Aller Nova ch. 8 : Le concert de mannequinat

1KReport
Aller Nova ch. 8 : Le concert de mannequinat

Les filles traversèrent les couloirs du centre commercial et trouvèrent le kiosque Libertine fermé. Un panneau indiquait "Fermé pour défilé de mode chez Scarlet".

Elsie haussa les épaules. "Je suppose qu'ils ont déjà commencé."

Ils se dirigèrent vers la boutique et à mesure qu'ils s'approchaient, l'agitation environnante augmenta rapidement. Il y avait des gens apparemment partout. La plupart d'entre eux semblaient être des fans ou des invités de l'événement, mais alors qu'ils s'approchaient de l'entrée, il y avait une vague d'activité de la part des travailleurs exerçant leur métier. Les constructeurs de décors manivaient des clés à molette sur les échafaudages et les lumières s'allumaient et s'éteignaient tandis que des hommes et des femmes se promenaient en examinant chaque ampoule. Un DJ a testé sa playlist par à-coups, interrompant parfois une mini session de scratch, juste pour faire plaisir aux fans passionnés qui entourent son stand.

Brie regarda les femmes dégingandées se pavaner dans des tenues impeccables. Leur maquillage aussi semblait parfait. Elle ne savait pas s'il s'agissait de mannequins du défilé ou de locaux qui profitaient de l'événement pour montrer un look de leur propre collection.

Elle se tourna vers Elsie, "Où sommes-nous censés aller?"

Elsie tourna la tête. "Hmm. Oh regarde. C'est cette étrange Heather. Heather, la femme qu'ils avaient rencontrée la veille au kiosque Libertine, se tenait debout sur la piste, donnant brusquement des ordres à divers ouvriers.

Les filles se sont frayé un chemin à travers la foule pour atteindre la scène. Ils appelèrent la femme à la peau d'albâtre. Elle se tourna et hocha la tête : « Ah, je me souviens de toi. Vous êtes les amatrices de Michael.

« Qu'est-ce qu'on est censé faire maintenant ? Où devrait-on aller?" a demandé Elsie. "Nous avons l'impression de gêner littéralement tout le monde ici."

« En effet, vous êtes sur mon chemin en ce moment. Allez trouver Michel. Il est dans le vestiaire. La femme plus âgée a montré le chemin.

Les filles ont continué et Elsie a renfrogné Brie, "Quelle horrible femme." Brie se contenta de rire.

Alors qu'ils se pressaient à travers l'agitation vers les vestiaires, ils entendirent des noms familiers être appelés, même s'ils n'étaient pas les leurs. « Zoé ! Briley !"

Elsie se rappelait à peine les alter ego qu'ils avaient choisis la dernière fois qu'ils étaient au centre commercial, mais c'était suffisant pour attirer l'attention de Brie. Elle attrapa le bras d'Elsie, "Attends, quelqu'un appelle nos noms." Elle s'est retournée vers l'endroit d'où venait le son et elle a vu Oliver et Hunter. "Ce sont les deux garçons de l'aire de restauration."

Elsie se retourna et sourit vivement, "Hé, tu es venu!"

"Eh bien, oui," renchérit Oliver. "Vous nous avez invités."

Hunter regarda à travers sa tignasse vers Brie. Elle pouvait sentir une inexpérience maladroite à son sujet. Il a dit : « Je n'arrive pas à croire que vous soyez des mannequins tous les deux… euh, eh bien, je veux dire, je peux le croire, parce que vous êtes si jolie. C'est juste, euh, cool. Brie gloussa et remit quelques cheveux derrière son oreille, s'objectant à l'attention.

Elsie serra son amie contre elle et se pencha vers les garçons. "D'accord, écoutez, nous sommes ravis que vous vous soyez présenté, mais rappelez-vous que nous sommes des professionnels et que nous devons nous préparer à monter sur scène."

"Droite!" Oliver hocha froidement la tête : "Nous venons de vous voir et nous voulions vous dire bonjour."

Elsie sourit sournoisement. "Tu veux que je voie si je peux t'emmener dans les coulisses ?"

"Ça a l'air génial," répondit Oliver.

"Ouais, cool", a ajouté Hunter.

"D'accord, nous verrons ce que nous pouvons faire."

Les filles se séparèrent des garçons et se dirigèrent vers les vestiaires. Ils ont poussé une porte et ont été accueillis par un grand videur de l'autre côté.

"Personnel et talent uniquement", a déclaré l'homme catégoriquement.

"Nous sommes du personnel", a déclaré Elsie.

"Des noms?"

"Zoey et Briley." Brie intervint.

Le videur a scanné la liste, "D'accord, vous êtes sur la liste. Et vous n'êtes pas du personnel, vous êtes du talent.

"C'est ce que j'ai dit", a commenté Elsie à Brie.

"J'ai besoin d'une pièce d'identité."

Les filles échangèrent un regard paniqué. Elsie tapota les poches trop petites de son short et Brie imita son amie, bien qu'il n'y ait pas de poches sur sa jupe. Elsie leva les yeux vers le grand homme et parla docilement : "Euh, nous n'avons pas de papiers d'identité ?"

"Désolé, je ne peux pas vous laisser entrer sans pièce d'identité."

À ce moment, Michael tourna le coin et repéra les deux filles. Il a ajouté: "Fantastique, vous êtes ici!"

"Tu connais ces filles ?" demanda le videur.

Il agita sauvagement les mains : « Oui, oui, laissez-les passer. Ce sont des talents.

Elsie a tenté de passer devant, mais a rencontré la main charnue du videur sur son épaule. « Attendez, vous avez au moins 18 ans toutes les deux ?

De nouveau, les filles se regardèrent, puis acquiescèrent furtivement.

« J'aurais pu me tromper. Tous ces modèles de filles blanches sans seins. Je deviens si vieux, je ne peux même pas dire. Vous m'avez tous l'air d'être des enfants.

Brie a presque parlé de sa bête noire d'être traitée d'enfant, mais Elsie a devancé l'effort avec un coup de coude sur le côté.

"Mais étant donné que c'est le cas", a poursuivi l'homme, "vous n'aurez pas besoin d'un parent ou d'un tuteur pour cosigner ces versions." Il leur a remis à chacun un bloc-notes avec un formulaire de consentement pour utiliser leur image dans les supports marketing des marques Libertine et Scarlet.

Elsie jeta un rapide coup d'œil au contrat et griffonna sa signature en bas. Elle a ensuite dansé avec impatience pendant que Brie lisait attentivement tout le document. Elle fronça les sourcils, puis leva les yeux vers Elsie. « Nous devons être prudents. Il dit qu'ils peuvent nous facturer le prix total des vêtements si nous les abîmons.

"Eh bien, nous n'allons pas nous battre dans la boue", a répondu Elsie avant de regarder Michael. "Droite?"

Michael gloussa : « Bien sûr que non. Vous porterez vos propres vêtements pour la démonstration de maquillage, et nous vous ferons peut-être marcher sur la piste une fois ou deux.

Brie mâcha le capuchon du stylo en finissant de lire, puis signa.

Michael a tapé dans ses mains, "D'accord, super. Je vais les envoyer au légal. Pouvez-vous être prêt à partir dans trente minutes ? »

"Ouais, je veux dire, je suppose que nous sommes prêts maintenant", a répondu Elsie.

"Génial," dit Michael avec enthousiasme puis roula des yeux, "tu es meilleur que certains des pros que nous avons ce soir. Ne perdez jamais ce lecteur. Vous deux pouvez attendre dans la chambre qui vous a été assignée. Cherchez vos noms sur la porte et quelqu'un viendra vous chercher quand nous serons prêts à rouler.

Les filles erraient dans les coulisses, mais elles pouvaient à peine se concentrer sur leur mission assignée. Leurs têtes tournaient follement d'émerveillement alors qu'ils tentaient d'admirer tous les sites qui les entouraient. Des modèles légèrement vêtus passaient nonchalamment, sans même enregistrer la présence des filles. Certains étaient suivis par des manipulateurs avec des bouteilles d'eau, des serviettes et des brosses. Les coordonnatrices gardaient les portants de vêtements, les triaient et les réorganisaient de manière compulsive selon leurs caprices. Les tailleurs mâchaient des épingles et attachaient des plis de tissu pour les retouches de dernière minute. Les maquilleurs étaient assis dans des cabines lumineuses, mobiles et lumineuses, organisant leurs étuis pour un accès facile aux derniers produits à pousser.

"C'est incroyable", a réfléchi Brie. "Je n'arrive pas à croire que nous soyons vraiment revenus ici."

De loin, elle entendit Elsie crier : « Voici notre chambre !

Ils entrèrent et fermèrent la porte derrière eux, étouffant le rugissement de l'activité.

"Quelle course!" s'exclama Elsie.

"Avez-vous vu ces modèles?" se demanda Brie.

"Euh, ils étaient si beaux. Tellement professionnel. Les deux filles ont expiré, apparemment pour la première fois depuis leur arrivée dans les coulisses. Une partie d'entre eux voulait se précipiter dans la mêlée et absorber tout ce qu'ils pouvaient, mais un autre sentiment plus anxieux les envahit et ils décidèrent de rester là où ils savaient qu'ils ne seraient pas gênants ou, pire encore, appelés pour être les imposteurs qu'ils croyaient être.

Elsie tourna et posa dans le grand miroir de courtoisie très éclairé, qui surplombait deux lavabos entourés de produits nettoyants. Pendant ce temps, Brie fouilla dans la pièce, gigotant nerveusement. Elle a découvert un placard fermé par des rideaux près de la porte. À l'intérieur, il y avait deux blouses beiges d'apparence unie et quelques cintres nus. Elle se demanda paresseusement si elle devait prendre une partie de ses médicaments maintenant ou attendre qu'ils soient montés sur scène. Instinctivement, elle fouilla dans son sac à main et toucha le flacon de médicament que sa mère lui avait rempli. Au lieu de le prendre, cependant, elle a choisi un tube de brillant à lèvres. Elle se tourna vers son reflet et dévissa le bouchon, se demandant à voix haute : « Tu penses qu'on pourra voir Ivy de la scène ?

"J'en doute", répondit Elsie alors que les deux se préparaient dans le miroir. "Les lumières sont toujours trop brillantes pour voir quoi que ce soit lorsque vous êtes sur scène." Elle se tourna vers son amie, les yeux écarquillés d'excitation et de malice. "Question plus importante : comment faire revenir les garçons ici ?"

Brie gloussa nerveusement, mais n'eut pas de réponse. Elle serra les lèvres et se plissa dans le miroir et Elsie essuya le brillant à lèvres avec un sourire. "Tiens, regarde ça." Elle aussi étala la baguette sur ses lèvres puis se pencha vers son reflet, plissant ses lèvres et plantant un baiser directement sur le verre. Elle s'est retirée, laissant derrière elle une trace brillante en forme de lèvre.

Brie était chatouillé. Puis Elsie se pencha vers elle avec un petit rire, menaçant de la serrer dans ses bras et de laisser une marque de baiser sur elle aussi. Brie couina et repoussa son amie. Les deux éclatèrent de rire.

Juste au moment où ils rompaient leur étreinte, la porte s'ouvrit et l'agitation de l'événement rugit dans leur loge. Une grande femme vêtue d'une chemise blanche et d'un pantalon noir entra avec un bloc-notes. « Zoey et, euh, Briley, je suppose ? »

"C'est nous," dit Elsie avec un sourire narquois.

"Le show commence dans cinq minutes. Vous êtes tous les premiers, alors soyez prêts.

Brie a lancé: "Nous sommes prêts."

La femme fronça les sourcils, puis jeta un coup d'œil dans le placard. "Vous faites tous la démo de maquillage, n'est-ce pas?"

"Je pense que oui?" répondit Brie, clairement incertaine d'elle-même.

La femme vérifia le presse-papiers. "Ouais, vous vous maquillez, alors vous devez vous déshabiller tous les deux et mettre ces blouses", a-t-elle dit en désignant les vêtements en forme de sac dans le placard. Elle a regardé les filles et a dit: «Et assurez-vous de vous laver le visage. Vous ne pouvez pas vous maquiller lorsque vous sortez. Vous n'avez pas besoin de vous laver les cheveux, cela fait partie de la démo. Les deux filles acquiescèrent. "Des questions?"

Elsie leva instinctivement la main, comme si elle était en classe. "Euh, oui, on nous avait promis que nos petits amis pourraient être avec nous dans les coulisses..." Son mensonge s'estompa et le cœur de Brie rata un battement.

"D'accord, écrivez leurs noms sur cette feuille et nous les mettrons en page."

Sur ce, la femme est partie et les deux filles ne pouvaient que sourire et rire l'une de l'autre, après avoir réussi à faire passer leurs nouveaux engouements dans les coulisses.

Alors qu'ils se frottaient le visage avec les produits qui avaient été mis dans la pièce, ils entendirent le DJ appeler Hunter et Oliver sur la sonorisation. Les oreilles d'Elsie se redressèrent. « Oups, il faut qu'on se change avant qu'ils n'arrivent. Il n'y a pas de vestiaire."

"C'est la cabine d'essayage, espèce d'idiot", a raillé Brie.

Elsie se leva et, au lieu de tirer sa chemise par-dessus sa tête, défit les liens des bretelles spaghetti de son haut court et le tira vers le bas jusqu'à ce qu'il se serre autour de sa taille. Puis elle déboutonna son short et, d'un mouvement de hanches, retira tout sauf ses baskets de son corps d'un seul coup. Alors qu'elle sortait nue de la mare de tissu, elle leva les yeux et vit Brie la regarder avec de grands yeux. Elsie rougit de manière inhabituelle à l'attention de son amie. "Quoi?"

Brie gloussa doucement : « Rien. C'était juste… plutôt impressionnant. Et après une pause, "De plus, je ne peux pas croire que tu ne portes plus de culotte."

"Hee hee," gloussa Elsie puis se dirigea vers le placard. Elle sortit une des blouses et la jeta par-dessus sa tête. Encore une fois, elle se regarda dans le miroir. Les robes étaient sans fioritures et assez informes, atterrissant à peu près à mi-cuisse. Elle fronça les sourcils, "Eh bien, c'est moche."

Brie se retourna et jaugea son amie, "Ce n'est pas si mal pour toi."

"J'ai l'air d'un raté."

"Tu dois juste le faire basculer, Els", a répondu Brie sarcastiquement. « N'est-ce pas ce que tu m'as dit ce matin ?

Elsie a tiré la langue. "Gosse." Elle jeta négligemment l'autre blouse par-dessus la tête de Brie. « Allez, mets-toi à poil. Les garçons seront là d'une seconde à l'autre.

Brie soupira et jeta sa débarbouillette dans l'évier. Elle se leva et se débarrassa de sa jupe et de sa chemise. Alors qu'elle les laissait tomber au sol, Elsie se dirigea vers la porte du dressing et commença à l'ouvrir.

Brie a crié, tirant la blouse devant elle pour se couvrir, "Els, qu'est-ce que tu fais?"

Elsie se tourna vers elle. "Détendez-vous, je ne fais qu'ouvrir une fissure. Je monterai la garde et vous préviendrai quand ils arriveront.

Soudain, la porte fut grande ouverte alors que la femme d'avant revenait. Elsie chancela en arrière à cause de la force soudaine de la porte. Les deux garçons étaient en remorque.

« Elsie ! » cria Brie, enfilant rapidement la blouse par-dessus sa tête et en l'abaissant sur ses hanches. Elle lança un regard rouge à son amie, qui ne put que hausser les épaules en s'excusant. Brie rougit. Elle avait bougé rapidement, mais les deux garçons la fixaient, essayant de comprendre ce qu'ils avaient ou n'avaient pas réellement vu pendant ce bref instant.

"D'accord," cria la femme, inconsciente de la tension, "Vous allez devoir attendre ici, même si je ne peux pas imaginer que le spectacle soit aussi intéressant de ce point de vue. Pour vous les filles, il est temps pour vous toutes de frapper votre cible, que vous soyez prêtes ou non. Elle les a fait sortir par la porte.

Les deux garçons ne savaient pas quoi faire, alors ils ont rapidement eu recours à leurs téléphones.

Ils descendirent un couloir étroit et sombre, vers une ouverture très éclairée. Ils pouvaient entendre le DJ rallier la foule au loin et faire vibrer tout le monde pour le spectacle. Des acclamations et des sifflets ont ponctué l'enthousiasme de la salle.

Alors qu'ils approchaient de leur marque, ils ont entendu leur introduction: «Tout le maquillage de ce soir est fourni par Libertine, une toute nouvelle entrée dans l'arène de la beauté, et laissez-moi vous dire que tout le monde sur cette scène a l'air jeune, élite et sexy. Puis-je obtenir un OUI à cela ? » La foule a applaudi en réponse. "En premier lieu, nous allons vous donner une démo en direct, Get Ready With Me, qui montre comment Libertine peut vous transformer de votre spectateur moyen de tous les jours en la version la plus magnifique, la plus frappante et la meilleure possible de vous-même. Sortons nos deux modèles ici. Zoeeey et Brileeeey !

"Il est temps d'y aller", a déclaré la grande femme en tapotant les fesses des filles.

"Mais. Où allons-nous? Qu'est-ce qu'on fait?" Brie a plaidé, soudain consciente du peu de choses qu'elle savait sur le concert auquel elle s'était inscrite.

« Juste en bas de la passerelle jusqu'à la fin de la scène. Asseyez-vous sur les chaises et ils s'occuperont du reste.

Les deux filles échangèrent des regards nerveux et sortirent timidement dans la lumière. Les acclamations de la foule remplissaient leurs oreilles, luttant contre la musique assourdissante, mais alors qu'ils commençaient lentement, ils pouvaient entendre la femme crier après eux : « Marchez avec confiance !

Tous deux se tenaient droits et marchaient pieds nus le long de l'allée. Brie regarda autour d'elle la foule de gens et ressentit une irrépressible urgence à se cacher. Bien qu'elle couvrait amplement son corps, sa blouse était si fine qu'elle se sentait exposée, et elle tira sur l'ourlet du bas, essayant de le faire descendre plus bas. Elle jeta un coup d'œil à Elsie et remarqua qu'elle avait l'air radieuse. La fille dégageait suffisamment de confiance pour ressembler à une professionnelle. Elle accaparait toute l'attention. Cela a rendu Brie encore plus gênée, mais elle a regardé en avant et a tenté de lui donner son meilleur visage de jeu.

Pendant ce temps, debout dans la foule près de la scène, Ivy reconnut les deux jeunes visages devant elle. Elle se tenait derrière une rangée de sièges réservés avec un homme qu'elle avait amené avec elle. "Putain de merde", s'exclama-t-elle.

"Quoi?" sa date interrogée.

« Je connais ces deux-là. Je ne savais pas qu'il s'agissait de mannequins.

« Zoey et… qu'est-ce que c'était ? Riley ? »

"Je ne sais pas pourquoi ils utilisent ces noms, mais l'un d'eux est la fille de Hazel, Brie. L'autre est son amie.

Sur scène, les deux filles ont marché jusqu'au bout de la passerelle et ont trouvé deux chaises de style barbier pivotées vers elles. Ils se séparèrent et prirent place. Soudain, deux costauds assistants masculins apparurent avec des capes coupantes et les jetèrent avec grâce autour du cou des modèles assis. Les capes tombaient sur leurs épaules et leurs bras, et tombaient sur leurs genoux. Ensuite, les chaises des deux filles ont été retournées pour faire face à la foule.

Brie était déjà subjuguée par le spectacle. Elle était étourdie par la peur d'être jugée par le public. Elle jeta un coup d'œil à son amie qui gloussa et prononça le mot "Détends-toi". Brie prit une profonde inspiration et ferma les yeux, essayant d'ignorer la foule.

Au-dessus de la musique sourde du DJ, la voix de Heather a commencé à parler, décrivant à la foule ce qui allait se passer sur scène. "Aujourd'hui, nos adorables mannequins iront à un festival rave, et elles voudront être à leur meilleur. Peut-être pour attirer l'attention d'un garçon, ou peut-être simplement pour faire ressortir la confiance qu'il ressent à l'intérieur, afin qu'il puisse danser sans se retenir. Libertine a construit juste les palettes pour des occasions de week-end comme celles-ci. Commençons." Le monologue se poursuit, entre récit, tuto maquillage et publicité pour la marque Libertine. Pendant qu'elle parlait, les assistants suivaient ses instructions et s'occupaient à peindre les visages des modèles.

Le premier était un lavage de cheveux. C'était un traitement de style spa romain, alors les assistants ont penché les filles en arrière et ont versé des bassines d'eau torride sur leurs cheveux. Ils ont massé les shampooings et les revitalisants et les ont rincés une fois de plus.

Elsie s'est délectée de chaque instant du processus, ravie de recevoir le traitement de la reine. Elle ressentait une paix stoïque et une clarté dans la situation. Malgré le bourdonnement et la fureur qui se déroulaient tout autour d'elle, elle a gardé son calme et son sang-froid tout le temps, bien que ses yeux aient balayé la foule d'une manière extravagante, essayant de discerner les visages au-delà de l'éblouissement des projecteurs.

En revanche, Brie gardait les yeux bien fermés. Elle tenta de trouver son propre genre de paix en elle, en essayant de se concentrer sur sa respiration. Et bien qu'elle ait réussi à tourner son énergie nerveuse vers l'intérieur, elle a trouvé que le processus réveillait à nouveau ses terminaisons nerveuses. Après le lavage, Heather a commencé à raconter la section maquillage, et pendant tout ce temps, des cales, des pinceaux et des tampons ont appliqué frénétiquement des crèmes et du maquillage, ce qui a attiré les pensées de la fille vers un endroit plus sordide.

Alors que les applicateurs spongieux dansaient sur son visage, elle sentit ses lèvres picoter. Bien que les projecteurs brillaient avec chaleur sur elle, le maquillage était froid au toucher et le contraste a déclenché les terminaisons nerveuses de ses joues et de son front. Les mains fortes de l'assistante maquilleuse attrapèrent son menton et tournèrent sa tête dans tous les sens, selon l'angle de lumière nécessaire. Elle se retrouva cependant à apprécier la sensation d'être si malmenée, et elle oublia lentement la foule qui l'observait.

Brie a vécu l'événement uniquement par le toucher. Un crayon a gratté son front. Un pinceau rouge chatouillait ses joues. Un bâton de rouge à lèvres étala sur ses lèvres moelleuses et picotantes. De temps en temps, elle sentait le point d'un tampon de poudre, apporté pour fixer le maquillage et le protéger des bavures. Tout cela servait à déclencher ses nerfs sensibles, qui crépitaient plus fort sous la surface.

La jeune fille, reconnaissant les envies de base qui grandissaient en elle, luttait pour rester ensemble. Mais son cerveau avait d'autres idées. Elle se rendit compte que bien que quelque part il y avait une foule d'observateurs, aucun d'entre eux n'avait une vision aux rayons X, et donc aucun d'entre eux ne pouvait voir sous la cape qui était attachée autour de son cou et drapée sur son corps.

Elle ne voulait pas non plus attirer l'attention de son assistante, alors elle a lentement déplacé sa main entre ses jambes et a relevé la légère blouse qu'elle portait. Elle fit glisser ses doigts le long de ses cuisses et entre les plis de son vagin et sentit sa moiteur. Déjà, elle pouvait sentir que son jus coulait de sa fente.

Finalement, Heather a commencé à raconter leur eye-liner et Brie a entendu son assistante parler pour la première fois: "D'accord chérie, je dois les ouvrir baby blues."

Brie prit une inspiration et ouvrit les yeux dans l'éclat des projecteurs. Elle a découvert qu'il était presque impossible de voir quoi que ce soit au-delà d'eux, à l'exception de quelques silhouettes générales aux traits sombres au premier rang. Cela a rendu la fille plus à l'aise, même anonyme, malgré la moitié des yeux dans la pièce qui étaient sur elle.

L'assistante maquilleuse se pencha vers elle et posa une main forte sur sa joue. Avec son autre, il a apporté un crayon pour les yeux et a fouetté des ailes pointues sur ses paupières. Brie aimait être manipulée par l'homme et elle gloussa nerveusement. Il était fort et aussi beau, et quand il se rapprochait, elle pouvait sentir son souffle murmurer sur son visage. Cependant, il semblait complètement indifférent à elle et, strictement professionnel, mettait toute son attention dans son travail. À ce stade, elle admirait également son dévouement indéfectible.

Sous la cape de barbier, elle a commencé à passer lentement un doigt de haut en bas dans sa fente. Elle savait que personne ne pourrait voir ce qu'elle faisait tant qu'elle procédait lentement, et elle suivit l'appel primordial de ses pulsions gratuites. Elle jouait avec le fluide soyeux qu'elle produisait, le tirant de l'intérieur d'elle et l'étalant sur les lèvres de sa chatte et sur l'intérieur de ses cuisses.

Elle se dit qu'elle était sous le contrôle total de sa compulsion, mais elle suivait toujours l'exemple de son corps. Sa respiration augmenta avec son rythme cardiaque, et elle sentit la cape coller légèrement à ses bras alors qu'ils commençaient à transpirer légèrement. D'avant en arrière, elle fit glisser ses doigts dans son mélange glissant et féminin, d'une labium gonflée à l'autre, passant et tourbillonnant autour de son clitoris picotant en cours de route. A chaque mouvement de va-et-vient, elle s'abandonnait de plus en plus à sa sensualité montante.

Brie a rapidement décidé qu'elle avait besoin de quelque chose de plus, mais juste au moment où elle était sur le point de plonger ses doigts dans son tunnel, un mot a brusquement traversé son esprit brumeux : "Voila !" C'était Heather, et sa narration était arrivée à sa fin. Et juste comme ça, les assistants ont arraché sans ménagement les capes du cou des modèles en un seul mouvement rapide. Les yeux de Brie s'écarquillèrent aussi rapidement que ses jambes se refermèrent. Elle a rougi, mais les applaudissements et les sifflets de la foule ont signalé qu'elle n'avait pas été surprise en train de se masturber.

"Levez-vous, les filles, et faites-nous tourner", a lancé le DJ depuis son micro. Elsie s'est levée instantanément, tournant et agressant pour le public. Brie baissa les yeux et remarqua que ses mamelons étaient proéminents et qu'elle avait trempé à travers le dos de sa blouse et sur le siège du fauteuil de barbier. Elle se redressa hors de la chaise et se contenta de s'incliner, gardant sa robe loin de ses seins et ses fesses hors de vue des spectateurs. Alors que les applaudissements s'éteignaient, les deux filles commencèrent à marcher dans les coulisses et Brie s'assura qu'Elsie suivait directement derrière elle, afin que son amie empêche les caméras d'enregistrer la tache humide sur son vêtement.

Une fois hors de vue, ils poussèrent tous les deux de grands soupirs de soulagement. Elsie a passé son bras autour du cou de Brie et a ri: «Pouvez-vous croire cela? Nous devons être des modèles !

Brie aussi a ri, « Ouais, mais je suis tellement contente que ce soit fini. J'étais tellement nerveux. J'avais les yeux fermés pratiquement tout le temps.

"Pas moi, j'ai juste regardé droit devant, comme j'en ai vu sur les sites de mode." C'était au moins partiellement vrai.

"J'ai vu ça. Tu étais si bon là-bas. Vous êtes un naturel.

"Oh, Brie, toi aussi."

Ils ont fait irruption par la porte de leur loge, riant toujours et parlant de l'expérience, surprenant Hunter et Oliver qui étaient assis, toujours attachés à leurs téléphones. Oliver leva les yeux de son appareil. "Oh hé, alors, comment ça s'est passé?"

"C'était tellement amusant." Elsie a répondu

"Je n'arrive pas à croire que ce soit déjà fini", intervint Brie. "Tout était flou."

Oliver regarda un instant Elsie. "Tu es si belle maintenant."

"Maintenant?" taquina Elsie.

« Eh bien, je veux dire, tu étais jolie avant. Juste, le maquillage est superbe, c'est tout. Elsie ne pouvait que rester sage. Oliver a poursuivi: "Alors, qu'est-ce que tu vas faire maintenant?"

"Je ne sais pas. On pourrait aller se faire un shake, ou on pourrait aller au Trampoline World. Que ressentez vous?"

"Franchement?" répondit-il, un sourire sournois en disant plus que ses mots, "Je me sens un peu déçu que nous ayons manqué de voir votre opportunité de mannequinat."

"Je ne comprends pas", a déclaré Elsie, captant une arrière-pensée.

« Et si nous allions quelque part et que vous pouviez me les modéliser ? » Hunter tendit la main et sortit la culotte à thème géométrique qu'Elsie lui avait donnée la veille. Ils avaient toujours son numéro de téléphone marqué dessus. Cette fois, les mâchoires des deux filles se détendirent, prises au dépourvu par l'audace d'Oliver.

Le choc d'Elsie se transforma lentement en un sourire effronté. "Ouais, on dirait que ça pourrait être amusant aussi," dit-elle docilement.

Hunter s'est finalement éloigné de son jeu vidéo et est descendu de la vanité où il était assis. « Tu pourrais aussi me servir de modèle, Briley, dit-il en cherchant timidement les mots.

Brie a regardé ses pieds d'un air penaud et a dit: "Je ... n'ai vraiment rien à modéliser."

Elsie a frappé Brie avec son coude et a ri nerveusement: «Ce n'est pas vrai. Nous trouverons quelque chose que vous pourrez modéliser pour les garçons. Elle a jeté un coup d'œil muet à Brie qui a dit: "Ne gâche pas ça."

Brie s'est illuminée et a cédé: «Oh, eh bien, d'accord, allons-y, alors. Mais d'abord, je dois… aller aux toilettes. Elle fouilla dans son sac à main et trouva le flacon de médicaments.

"D'accord," dit Elsie en lui faisant un clin d'œil, "Nous pouvons attendre ici pendant que vous vous en occupez."

Brie se dirigea vers la salle de bain lorsque la porte de la cabine d'essayage s'ouvrit soudainement et la renversa presque sur les fesses. Le grand garçon de chambre entra ; sur ses épaules étaient suspendues des tenues. Elle a dit joyeusement: «Eh bien, eh bien, les filles. Bon travail. On dirait que vous avez eu un bon accueil. Les gens t'aimaient vraiment là-bas. Surtout toi, dit-elle en hochant la tête en direction d'Elsie. La jeune fille se gonflait visiblement de fierté. La femme a poursuivi: «Les gens de Scarlet ont été impressionnés et ils aimeraient vous voir marcher sur la piste dans l'une de leurs nouvelles pièces. Tu es partant ? »

Brie était stupéfaite, "Scarlet veut que nous fassions du mannequinat pour eux?"

"C'est l'idée. Peut-être une opportunité amusante, non ? Mais il n'y a pas beaucoup de temps, alors vous devez décider maintenant.

Elsie a sauté de haut en bas, ses mains sur les épaules de Brie, "Évidemment, faisons-le!"

"D'accord!" Brie a accepté.

"D'accord, ici." D'une épaule, elle tendit à Brie une petite barboteuse, et de l'autre, elle tendit à Elsie une combinaison sans manches. « Habillez-vous ici. Il y aura des gens qui viendront momentanément avec des chaussures. Et essayez de ne pas gâcher vos cheveux et votre maquillage. Vous êtes dans cinq. Sur ce, la femme fit sa sortie.

Brie n'a pas pu s'empêcher de sourire, "On va être des mannequins Scarlet?"

"Je ne peux pas croire qu'ils nous ont aimés!" Elsie s'est tournée vers les deux garçons et a ajouté: "C'est la première fois que nous faisons du mannequinat."

"Vraiment?" dit Oliver, "J'aurais pu me tromper avec la façon dont tu as tiré les ficelles pour nous ramener ici."

"Nous avons essentiellement agi comme si nous savions de quoi nous parlions et nous leur avons simplement menti", sourit Elsie. Hunter gloussa.

Elsie tira sur le col de sa blouse, prête à l'enlever sur-le-champ, mais elle reprit ses esprits lorsqu'elle entendit Hunter grogner de surprise. « Oups ! » Elsie rougit, "J'ai failli me changer juste devant toi." Une expression de déception traversa les visages des garçons. Elsie sourit timidement. "J'ai tellement l'habitude de changer de place quand ce n'est que nous deux, les filles."

Brie intervint : "Tu pourrais te changer dans ce placard." Elle désigna la petite alcôve d'où provenaient les blouses. Un rideau en lambeaux suspendu à des anneaux sur un bar, offrant une intimité raisonnable.

"Bonne idée." Elsie jeta un coup d'œil à Oliver, qui tenait toujours ses sous-vêtements. "Je vais prendre ça." Elle les a arrachés, mais n'a pas manqué sa déception. "Ne vous inquiétez pas, vous pourriez les voir plus tard." Elle fit un clin d'œil timide et se baissa dans le placard. Par-dessus le rideau, elle jeta la blouse et se mit au travail pour enfiler la combinaison.

Pendant ce temps, Brie fit rouler le flacon de médicament dans ses mains. Elle appréciait la distraction, mais elle remarqua que le flou de son état commençait à revenir dans son esprit. "Els, euh, Zoey, je ne pense pas avoir assez de temps pour... prendre soin de moi, mais je me demande si je dois prendre ce médicament maintenant ou après."

"Eh bien, pensez-vous que cela aidera?" demanda Elsie derrière le rideau.

"Je ne sais pas. Parfois, cela rend les choses… pires, je suppose.

Elsie réfléchit un instant. «Je dirais, prends-le maintenant, comme ça tu es prêt après que nous ayons fini. Quoi qu'il en soit, cela ne prendra pas longtemps.

Brie réfléchit silencieusement à l'idée. Elle jeta un coup d'œil aux deux garçons qui semblaient tous deux complètement perplexes face au dialogue énigmatique des filles. Olivier haussa les épaules. Brie soupira. "Ouais. Il se peut que vous ayez raison."

Elle dévissa le bouchon et renversa la bouteille, buvant la concoction visqueuse. Elle se sentait un peu obscène de l'aspirer dans sa bouche devant les garçons. Elle ne pouvait s'empêcher de penser que, comme sa mère le lui avait dit, le médicament n'était que du sperme. Et bien qu'il n'ait pas exactement le goût du sperme de sa mère, il y en avait des notes dans la saveur. Elle serra ses jambes l'une contre l'autre, sentant ses entrailles se contracter légèrement à la pensée de son rendez-vous charnel avec sa mère, et une fois de plus, elle se demanda où sa mère avait obtenu le médicament supplémentaire qui était dans le flacon.

Elle a bu environ la moitié de ce qui restait. Elle ne savait pas à quel point cela fonctionnerait, mais elle ressentit au moins une satisfaction immédiate en avalant.

Elsie a tiré le rideau et s'est pavanée dans une combinaison florale rose sans manches, fredonnant un air rappelant vaguement "The Stripper". Elle a lancé une jambe sauvagement en l'air et a crié: "Pow!" Brie et les garçons ont ri au spectacle. La combinaison une pièce d'Elsie s'accrochait fermement contre son torse, un peu comme un justaucorps, mais autour de sa ceinture, elle était cintrée, et la zone autour de ses hanches, de ses fesses et de son entrejambe était un peu relâchée, ce qui en faisait juste un peu plus ondoyant et permis une certaine flexibilité. En descendant, les jambes du costume épousent à nouveau son corps, comme le feraient des collants. Sur ses côtés, trois évents étaient coupés au niveau de la taille, exposant sa peau en dessous, et sur le devant, une rangée de boutons descendant jusqu'à son nombril maintenait le tout ensemble. "J'ai l'impression d'être une espionne des années 70 ou quelque chose comme ça", gloussa Elsie. Elle a regardé Brie et a hoché la tête: "Montre-nous ce que tu as, Charlie's Angel."

Brie entra dans le placard et ferma le rideau. Elle leva la barboteuse devant elle et l'examina. C'était une coupe simple en bleu profond, avec un imprimé cachemire pour correspondre à l'ambiance des années 70 de la combinaison d'Elsie. Il avait l'air assez petit, même pour sa taille, et avec ses ordres de ne pas porter de sous-vêtements moulants, elle s'inquiétait de l'entrejambe de la pièce tirant contre sa chatte. Elle se pencha pour la sentir bien et frissonna. Après son passage dans la chaise de maquillage, elle débordait déjà de jus. Her inner thighs were slick and her goo was slowly traveling down to her knees.

She pulled her smock over her head and shivered, fully naked behind the curtain. She balled up the flimsy clothing and spread her legs slightly, then unceremoniously wiped her sopping vagina with it, cleaning up as much moisture as possible. A groan escaped her mouth as the cheap fabric dragged across her pussy lips and into her crease, stoking the crackling fire smoldering in her nether region. The devil on her shoulder bid her to keep going, to finish off her orgasm right then and there behind the gossamer curtain, but Brie kept her eye on the goal. After all, it wasn’t every day that Scarlet asked her to model.

Hearing the moan, Elsie called to her, “You doing okay back there?”

“Yeah,” Brie sighed, “I’m fine.” She took a breath and climbed into the romper. She pulled the outfit’s straps up over her shoulder and felt the clothing pull up tightly against her crotch. She knew that her panties could complicate the sensations of her sensitive body, and she became starkly aware that this was not going to be doing her any favors. She adjusted the top of it, pulling it down a bit, to make room in the crotch, but in this way, the elastic band at the top sat very close to her nipples. Its coarse stitching strummed across her chest as she moved about, which caused her to shiver and hum. Goose bumps raised across her flesh, along with her nipples, and more of her fluids continued to spill from her loins.

It seemed that no matter which way she wore the romper, it was too small to wear comfortably with her super-orgasmic condition. Either it stimulated the nerves of her nipples and breasts, or it tugged up into her crack and rubbed against her clit. Brie’s only other option was to bow out of the show, which she was desperate not to do. She drew back the curtain and stepped out into the dressing room and blushed. Instinctively, she put her hands in front of her crotch, fearing that she was already soaking through the bottom.

Elsie hooted cheerily. “You look like a hippie! You just need a crown of daisies to complete the look.”

“It’s pretty tight!” Brie said skeptically.

Elsie frowned. “Hm, let me see.” She stood in front of Brie and looked her up and down, effectively blocking the view of the two boys. She thought for a bit and then leaned in to move Brie’s hands to her sides to get a better look. Brie fidgeted and sighed. Elsie could see a slightly dark strip at her crotch, where Brie’s moisture was soaking through. She could see that the crotch of the garment was pulled tightly up between Brie’s legs, showing off the contours of her puffy pussy lips and the dip between them. The contrast of the wet spot emphasized her camel toe all the more. “Yeah,” Elsie said, “That looks like it would fit me, but it’s a bit small on you.”

Elsie bent over and tugged at the legs of the romper, trying to get her friend some additional room. This pulled the elastic band at the top of the outfit down over Brie’s nipples, causing Brie to cry out in both surprise and pleasure.

Neither of the boys in the room quite understood what was going on, but both were picking up on a strange, sensual vibe emanating from Brie’s quaking figure.

Elsie, was taken aback by Brie’s cry. "Quoi? What’s wrong?”

“You pulled the top down over my… boobs.”

“Oh, sorry.” Elsie reached up to pull the top back up again, and Brie cried out again and braced herself against the wall, legs wobbling as she felt both the elastic against her nipples and the the bottom of the romper tugging back up against her pussy. She whined, spreading her legs slightly and gently bucked her hips uncontrollably toward her friend.

“Mm, fuck, sorry, that just feels…” Brie drifted off.

“Why don’t we just leave this where it is?” Elsie suggested, “and we’ll take care of it after the catwalk, okay?”

Brie nodded, eyes staring off in the distance. She hobbled over toward a stool and perched her butt on the edge of it.

Oliver and Hunter looked a bit confused. Oliver spoke up, “Is she hurt?”

Elsie shook her head, “She’ll be fine. More than fine. She just has a condition that creeps up every so often. You kinda just gotta let her do what she needs to do.” Elsie nodded and they all sat in awkward silence, trying and failing to find a way to change the subject.

It wasn’t much longer before the handler returned with boots for the two girls. More specifically, they were roller skates. “You two know how to skate?”

Elsie nodded, “Well enough.”

“Great, you two are going to be roller girls. I guessed at your sizes. Hopefully these fit.”

“I think you guessed too small for Briley’s romper,” Elsie said, trying to be helpful.

The woman looked Brie up and down. She couldn’t see the moist strip in the crotch from her angle. “It might be a size too small, but it’ll work for now. You just gotta get down the runway and back and you’re done.” Brie swallowed hard and nodded.

Elsie sat on the ground and started lacing up her skates. She tipped her head at Hunter, “You wanna help her get these on?”

“Oh! Uh, sure,” he replied dopily. He knelt down in front of Brie and placed her foot into the skate. As he tightened up the laces, he followed her legs with his eyes. They were so fit and smooth and had clearly gotten a lot of sun that summer. His eyes picked up a subtle movement and he continued upward until he could see the girl timidly rocking her hips back and forth across the edge of the stool. From his angle, her crotch undulated in and out of view. He noticed a glossy patch of wetness between her legs, and at that point also noted a strong scent in the air. He was unsure just what the young girl was doing, or what condition she was in—as Zoey had mentioned—but for him to be so close to whatever it was she was doing, it was an erotic sight.

Brie noticed that Hunter was staring and she looked down and caught his eye. He snapped his head back down to focus on the work of tying her boots, and the two of them blushed together. Brie also shifted onto the stool and attempted to remain still.

Oliver also saw a chance to flirt with Elsie and he offered to help her get her skates on. She agreed and the two of them made eyes at one another, giggling as they worked together. Elsie, though happy to be modeling for Scarlet was becoming more and more eager for some one-on-one time with her new boy. She could feel herself getting wet with anticipation, though she knew her panties would soak it all up, unlike Brie.

The waiting assistant interrupted their reverie. “Alright, you love birds, let’s get you queued up. On your feet.”

Oliver helped Elsie up off the ground and she steadied herself against him. She pulled herself close and inhaled his scent. Brie was able to push off from the stool she sat on, though her wheels slipped and she staggered forward into Hunter. The sudden movement pulled the too-small romper up into her crack and she moaned aloud in his ear as a white-hot sensation, somewhere between pain and pleasure, coursed from between her legs throughout her body.

“Are— are you alright?” Hunter asked, bewildered.

Brie put a hand to her forehead, and groaned in frustration, “I’m fine, I’m fine. I just got a wedgie. This thing’s too small. Let’s go, Zoey.”

The woman assistant led the way and the two girls skated behind her. Brie panted with each stride as her movements caused her outfit to tantalize her most sensitive areas. Her whole body glowed with a sheen of sweat. She felt more than ready to cum, and couldn’t wait to get back to the dressing room.

Elsie could tell that Brie was having a hard time of it, but she didn’t know what she could do to help at that time. She smiled wryly at her friend and said, “Just down the runway and back, remember?”

Brie nodded silently, solemnly, in return. Just down the runway and back, she thought to herself.

They queued up behind a line of other Scarlet models just as the DJ began to announce the details of the new clothing line. Elsie stood behind Brie and rubbed her shoulders in an attempt to get her to relax.

“Does that help?” Elsie inquired closely in her friend’s ear.

Brie rocked her head back and sighed. “I dunno, but I do at least feel less tense right now.”

"Bon. Nous nous en sortirons. I’ll let you go first, so you can get in and get out.” Elsie leaned in and pecked Brie delicately on the cheek.

Brie shivered and whispered back, “And get off.”

One by one the other models filed out onto the catwalk to thumping neo-disco. Each girl was wearing a pair of skates to go with her ’70s inspired getup, just like Brie and Elsie.

The girl in front of Brie had just taken her first strides out the catwalk entrance when she came skidding back out of the crowd’s view. “There was a fall!” she cried out.

A stagehand came rushing by and vanished out the entrance. A while later, he returned, assisting two models by their waists. They both leaned on either of his shoulders. “Out of the way,” he demanded.

Both Brie and Elsie stared at the two misfortunate girls. One was limping on her skates, and the other was bleeding from her face.

“Oh my god,” Elsie exclaimed.

The large assistant woman came rushing back, rolling an arm in the air, signaling them to continue, “They’ll be fine, let’s put this behind us and keep the show going.” The professional model in front of Brie and Elsie nodded once and snapped immediately into performance mode. She hit the catwalk and moments later, it was Brie’s turn to walk.

She made one last-ditch attempt to force her outfit to behave, but it was no use. As soon as she started moving, the fabric pulled up between her legs. She could do nothing but grimace and bear it, and so she rolled out into the spectacle once again. The thudding bass of the playlist hummed through the air. Massive speakers pulsed against the stage, thrumming through her body. As her wheels rolled along the surface of the catwalk, they, too, sent vibrations up from her tingling toes, straight to her inner thighs. Her nerves chained the sensation from one fiber of her being to another, and she trembled as each stride sawed the soaked crotch of her romper up into her cleft.

Her ecstasy was taking hold and the cacophony of the event began to fade around her and her vision began to darken. The music, too, deadened until she could only make out the four-count bass beat. Her orgasm boiled within her. Her chest heaved, and she felt as if she were drowning in a deep ocean. She knew that she was rapidly approaching an intense cum. Her nether region flared with pleasure, and she felt herself teetering on the edge of insanity, on display in front of hundreds, there on the catwalk.

But she fought back. Not to prevent embarrassing herself in front of the crowd she knew to be out beyond the hazy fog in her mind—that part of her consciousness had shut off—but to bask in the bliss of being brought all the way to the edge yet to delay and extend her mounting pleasure ever longer. In her reverie, however, she could still sense that she had come to another kind of edge: the physical edge of the stage. She paused a moment. Not long, but just enough to catch her breath and collect her wits. In this respite of clarity, she realized her hips were grinding the air. The action dragged her electrified clit and tender pussy lips along the tight fabric seams at her crotch. Much as she wanted to tear off the entire outfit and finish herself right then and there, she balled her fists and willed her body back under control. She spun herself around for the return journey back across the stage.

Elsie followed Brie out, a few feet back, and watched her friend the whole way. She saw Brie acting differently than their initial run down the catwalk. Then, Brie was mousey and nervous. Now, she was saucy, and slinky, almost liquid in form. If Elsie had not had a deeper understanding of Brie’s condition, she might have even mistaken it for confidence. She watched as Brie stopped at the edge of the stage and paused, swinging her hips out and back in a lurid, sexual simulation. She could even hear the crowd gasping under the music. Elsie was taken in by the performance. She understood more than anybody else there the maddening pleasure that was seeping from her friend’s every pore, every orifice. She had experienced Brie’s orgasmic torrents of rapture first hand just the day before in a dressing room at that very mall. Between Elsie’s memories, Brie’s growing sexual hunger and wanton displays, and Oliver’s flirting, Elsie, too, was ready for some action.

After a mere moment, Brie spun around and faced her friend. Her expression was disconnected, her eyes rolled up and her jaw hanging open. Elsie barely registered on her radar as she passed by. Brie’s only thought was ripping off her garment and claiming her deserved erotic relief. She skated toward the stage exit and, as she did, she shrugged the straps of the romper over each shoulder, one-by-one. She tugged at the legs and pulled the wedged fabric out from between her labia. This caused the elastic top of the outfit to pull down over her sensitive nipples. They emerged into view even while she was still on stage, but she didn’t care; she hoped that, with her back already to most of the audience, and their attention now on Elsie, nobody would notice. As she at last crossed though the stage exit, she yanked the top down off of her chest altogether and peeled it down over her torso. She had no care in the world that stagehands, models, and everybody else back stage could see her youthful chest bared. She was happy to have some relief from her torturous outfit, at last.

———

In the crowd, Ivy fanned herself. The venue was packed full and the temperature was heating up. She watched Elsie follow Brie off the catwalk and turned, wide-eyed, to her date. She was shocked by Brie’s flagrant grinding. “Did you see that?”

Her partner deflected, “Were those the two girls you know again?”

“Yeah, my girlfriend’s daughter and her friend.”

The man merely smirked, saying nothing.

“Well, I’ll tell you one thing,” Ivy muttered, “I think I know where she gets it.”

That piqued her date’s curiosity. "Que voulez-vous dire?"

“Let’s just say I know her parents well. Her mother…” she trailed off.

“C’mon, you know you can’t just leave it at that,” the man pried.

“Down boy,” Ivy chuckled, patting his crotch. She then changed the subject. “I’m surprised they’re letting her model now. She’s so young.”

The man shrugged, “I hope she gets to come back for more.”

“You’re perverse,” Ivy jeered.

He shrugged, “What? She’s cute. She’s like a little doll.”

With warning eyes, Ivy shook her head at her date, but silently she agreed.

The man held up his hands. “Alright, I’ll say no more.”

———

Backstage, Brie skated over to a drinking fountain, pulling the romper ever lower, giving her pussy room to breathe and allowing the cool, backstage air to pass over her naked torso. She doused her face in the chilly water from the spigot and panted as the world slowly came back into focus. She had gotten a little too close to having another public orgasm, and a sense of shame began to grow about it.

Suddenly, Elsie came up from behind and goosed Brie’s bare sides, startling her. “You looked so sexy out there!”

“Oh, Elsie,” Brie whined, “I could barely control myself. I nearly creamed my brains out inside this fucking baby-sized romper!”

“I could tell you were barely holding it together,” Elsie snickered. “You looked so lusty. It was kinda hot, really.”

Brie blushed, “At least I didn’t embarrass myself in front of everybody this time.” She looked down at her outfit and felt the legs. They were saturated with her fluids. “Fuck, they’re going to make me pay for this.”

Elsie squeezed the crotch of the romper and wrung out a generous amount of liquid. “Wow, those things are practically a biohazard at this point,” she teased. “I wonder if that will show up in the photos.”

“Photos?”

“Yeah, they have photographers out there. Plus, you know, anybody with an iPhone. But I mean like pro photographers. You think we’ll be on Scarlet’s website?”

“Maybe you, Els. You’re so good at this. I’m— I’m a mess,” Brie despaired.

“Hey, don’t say that,” Elsie consoled her friend. “Maybe you couldn’t tell from your perspective, but you were really getting the hang of it out there. Chin up.” Elsie pulled Brie’s face up to hers, then kissed her softly on her lips.

Brie’s heart raced and her head got woozy. “Els,” she moaned into her friend’s mouth, “You can’t do that right now. I’m still so horny, I’m gonna start climbing the walls.”

Elsie sighed, “Sorry. You’re not the only one getting a little riled up. C’mon, let’s go say hi to the boys.”

They turned to go when they noticed Heather, the woman who helped run the Libertine kiosk, briskly approaching, her face emblematically stony. Elsie, fearing admonishment, attempted to steer them both away from her, but the woman clapped at them to get their attention. “Girls, you are needed.”

Elsie jumped and they both turned slowly. “Needed?” she inquired hesitantly.

“We are down two models for the final segment, and you are two extras. We need you to step in.”

Brie’s heart sank. “But I— I really can’t,” she stuttered.

Elsie was a little disappointed, but looked over at her trembling friend, “Yeah, I think we’re done for today.”

“That’s ridiculous,” Heather spat, “You are paid professionals.”

“Hey, we only signed on for makeup. Modeling clothes was just a bonus. We’re not getting paid for that,” Elsie retorted.

Just then, Michael stuck his head around a corner. He saw the girls with Heather and immediately rushed in to intercept. “Oh thank god, girls, we need your help.”

“We know,” Elsie said flatly, “but we’re done.”

“What’s—?” Michael started, but stopped himself as he met eyes with Heather. He forced a smile at her and pleaded, “Heather, if I may have a moment with the girls?”

Heather rolled her eyes and sighed, then turned and walked off in a huff.

After she left, Michael took a big breath before speaking, “I don’t think that woman is going to last long in retail. Listen, girls, we’re in a bit of a bind. Scarlet needs two models to finish out this show. Like immediately. I know Heather hasn’t been the best hostess, but I’d like to know what I can do to convince you to take the gig.”

“Convince?” Elsie asked.

“Yes,” Michael nodded. “How can we compensate you for the extra work?”

Elsie instantly recognized the value in the offer and pulled Brie away, saying to him, “One moment.” Once they were out of earshot, she turned to her friend, “Brie, baby, I’m ready to be done with this, too. And listen, I’m fucking soaking through my panties right now, too, waiting to get back to those boys so we can have some fun, so I know at least somewhat how you’re feeling right now. And I know it’s a risk, but just think of what we could get out of this. They need us.”

Brie held a thousand-yard stare. She knew she wouldn’t be able to get through another walk down the runway in her condition. She knew that, even if she had a chance to cum before they went out that she wouldn’t be in any condition to be seen in public. But still, for her friend, she nodded.

Elsie rubbed Brie’s bare shoulders. “What would make it worth your while to do one more run, down and back? They even said it’s the last segment for the day. No more after this.”

Brie shrugged and whined, “I… I just don’t want to pay for ruining this romper.”

Elsie nodded, “I bet we can make that happen, and more. We’ll make them give us the outfits we modeled today. In fact, I think we can swap them between us. Yours is a bit too small, but it would probably fit me. And, look,” Elsie tugged at the jumpsuit she wore. “Mine is baggy around the hips and crotch, so you can have mine.”

Brie blushed, “But mine is gross right now. You would wear my cum-soaked clothes?”

“Girl, I wore your actual cum yesterday, remember?”

Even Brie couldn’t help but snort at that, “True.”

“Great!” Elsie snapped, “We’re gonna get these clothes, or we’re gonna say that’s it.”

Brie nodded and they rolled back to Michael who was tenting his fingers nervously.

“In addition to the makeup you promised, we want to be able to keep our outfits today.”

Michael smiled and nodded, “I think we can make that happen. Now—”

“From both walks,” Elsie added.

Michael laughed, “Well okay. You will each keep both of your outfits. Now—”

“And $100 each,” Brie interjected, startling Elsie.

Michael paused, then started again slowly. “Is… that everything then?”

Both girls looked at one another, smirking, then nodded at Michael.

“Right then, let’s shake on it.” He took each girl’s hand one-by-one and then continued, “Great, let’s go get your new outfits right away. We don’t have much time.” He herded the two girls to the Scarlet rack and pulled a single swimming suit off the bar. “The last segment of our show is the bathing suit segment. Always a popular one for the crowds.” He looked Brie up and down, who was still stripped bare from the waist up. “I have a hunch that you’re a bit more of an exhibitionist, so you’ll be coming with me.” That was a word that neither girl was familiar with, but with that assessment, he handed the swimming suit he had pulled to Elsie and sent her back to their dressing room to get changed.

He then guided Brie by the shoulders to the makeup room, “Come with me. Your suit is going to take a bit more effort to put on.”

———

Elsie returned to her dressing room and found both boys still waiting inside. Once again, Oliver got up to meet her, while Hunter nodded in acknowledgement and then returned to his phone. Elsie, still in her skates, rolled slowly up to the older boy and crashed into him lightly. She craned her neck up and pecked him sweetly on the cheek. He blushed. “They want us to do one more walk down the runway.” Elsie held up the bikini in front of her. “The swimsuit edition!” The bikini was a red triangle top with a flower print pattern on it. The straps and accents were a blue micro-check pattern. The bottoms were a modest but trendy cut, and an exposed belt in a matching pattern ran along the waistband.

“Whoa, nice,” Oliver grinned. “You must have kicked some ass out there.”

Elsie giggled, “Sort of! Two of the models fell on their skates. There was blood everywhere. We’re replacing them.”

Oliver chuckled. “That’s incredible! Man, I never thought a fashion show would be so action-packed. We’re missing everything back here, Hunter.”

Hunter looked up at his brother and just shrugged before returning his attention to the game he was playing.

“I feel kinda bad inviting you back here now,” Elsie said.

Oliver brightened up, “No, it’s cool. It’s worth it to hang out with you, Zoey. And Briley, too, of course.”

Elsie smiled warmly, but it morphed into a mischievous grin as an idea crept into her head. “You know, if you’re looking for action, I think I do owe you some. And, well, I’ve gotta change into this little thing.” She dangled the bikini hanger on the end of her finger.

A wide grin spread across Oliver’s face and he nodded enthusiastically. “You did promise me some underwear modeling.” He glanced back at his brother, who was absorbed in his game. “Uh, what about him?”

Elsie thought for a moment about Hunter, but she sincerely didn’t care if he saw her perform a little strip tease. She was feeling horny and sexy, and her mind was not placing much importance on modesty. She shrugged, “Oh, I guess it’s fine if he looks.” Then she said, with pointed emphasis in the younger brother’s direction, “I don’t think he’s paying any attention, anyway.”

“Huh?” Hunter glanced up at Elsie through his shaggy hair.

“Nevermind,” the girl said, rolling her eyes. Then quietly to Oliver, “Let’s see how long it takes him to figure it out. Go have a seat.”

She looked once more at the attractive older boy as he grabbed a chair and pulled it close to her. She took a deep breath and fingered the top button near her neck on her jumpsuit nervously. Her heart was thudding in her chest, and she suddenly felt too self-conscious to go through with it. “Hold on.” She coasted over to the door and said, “We need a bit of music.” She cracked the door open a small ways and the muffled bass echoing down the halls seeped into the room. She poked her head out into the hall to make sure nobody was around and then turned back to face Oliver.

She slowly started to shake her hips to the beat, eventually finding the rhythm. She closed her eyes and once again began to tug at the buttons of her jumpsuit.

Oliver stared as the nubile, young girl swayed in front of him, popping the buttons of her outfit apart, one-by-one. He found her inexperienced movements awkward but sensual, and since her eyes were meekly closed, he felt like a voyeur leering at forbidden goods. He glanced briefly at his brother, who was still oblivious.

Elsie navigated her hand down the line of buttons in front, undoing each catch, from the top of her chest down toward her belly button. When she reached the last one, she opened one eye to peer at her spectator. He was fixated on her, and she blushed. She pulled apart the two halves of the jumpsuit top, revealing her cleavage, and fanned herself with them. The action threatened to flash a glimpse of her breasts. She knew what Oliver wanted to see, but she wasn’t ready to give it to him quite yet. She wanted to tease him.

She spun around suddenly on her skates, and Oliver moaned, “Aw, c’mon,” but Elsie didn’t respond directly, only giggled. Instead, she slowly bent at her hips, pushing her ass out in his directi

Articles similaires

Avenue inférieure de Greenville

Kim 28 est une femme séduisante de 5 pieds 7 pouces de haut avec de longs cheveux blonds et un beau sourire. Si ce n'était pas contraire aux règles, elle aurait porté des bouchons d'oreille toute la nuit. En l'état, elle ne pouvait s'en tirer que lorsque Jerry était Kim s'inquiétait parfois pour son ouïe, alors que la musique battante se déversait des haut-parleurs tout autour de la discothèque. Pourtant, c'était un excellent travail, avec de bons conseils, et elle en avait besoin si elle retournait à l'université à l'automne. Elle n'était là que depuis quelques semaines, mais était déjà habile...

627 Des vues

Likes 0

Leçons d'Allison partie 1

Ma sœur Alison a six ans de plus que moi et c'est un vrai renard. Chaque été, je me souviens que des garçons de tout notre quartier se rassemblaient au bord de la piscine pour admirer son magnifique corps en bikini. Je sais que beaucoup de gens pensent que c'est bizarre de penser à leur sœur comme ça, mais je n'ai jamais eu honte de ça. En ce qui me concernait, elle était comme n'importe quelle autre fille, bien que beaucoup plus sexy que la plupart. À ce jour, je me souviens du plus grand rêve que j'aie jamais fait comme...

542 Des vues

Likes 1

Plaisir de soirée pyjama partie 1 - la veille au soir_(0)

Note des auteurs : allez-y doucement avec moi ; c'est la première fois que j'écris une histoire de sexe de quelque nature que ce soit. J'écris sur la première fois que mon fiancé (qui n'était que mon petit ami à l'époque) et moi avons baisé. Il va être séparé en 2 parties, c'est la première partie Nom : Kate (moi) Âge : 14 ans Couleur des cheveux/yeux : cheveux roux jusqu'aux épaules colorés artificiellement et yeux bruns couleur miel Hauteur : 51 Description du corps : petite pour mon âge, légèrement potelée vers le milieu, poitrine de taille moyenne (36B) Nom : Seth (mon copain)...

550 Des vues

Likes 0

Le plus grand jour

Ce matin a commencé très bien. Mieux que je n'aurais jamais pu l'imaginer. J'avais passé un marché avec ma femme. Si elle voulait que j'utilise l'argent que j'avais gagné lors de la partie de poker de cette semaine pour aller à Columbus et voir le nouveau club de danse qu'ils avaient construit, elle devrait me donner une journée complète de plaisir sexuel chaque fois qu'elle en aurait l'occasion. Ce matin, j'ai commencé par me réveiller avec sa chatte scintillante planant à quelques centimètres de mon visage. Elle sait à quel point j'aime manger sa chatte. Elle a dû se réveiller beaucoup...

2.3K Des vues

Likes 1

Moi mes chiens et ados enlevés

Le cœur battant, plus d'excitation que de peur d'être découvert. J'étais au clair ! Personne n'aurait pu la voir monter dans ma camionnette. Je ne pouvais pas croire que ma chance tenait toujours et c'était tellement facile ! Le premier avait été facile mais elle était stupide, délicieuse mais stupide. L'éclair du nœud de Bruno enfouit dans la chatte enflammée de Chandre sa graine se mélangeant à la mienne à l'intérieur de cette chatte qui n'est plus vierge. A fait couler mon sang et ma bite se contracter. Comment Chandre avait supplié et supplié. Quand elle s'est arrêtée après 2 semaines...

3.4K Des vues

Likes 0

Ma nièce Sally, nous avons eu des jours meilleurs

Je me suis réveillé le lendemain matin, une tasse de café sur ma table de chevet, et le journal au pied du lit. Étrange. Je me suis dit. Leesha était déjà debout, et généralement le dimanche, j'étais le lève-tôt. Il était un peu plus de huit heures. Pas trop tôt, mais pas trop tard non plus. Je me levai, enfilai mon peignoir, mis le papier sous mon bras et descendis les escaliers en sirotant mon café. Bonjour tête endormie. dit Leesha, l'air un peu embarrassée de tout. Je suis désolé pour la nuit dernière bébé. Elle s'est approchée de moi et...

2K Des vues

Likes 0

Buste dans la bouche

Fbailey histoire numéro 168 Buste dans la bouche Quand j'étais enfant, ma tante Betty me faisait toujours de gros câlins et me serrait fort contre elle et me tenait pendant très longtemps jusqu'à ce que je me tortille pour m'éloigner. Elle avait de très gros seins et j'étais trop jeune pour en profiter. Tante Betty avait ou a quinze ans de plus que moi, donc quand j'ai eu dix ans, elle en avait vingt-cinq et j'étais juste assez grand pour que ma tête rentre parfaitement dans son énorme décolleté. Elle l'aimait aussi. Après cela, chaque fois que tante Betty en avait...

2.8K Des vues

Likes 0

The Forgotten Heroes Chapitre 3

Vous et Eve partez dans la forêt pour échapper aux Chevaliers du Cinquième Dragon. Pour tuer le silence, vous posez des questions à Eve sur elle. Alors, comment t'es-tu retrouvé dans l'île du Nord ? Eve attrapa ses bras et eut un regard de profonde réflexion sur son visage. J'étais jeune seulement 23 ans encore un enfant par des Elfes, mais ma tribu a été assassinée et presque anéantie par une bande de colons humains. J'ai été épargné à cause de ma beauté naturelle et vendu en esclavage des années plus tard, je me suis retrouvé au milieu où un homme...

746 Des vues

Likes 0

Ma patronne

Salut, je m'appelle Gina, j'ai 26 ans, j'ai des cheveux noirs, j'ai des seins en bonnet B et je mesure 5'4. Parfois, vous ressentez une certaine façon à l’égard de vos supérieurs. Habituellement, on les aime ou on les déteste, mais ma patronne était quelque chose de spécial, je pense. Elle était gentille, mais pas trop gentille. Elle mesure 5'9 avec les cheveux et les yeux bruns. Elle avait aussi un très beau corps, avec de jolis seins en bonnet C, donc elle est très sexy pour avoir 37 ans. Je l'ai pour patron depuis environ 3 ans, et je me...

301 Des vues

Likes 0

Né de nouveau partie 2

À trois heures, nous nous y remettons et Marie sort le cognac. Roy a déclaré: Un baril de whisky et un bon ivrogne conviendraient mieux à ce bourbier. Très bien, vous avez votre cognac, laissez-moi réfléchir, et comme je le pensais, maman et Mary ont ri en voyant le bloc sténo sortir et les boules de papier frapper le sol comme de la pluie. Marie et Mary ont ramassé les balles et se sont regardées en secouant la tête et ont dit: Il ne peut pas, il ne le ferait pas. J'ai terminé et je suis revenu à la table. Mary...

1.9K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.