prise sur ses cheveux d'une main et de l'autre j'ai ramassé un gros couteau effrayant caché sous mon siège et je l'ai tenu devant son visage.

"Putain, tu bouges pas ton petit con ou je te coupe la gueule, tu comprends"

Elle n'a pas répondu, elle a juste regardé fixement le couteau devant son visage et gémit doucement.

"Je t'ai posé une putain de question salope, tu comprends."

"Oui, oui, s'il te plait ne me fais pas de mal, s'il te plait ne me fais pas de mal".

"Tu fais ce que tu as dit et tout ira bien mais tu me donnes des ennuis et je te tue et je te jette dans un fossé, j'ai compris."

« Oui, s'il vous plaît, ne me faites pas de mal ; Je ne vous causerai aucun problème.

"Bien alors, montez et accroupissez-vous bien dans le pied"

Elle est montée et a fait ce que je lui ai dit sans aucun argument; elle était accroupie dans le puits des pieds avec le haut de son corps penché vers l'avant sur le siège du passager. J'avais toujours une bonne prise sur ses cheveux d'une main.

"Mets tes mains derrière ton dos maintenant" ai-je grogné.

Elle a immédiatement obéi et je me suis penché en avant en sortant une paire de menottes de la poche de mon manteau et je les ai serrées autour de ses poignets. Elle se mit à sangloter et des larmes coulèrent sur ses joues. Je me penchai et l'attrapai par le menton pour la forcer à me regarder.

« Maintenant, tu restes aussi bas que possible jusqu'à ce que je te dise que tu peux te lever. Si tu te lèves sans que je le dise, je vais te trancher la putain de gorge, tu comprends ?

Je lui montrai à nouveau le couteau pour lui rappeler ce qui se passerait si elle désobéissait.

"Oui monsieur" dit-elle "Je ne ferai rien, s'il vous plaît ne me faites pas de mal".

"Tu restes là où tu es et tout ira bien", ai-je dit.

Je suis rapidement sorti de la voiture et je suis allé à l'arrêt de bus et j'ai récupéré son sac d'école. Je ne voulais pas le laisser là pour éveiller la curiosité de qui que ce soit.
J'ai claqué la portière côté passager et je suis remonté dans la voiture. Je me suis retourné et j'ai jeté son sac dans le puits de pied arrière et je suis parti car je ne voulais pas rester sur les lieux de l'enlèvement plus longtemps que nécessaire.
Le tout n'avait pas pris plus de deux minutes, ce qui était aussi bon que j'aurais pu l'espérer. Après avoir parcouru quelques kilomètres, je me suis arrêté et j'ai dit

"Où est ton portable" sachant que comme la plupart des jeunes filles, elle en aurait un.

"C'est dans mon sac" répondit-elle.

J'ai attrapé son sac et j'ai fouillé dedans jusqu'à ce que je trouve son téléphone; J'en ai retiré la batterie, puis j'ai baissé la vitre de la voiture et j'ai jeté le téléphone et la batterie dans le fossé rempli d'eau au bord de la route. Je ne voulais pas risquer la possibilité que la police puisse suivre ses allées et venues à partir de son téléphone. Vous ne savez jamais ce qu'ils peuvent faire de nos jours.
Je me suis alors prêté sur le siège arrière de la voiture et j'ai pris une taie d'oreiller et une couverture que j'avais apportées. J'ai dit à la fille de lever la tête, puis j'ai tiré la taie d'oreiller sur sa tête avant de repousser sa tête sur le siège avant. Ensuite, j'ai couvert le haut du corps de la fille avec la couverture en la drapant sur elle. Quiconque jetterait un coup d'œil sur le siège avant ne verrait que la couverture et n'aurait aucune idée de ce qui se trouvait en dessous.

Je suis ensuite reparti et j'ai fait un détour jusqu'à chez moi, en conduisant prudemment et en respectant les limitations de vitesse. Le trajet m'a pris un peu plus d'une heure. À mon arrivée chez moi, je suis sorti de la voiture et j'ai ouvert la porte du garage, puis j'ai conduit la voiture dans le garage et j'ai fermé la porte du garage avec moi, mon nouveau compagnon de jeu et la voiture à l'intérieur. J'ai poussé un énorme soupir de soulagement. Je l'avais fait sans aucun incident.
Maintenant, le plaisir pouvait commencer.

J'ai déverrouillé la porte qui reliait le garage à l'intérieur de la maison, puis j'ai fait le tour de la porte du passager avant et l'ai ouverte.
J'ai retiré la couverture de la fille et j'ai dit,

"Sortez de la voiture"

Elle est sortie du mieux qu'elle a pu, les mains menottées derrière le dos ; ses mouvements étaient maladroits et il semblait que ses muscles étaient un peu raides après avoir été accroupis dans le pied pendant une heure.

Une fois qu'elle était sortie, je l'ai guidée vers l'avant et lui ai dit "Continue juste à marcher"

"Où m'emmenez-vous" dit-elle.

"Tu verras bien assez tôt, fais juste ce qu'on te dit ou tu vas le regretter"

Sur ce, je la pris fermement par le bras et la conduisis dans la maison. Je l'ai emmenée à la porte menant à la cave que j'avais laissée non verrouillée et j'ai dit: «Il y a des escaliers maintenant, alors faites attention, prenez-les lentement et un à la fois.

Elle descendit prudemment et bientôt nous fûmes au fond. Je l'ai emmenée à l'intérieur de la porte au bas de l'escalier, j'ai allumé la lumière et j'ai fermé et verrouillé la porte derrière nous.
Elle était toute à moi maintenant.

Chapitre 2

J'ai retiré la taie d'oreiller de sa tête et j'ai dit: «Nous sommes salope; c'est là que tu vas rester un moment ».

"Où suis-je" dit-elle "Pourquoi m'as-tu amené ici" ?

"Peu importe où tu es con, tu es là où je veux que tu sois et c'est assez bien. Si vous voulez savoir pourquoi je me suis donné tant de mal pour vous amener ici, je vais vous le dire. Tu es là pour me divertir, c'est aussi simple que ça".

"Qu'est-ce que tu veux dire" dit-elle, sa voix commençant à se casser.

« Ce que je veux dire, espèce de petite pute sans valeur, c'est que je vais m'en servir pour mon propre plaisir. Tu vas être mon propre petit cochon. Je vais baiser ta petite chatte, je vais mettre ma bite puante dans ta douce petite bouche et je vais violer ton doux petit trou du cul. Je vais le faire autant de fois que je veux, aussi fort et aussi grossièrement que je veux et tu peux tout faire pour m'arrêter. Et tu ferais mieux de faire de ton mieux pour voir que j'aime te baiser, parce que si j'en ai marre, je pourrais juste décider de te baiser et de devenir vraiment méchant. Je peux décider de t'attacher et de torturer ton doux petit corps, juste pour voir combien de temps je peux te garder en vie pendant que tu hurles d'agonie. Que pensez-vous de cette chienne ? »

Elle tomba à genoux en sanglotant avec une expression de terreur sur son visage ; elle a commencé à me supplier de la laisser partir,

« S'il vous plaît, s'il vous plaît, ne me faites pas ça, s'il vous plaît, s'il vous plaît, ne le faites pas. Laissez-moi partir, s'il vous plaît. Je veux juste rentrer à la maison, je veux ma mère. S'il te plaît, ne me fais pas de mal, je n'ai que treize ans, je ne comprends pas pourquoi tu veux me faire du mal".

Je l'ai attrapée par la tête et l'ai forcée à me regarder,

« Écoute-moi et ferme ta gueule. La seule façon pour toi de revoir ta mère, c'est si tu me fais plaisir. Cela signifie être une gentille fille et faire tout ce que je te dis de faire. Alors je pourrais décider de te laisser partir, mais c'est ta seule chance. Si tu m'énerves, tu seras ligoté et tu hurleras d'agonie pendant que je te blesserai autant que possible, aussi longtemps que je le pourrai. Maintenant, lève-toi et arrête tout ce bruit, sinon ».

Elle se leva lentement et maladroitement et fit de son mieux pour arrêter de pleurnicher mais elle tremblait de peur, ce que j'aimais. J'ai sorti la clé des menottes de ma poche et je me suis dirigée vers elle et je les ai déverrouillées. Elle avait l'air très nerveuse et je pouvais voir qu'elle avait peur que je sois si près d'elle. J'ai décidé de m'amuser un peu maintenant. J'ai allumé les lumières vives que j'avais installées pour donner suffisamment de lumière aux caméras, puis je suis allée et j'ai mis les caméras en marche. Il y en avait plusieurs mis en place pour prendre des photos de la pièce sous différents angles.

Je suis retourné vers elle.
"Enlève ta veste et ton pull" dis-je "vite maintenant, ou je le ferai pour toi et tu regretteras de ne pas m'avoir obéi".

Elle enleva lentement sa veste et regarda autour d'elle, ne sachant pas où la mettre,

"Juste le laisser tomber sur le sol pour l'instant" dis-je.

Elle l'a laissé tomber puis a passé son pull par-dessus sa tête et l'a laissé tomber sur le sol par-dessus sa veste. Elle croisa les bras devant elle et resta là, tremblante, l'air effrayée.

Je m'avançai et me mis devant elle. J'ai tendu la main et j'ai forcé ses bras à ses côtés et j'ai commencé à déboutonner son chemisier. Elle a commencé à pleurer doucement mais n'a fait aucune tentative pour m'arrêter.

"Avez-vous déjà laissé l'un de vos petits amis voir vos seins ou les toucher?"
"Non" sanglota-t-elle. "Je n'ai jamais eu de petit ami. Ma mère dit que je suis trop jeune ».

J'ai défait le dernier bouton et tiré le bas du chemisier du haut de sa jupe. J'ai ensuite lentement fait glisser les manches le long de ses bras avant de laisser tomber le chemisier sur le sol.

Elle portait un ravissant petit soutien-gorge en dentelle, si féminin et joli.
Je me suis tenu devant elle et j'ai dit "enlève-le" d'une voix sévère.

Je pouvais voir l'agitation sur son visage, elle ne voulait pas obéir mais elle avait peur de ce que je ferais si elle ne le faisait pas.

Elle tendit lentement la main derrière son dos et défit le fermoir. Elle fit glisser les bretelles le long de ses bras et laissa le soutien-gorge tomber au sol. Elle n'a pas essayé de se couvrir; elle baissa simplement les yeux vers le sol et sanglota doucement.

Pendant un moment, je suis resté debout et j'ai regardé ses petits seins parfaits. Ils étaient petits, loin d'avoir atteint leur maturité mais toujours parfaits. J'ai tendu mes deux mains et les ai caressées, les serrant doucement, sentant à quel point la peau était douce, à quel point la chair était ferme. j'étais au paradis; J'ai roulé ses mamelons entre mes doigts et mes pouces et les ai sentis commencer à durcir. Elles avaient l'air presque trop grosses pour les petits seins qu'elles couronnaient. Je me suis penché en avant et j'ai pris l'un des mamelons dans ma bouche, le suçant doucement, jouant avec, passant ma langue sur le nodule doux et savoureux. Je continuai à caresser un sein tout en suçant furieusement le mamelon de l'autre. J'ouvris grand la bouche et pris autant de sa poitrine dans ma bouche que je pouvais et la salive coula sur mon menton alors que je suçais bruyamment.

J'ai levé les yeux vers son visage; elle avait la tête tournée de côté, regardant vers le mur comme pour se séparer de ce qui se passait. Impliqué mais ne participant pas. Son regard était empreint de dégoût et de répulsion, elle détestait ce qu'on lui faisait et cette prise de conscience rendait ma bite aussi dure que du fer. Je voulais qu'elle se révolte. Je voulais qu'elle déteste ce que je lui faisais mais qu'elle doive le supporter, car elle n'avait pas le choix.

J'ai décidé d'essayer de la révolter davantage. Je lâchai son mamelon et me levai.
Elle a tourné la tête vers moi mais n'a pas pu croiser mon regard ; elle baissa les yeux vers le sol.

"Enlève ta culotte" dis-je de ma voix la plus menaçante.
Elle m'a alors regardé et a recommencé à pleurer, "s'il vous plaît ne faites pas" elle a dit "s'il vous plaît ne faites pas" elle sanglotait avec une réelle émotion, frissonnant à chaque respiration, terrifiée par ce que j'allais faire.

"Soit tu les enlèves, soit je vais travailler sur tes seins avec une paire de pinces, ton choix" ai-je grogné.

J'aurais facilement pu la suralimenter et lui arracher moi-même sa culotte, mais je voulais qu'elle doive se soumettre à sa propre humiliation, qu'elle participe à ses propres abus.

Elle se pencha lentement et mit ses mains sous sa jupe en faisant attention de ne pas soulever sa jupe assez haut pour que je voie quoi que ce soit, essayant modestement de garder sa chatte couverte.
J'ai été amusé et j'ai souri à l'absurdité de celui-ci.
Elle glissa sa culotte sur son cul, le long de ses cuisses et la laissa tomber de ses genoux au sol.

"Donnez-les-moi" dis-je.

Elle a sorti sa culotte puis s'est baissée, l'a ramassée et me l'a donnée. Ils étaient blancs et doux avec de petits coeurs roses dessus. Je les portai à mon visage, enfonçai mon nez dedans et inspirai profondément. Elle me regarda avec un mélange de gêne et de dégoût.

"Qu'est-ce qu'il y a salope" ai-je dit "Il n'y a rien comme l'odeur et le goût de la chatte d'une jeune fille".

J'ai alors délibérément, exagérément, ouvert la culotte et léché le gousset. Elle m'a regardé avec un dégoût total alors j'ai pris la culotte dans ma bouche et je l'ai sucée bruyamment.

"Comment as-tu pu" dit-elle "c'est si dégoûtant".

"Eh bien, tu n'aimeras pas ce que je vais faire ensuite, salope"

Je l'ai prise par le bras et je l'ai tirée vers le lit en l'asseyant sur le bord,

"Allonge-toi et ne bouge pas jusqu'à ce que je te le dise" ai-je crié "Si tu le fais, je vais te faire très mal"

"S'il vous plaît ne faites rien pour me blesser monsieur, s'il vous plaît ne le faites pas"

« Allonge-toi et fais ce qu'on te dit », ai-je dit d'un ton menaçant.

Elle s'allongea mais me regarda nerveusement.

"Tu fais juste ce qu'on te dit et tout ira bien. Laissez-moi faire ce que je veux et vous vous en sortirez, donnez-moi des ennuis et vous ne le ferez pas ».

J'ai attrapé un oreiller du lit et l'ai posé sur le sol, puis je me suis agenouillé dessus devant elle, elle était allongée mais elle avait la tête levée vers moi pour voir ce que j'allais faire.
J'ai saisi l'ourlet de sa jupe et l'ai remonté autour de sa taille, je l'ai ensuite attrapée par les jambes et l'ai tirée pour que son cul soit juste au bord du lit et que sa chatte soit proche et accessible.
Elle a gardé ses cuisses aussi serrées qu'elle le pouvait et elle s'est couverte de ses mains, visiblement gênée que je puisse voir son monticule pubien.

« Maintenant, écoutez et faites ce que je vous dis. Sois une gentille fille et je ne te ferai pas de mal. Désobéis-moi et je te dépecerai. Ne plaisante pas avec moi maintenant. Je veux que vous mettiez vos mains sur votre tête et que vous les y gardiez. Si vous ne le faites pas, je vous menotterai à nouveau. Ensuite, je veux que tu poses tes pieds sur le bord du lit et que tu écartes les jambes pour que je puisse bien voir ta chatte, compris.

"Elle n'a pas répondu, elle a juste commencé à sangloter bruyamment, mais elle a retiré ses mains et les a posées sur sa tête comme je le lui avais dit, puis elle a levé ses pieds sur le bord du lit et a lentement écarté ses jambes" .
"Bonne fille, continue de faire ce que je te dis et tout ira bien. Maintenant, écartez un peu vos pieds et vous serez parfait.

Elle a fait à contrecœur ce que je lui ai demandé et pour la première fois j'ai pu voir la petite chatte parfaite de cette belle petite fille. Son monticule était la plus belle forme avec un fin duvet de cheveux dorés. Je me suis penché en avant pour regarder de plus près et elle a continué à lever la tête pour essayer de voir ce que j'allais lui faire.

Je l'ai regardée dans les yeux et lentement, doucement, j'ai fait courir ma langue le long de sa fente.
Je l'ai répété plusieurs fois avant de tendre la main et d'écarter ses plis révélant ses parties les plus intimes à mon regard. J'ai mis mon nez aussi près que possible de sa chatte et j'ai inhalé profondément son parfum féminin.

"Tu as une jolie petite copine de chatte" J'ai dit "En fait, à partir de maintenant, c'est comme ça que tu t'appelles, Cunt"

Elle me regardait toujours et je souris à son air gêné et humilié, elle détourna le visage et fixa le mur.

"C'est l'heure du petit-déjeuner" dis-je. J'ai ensuite ouvert grand et j'ai pris autant d'elle dans ma bouche que je pouvais, suçant ses volets et son clitoris, enfonçant ma langue aussi loin dans son trou que possible, aspirant et suçant bruyamment, perdu dans le pur plaisir du goût. , l'odeur, la texture, le pur paradis de la chatte de jeune fille.

J'étais perdu dans l'instant, je n'ai pas fait attention à sa réaction, je me suis concentré sur mon plaisir, continuant à l'explorer avec mes lèvres, ma langue et même mes dents, la mordillant doucement, voulant posséder chaque partie d'elle . Alors que je poursuivais mon assaut, sa chatte devenait de plus en plus humide, non pas parce qu'elle appréciait ce que je lui faisais, mais simplement parce que c'était la réponse naturelle de son corps. J'ai enfoncé mon visage aussi loin que possible dans sa chatte et je pouvais toujours respirer, mon visage était couvert de son jus et je les lapais avidement. Je tenais ses fesses pour l'aider à la tirer aussi fermement que possible contre mon visage. Ma bite était aussi dure que je ne l'avais jamais connue et poussait contre mes vêtements, cherchant désespérément à être libérée.

J'ai perdu la notion du temps mais finalement je me suis arrêté et j'ai éloigné ma tête de sa chatte trempée et bâclée, inondée de son propre jus et de ma salive, elle brillait avec le mélange de sécrétions qui la recouvrait. Je me penchai en avant et lui donnai un dernier baiser en insérant ma langue aussi loin que je le pouvais.

Je me suis levé et l'ai regardée; elle tourna la tête et me regarda, les yeux rouges à cause de ses pleurs qui s'étaient maintenant arrêtés. Son regard était incertain ; elle n'était pas sûre de ce que j'allais faire maintenant mais elle avait peur que je la baise. Elle baissa sa jupe pour se couvrir et laissa tomber ses pieds du bord du lit tout en fermant ses jambes.

As-tu apprécié ça autant que moi, Cunt ? » ai-je demandé.
"C'était dégoûtant. Comment as-tu pu faire ça », a-t-elle dit.
"Ne le frappez pas avant de l'avoir essayé Cunt, vous pourriez l'aimer, qui sait"
"Je ne pourrais jamais faire quelque chose comme ça, je ne pourrais tout simplement pas"
"Vous pourriez même aimer le goût, voyons voir," dis-je en grimpant sur le lit et en m'allongeant sur elle.

J'ai attrapé ses poignets et les ai tenus tous les deux dans une main au-dessus de sa tête ; J'ai attrapé son menton avec mon autre main et je l'ai tenue de sorte que son visage soit sous le mien. Mon visage était brillant de son jus et mon haleine empestait l'odeur irrésistible de la chatte.
J'ai forcé mes lèvres sur les siennes et les ai sondées avec ma langue, elle a désespérément essayé de garder ses lèvres ensemble mais elle n'était pas à la hauteur de moi. J'ai forcé ma langue dans sa bouche et j'ai pillé sa deuxième cavité humide et chaude, en explorant chaque centimètre carré, sa langue, ses gencives, ses dents, ses joues. Elle avait les yeux fermés alors qu'elle s'efforçait de détourner la tête de mon agression, en vain. J'ai pris mon temps jusqu'à ce que finalement je retire ma langue de sa bouche.

J'ai ensuite tenu sa tête avec mes deux mains et me suis penché sur elle et j'ai commencé à lui lécher le visage de la ligne de la mâchoire au front, j'ai léché chaque partie de son visage et exploré délibérément chaque crevasse. J'ai léché l'extérieur de ses lèvres, ses paupières, j'ai même enfoncé le bout de ma langue aussi loin que possible dans ses narines et j'ai pris ses oreilles dans ma bouche et je les ai sucées.

Quand j'ai eu fini, je lui ai chuchoté à l'oreille "Même ton visage sent la chatte maintenant, c'est le meilleur parfum que tu aies jamais porté. Si vous pouviez l'embouteiller, vous feriez fortune"

Je ris à haute voix devant son expression dégoûtée.

"Maintenant, vous savez quel goût a votre propre chatte, qu'en pensez-vous, pourriez-vous développer un goût pour la chatte ou pensez-vous que vous préféreriez le goût de la bite"

Elle ne m'a pas répondu.

"C'est le moment de découvrir la chatte, la chatte ou la bite"

chapitre 3

J'ai roulé sur elle et je l'ai attrapée par les cheveux "Lève-toi" ai-je crié.

Je l'ai redressée et l'ai traînée jusqu'au bout du lit. J'avais une main étroitement enlacée dans ses cheveux et elle avait ses deux mains tenant la mienne, essayant d'empêcher que ses cheveux ne soient arrachés par les racines.

Je l'ai forcée à s'agenouiller au bout du lit et je me suis assise sur le lit en face d'elle.

"C'est maintenant le moment où nous décidons si tu vas me faire te faire du mal ou si tu vas être une gentille fille et faire ce que je veux. C'est ton choix Cunt, soit tu fais ce que je dis, quoi que ce soit. Ou je t'attache à cette table là-bas et je commence à couper. Qu'est-ce que ça va être, votre choix ».

Elle regarda la table avec ses sangles et ses étriers, puis son regard s'attarda sur les outils et les instruments de torture accrochés au mur au-dessus.

"S'il te plait" dit-elle, "je ferai ce que tu veux, s'il te plait ne me fais pas de mal, s'il te plait, je ne veux pas mourir"

"Alors tu dois faire tout ce que je te demande de faire, sois une gentille fille et je n'aurai pas à te faire de mal"

Je me penchai en avant et caressai doucement ses adorables petits seins. Elle tressaillit mais ne tenta pas de s'éloigner.

Je me suis levé brusquement et j'ai dit : « Faites bien attention. Je veux que tu détaches mes chaussures et que tu les enlèves, puis que tu détaches ma ceinture, que tu défaits le bouton de mon pantalon et que tu me dézippes. Une fois que vous avez fait cela, vous pouvez baisser mon pantalon et l'enlever.
Comprenez vous?"

"Oui" dit-elle tranquillement.

« Allez-y alors, continuez.

Elle s'est assise sur ses hanches et s'est penchée en avant pour défaire les lacets de mes chaussures, je me suis assis sur le bord du lit pour lui permettre de les retirer de mes pieds. Elle posa les chaussures par terre derrière elle.
Je me suis redressé et elle s'est levée sur ses genoux et a levé les deux mains et a tâtonné avec la boucle de ma ceinture. Elle a réussi à détacher la boucle et elle a progressivement tiré la ceinture à travers les passants de mon pantalon. Elle posa la ceinture à côté de mes chaussures. J'ai rentré mon ventre pour lui permettre de défaire plus facilement le bouton de mon pantalon. Quand elle a saisi la fermeture éclair et a commencé à la tirer vers le bas, j'ai senti sa petite main effleurer le renflement de ma bite gonflée, qui était facilement visible poussant contre le tissu de mon pantalon. Elle le remarqua aussi et s'efforça de ne pas y toucher.
Une fois la fermeture éclair complètement ouverte, elle a doucement tiré mon pantalon vers le bas, en faisant attention de ne pas tirer mes sous-vêtements avec eux. Une fois qu'elle eut mis le pantalon à mes pieds, je me suis assis sur le lit une fois de plus et lui ai permis de le passer par-dessus mes pieds et de l'enlever.

Je me relevai et la regardai. "Maintenant, je veux que tu baisses mes sous-vêtements"

Je pouvais dire à son expression qu'elle savait où cela menait, mais elle connaissait l'alternative si elle refusait. Elle a tendu la main et a saisi la ceinture de mes sous-vêtements avec ses deux mains et l'a doucement tirée vers le bas. Alors qu'elle tirait, ma bite apparut, se dressa fièrement au garde-à-vous, enfin libérée de sa retenue et elle la fixa avec une fascination horrifiée. Ce n'est pas énorme, environ 7 pouces de long mais c'est épais et solide et elle en a été transpercée.

"Avez-vous déjà vu un coq avant Cunt" ai-je demandé.

"Non, jamais" répondit-elle

"Eh bien, ne vous contentez pas de le regarder, de le saisir, de le sentir et de jouer avec. Tu vas très bien le connaître"

Sachant qu'elle n'avait pas d'autre choix que d'obéir, elle quitta lentement mes sous-vêtements rassemblés à mes pieds et leva les deux mains et saisit ma bite. Ses mains étaient froides contre la chaleur de mon membre rampant alors qu'elle les faisait courir doucement de haut en bas, de mes couilles à la pointe, où ses doigts sont devenus collants à cause du liquide pré-éjaculatoire qui en coulait, témoignant de mon excitation.

"Tout est collant" dit-elle en regardant le liquide sur ses mains.

"C'est ce qu'on appelle la chatte pré-éjaculatoire, cela aide à lubrifier une bite, ce qui lui permet de pénétrer plus facilement dans une chatte"

Elle m'a regardé avec de la peur dans les yeux, je pouvais lire la question non posée sur son visage, est-ce que j'allais la baiser maintenant.

"Ne t'inquiète pas, chatte, je ne vais pas te baiser, pas encore de toute façon"

Elle a respiré fortement, soulagée que je n'allais pas forcer ma grosse bite dans sa petite chatte serrée.

"Aimez-vous l'odeur de la bite" ai-je demandé "Prenez un bon reniflement et voyez ce que vous en pensez"

Elle me regarda avec dégoût mais elle se pencha lentement en avant et renifla délicatement ma bite.

"Ça sent mauvais" dit-elle avec un réel dégoût.

« Eh bien, ça peut sentir mauvais, mais je veux que tu le lèches. Imaginez que c'est une sucette et léchez-la de bas en haut"

Elle le regarda avec répulsion et secoua doucement la tête d'un côté à l'autre.

"Je ne pouvais pas, je ne pouvais tout simplement pas, la seule pensée me rend malade, c'est révoltant. Ça pue et c'est couvert de ce truc collant »

J'ai attrapé une poignée de ses cheveux et je l'ai forcée à me regarder,

"Je commence à perdre patience avec toi, espèce de petite salope taquine, soit tu fais ce qu'on te dit, soit je t'attache à cette table et enfonce ma bite dans ton petit trou du cul serré et te baise jusqu'à ce que tu ne puisses plus supporter. Qu'est-ce que ça va être, décidez vite?

Elle grimaçait de douleur parce que ses cheveux étaient si serrés dans mon poing, alors qu'elle me regardait et me dit "d'accord, je ferai ce que tu veux, s'il te plaît, lâche mes cheveux, je le ferai".

Je lâchai ses cheveux et elle passa une main dessus et frotta son cuir chevelu pour soulager la douleur.

"Allez-y alors, avant que je ne viole votre petit trou du cul serré, juste pour vous donner une leçon"

Elle a lentement déplacé sa main vers mon sexe pour le maintenir stable, puis a déplacé sa tête vers l'avant. Elle sortit sa petite langue délicate et entra en contact avec la peau à la base même de ma bite. Son nez se plissa de dégoût évident face à ce qu'elle était forcée de faire. Elle a glissé sa langue le long de ma hampe vers le haut, s'arrêtant avant d'atteindre le bout même, qui était couvert de liquide pré-éjaculatoire, puis est redescendue à la base, pour recommencer. Elle a répété cela une demi-douzaine de fois, et je savais qu'elle essayait d'éviter la grosse goutte de liquide pré-éjaculatoire qui était assise sur le bout de ma bite.

"Attends" dis-je alors qu'elle commençait sa langue vers la base de ma bite pour son prochain voyage.

Elle me regarda d'un air interrogateur.

Je me suis penché et j'ai tiré mon prépuce vers l'arrière, révélant la tête violette de ma bite, gonflée et brillante de pré-sperme.

"Maintenant, je veux que tu prennes toute la tête de ma bite dans ta bouche et je veux que tu la suces. Assurez-vous d'utiliser votre langue, en particulier sur la fente au bout de ma bite, la fente où la pisse sort "

J'essayais délibérément de dégoûter et de dégrader cette petite pute.

"Et si je sens des dents, je les enlèverai une par une avec une paire de pinces, alors soyez prévenus"

Elle regarda mon sexe avec répulsion ; c'était si différent avec le prépuce tiré vers l'arrière. Avant, elle venait de lécher la peau normale, ce qu'elle n'aimait pas, mais cela semblait si étranger à tout ce qu'elle avait vu auparavant et elle en était si manifestement dégoûtée.

"Ça va soit dans ta bouche, soit dans ton cul, Cunt" dis-je en lui rappelant ses alternatives.

Des larmes ont commencé à couler sur ses joues, alors qu'elle avançait lentement la tête et ouvrait ses lèvres rouges magnifiquement douces pour engloutir ma tête de bite violette dans sa bouche humide et chaude.

Elle a commencé à sucer la tête comme un veau qui allaite la tétine de sa mère, elle suçait fort et vite et j'étais aux anges, je savais que je ne tiendrais pas longtemps si elle continuait comme ça.

"N'oublie pas ta langue sur le bout" j'ai dit

Elle a enlevé sa bouche de ma bite et a sorti sa langue et a poussé la pointe sur la fente au bout de ma bite. Puis elle engloutit à nouveau la tête avec ses lèvres et reprit sa succion.

En regardant son mignon petit visage, avec ma bite dans sa bouche et des larmes sur ses joues, j'étais en extase, la vie ne s'est pas améliorée. Dominer et dégrader une jeune fille, lui montrer qu'elle était un jouet avec lequel jouer, une pute à utiliser, rien de plus qu'une collection de trous humides à baiser pour le plaisir d'un homme.

Le besoin de dominer a surgi en moi. J'avais besoin de lui montrer à quel point elle ne valait rien, à quel point elle comptait peu.

J'ai retiré ma bite de sa bouche et je me suis dirigé vers la table, ramassant une paire de menottes qui y étaient suspendues.

"Mets tes mains derrière ton dos" ai-je crié en revenant vers elle.

"Pourquoi" dit-elle, mystifiée par mon brusque changement d'humeur.

"Fais juste ce qu'on te dit putain de salope" ai-je crié.
Elle a immédiatement mis ses mains derrière son dos, effrayée par ce que je pourrais faire si elle n'obéissait pas. J'ai refermé les menottes autour de ses poignets puis je me suis tenu devant elle.

"Restez à genoux, mais restez debout, sinon", ai-je dit.

J'ai attrapé ses cheveux à deux mains, une de chaque côté de sa tête, et j'ai tiré son visage vers ma bite.

"Ouvre grand chienne" dis-je. Elle ouvrit la bouche et je poussai ma bite à l'intérieur et la tirai contre moi, enfouissant ma bite jusqu'à la garde dans son visage, forçant son visage contre moi, son nez enfoui dans mes poils pubiens. Je la tenais là, sentant toute ma longueur enfermée dans sa cavité chaude et humide.
Elle ne pouvait rien faire pour se protéger avec ses mains menottées derrière elle et j'ai commencé à enfoncer violemment ma bite en elle, la claquant encore et encore dans sa bouche, l'enfonçant profondément dans sa gorge. Elle s'est bâillonnée et s'est étouffée et la salive a coulé de sa bouche, sur son menton et sur ses seins, des larmes ont coulé sur ses joues et du mucus a commencé à couler de son nez, alors que son corps produisait désespérément du liquide pour protéger ses tissus mous de l'envahisseur forçant son chemin dans sa bouche, sur sa langue et dans sa gorge. Jusqu'à présent, même à contrecœur, elle avait été en contrôle, obéissant à mes ordres mais suçant ma bite elle-même. Maintenant, elle n'avait aucun contrôle, elle était maltraitée et souillée, pas une participante, juste un morceau de viande utilisé. I was in total control, forcing myself onto her, into her, her master, her lord, she was nothing and I was everything. I pulled her hair as hard and tightly as I could, determined to cause her as much physical pain as possible, while she fought hard just to breathe, as I filled her throat with my cock, blocking her airway. She gagged and desperately tried to breathe through her nose but the mucus running from it was making it difficult for her and she blew bubbles out of her nostrils, as her face got redder and redder. I didn’t care, I was only concerned with the feelings I was experiencing, my cock was so pumped full of blood, it was almost painful to me; I had never seen it bigger. I continued to ram it in and out of her as she gagged and struggled to breathe, saliva dribbling down her chin and snot running from her nose, as I abused her mercilessly. I rammed into her face over and over again with all my strength, oblivious to her pain and distress, wanting to hurt her. She was nothing, I wanted to fuck her face forever if I could, fuck her face until she suffocated, until she choked and died, fuck her face as she died. I wanted to kill her, I was lost in hate and lust, nothing mattered but torturing this little cunt, this worthless little cunt. I was pounding into her with all the force I could muster, trying to force my cock as far into her as I could, trying to break this little cunts face, rupture her throat, fill her lungs with cum, take her life. Then at last I felt my balls begin to contract, as spurt after spurt of my cum, erupted into her throat. She gagged and choked and swallowed as fast as she could, desperately trying to keep her airway clear. I continued to force myself into her, until the spurts began to slow and finally stop. I held my cock as far into her throat as I could, until I felt the last spurt come pulsing out of the tip.

I pulled out of her and released her hair. She gasped for breathe and collapsed onto the floor, her chest heaving as her body took in the oxygen it craved, in huge breaths. She coughed and cum and saliva ran out of her mouth and nose and onto the floor, her face was covered in snot, cum and saliva. As her breathing slowed down, she started to cry quietly to herself, as she curled up into the foetal position.

I sat on the edge of the bed getting my breath back and appreciating the afterglow of the most intense orgasm I had ever had. I sat looking down at the young cunt laying there crying, and I knew that the chances of her surviving the next few days, were not good. I wanted to hurt her and make her suffer. I wanted to make her experience pain she couldn’t imagine. I wanted to watch the spark of life leave her and I knew that it would be the most intense experience of my life. And hers, but for her it would be her last ever experience.

I got up and walked over and turned the cameras and the theatre lights off, just leaving the regular lights on. I went out, relocking the door and leaving the little whore lying on the floor where she had fallen. I went upstairs and showered and dressed in fresh clothes, then had some food.

Chapitre 4

It was only mid morning and I decided to make the most of the day. I went back downstairs refreshed and ready for more. As I unlocked the door and went inside I saw that the bitch had moved and was now lying curled up on the bed.

I went over to her and spoke. “Get up” I said, “its time for a shower and something to eat”

She slowly sat up and looked at me, saying nothing. I could see the dried cum and snot still on her face, her hair messed up and out of shape, where I had held onto it.

“Come on” I said and led her over to the door and up the stairs. I took her into the bathroom and unlocked the handcuffs.

“Get your skirt and shoes and socks off” I said and stood leaning against the wall watching her. She reluctantly slipped her shoes and socks off and slowly pushed her skirt down to the floor.

“I need to pee, badly” she said.

“Go on then, I’m not stopping you”.

“I can’t go in front of you” she said.

“You’ll have to, because I want to watch”

“I can’t, it’s private” she said

Anger flashed across my face, “nothing about you is private, get that into your stupid little head, nothing, and you need to learn that”.

I took my knife from my pocket and pointed it at her. “Climb into the bath” I said, “Now”

She looked warily at the blade, not sure what I intended.

“Now sit on the edge of the bath, with your back against the wall, so you are facing me”

She slowly did as she was told, climbing into the bath and sitting on the edge, with her feet inside it. She winced as her bare buttocks touched the cold enamel of the lip of the bath.

“Now spread your legs so I can see that little cunt”

She looked at the knife, not sure if I was going to use it on her. I realised that she thought I may have got her into the bath so that her blood wouldn’t get on the floor if I cut her. Clever girl I thought.

She slowly spread her legs.

“Now I want to see you piss in the bath for me, so that I can get a good view and don’t hold back. I want you to drain every drop. It’s either going to be your piss or your blood in the bath. Your choice” I said holding the knife up.

She thought for a moment and then closed her eyes in concentration; she was obviously suffering from stage fright and was struggling to pee with me watching her.

A small trickle started from between her legs which soon become a flood. She still had her eyes closed.

“Look at me” I yelled. She opened her eyes and I put my empty hand forward and caressed her cunt, as the pee squirted between my fingers, I pulled my hand back and licked the pee off of it, sucking it from my fingers, much to her disgust. I laughed out loud and lent right over into the bath, forcing my face into her pussy and sticking my tongue into her, as her pee squirted around it, over my face and down my chin, soaking my clean shirt. The flow ceased as she pushed my head away roughly and yelled at me, “you filthy beast, how could you do something so gross and disgusting”.

Her manner changed as she saw the expression on my face, “who the fuck do you think you’re talking to, cunt” I yelled back, dropping the knife on the floor and grabbing her by her hair.
I forced her down onto her knees in the bath and pushed her head forward until her forehead was touching the bottom. I roughly pulled her wrists behind her and held them in place with one hand. Taking the hand cuffs from my back pocket, I secured her hands behind her once again. I quickly removed my belt and fastened it around her lower legs, binding them together. She was now totally helpless.
I roughly turned her over onto her back and she lay in the bottom of the bath looking up at me, terrified, not sure what I intended.
I picked my knife up from the floor, panting from the sudden exertion.
“So I’m a beast am I, cunt. Well, I may be, but you don’t have the right to say so”.
I undid the zip on my trousers and pulled my cock out. She watched me fearfully as I stood looking down into the bath at her. “Beasts use piss to mark their territory, so I will be a beast and use my piss to mark mine” I said coldly.
I aimed my cock and a stream of piss spurted out into the bath as I adjusted my aim onto her face. She screwed her face up and tightly shut her eyes as she turned her face away from me. I stopped the flow immediately and let go of my cock; I grabbed her by the chin and forced her to face me. “Listen to me cunt, your life depends on it” She opened her eyes, blinking repeatedly, trying to remove any pee and to stop it getting into her eyes.
I held the knife to her face and gently pushed the point into her nearest nostril. I then lent forward and placed the plug into the hole in the bottom of the bath.
“You listen good and do as I say, or else you are going to die now. I am going to piss on you and you are going to take it. If you disobey me, I will turn the hot tap on and hold your legs up and watch as the water covers your face and you drown. That waters fucking hot too, but that will be the least of your worries, unless you can breathe under water”. I put my knife on the edge of the bath and grabbed the belt around her legs and lifted it so that her legs were raised. I reached out to the hot tap with my other hand and turned it on so that just a trickle of water flowed from it.
“I want you to keep your eyes open and to open your mouth wide. When I piss on your face, you will not turn your head away, you will take whatever I give you. If you disobey me, I will turn on the tap and watch you die. Comprenez vous?"

“Yes” she said quietly.

I let go of her legs and shut off the tap. I stood up looking down at her.
I took hold of my cock and said “Open wide cunt”.
She opened her mouth wide and kept her eyes open looking at the ceiling.
“Keep your eyes on my cock, cunt” I said, “I want you to see what a man pissing looks like. And remember, your mouth and eyes stay open, if you want to live”.

I took aim and a stream of piss jetted onto her face splashing in all directions, as she desperately tried to keep her eyes open, blinking repeatedly. I aimed the stream into her mouth and kept it there as her mouth filled up and the piss overflowed and ran out over the sides and into the bath. “Don’t you spit it out, or you’ll be sorry” I yelled.
I moved my aim to her nostrils, knowing she was breathing through them alone, forcing her to hold her breath for a few seconds. Then I aimed directly into her eyes. She tried to keep them open but they kept closing involuntarily, as her body automatically worked to protect the delicate membranes. I moved the flow back over her face, topping up her mouth and down onto her tits. I aimed for each nipple in turn and then moved further down, briefly pausing on her belly button, filling the little cavity and then down onto her mound. As her legs were tied together, I could not get right between them but I did my best and sprayed her cunt area as best as I could.

I could feel my flow slowing down, so I quickly returned to her face and sprayed her once again, as the flow gradually stopped.

I quickly picked up my knife from the edge of the bath and held it to her throat. She kept her head completely still, with her mouth full of piss and her face soaking wet, blinking repeatedly to try and clear her vision. She looked directly at me, keeping completely still, not wanting to provoke me again.
“Now I want you to swallow the piss in your mouth. Take it slowly, or you will choke, swallow it a little at a time, but swallow it all”.
She knew she had no choice, with deep concentration, she opened her gullet quickly, briefly and swallowed a small amount of my piss.
“Good girl” I said “That’s the way”
She repeated the action again and the level of piss in her mouth went down a bit further. As she continued, all the piss slowly disappeared and when the last drops had been swallowed, she turned her head to one side and coughed and retched, her face a mask of disgust and revulsion.

“In future, you’d better be very careful what you say to me cunt. Disrespect me and you will pay the price”. I lent into the bath and undid the belt around her calves; I then pulled her upright by her shoulders and unlocked the handcuffs.
“Get showered” I said “you smell like a urinal”
I went out shutting the door behind me.

Chapitre 5

I went into my bedroom and changed my damp shirt. I could still smell the sweet odour of the young girls piss. I thought about what I had done to here so far. I’d had a great time seeing her strip and caressing her tits and eating her lovely sweet cunt. Fucking her face had been sublime, the best orgasm ever. Pissing on her hadn’t been part of the plan but she’d deserved it. Maybe now she’d watch what she said and show some respect.

I went downstairs and got some sandwiches ready, I wasn’t worried about her trying to escape. All the doors and windows were securely locked and couldn’t be seen from the road, thanks to the trees surrounding the property.

I went back upstairs to my bedroom and picked up the clothes I’d picked out for her. I walked up to the bathroom door, and went in. There was no lock; She was drying herself on the towel I’d left for her.

“Put these on” I said and handed her the clothes. They consisted of a set of very pretty, feminine white lingerie, the bra low cut and lacy and the knickers very small and sexy, covering her pubic mound and not much else. There was also a very short skirt of red plaid, a pair of red hold up stockings and a pair of high heeled red shoes.

She slowly dressed in the clothes I had given her while I stood and watched. I was happy to see, that despite all I had done to her, she was still self conscious and tried to dress discretely, turning away from me so that I couldn’t see her cunt and tits. I let it go without comment, I just feasted my eyes on her ass, which was beautiful to behold. I realised that I hadn’t given this beautiful piece of her flesh any attention yet and I decided there and then, to put this omission right.

When she had finished dressing, she turned towards me. I let out a whistle and said “Very nice outfit. You’re making my dick twitch cunt. Let’s get downstairs and see what the rest of the day brings shall we”.

I led her out of the bathroom onto the landing and down the stairs. She hung onto the hand rail, taking the steps carefully in her high heels. Once we reached the ground floor she hesitated, not wanting to go back down to the cellar and what awaited her down there.

“Get your ass downstairs cunt, or I may not carry on treating you as well as I have up to now”.

She looked at me and her expression was one of disbelief. She obviously didn’t think I had been treating her well. She would learn.

I collected the sandwiches I had made from the kitchen and followed her. She climbed down the cellar stairs carefully and entered the door, I closed and locked it. I went and turned the theatre lights on and set the cameras rolling. I then turned the CD player on and the sounds of some slow dance music came over the speakers.

“Now then Cunt, I want you to do some sexy dancing for me. I want to see some sexy slow dancing and I want to see you wiggle and gyrate that ass at me and don’t forget to thrust that little pussy at me too. Now get to it”.

She looked at me for just a second or two before starting to move in time to the music. She was a natural dancer and she started to move her hips and wiggle her ass from side to side. She really knew how to move her little body about and the little skirt and hold up stockings, added to the sexiness of the whole performance. My cock grew inside my trousers and my face could not hide the lust that I was feeling.

“Lose the bra” I said, as I wanted to see her tits move as she danced.

She reached up behind her and undid the clasp of her bra without comment, then drew the straps down her arms and dropped it onto the floor.
Even though they were small, her breasts bounced about as she gyrated her hips and my cock grew uncomfortable, enclosed inside my trousers. I pulled down my zip and freed my cock from its confines. I didn’t touch it, as I didn’t want to risk cumming and wasting my seed.

“Lose the knickers too” I said. She stopped dancing and looked at me, noticing for the first time that my cock was out and hard. She slowly pulled her knickers down and stepped out of them.

“Give them to me” I said

She handed them to me and stood there looking at me. I exaggeratedly held them to my nose and inhaled deeply, knowing she would hate it.

“Carry on dancing for a little while longer Cunt” I said “My cock is almost ready for you”

Realising what I meant, she started to cry gently as she resumed her dancing.

As soon as the track finished I stood up. “It’s time” I said and took hold of her arm and led her over to the table. I pushed her towards the end of it and said “bend over it as far as you can and then stretch your arms out”.
She knew better than to argue and she bent forward over the table, her tiny skirt riding up and giving me a great view of her firm little ass. I walked to the other end of the table, reached for one of her wrists and pulled it so that she was stretched forward over the table, barely able to keep her feet on the floor. I tightly buckled one of the many leather straps that were attached to the edge of the table, to her wrist tightly.
I then reached out and pulled her other wrist and buckled it to the opposite table edge.
I now walked back round behind her and crouched down. I grabbed her around the left ankle and pulled her foot towards the table leg. I fastened her to the table leg with another leather strap around her ankle. I repeated the process with her right leg.
I stood up and surveyed my handiwork.
She was bent forward over the table from the waist, with her arms stretched forwards and slightly out to the sides. Her legs were fastened widely spread, giving me access to both her ass and her cunt.
I went over to the camera controls and focused the cameras on the table, taking care to cover her head from all angles. I wanted to be able to watch her anguished expressions later, at my leisure. I walked round to the side of the table she was facing, her head turned to one side, lying on the table.
“I haven’t told you yet what a great ass you have. A girl’s ass is a beautiful thing, made for sex and abuse. I am going to make use of yours now. Enjoy”.

I walked back round behind her and she tried to turn her head and see what I was going to do, but the angle was uncomfortable for her and she was soon forced to lay her head back down.

I knelt down behind her and reached out with both hands and spread her ass cheeks. I then started to furiously lick her little brown starfish, and to push my tongue as far into the little sphincter as I could. Saliva ran down my chin as I forced my mouth as tightly into her ass crack as I could and sucked her little ass opening. I repeatedly licked and sucked and delved with my tongue, while squeezing her firm ass cheeks as hard and painfully as I could with my hands, while at the same time, spreading her cheeks to give my mouth access to her hole. Her legs shook and twitched as the unusual sensations of pleasure and pain, fought for notice in her brain.
I wanted to open her up a bit, so I used the forefinger and thumb on my left hand to spread her cheeks and then, after sucking the forefinger of my right hand to lubricate it a little, I shoved it hard into her asshole. I furiously pumped it in and out of her ass hole and I was rewarded with continuous grunts of discomfort from the bitch. I didn’t need any further prompting and I forced a second finger into her and resumed my pounding of her little ass opening. She screamed out loud as I continued to roughly abuse her asshole. If she hated it, then I loved it. As I forced a third finger inside her, I lent forward and bit her ass cheek, hard, leaving bright red teeth marks behind. She let out a high pitched girlie scream and I nearly came there and then. I then took my fingers out of her asshole and started to bite her repeatedly, all over her ass cheeks, again and again and again. She continuously screamed in agony. I stood up then and unbuckled my belt and slid it out of the loops on my trousers. I bent it double and then, taking a huge swing, I let it slam into her ass cheeks, leaving a bright red weal. I swung again and again, criss-crossing her ass with bright red marks, her screams a continuous delightful song to my ears. I couldn’t wait any longer, I finished with one powerful swing to the backs of her thighs and then I dropped the belt. I moved up behind her and grabbed my cock, aiming it at her ass hole.

The feel of her little sphincter against the head of my cock as I probed between her ass cheeks, was electric. I pushed it into her opening, and then, gripping her hips, I forced my full length into her, grunting with the effort as she cried out once more.

“Oh god” she yelled as I started to batter her sore little ass hole, pulling almost all the way out, before hammering back in, as violently as I could. Her pain, my pleasure; my pleasure, her pain. Each time I rammed into her, she grunted in discomfort, her muscle, sore and bleeding from my assault. I loved to hear her grunting and I forced myself into her harder and harder, determined to keep her vocalising her pain. I could feel my balls begin to tighten and I came into her ass, spurting semen deep inside her, my orgasm so strong, that my vision wavered and I saw stars before my eyes.
I pushed into her as hard as I could and enjoyed the feeling of my seed pulsing out of my cock and into her ass. Once the flow of semen had stopped, I stayed inside her and lent forward, resting my head on her back, as my cock slowly deflated. From my position, resting my head on her back, I could hear her sobbing quietly to herself.
She realised the assault had stopped as I pulled my softening cock from inside her.
Blood and spunk ran out of her asshole and down her legs, her ass cheeks were covered in bite marks and red welts from the belt I had used on her.

I left her tied to the table and went to get cleaned up and to get my breath back.
I went back down a few minutes later with a bowl of salt water and used it to wash the wounds on her buttocks and the single red weal across her thighs.
It wasn’t out of kindness; I just didn’t want her wounds to get infected and endanger her. If she was going to experience anything life threatening, I wanted it to be me administering it, not some nameless bacteria.
She winced as the salt water washed over her wounds.
“Why are doing all these horrible things to me” she asked.
“I don’t know you, I’ve never even seen you before, so why do you want to hurt me?”

I finished washing her buttocks and stood up, looking down at her.
“I don’t have to answer to you or anybody else Cunt, but I will tell you why, just to amuse myself. Women these days are far too full of themselves. They think they are equal to men and have the right to self determination, just like men. That is an illusion. The only reason western women can safely walk the streets without protection, is because men have made their world a safer place for them. And what gratitude do they show to men. They strut around and spout off about equality and equal rights. They parade around scantily clad and scowl at any man who dares to look at what they display. They scold men with their foul tongues, the natural weapon of the weak, while feigning horror if a man puts his hands on them, using his natural weapon, his greater strength, to put them in their place. A man should never hit a woman, they cry, trying to castrate a man and give themselves the power they have no natural right to wield. In other parts of the world, it is not so. Women know their place and are punished if they try to usurp a man’s position. I guarantee, that women’s so called equality, will not survive the first natural disaster that washes away this veneer of civilisation. Then, once again, she will turn to a strong man for protection. Now how does this apply to you? Well, I have decided that if I see a woman that I want, then I will have her. She will have no say in the matter. If I can overpower her, she will be mine to do with as I will. I have overpowered you, therefore you are mine. If I want to fuck you, beat you or kill you, that’s up to me.

“You aren’t going to kill me are you?” she said her voice full of fear.

“It’s up to you to give me a reason to keep you alive. I told you when you arrived that you were here for my enjoyment. You’d better make sure I continue to enjoy you”.

I undid the leather straps holding her down and helped her stand up.
I pointed to the sandwiches.

“You have something to eat and then lay down and rest. I have a few things to do this afternoon. I will be back this evening and I will see what else you have to offer then”.

I went out, locking her in and leaving her to think that over.




Chapitre 6

When I went back down to the cellar that evening I brought a Chinese take away and a large bottle of sweet sparkling wine with me. She was pathetically pleased to see what I had brought her and I couldn’t help but be amazed at how resilient she was. She had replaced her bra and knickers and was still wearing the short skirt and hold up stockings. I locked the door and began serving the food out between us; I had brought plastic plates, cups and cutlery. We both sat down on the bed and ate in silence. She seemed very hungry and ate every last scrap of the food I gave her. She drank two full cups of wine with her meal and I poured her a third, once she had finished eating.

I cleared the plates and empty cartons into a corner and went back and sat next to her on the bed.
I gently put my hands on her shoulders and pushed her backwards.
She looked frightened and I said “Don’t worry; I will be gentle with you tonight, as long as you behave yourself. You respond to me and be nice and I will be gentle with you. Fight me, or resist in any way and I will hurt you badly tonight. I will introduce you to some of the torture tools hanging on the wall. It will be worse than anything you’ve had so far. Comprenez vous?"

“Yes” she said quietly.

I had decided that tonight I would like to have her willingly; I wanted to take her without fighting her if I could, just this once. If not, so be it.
I stood in front of her and stripped completely naked, before lying down next to her and repeatedly kissing her face. Next I kissed her on the mouth and pushed my tongue between her lips. She responded, gently rubbing my tongue with hers as I carried on kissing her, quite content to sample this young girl’s mouth with her compliance. After a while I reached up cupped her breast with my hand whilst continuing to kiss her. I reached under her and undid the clasp of her bra, pulling the flimsy garment off her so that I could suckle her wonderful breasts once more. She lay quite still as I fondled and sucked each of her breasts in turn. I returned to kissing her on the mouth and slowly moved my hand down to rub her pussy, rubbing it gently over her knickers. She opened her legs slightly, not wanting to annoy me, but not wanting my hand on her pussy either.
I ran my fingers up and down her slit several times, before moving my hand up to the waist band of her knickers and sliding it down into her soft pub

Articles similaires

Journée nue - partie 7

« Alors, Sandy veut baiser. J'y suis allé, c'est fait », ai-je dit avec un sourire. Sandy a levé son majeur vers moi et a ri. Eh bien, j'ai besoin d'une pause, ai-je annoncé. J'ai pris une débarbouillette pour que Cindy nettoie son visage de son double soin du visage, puis j'ai tiré une chaise jusqu'au bout du lit. Je pense que je vais juste m'asseoir ici et diriger. Merde, les trois frères et sœurs Monroe nus sur mon lit. Commençons. Johnny monte là-haut sur ton dos et laisse tes sœurs travailler pour te faire bander à nouveau. Sandy, regarde à quel point...

289 Des vues

Likes 0

Le Shed Club (Partie 4)

Tout d'abord, des excuses massives pour le retard de production de la partie 4. Crise inattendue avec grippe familiale partout. Tout le monde va mieux maintenant, donc je peux répondre à la dernière série de commentaires..... Les « entraîneurs » au Royaume-Uni font référence aux chaussures de sport… Nike, Adidas, Puma, etc. Je ne pense pas qu'il y ait d'autres requêtes, ainsi de suite avec la partie 4. Il s'agit de Finn, que je vois encore de temps en temps. En fait, il a réparé mon PC l'année dernière. Il conçoit des sites Web et d'autres trucs techniques qui me laissent perplexe. Il...

479 Des vues

Likes 0

Wendy et Miss West iii

Le troisième de trois Wendy a été conduite les yeux bandés par Miss West vers une porte à l'arrière du bureau. Miss West inséra une clé et ouvrit la lourde porte en chêne donnant sur ce qui de l'extérieur semblerait être un débarras à côté du bureau principal. En entrant, si Wendy avait pu voir, elle aurait vu une petite pièce, d'environ 6 pieds carrés, peinte en noir avec des anneaux métalliques fixés à différentes hauteurs le long des murs et à divers points du plafond. La pièce était éclairée par des projecteurs orientés dans toutes les directions. Wendy était debout...

399 Des vues

Likes 0

Né de nouveau partie 2

À trois heures, nous nous y remettons et Marie sort le cognac. Roy a déclaré: Un baril de whisky et un bon ivrogne conviendraient mieux à ce bourbier. Très bien, vous avez votre cognac, laissez-moi réfléchir, et comme je le pensais, maman et Mary ont ri en voyant le bloc sténo sortir et les boules de papier frapper le sol comme de la pluie. Marie et Mary ont ramassé les balles et se sont regardées en secouant la tête et ont dit: Il ne peut pas, il ne le ferait pas. J'ai terminé et je suis revenu à la table. Mary...

407 Des vues

Likes 0

Danse avec une concubine, deuxième partie

Cela fait deux semaines depuis mon incident dans les cavernes. Nancy était considérée comme disparue par sa famille, mais je pouvais à peine leur dire la vérité. Vous savez celle à propos d'elle acceptant un marché d'un bijou magique et ordonnant ensuite à ses sbires de me violer. Est-ce toujours un viol si j'en ai profité ? Peut-être que j'étais un de ces types soumis? Qui sait? Quoi qu'il en soit, dès que j'ai pu gagner assez de force pour quitter le motel, je me suis enfui. Stuart et sa copine au corps parfait ont essayé de m'arrêter, ils m'ont dit...

301 Des vues

Likes 0

Une conversation papa-fille.. Partie 1

Une conversation papa-fille Par Sugar Daddy 08/03/15 Tous les travaux sont des copies écrites Ne me juge pas. Je sais qu'après cette histoire, je ne serai pas père de l'année, mais c'est comme ça. J'ai toujours été attiré par les filles plus jeunes. Je n'ai jamais vraiment cédé à mes envies, sauf une fois avec mon jeune cousin. Mais c'est une histoire pour une autre fois. Mais pour en revenir à cette histoire, je suis un homme divorcé avec deux enfants. Les deux sont des filles un huit Julie, et Brandy mon aîné. Ma femme et moi avons divorcé il y...

609 Des vues

Likes 0

Ma nièce Sally, nous avons eu des jours meilleurs

Je me suis réveillé le lendemain matin, une tasse de café sur ma table de chevet, et le journal au pied du lit. Étrange. Je me suis dit. Leesha était déjà debout, et généralement le dimanche, j'étais le lève-tôt. Il était un peu plus de huit heures. Pas trop tôt, mais pas trop tard non plus. Je me levai, enfilai mon peignoir, mis le papier sous mon bras et descendis les escaliers en sirotant mon café. Bonjour tête endormie. dit Leesha, l'air un peu embarrassée de tout. Je suis désolé pour la nuit dernière bébé. Elle s'est approchée de moi et...

418 Des vues

Likes 0

Vacances tropicales_(1)

Vacances tropicales C'était une nuit tranquille au complexe, étant hors saison et en milieu de semaine. Mais c'est pourquoi nous étions là - nous avons économisé beaucoup d'argent de cette façon. Après le dîner, nous avons décidé de prendre quelques boissons tropicales et de nous diriger vers le bain à remous du côté nu du complexe. Quand nous sommes arrivés, il y avait déjà un autre couple, ce qui m'a en quelque sorte déçu - j'espérais avoir des relations sexuelles avec ma femme à la belle étoile. Mais nous les avons reconnus comme étant Tom et Nancy, qui s'étaient rencontrés la...

610 Des vues

Likes 1

Engager la sororité Alpha Kappa Betta

J'ai enfin fini d'emménager dans mon dortoir ! Je suis tellement excitée de recommencer enfin et de quitter le lycée ainsi que toutes les personnes qui m'ont intimidé. Mon meilleur ami Casey est l'un de mes colocataires, nous avons été jumelés avec deux autres personnes au hasard. J'espère que ce ne sont pas des imbéciles. Quoi qu'il en soit, Casey et moi sommes meilleurs amis depuis aussi longtemps que je me souvienne. Il a déjà fini de faire ses valises et nous sommes sur le point d'aller explorer l'université une fois qu'il sera sorti de la douche. Je suis tellement excité...

536 Des vues

Likes 0

Bénédiction déguisée

L'événement inoubliable, que je vais vous raconter, n'est pas une histoire de coq et de taureau, c'est plutôt ma première tentative sexuelle que j'ai faite lorsque j'étudiais en quatrième année d'ingénierie. Permettez-moi d'abord de me présenter : je vis avec mon oncle à Lahore. Étant un paysan, mon physique est robuste et ma peau est claire. Beaucoup de femmes du village étaient attirées par moi mais je ne les ai pas remarquées en partie à cause du penchant de mon père pour les activités religieuses dans le village et en partie à cause de la peur d'être pris en flagrant délit...

497 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.