Le contrôle mental de Marie - 3

1.3KReport
Le contrôle mental de Marie - 3

Ma relation avec Marie évoluait rapidement. J'ai eu un coup de pied étrange, certains pourraient dire pervers, à force de manipuler ma femme pour avoir des relations sexuelles avec d'autres hommes et elle était maintenant enceinte de l'enfant de son frère. Je n'avais pas réalisé que j'apprécierais autant l'expérience cocu jusqu'à ce que cela se produise. Ces jours-ci, je pouvais avoir des relations sexuelles avec Marie quand je le voulais, alors j'ai trouvé que la faire coucher avec d'autres mecs ajoutait du piquant à notre relation. Le seul problème était que je voulais plus et comme pour tant de choses que vous désirez, une fois que vous les avez, vous finissez par vous ennuyer et vous voulez essayer quelque chose de nouveau, quelque chose que vous percevez comme meilleur.

Je me demandais jusqu'où je pouvais aller, même jusqu'à essayer d'influencer la vie sexuelle d'autres personnes. J'ai trouvé la notion assez stimulante et il y avait plusieurs personnes que j'aurais aimé contrôler; le seul problème était que je n'avais pas accès à plus de ce médicament. Ce que je devais faire, c'était revoir Paul, mais il ne s'approchait pas souvent de l'endroit où Marie et moi vivions. Je savais définitivement qu'il avait toujours un faible pour Marie et je me demandais si cela pourrait être un avantage que je pourrais utiliser pour le persuader de me laisser obtenir un approvisionnement en drogue. J'y ai réfléchi pendant plusieurs jours et j'ai décidé que la meilleure façon pour Marie et moi d'aller lui rendre visite, ou même d'envoyer Marie seule. Il sauterait probablement sur l'occasion de passer un week-end avec elle comme son propre jouet sexuel vivant. Cela laissait encore le défi de savoir comment le persuader.

J'ai décidé d'envoyer Marie seule, mais il faudrait que ce soit sur son invitation, sinon il pourrait se douter de quelque chose. Ayant du temps seul avec elle, il pourrait être plus ouvert à la persuasion et baisser un peu sa garde. J'ai commencé à planter les graines et comme Marie avait déjà été conditionnée à aimer le sexe avec lui, j'ai planté dans sa tête l'idée qu'il lui avait manqué d'avoir des relations sexuelles avec lui et qu'elle allait donc commencer à échanger des messages et des courriels avec lui, lui envoyer des photos sexy de se. Elle le conduirait jusqu'au point où il pourrait nous inviter tous les deux à lui rendre visite.

Au cours des semaines suivantes, Marie a suivi mon conditionnement à la lettre, en commençant par quelques courriels simples et en progressant jusqu'au point où elle échangeait des textes avec lui plusieurs fois par jour. Finalement, il a dit à quel point c'était dommage qu'il ne puisse pas s'enfuir et que nous vivions si loin de lui. Parfait.

J'ai mis en place la phase suivante du plan et j'ai demandé à Marie de lui dire que j'allais assister à une conférence sur les technologies de l'information et qu'elle prévoyait de m'accompagner. Paul a été attrapé et espérait qu'il aurait la chance de passer du temps seul avec elle pendant que j'assistais à la conférence.

C'était encore au début de sa grossesse, donc je n'avais pas à m'inquiéter de ce que Paul le découvre, mais j'ai décidé d'accélérer un peu les choses. Pendant que nous étions là-bas, elle oubliait qu'elle était ma femme et croyait qu'elle était en fait la femme de Paul, passant ses nuits avec lui. Je savais qu'il lui foutrait la cervelle, mais maintenant je m'en fichais. Elle était mon billet pour un approvisionnement en médicaments top secrets de Paul.

La messagerie a continué et quelques semaines plus tard, nous avons fait nos valises et nous nous sommes dirigés vers l'aéroport. Nous avions convenu de nous retrouver pour un dîner dans un restaurant que Paul avait choisi. J'ai envoyé Marie en avant pour retrouver Paul au restaurant et je me suis changé à l'hôtel avant de me diriger moi-même. Paul et Marie attendaient déjà là que le directeur m'a montré à leur table. C'était incroyable de voir à quel point Marie semblait s'être glissée dans son nouveau rôle d'épouse de Paul, me saluant avec un baiser sur la joue avant de s'asseoir à côté de lui.

"C'est tellement agréable de te revoir Pat, ça fait des lustres que nous ne t'avons pas vu"

Marie était si convaincante, ça m'a un peu choqué, mais j'espérais le meilleur.

Le repas était agréable, 3 amis discutant librement ensemble, partageant la blague occasionnelle et se remettant à l'aise les uns avec les autres. À un moment donné, Marie a disparu dans la salle de bain, nous laissant Paul et moi seuls.

"Tu es sûr que ça ne te dérange pas que j'aie cette relation avec Marie ?" demanda-t-il, cherchant à se rassurer.

"Pourquoi penses-tu que je l'ai programmée pour qu'elle pense qu'elle est ta femme, Paul... aime la baiser, pas de problème"

"N'oubliez pas qu'elle est excitée en permanence, alors assurez-vous de lui faire foutre la cervelle", ai-je dit en riant.

"Quand la conférence est-elle terminée" a-t-il demandé

"Dans 3 jours, à partir de demain" ai-je répondu

"Dommage" répondit-il, "je donnerais n'importe quoi pour la garder plus longtemps".

J'ai vu l'opportunité d'obtenir un effet de levier et j'ai sauté dessus. « Aimeriez-vous la garder jusqu'à la fin de la semaine ?

"Bien sûr, je sauterais sur l'occasion, Marie est magnifique et bien hors de ma ligue"

"Il y a une chose que tu pourrais faire pour moi"

"Qu'est-ce que c'est que Pat ?... si c'est en mon pouvoir, tu l'as"

"Eh bien, tu sais ce médicament que tu as développé, je pourrais en utiliser un peu plus", chuchotai-je en me penchant plus près de lui.

"C'est une grosse demande Pat, je ne suis pas sûr de pouvoir m'étendre là-dessus, je pourrais aller en prison si quelqu'un le découvrait"

"Et si je disais que tu pouvais la garder pendant deux semaines ?", ai-je dit, augmentant l'anti

"A quoi diable l'utiliserais-tu de toute façon, je veux dire que tu as déjà Marie là où tu la voulais, et tu sais déjà que tu peux lui faire faire n'importe quoi"

"Je sais, le problème, Paul, c'est qu'il y a cette garce au travail, qui vole toujours mes idées et mes innovations et les revendique pour les siennes. Maintenant, elle a été nommée manager et se plaint toujours à la direction de mon travail… elle me rend toujours la vie difficile, et je dois changer cela, et quelques autres auxquels je peux penser ». Toute l'histoire était une fiction complète, mais elle semblait plausible.

« Alors, à combien de doses pensez-vous ? »

"Je ne sais pas... peut-être 3 ou 4"

Paul déglutit.

"Tu me rendrais un énorme service, Paul, sérieusement" ai-je ajouté

Paul a réfléchi à ma demande pendant quelques instants, évaluant la possibilité de passer quelques semaines à baiser ma femme et le risque d'être pris

"Écoutez, dit-il, nous avons un kit de démonstration officiel, il contient 5 doses… ils fonctionnent presque aussi efficacement, mais les résultats ne durent pas aussi longtemps que la dose que j'ai donnée à Marie… ils sont probablement d'oublier le conditionnement et ce qu'ils ont fait en une semaine environ »

"Je pourrais probablement en obtenir un et faire croire que je l'avais envoyé comme échantillon pour quelqu'un"

"C'est aussi beaucoup plus simple, cette version se prend par voie orale, elle est insipide et introuvable, il n'y a donc pas lieu de risquer des complications. La version injection demande un certain savoir-faire, mais les tablettes de démonstration sont beaucoup plus simples ».

"Deal!", Lui ai-je chuchoté… J'aurais bien aimé que ça dure plus longtemps, mais je vais le prendre "

"Encore une chose..." J'ai ajouté, "Marie n'a qu'un nombre limité de tenues avec elle, vous devrez donc l'emmener faire du shopping et acheter des vêtements"

« Ok, retrouvez-moi après la conférence et je vous laisserai un kit de démonstration… et ne vous inquiétez pas, je réinitialiserai sa programmation lorsque je la renverrai chez elle »

À ce moment-là, Marie est retournée à table et notre conversation a repris normalement, bavardant sur le désert.

Nous nous sommes dit au revoir et Marie est partie avec Paul. Bien sûr, il n'y avait pas de conférence, alors j'ai juste passé les 3 jours à traîner dans l'hôtel et à faire un peu de tourisme. De retour à l'hôtel, le voyant du téléphone clignotait et après avoir vérifié les messages, j'ai appris qu'un colis avait été déposé pour moi. Je l'ai ramassé et l'ai ouvert dans l'intimité de ma chambre. Il y avait à l'intérieur une boîte oblongue, de la même taille qu'un étui dans lequel j'avais une paire de lunettes. À l'intérieur se trouvait une bande de 5 sachets à bulles transparents individuels, chacun contenant une seule pilule avec une notice d'instructions pliée sur la façon de l'utiliser, les effets secondaires possibles, etc. Le tout avait l'air très professionnel.

A la fin de la dernière journée, je suis rentré chez moi. Le reste des 2 semaines tuait et semblait s'éterniser. Paul m'envoyait occasionnellement un message, l'un était une photo de Marie, clairement allongée sur son lit, nue, endormie, les jambes écartées et le sperme coulant de sa chatte. Elle me manquait et c'était plus que ce que j'avais initialement prévu, mais le prix semblait en valoir la peine pour obtenir les doses supplémentaires. Maintenant, tout ce que j'avais à faire était de trouver un candidat approprié pour le tester.

Il y avait un voisin particulier, qui vivait de l'autre côté de la route, à quelques maisons de la mienne. C'était une blonde chaude, j'ai souvent remarqué qu'elle et son mari travaillaient fréquemment dans leur cour avant, il coupait l'herbe et elle se concentrait sur les parterres de fleurs. Elle était jeune, j'estimais qu'elle était dans la mi-vingtaine, une de ces athlétiques qui, à en juger par sa silhouette, aurait fait de l'aérobic et des séances d'entraînement dans un gymnase quelque part. Elle portait souvent un débardeur et un short, ce qui révélait parfois un décolleté décent lorsqu'elle se penchait en avant.

Je me sentais vraiment attiré par elle, mais chaque fois que nous avions parlé brièvement dans le passé, elle avait toujours semblé inaccessible. Cela a ajouté à mon envie de l'essayer sur elle. Il se trouve qu'il faisait très chaud et j'ai remarqué qu'elle s'occupait à désherber le parterre de fleurs. J'avais déjà une cruche de thé glacé dans le réfrigérateur et j'ai vu une opportunité d'essayer de l'inviter.

J'ai sauté dans la voiture et je suis parti comme si j'allais au magasin local, revenant environ 15 minutes plus tard. Je me suis arrêté à côté de leur maison et j'ai baissé la vitre du côté passager. Elle était agenouillée sur un tapis en caoutchouc, poussant le sol avec un petit outil. Ses cheveux étaient attachés en arrière et il y avait des perles de sueur sur son front.

"On dirait un travail assoiffé", ai-je dit d'une manière amicale et joviale.

Elle leva les yeux, essayant de comprendre qui s'adressait à elle

"C'est moi, Pat, ton voisin d'en face"

"Oh salut", "comment vas-tu aujourd'hui?" dit-elle, limitant sa réponse à une salutation superficielle.

"Je vais bien merci. Comment vas-tu?" J'ai répondu, "il fait chaud aujourd'hui, n'oubliez pas de rester hydraté"

"Je le ferai, j'étais sur le point d'entrer et de boire de l'eau"

« Écoutez, … », ai-je dit en tâtant le terrain. "J'ai du thé glacé dans le frigo si tu veux un verre ?"

Elle a jeté un coup d'œil dans la voiture, essayant de déterminer si j'étais juste un imbécile essayant de la prendre, ou si j'étais vraiment juste le voisin amical.

"Je vais bien merci", a-t-elle répondu, "je ne veux pas être un inconvénient"

J'ai appuyé sur le point

"Pas de problème, écoutez, je vais juste me garer et apporter ces courses à l'intérieur et revenir dans quelques minutes… et ne vous inquiétez pas, vous pouvez rendre le verre quand c'est pratique"

Elle hocha la tête avec appréciation

J'entrai dans mon garage et me dirigeai vers la cuisine. Prenant la cruche de thé glacé, j'ai versé deux verres et les ai remplis de glace. J'ai pris la boîte de pilules et j'en ai sorti une de son emballage à bulles, en laissant tomber une dans l'un des verres. Il a pétillé et s'est désintégré alors qu'il flottait autour du sommet. En quelques secondes, il avait complètement disparu, une seule bulle tout ce qui restait comme une trace. J'ai ajouté une tranche de citron à son verre, pour m'assurer de ne pas les confondre et je me suis dirigé vers lui.

Elle était en train de s'envelopper, en sueur, avec des gouttes de sueur qui coulaient de son front. Elle s'essuya le visage du revers de la main. Son débardeur collait à son ventre, les bretelles de son soutien-gorge, un peu grisées par la sueur, collaient à ses épaules. Ses rotules étaient légèrement souillées, la peau échancrée là où elle s'était agenouillée.

Je lui ai offert le verre et elle me l'a pris en souriant en me remerciant poliment.

"Au fait, je suis Pat, Pat Templeton, offrant ma main maintenant disponible"

"Ravi de vous rencontrer... Je suis Jacy, Jacy Hemmings"

"Ecoutez, pourquoi n'irions-nous pas à l'intérieur, il fait plus frais là-bas, je vais d'abord me laver si cela ne vous dérange pas", proposa-t-elle, semblant s'être légèrement réchauffée de sa nature inaccessible habituelle.

Nous sommes entrés dans la maison par le garage et elle m'a proposé de m'asseoir à la table de la cuisine pendant qu'elle se lavait les mains. Nous avons continué à avoir une conversation polie et amicale au cours des prochaines minutes. J'ai appris que son mari était agent immobilier et qu'elle était administratrice à temps partiel dans un hôtel du centre-ville. J'ai commencé à m'inquiéter que le médicament ne semble pas fonctionner, ayant déjà passé 10 minutes depuis qu'elle a fini le verre. Elle avait certainement eu soif.

"Écoutez, j'espère que ça ne vous dérange pas, mais je vais vous demander d'y aller maintenant, je suis fatigué et je vais aller faire une sieste avant que Frank ne rentre à la maison".

Frank, j'avais appris qu'il avait environ 10 ans de plus qu'elle lors de son deuxième mariage. J'avais raison à propos de son âge cependant, à 25 ans, elle était définitivement à son apogée.



Je me levai pour partir, me demandant exactement combien de temps cela prendrait pour démarrer, puis je remarquai qu'elle avait fermé les yeux et était assise silencieusement à table.

"Jacy, entends-tu ma voix"

"Oui", répondit-elle, sa voix calme, presque un murmure.

« Votre mari s'appelle Frank, n'est-ce pas ? »

"Oui"

"qui suis-je Jacy?"

"Tu es Pat, mon voisin"

« Tu aimes Pat ? »

"Il a l'air d'aller bien, il m'a juste apporté un thé, c'était gentil de sa part"

"Et où es-tu en ce moment Jacy?"

"Je suis à la maison"

"La maison est un endroit sûr, rien de mal ne t'arrive ici, n'est-ce pas Jacy?"

"Oui, la maison est un endroit sûr"

"Donc, tu es dans un endroit sûr, et donc tu te sens parfaitement en sécurité, n'est-ce pas Jacy?"

"Oui"

« Alors, ça ne te dérange pas de répondre à quelques questions, n'est-ce pas ? »

"Non, ça ne me dérange pas"

"Comment te sens-tu en ce moment Jacy?"

"Détendu"

"Oui, la détente est une sensation agréable quand vous avez travaillé si dur sur votre jardin"

Jacy semblait être bien sous l'influence de la drogue à présent, alors j'ai décidé de chercher un peu plus dans mes questions.

"Comment est ta vie sexuelle ?"

"C'est bien"

« Aimez-vous le sexe ? »

"Oui" a-t-elle répondu sans hésiter

"Oui, et vous commencerez à apprécier encore plus le sexe après aujourd'hui, en fait vous commencerez à vous sentir excité tout le temps"

"À quelle fréquence vous sentirez-vous excité?"

"tout le temps"

"C'est vrai Jacy"

"Aimez-vous votre mari?"

"Oui beaucoup"

"bien"

« Et as-tu déjà été infidèle ?

"Non, jamais, je ne ferais pas ça"

"Jacy, tu trouves ce soutien-gorge inconfortable et chaud, tu ressens l'envie de l'enlever"

Étonnamment, même dans son état réceptif semi-conscient, elle tendit la main derrière, détacha son soutien-gorge et fit glisser les bretelles le long de son bras, avant de le retirer de son devant. C'était nouveau, cela signifiait que même si je n'avais pas prévu cela, il semblait que je pouvais lui faire faire des choses même sans qu'elle ne se réveille d'abord. Ses seins se sont effondrés, le débardeur s'y est accroché, esquissant leur profil, ses mamelons maintenant bien visibles.

"Maintenant c'est important, tout ce que je te dis va te sembler vrai, tu vas te souvenir de ce que je te dis comme si c'était un fait"

"Comprenez vous?"

"Oui"

"À l'avenir, vous trouverez les soutiens-gorge inconfortables à porter et vous préférerez toujours ne pas en porter"

« Que pensez-vous des soutiens-gorge ? »

"ils sont mal à l'aise", a-t-elle répondu

"Oui bien"

"Maintenant, quand vous vous réveillerez, vous ne penserez plus au soutien-gorge dans votre main parce que vous l'avez enlevé car il était inconfortable"

« Pourquoi as-tu enlevé ton soutien-gorge devant Pat ? »

"Parce que c'était inconfortable" répondit-elle

"Vous commencerez à apprécier que les gens aiment vous voir sans soutien-gorge et vous vous sentirez excitée chaque fois que quelqu'un regardera vos seins"

"oui"

"Tu te souviendras que tu es fortement attiré par ton voisin, Pat, depuis un certain temps"

"Que pensez-vous de Pat"

"Fortement attiré par lui"

"Oui, c'est vrai, et tu trouveras que tu feras n'importe quoi pour avoir des relations sexuelles avec lui"

"Vous aurez envie de le baiser à chaque occasion que vous aurez"

"Qu'est-ce que tu veux faire avec Pat?"

"J'ai des relations sexuelles avec lui dès que je peux"

"Bonne fille"

"et tu trouveras que le sexe avec Pat est encore mieux qu'avec ton mari, en fait tu trouveras ton mari moins stimulant et tu n'arriveras à jouir que quand Pat te baise"

"oui"

"Et tu garderas ça secret pour ton mari parce que tu ne veux pas qu'il te quitte"

"Que vas-tu faire?"

"Gardez-le secret pour mon mari"

"Bien"

"Maintenant, quand je compte à rebours à partir de 3, vous vous réveillerez, vous constaterez que le thé glacé vous a rafraîchi et vous ne vous sentirez plus fatigué, mais vous vous sentirez vraiment excité et aurez envie de sexe"

J'ai compté à partir de 3 et quelques instants plus tard, Jacy a ouvert les yeux.

Je me tournai pour sortir, sans vraiment en avoir l'intention, mais pour tester sa programmation, alors que la drogue était encore active dans son système.

Jacy a laissé tomber son soutien-gorge sur la table, s'est levée et s'est approchée de moi, sa main posée sur mon bras

"Tu ne pars pas encore, n'est-ce pas ?", dit-elle

"J'étais sur le point de le faire, je pensais que peut-être ton mari serait bientôt à la maison"

"Pas avant quelques heures... c'est juste..." elle n'a pas continué, elle a plutôt levé la main, attrapé ma tête et m'a embrassée. Je lui rendis son baiser et nos langues se cherchèrent, le baiser devenant affamé, exigeant.

"Je te veux" me murmura-t-elle à l'oreille, un sentiment d'urgence dans sa voix, "Je t'ai toujours voulu"

Elle m'a pris par la main et m'a regardé d'un air séduisant, m'entraînant silencieusement hors de la cuisine et dans les escaliers jusqu'à sa chambre.

Je l'attirai à moi, la tenant et recommençai à l'embrasser, ma main tâtonnant l'un de ses seins. Elle gémit doucement.

Je retirai le chouchou de ses cheveux et de longues mèches de cheveux blonds tombèrent en cascade sur ses épaules et dans son dos. C'était exquis, doux, soyeux, d'une teinte naturelle de blond sable. J'étais dur à l'intérieur de mon short et sa main s'est mise à détacher le fermoir et la fermeture éclair, les laissant tomber au sol avec mon boxer. Ma bite a immédiatement rebondi, debout dur et perpendiculaire à mon corps, elle semblait désespérée d'être baisée.

J'ai tiré son petit débardeur à bretelles sur ses seins et sur sa tête, exposant ses magnifiques seins. Pas aussi gros que ceux de Marie, mais parfaitement formés, ses mamelons noirs se dressant fièrement.

Elle a retiré mon t-shirt, l'a jeté, je l'ai poussée fermement et elle est retombée sur le lit, j'ai attrapé son short et sa culotte et les ai fait glisser sur ses hanches et sur ses pieds, la laissant complètement nue.

Sa chatte était belle, une fine fente entourée de lèvres gonflées, elle brillait de son jus. Une petite mèche de cheveux blonds soigneusement coupés juste au-dessus, confirmait qu'elle était une blonde naturelle. J'écartai ses chevilles et plongeai entre ses jambes, la léchant, ma langue appuyant sur ses lèvres et jusqu'à son clitoris, l'encerclant tout en le suçant simultanément. L'odeur de sa chatte était légèrement moite à cause du jardinage et d'être piégée dans sa culotte, mais elle avait un goût délicieux. Jacy a commencé à pleurnicher et à gémir, des gémissements gutturaux profonds, son corps répondant, ses hanches ondulant, sa respiration s'accélérant, devenant plus profonde, sa chatte coulant de jus que je m'efforçais de laper. J'ai continué à tourmenter sa chatte, regardant ses seins se soulever avec sa respiration, ses yeux grands ouverts. Sa bouche était ouverte montrant des bandes parfaites de dents blanches brillantes.

Nous avons maintenu cette activité frénétique pendant plusieurs minutes, ses mains serrant ma tête, quand soudain elle a serré ses cuisses contre ma tête et gémit alors qu'un orgasme frissonnait dans tous les muscles de son corps.

Je grimpai sur le lit, levant ses chevilles par-dessus mes épaules et plongeai dans sa chatte chaude et gratuite, ne voulant pas perdre de temps avec une approche séductrice plus douce. Les frustrations refoulées de Paul d'avoir ma femme à baiser m'avaient prêt à la baiser fort et j'allais faire exactement cela. Sa chatte était divine ; serré, chaud et soyeux et tellement humide. Elle a crié à nouveau, alors que je commençais à la pilonner, enfonçant ma bite profondément à l'intérieur. Alors que j'accélérais et que je commençais à vraiment la marteler, ses hanches ont commencé à rebondir contre les miennes, ses muscles musclés faisant des heures supplémentaires pour suivre le rythme pendant que nous baisions frénétiquement. Je prenais mon poids sur mes bras et mes genoux, utilisant toute la force de mes hanches pour m'enfoncer en elle. Nous étions tous les deux haletants, presque essoufflés, à bout de souffle, ses gémissements étaient plus forts, plus forts, plus urgents, quand soudain elle a crié à nouveau et elle s'est écrasée dans un orgasme majeur, ses parois se sont serrées et ont trait ma bite et un fort jet de son jus vomit en trempant mon abdomen et mes cuisses. Je n'ai pas pu me retenir et j'ai poussé aussi loin que possible en elle, j'ai déversé d'innombrables impulsions de sperme au fond d'elle. Je suis devenu étourdi, submergé par l'effort et la puissance de mon propre orgasme. Je me suis tenu en elle aussi longtemps que j'ai pu, ma bite tremblait toujours mais s'est finalement effondrée sur elle avant de rouler à ses côtés. Nous étions tous les deux allongés là, haletants.

Elle a tourné la tête et m'a regardé

"oh mon dieu, Pat... c'était... c'était incroyable... je n'avais jamais joui aussi fort auparavant". Pour être honnête, je ne me souvenais pas non plus d'avoir joui aussi fort, sans aucun doute, mais c'était incroyablement puissant.

Le tabou d'avoir juste baisé la magnifique femme de mon voisin a ajouté à mon sentiment d'accomplissement, même si ce n'était qu'à cause de sa programmation. À cet instant, j'aurais aimé que ce soit permanent. Je la regardai, allongée nue, et admirai son corps athlétique.

Elle roula vers moi et m'embrassa passionnément. Je l'embrassai en retour et enroulai mes bras autour d'elle, la tenant fermement.

"Je voulais ça depuis si longtemps, chaque fois que je t'ai vu, mais tu es marié, et je ne voulais pas te créer de problèmes" dit-elle en me regardant dans les yeux... les siens, j'ai remarqué qu'ils étaient un beau vert pâle.

"Moi aussi, Jacy, je t'ai vu dehors parfois et j'ai toujours pensé que tu étais si sexy et désirable, mais toi aussi tu es mariée"

"Je devrais y aller", ai-je dit à contrecœur, "je suis presque sûr que votre mari sera bientôt de retour et vous avez probablement besoin d'une douche avant qu'il n'arrive."

Je l'embrassai tendrement et m'habillai, mon désir étanché pour l'instant. Elle était allongée dans son lit, nue et exposée, et je suis parti chez moi.

Nous avons encore baisé plusieurs fois au cours des jours suivants, parfois chez elle, parfois chez moi. Le sexe était incroyable, parfois elle me chevauchait comme une banshee, totalement perdue dans son propre monde de rêve orgasmique. Un soir, elle a même frappé à ma porte assez tard, apparemment son mari a eu des relations sexuelles avec elle mais l'a laissée frustrée et "dormait comme un bébé" selon ses mots. Je l'ai baisée, coincée contre le mur du couloir, satisfaisant sa frustration alimentée par la luxure. Je savais que c'était un risque mais je l'ai quand même baisée.

Puis un jour, je l'ai remarquée en train de travailler dans son jardin et j'ai vu qu'elle portait à nouveau un soutien-gorge. J'ai deviné que les effets de la drogue s'estompaient. Je m'en foutais, ça avait été super et en plus, il était presque temps pour Paul de me rendre Marie.

J'ai envoyé un texto à Paul et lui ai demandé comment ça se passait. Quelques minutes plus tard, mon téléphone sonna avec un message de sa part. « Un temps incroyable, elle est insatiable… Je la renverrai avec un petit quelque chose en plus ». Mes espoirs ont repris, pas exactement ce qu'il envoyait, mais j'ai souri car je savais que ça ne pouvait pas être un bébé.

Tout semblait aller bien quand elle est finalement revenue, la vie allait, espérons-le, revenir à la normale ; Elle n'avait pas l'air pire pour toute la baise qu'elle avait sans aucun doute reçue. Il s'est avéré que Paul l'avait renvoyée avec un colis pour moi. Je suis allé dans la salle de bain pour l'ouvrir et à l'intérieur il y avait un petit flacon, quelques seringues et une note manuscrite non signée. La note disait "Utilisez celui-ci avec précaution, il est puissant. J'espère que je pourrai "l'emprunter" à nouveau bientôt. Au fait, attendez-vous à un invité inattendu ». J'étais ravie de recevoir la version injectable et je me demandais s'il la destinait au "manager" fictif dont je lui avais parlé. J'étais plus curieux de savoir qui allait se présenter en tant qu'invité inattendu.

Nous avons dîné comme si rien n'avait changé et je lui ai demandé si nous attendions quelqu'un, mais elle a nié savoir quoi que ce soit. Sans doute, Paul avait mis en place quelque chose mais l'avait programmée pour qu'elle ne s'en souvienne pas. Comme par un coup du sort, environ une semaine plus tard, Marie et moi étions au supermarché quand nous avons croisé Jacy, ou plutôt elle m'a croisé. Marie était occupée à chercher quelque chose plus loin dans l'allée quand Jacy est venue, m'a attrapé le bras et m'a chuchoté à l'oreille "Tu me manques" avant de s'éloigner, regardant en arrière avec une expression timide et féminine, faisant de son mieux pour éviter d'éveiller les soupçons de Marie. Je l'ai regardée avec incrédulité, évidemment la version de démonstration avait des effets plus durables que Paul ou moi ne l'avions prévu.

La vie a une façon remarquable de se compliquer soudainement et cela m'a rappelé un verset que j'ai appris une fois à l'école, il disait "oh quelle toile emmêlée nous tissons, quand nous nous entraînons pour la première fois à tromper".

Articles similaires

Mentorat de Brandon Chapitre 6

MENTORAT DE BRANDON Par Bob Chapitre 6 : Le grand jeu, partie 2 C'était la pratique pour mettre fin à toutes les pratiques, du moins c'est ce qu'on nous a dit. Les entraîneurs allaient s'assurer que nous étions tous prêts pour le match contre Oskie. L'entraîneur Kistner, l'entraîneur de la ligne défensive et des secondeurs, a travaillé avec le groupe universitaire, tandis que l'entraîneur Marsh était avec Jerry et Brandon, leur enseignant leurs responsabilités dans le nouveau système. Après 45 minutes, nous avons fait notre première pause. Brandon est venu et nous nous sommes tous agenouillés pour essayer de reprendre notre...

315 Des vues

Likes 1

Oser une relation pt.3

C'était samedi matin et le soleil brillait dans notre chambre. J'ai regardé sur le côté et j'ai pu voir ma belle petite amie dormir à côté de moi, et les souvenirs de la nuit dernière ont commencé à revenir, ce qui m'a rendu super excité. Cela m'a donné l'idée de commencer la matinée avec l'une des choses qu'elle voulait essayer. J'ai pris les draps sur elle et j'ai commencé à lui embrasser les pieds. Hmm bébé, belle façon de se réveiller... elle m'a souri les yeux mi-ouverts Je pensais commencer ta journée en vénérant tes pieds comme tu le voulais, qu'en...

1.1K Des vues

Likes 0

Trois fois partie 2 (Aussi par Julius bien sûr & Copyright avril 2008 également) Ils s'assirent et mangèrent leur déjeuner. Les yeux de Paul partaient rarement ses seins et Marsha les a délibérément montrés pour lui. Elle s'assit avec eux, se reposant sur la table avec leurs mamelons très en vue. Quand elle est allée les chercher plus de café, elle a été récompensée par une vue de sa bite, complètement dressé et saillant de son aine. Il était prêt à nouveau et Marsha s'est émerveillée de la résilience de jeunesse. Alors qu'elle versait son café, elle a dit: Je pense...

706 Des vues

Likes 0

Demande de Sabrina_(1)

Les étés avaient toujours été un frein pour moi. Ne vous méprenez pas, j'ai fait des choses amusantes avec ma famille en grandissant, mais je n'ai jamais vraiment traîné avec mes amis, la plupart du temps soit j'étais trop occupé, soit ils étaient occupés, donc ça n'a pas fonctionné. Maintenant, j'ai dix-neuf ans et j'ai terminé ma première année d'université et un autre été s'éternise. Je suis juste chez moi en train de me détendre pendant que ma famille fait ses propres affaires. En regardant une rediffusion de CSI, j'avais vu une cinquantaine de fois mon téléphone sonner. Je le regarde...

772 Des vues

Likes 0

Domination_(2)

Ils roulèrent tous les deux dans un silence gêné jusqu'à ce que Frank propose d'un ton maussade : Je ne vois pas pourquoi tu continues à voir ce type ! Tu ne réalises pas à quel point c'est dégradant pour moi ? Je suis désolée, répondit Dana, mais tu sais qu'on n'y peut rien, et au fait, aujourd'hui, Jack veut que tu regardes. Quoi!?! son mari depuis quinze ans a crié avec indignation. Je ne le ferai certainement pas !!! Cela dépend de vous bien sûr, répondit-elle d'un ton neutre, mais il a dit que si vous ne vous présentiez pas...

12 Des vues

Likes 0

Les fêtes d'à côté

Fbailey numéro d'histoire 777 Les fêtes d'à côté En grandissant, ma famille vivait juste à côté d'une taverne sauvage. Maman a essayé de le classer en l'appelant un bar mais le panneau indiquait Tavern. Notre vieille clôture s'effondrait alors un printemps, j'ai aidé papa à en installer une nouvelle. Le meilleur prix sur la clôture de confidentialité était pour des sections de cinq pieds de haut. Cela n'allait pas suffire à mon père, mais financièrement, il a cédé. Ce qu'il a décidé, c'est de l'élever à dix-huit pouces du sol. De cette façon, seules les personnes de sept pieds de haut...

2.7K Des vues

Likes 0

Qui moi un sorcier EPILOG

Épilogue : Who Me a Wizard Un Halfling à l'air triste ouvrit les yeux sur un monde blanc, il ne comprit pas pourquoi le monde était blanc. Il ne savait pas ce qu'était la neige. Sa prochaine pensée qui suis-je, pourquoi ai-je froid. Il fut surpris par la voix tonitruante d'un ogre à dos argenté : « Ambrose, que fais-tu sur mon territoire ? As-tu amené ta fille ? Le Halfling pleurnichard frissonna et dit : « Qui… Qui… es-tu ? Qui est Ambroise ? L'Ogre fut surpris par cette réponse et plaça ses deux très grandes mains sur la tête...

1.2K Des vues

Likes 0

Pleeky l'aveugle : Chapitre un

Pleeky l'aveugle : Chapitre 1 Donc, depuis que je suis petit, j'ai eu ce rêve, ou plutôt ce fantasme de la façon dont j'ai toujours voulu aller à l'université. Ce style de vie où rien n'est donné, tout ce que je fais, c'est rencontrer de jeunes adolescentes et faire la fête. Ce qui, à l'époque, et encore aujourd'hui, semble incroyable. Mais je n'aurais jamais pensé que j'aurais une chance de réaliser chacun de ces fantasmes. Tout au long de ma vie, j'ai détesté l'école, je le déteste toujours. Indépendamment du fait que je sois intelligent ou athlétique, je déteste honnêtement être...

914 Des vues

Likes 0

Bi Fun: Strap On

Malheureusement, quelques semaines après mon dernier trio avec mon cousin et ma copine, il s'est éloigné de nous. Il y avait un poste à pourvoir dans l'atelier automobile de son frère et cela payait assez bien. Les factures affluaient donc cela semblait être le bon moment pour trouver un meilleur emploi. Nous l'avons moins vu car le trajet a duré 45 minutes de plus qu'avant le déménagement. Il était venu et avait traîné, mais il commençait à sembler que le plan à trois était peu probable. Nous avions tous beaucoup de choses à faire et une sangle à attendre si le...

884 Des vues

Likes 0

Sexe fidèle

Ses baisers descendirent le long de son cou, ne s'arrêtant pas avant qu'il n'atteigne ses seins. Il prend l'un des gros seins dans sa main, le massant délicatement. Ses lèvres se déplacent vers son mamelon gauche, le suçant à la seconde où ses lèvres l'enveloppent. Sa main libre traîne sur son ventre, jusqu'à son pantalon. Il pousse sa main à l'intérieur brutalement alors que sa main atteint sa destination. Ses mains passent sous le tissu connu sous le nom de sa culotte, la doigtant à ce moment-là. Il libère sa main de sa poitrine, enlevant lentement son pantalon. Une fois qu'ils...

482 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.