"Trois fois" (Partie 2)

861Report

"Trois fois" partie 2

(Aussi par Julius bien sûr
& Copyright avril 2008 également)




Ils s'assirent et mangèrent leur déjeuner. Les yeux de Paul partaient rarement
ses seins et Marsha les a délibérément montrés pour
lui. Elle s'assit avec eux, se reposant sur la table avec leurs
mamelons très en vue. Quand elle est allée les chercher
plus de café, elle a été récompensée par une vue de sa bite,
complètement dressé et saillant de son aine. Il était
prêt à nouveau et Marsha s'est émerveillée de la résilience de
jeunesse.

Alors qu'elle versait son café, elle a dit: "Je pense que c'est mon
se tourner vers le plaisir ; vous prenez du retard sur votre
Paiements."

Son sein droit était à quelques centimètres de son visage. "Je voudrais
pour te faire plaisir un peu plus », il s'arrêta, puis ajouta :
avec un sourire, "Mme. Sims.




Elle le fit s'agenouiller devant elle. Elle a attrapé l'ourlet
de sa jupe et la remonta lentement. C'était
tout ce qu'il espérait et plus encore.

Ses bas se sont avérés être des bas, avec de la dentelle noire
hauts, sa culotte était simple, en coton blanc. Le
ces derniers étaient brefs, mais pas les choses noires à froufrous
il avait imaginé. Elle s'est rapprochée et a laissé tomber la jupe
au-dessus de sa tête.

Il était sous sa jupe ! Sa bite était dure au point
de faire mal. C'était presque instinctif de glisser ses mains
rond derrière elle et le dos doux de ses cuisses
jusqu'à ce qu'il lui tienne le cul, ses doigts écartés
pressant dans sa douceur. Ses mains passèrent derrière les siennes
tête et le tira contre elle, contre ceux
culotte.

Elle était tellement mouillée. Elle sentait le miel sur des toasts chauds, il
pensé, oui, du miel sur des toasts chauds. Il l'a blottie, son
nez et bouche contre le coton imbibé. Elle a gémi
alors qu'il lui serrait le cul et qu'elle se tordait comme un animal.
Cela ne ressemblait à rien de ce que Paul avait fait auparavant.

Il y avait une délicieuse méchanceté dans l'instant. Son
tête était sous la jupe d'une femme, son visage contre elle le plus
zone intime. 'Cette fois hier, je n'aurais jamais
même... », Paul a perdu le fil de ses pensées.

Marsha se pressa contre lui, il sentit ses fesses
tendue alors qu'elle poussait. Puis elle a eu du mal à obtenir
loin. Paul a émergé de sous sa jupe en regardant
confus, se demandant s'il avait fait quelque chose de mal.

Il la regarda pousser des plats et des tasses l'un vers l'autre
bout de tableau.

Elle se retourna pour lui faire face. « Baisse ma culotte
Paul."

Il se rapprocha sur ses genoux et tendit la main sous elle
jupe, tâtonna un instant puis les tira lentement
sur ses hanches, sur ses cuisses. Elle est sortie d'eux
et recula un peu et percha son cul sur le
bord du tableau.

« Veux-tu que je sois pour le dessert ? Elle n'a pas attendu
une réponse mais a dit: «Rapprochez la chaise pour que vous puissiez
m'asseoir entre mes genoux et je peux poser mes pieds sur le
bras."



Avec sa jupe relevée et ses genoux écartés, Paul
pouvait tout voir. C'était comme si aucun cours d'éducation sexuelle n'avait eu lieu
jamais été. Et maintenant elle voulait qu'il descende
son. Il avait tout vu dans des films pornos, savait ce qu'il était
censé faire. Mais c'était une vraie chatte; c'était
légèrement ouvert et scintillant humide. Elle n'était pas rasée,
bien qu'il ait deviné qu'elle se maintenait parée.

L'excitation nerveuse et l'incertitude avaient privé Paul de
son érection et il s'assit à regarder, d'abord son visage et
puis entre ses jambes. Jambes gainées de nylon, cuisses blanches
et cette fourrure frangée s'ouvrant sur cette femme étonnante.

"Voulez-vous me faire plaisir Paul?"

Son signe de tête et un "Oui" marmonné montraient sa nervosité.

"Entendu de mauvaises choses sur les chattes?"

"Non!" il a répondu trop vite.

"Ils mordent et sentent mauvais et vous donnent des maladies?"

Il secoua la tête, déglutit et dit: "Je pense que le vôtre
ça sent le miel sur du pain grillé.

Elle gloussa doucement : « C'est vraiment gentil Paul. Bien
Je promets qu'elle ne mord pas et qu'elle n'a rien
méchant à vous donner.

Paul remua mal à l'aise sur la chaise, très conscient de
ses genoux gainés de nylon de chaque côté de lui.

"Voulez-vous toucher ?" Quand il hocha la tête, elle ajouta.
« Touchez et regardez. Explorez-moi. Peut-être que tu me laisseras regarder
à vous plus tard. je voudrais faire cela; tu as un
belle bite.

Un peu rassuré, il se rapprocha et tendit un
main, touchant ses poils pubiens du bout des doigts.
Surpris par la douceur élastique, il la caressa
attentivement et jeta un coup d'œil vers elle.

Elle le regarda entre ses seins et sourit.
"C'est agréable."

Marsha se pencha avec les deux mains et éplucha doucement
elle-même ouverte. Paul regarda l'étalage de scintillement
nuances de rose.

"Voulez-vous vraiment me faire plaisir Paul?"

Il a avalé et a dit: "Oui, je le fais."

« Une chose, Paul ? »

"Oui?"

"S'il vous plaît, faites-le bientôt, je suis probablement tout aussi excité que
toi."

Elle a deviné que la connaissance de Paul pourrait être limitée à
cours d'éducation sexuelle à l'école et porno sur le web. Peut être
aussi, quelques bêtises maladroites avec quelques filles.
S'en sortir avait été une affaire simple mais
face à ce qu'elle offrait doit être un peu
intimidant.

Marsha ne savait que trop bien ce qui se passait dans son
diriger. Il n'était pas sa première jeune séduction. Inquiéter
était, elle avait besoin de ce qu'il avait tant et, elle avait besoin
ça mal.

« Penche-toi en avant et embrasse-moi Paul. Faites des choses que vous
Je pense que j'aimerais et je te dirai..."

Elle n'a pas terminé sa phrase. Il avait embrassé le haut de
sa fente. Elle avait senti son visage entre ses doigts. Son
les jambes ont essayé de se fermer défensivement mais ses épaules étaient
entre eux. Marsha s'allongea sur la table et attendit.




Paul ne savait pas vraiment quoi faire. Il savait qu'il était
censé descendre sur elle. C'était un cunnilingus il
savait, ce mot étrange pour le sexe oral avec une chatte. Était
il est censé lécher ou embrasser ou quoi? Il avait des dents et
langue et lèvres. Il a essayé de se souvenir du porno qu'il avait
regardé, il avait l'air assez facile dans les films. Il avait
écouté les autres parler de leurs talents quand
manger de la tarte aux cheveux. Il leva la tête et regarda. Tous
cette moiteur rose, les cheveux coupés. Elle tenait encore
s'ouvrit et Paul put voir le trou où
la bite était censée aller et au-dessus de ce qu'il était sûr
était son clitoris. La chose qui était censée faire
les femmes paniquent.

Il s'est entendu dire : « Je ne sais pas… », sa voix
à la queue.

"Embrasse-moi Paul, partout, puis reviens et
lécher chaque endroit que vous avez embrassé. Écoutez ce que je dis et
quels bruits je fais pendant que tu le fais. Mords-moi ici et
là, des petites bouchées. Gardez mon clitoris pour la fin. Tu sais
à propos des clitoris, vous ? »

Paul a dit qu'il l'avait fait et l'a regardée bouger un doigt et
a dit: «Ce petit gars ici.»

"Je vois," croassa-t-il. Il avait raison.

« Gardez ça pour le dernier Paul.



Mon Dieu, il était merveilleux, pensa Marsha. Maladroit et
désespérément inexpérimenté. Mais il a essayé et il était
patient et appris vite. Elle l'a encouragé, guidé
lui. Ses cris et gémissements de joie étaient sincères et
Paul a répondu exactement comme elle l'avait espéré.

Cela a pris du temps et il n'y a pas eu d'orgasme rapide pour elle.
Mais il apprit, et sa langue et ses lèvres furent bientôt
faire exactement ce qu'elle voulait. Sa chatte a son
embrasser et lécher. Ses mains ont remplacé les siennes.




Son excitation montait lentement. Elle est devenue plus vocale. Son
les hanches et les fesses n'étaient jamais immobiles sur la table. Paul vient
s'est perdu dans ses efforts. Son visage était mouillé, mouillé
de son jus, mouillé de sa salive. En quelque sorte, le sien
les besoins urgents semblaient s'écarter et l'excitation
de lui plaire gagnait en importance.

Il savait qu'elle avait besoin de lui. Il s'est rendu compte qu'il pouvait fournir
ce besoin. C'était bon, une sorte de pouvoir peut-être,
mais plus que cela.

Son humidité se répandit. Elle semblait s'ouvrir comme une fleur.
Il le pouvait, et enfouit son visage entre ses cuisses.
C'étaient des cuisses mouillées et glissantes, mouillées pour que son
les oreilles glissaient facilement contre eux. Son pubis taillé
les cheveux étaient mouillés. Son visage était humide. Cela ne ressemblait à rien
il avait imaginé.

Il leva un instant le visage et regarda Marsha.
chatte. Chaque nuance de rose sûrement? Il brillait. Elle
gémissait et se tortillait sur la table, ses jambes ouvertes,
plus large, il pouvait voir en elle.

Paul glissa sa main le long de l'arrière de ses cuisses, pour
début des courbes de ses fesses. Il a pris une profonde
souffle et appuya son visage contre tout ce
rose, poussant sa langue en elle.

Elle a saisi sa tête avec ses cuisses et l'a bossée
chatte de toute urgence contre sa bouche. Ses mains agrippèrent
son cul et il a combattu ses hanches alors qu'elle commençait
son orgasme.

Elle a crié qu'elle venait et elle a fait comme
il l'a baisée avec sa propre faim.



Marsha était épuisée. Elle ne se souvenait de rien, pourtant elle
se souvenait de tout. Depuis combien de temps est-elle venue comme
ce? Elle avait semblé couler à travers sa propre chatte, un
rivière qui sort de son lit. Ce garçon devenu homme avait
c'est fait. Sa maladresse, sa douce ignorance et son
merveilleuse persévérance.

Avec un gémissement, elle leva la tête et baissa les yeux. Il
la regardait, une expression inquiète sur son
affronter.

"Est-ce que tu vas bien? Il a demandé.

"Je ne me suis jamais sentie mieux, jamais, jamais", a-t-elle déclaré avec
totale sincérité.

"Tu es venu, n'est-ce pas ?"

"Oh oui, je suis venu, je suis venu de façon hallucinante."

« Je t'ai fait ça ? T'as fait venir ?

"Oui Paul, tu m'as fait venir."

Il s'est assis. "Encore?"

« Encore Paul ? Non pas encore."

Il souleva sa jambe droite sur son épaule. Elle
essaya de résister mais elle se sentit aussi faible qu'un chaton. Il
a fait la même chose avec son autre jambe et lui a enveloppé les bras
autour d'eux.

"Tu as dit trois des tiens pour un des miens."

Sur ce, sa tête glissa entre ses cuisses humides
et il était à nouveau à sa chatte.

" Paul non ! Pas encore. Je dois faire pipi. Noooooon!"

Sa langue a glissé sur son clitoris et les protestations de Marsha
arrêté.

En quelques secondes, semblait-il, elle revenait, revenait
contre cette merveilleuse bouche qui mange la chatte.

Et il ne s'est pas arrêté, ces lèvres, cette langue gardée
embrasser et tourmenter. Il lapait et suçait jusqu'à ce qu'elle
retourné à l'envers. Jusqu'à ce qu'elle sache qu'elle mourrait de venir.
Marsha est devenue toute conne.

D'une manière ou d'une autre, elle se tortilla loin de lui, à travers la table.
Elle s'est battue et s'est débattue et a amené une jambe sur sa
tête et recroquevillée, s'enroulant autour d'elle
spasme, serrant la chatte. Si quelque chose la touchait
clito à nouveau, elle mourrait. Des larmes ont inondé ses yeux. Elle sentit
glisse elle-même dans le noir.



Elle s'est réveillée. Dieu qu'elle avait envie de faire pipi ! Paul est très
son visage inquiet était à quelques centimètres du sien. Il était assis
avec ses coudes sur la table, son menton appuyé sur son
mains.

"Vous ok?"

« Oui, je pense que oui. Je pensais que j'allais mourir.

"Je suis désolé."

"Désolé! Ne sois pas désolé. C'était merveilleux. j'ai
ne viens jamais comme ça Paul.

"Tu étais incroyable," dit-il, la crainte dans sa voix, "Tu
juste venu et venu. Je ne savais pas que c'était comme ça
ce."

Elle a ri. "Ce n'est pas Paul, pas très souvent." Elle
tendit la main et toucha ses lèvres. Son visage était toujours
humide. "Merci, doux, merveilleux Paul."

Elle se redressa sur un coude. "Maintenant, je dois faire pipi
avant que j'éclate. Aidez moi."

Elle posa sa main sur la table, penchée alors que le
le besoin l'a presque submergée. Elle a serré la main
entre ses jambes et a dit "Ooooh!" à travers serré
dents.

"Puis-je regarder?" demanda Paul.

"Si tu veux." Comme c'est doux, pensa-t-elle. Retour à
être un garçon, avec une curiosité de garçon. Elle a regardé
lui et sourit. "Si tu me laisses te tenir quand tu
aller."

"J'aimerais ça."





Elle l'a fait, sans accident, à la salle de bain. Non sollicité
il s'agenouilla devant elle.

"Donne-moi ta main." Elle l'a guidé entre son ouverture
jambes. "Coupe ma chatte, serre-moi fort." Le retard a été
lui coûter cher; elle avait tellement besoin de lâcher prise.
"Prêt?"

Il acquiesca. Rien ne s'est passé, bien sûr à ce moment
elle ne pouvait pas lâcher prise. À quel point le corps humain est-il fou ?

C'était tellement bizarre, pensa-t-elle. Assis ici essayant de
pipi, penché sur la douleur, besoin d'aller si mal et
la main de ce jeune homme sur sa chatte.

Enfin elle a commencé.

"Oh mon Dieu!" Ses paroles surprises lui firent ouvrir
yeux. Il regarda en arrière un large sourire sur son visage. "Il
chatouille. C'est tellement sexy.

Elle sentit ses doigts jouer dans son ruisseau, taquiner,
explorant.

"Je peux sentir d'où ça sort. Il fait si chaud aussi.
Sa main se resserra comme pour arrêter son flot. Maintenant elle
sentit la chaleur alors que toute sa chatte était inondée. Soudain
le tout est devenu très sexy pour elle aussi, pour
sa grande surprise. Elle baissa les yeux, il n'avait pas été
en érection dans la cuisine mais maintenant il était maintenant, complètement en érection.

"Cela vous excite, n'est-ce pas?" Elle lui a demandé.

"Oui c'est le cas. Est-ce que je peux?" il avait l'air gêné. "JE
n'aurais jamais dû demander, tu penseras que je suis bizarre.

"Non Paul, tu n'es pas bizarre. Il n'y a rien de bizarre
de profiter de votre corps ou de celui de quelqu'un d'autre. Son
flux ralenti à un filet. "Lève-toi et laisse-moi profiter
vous un instant.

Sa main quitta sa chatte et il se leva. Il
regarda sa main mouillée d'un air incertain et se tourna à moitié et
rincé sous le robinet du lavabo. Marsha a ramassé
le distributeur de crème pour les mains, lui a fait gicler de la crème
paume et attrapa sa queue.

"Votre pauvre bite a été assez négligée, n'est-ce pas?"

Il avait l'air énorme dans sa petite main. C'était si dur, alors
merveilleusement dur. Elle a commencé à le pomper lentement. Marsha
regarda les muscles de ses cuisses bouger alors qu'il son corps
tendu et il devait se concentrer sur le maintien de son équilibre.

"Oh oui, ça fait tellement de bien. Marsha qui se sent
parfait."

Elle sourit à la première utilisation de son nom. Maintenant, avec deux
culmine derrière lui, sa gâchette de cheveux juvénile était
parti et elle pouvait profiter de lui.

Comme elle aimait sa bite, sa longueur, sa force. Elle
voulait le pomper comme ça et ensuite elle le ferait entrer
sa bouche. Gardez-le désireux, gardez-le près du bord.
J'adore sa bite jusqu'à ce qu'il supplie de la mettre à l'intérieur
son. Elle le voulait en elle maintenant. Oh, comme elle voulait
ça en elle, en haut, au plus profond d'elle.

Elle a pompé, alternant lentement avec rapidement, serré
avec lâche. Comment il l'aimait, comment elle aimait le sien
réaction. Si elle s'arrêtait, il essayait de lui baiser la main.
Et tout le temps, ce jeu de ses muscles dans son
jambes fortes alors qu'il essayait de rester debout.

Enfin elle s'arrêta. Paul a protesté: "Non, s'il vous plaît, ne
arrête, ne t'arrête pas maintenant.

Doucement, elle le repoussa. Elle a attrapé une poignée de
mouchoir et s'est séchée et s'est levée et a rincé le
toilettes.

« Ne vous inquiétez pas, nous n'avons pas encore fini. Quoi qu'il en soit, n'est-ce pas
c'est bien d'aller jusqu'au bord comme ça et puis s'arrêter ?
Il y a toutes sortes de jeux pour jouer avec des bites et
chattes. Elle adorerait le taquiner lui et sa bite
pour toujours mais il était vraiment temps qu'ils la baisent
décidé.

Elle baissa les yeux sur sa queue, toujours délicieusement dressée.
"Voulez-vous laver cette crème, ou dois-je le faire ? je
imaginez que ça a un goût terrible.

"Goûts?" demanda-t-il, l'air perplexe, puis sourit,
« Oh, d'accord, oui, je vois ? »

Elle fit couler le robinet d'eau froide dans le lavabo et ramassa
la débarbouillette. "Allez, laisse-moi laver ta belle
coq."

Il s'avança vers la coiffeuse et Marsha s'empara de
lui et a commencé à le laver.

Il aspirait de l'air entre ses dents. "Il fait froid", a-t-il
protesté.

Elle a mis une giclée de savon pour les mains sur le chiffon et
le baigne soigneusement. Eau froide ou pas sa queue
est resté ferme.

"Pas encore de petite amie stable?" elle lui a demandé. Elle était
s'amuser.

« Non, je ne semble jamais capable de les garder. je suppose que je le suis aussi
timide et ennuyeux.

"Tu n'as pas été timide et ennuyeux avec moi aujourd'hui, Paul. Avec
ta langue et cette belle bite que je n'aurais jamais
te laisser partir." Elle ferma le robinet et sécha doucement
lui avec une serviette.



"Eh bien," dit Marsha d'un ton qui semblait dire
que le moment était venu.

Paul la regarda avec espoir. Elle a défait la fermeture éclair
sur le côté de sa jupe, a défait le bouton pression sur le
ceinture et laissez tomber la jupe. Elle se tourna et
est sorti de la salle de bain en s'attendant clairement à ce qu'il
suivre.

Il la suivit, les yeux fixés sur ses fesses. Tous
elle portait maintenant étaient les bas. Il supposait que c'était un
beau cul. Les culs des filles qu'il avait tendance à regarder
étaient serrés, petites choses. Marsha était large et
rond. Si Paul avait eu le mot Rubenesque il aurait
l'ont sans doute utilisé.

"Comme le gros cul de cette vieille dame Paul?"

"J'aimerais que vous ne continuiez pas à dire que vous êtes vieux."

"Très diplomate", a-t-elle déclaré. Atteindre le centre de
le salon, elle s'arrêta et se retourna. "Peut-être que je vais
t'apprendre à apprécier mon cul un peu de temps.

Les yeux de Paul se sont déplacés vers ses seins lourds et gros
mamelons.

Elle fit un geste vers le canapé : « Asseyez-vous et laissez-moi
vous faire plaisir pendant un moment.

Paul s'assit et elle s'agenouilla devant lui. « Est-ce que Paul
comme si sa bite était aspirée ?

Paul déglutit et hocha la tête.

"Eh bien, demandez gentiment." Elle s'avança et poussa son
genoux écartés et attendu.

Ils regardèrent tous les deux sa queue à moitié dressée. "Bien." elle
a dit.

"Quoi?"

"Demande-moi gentiment si tu veux que je le fasse."

Il déglutit bruyamment et son visage devint rouge. "S'il te plaît
suce ma bite.

"Encore."

"S'il vous plaît, sucez ma bite Marsha." Sa bite était entièrement
en érection, Marsha sourit et baissa les yeux sur son envolée
érection.

"Je pense que je le ferai peut-être."

Elle pencha la tête et embrassa le bout de sa bite
puis entr'ouvrit ses lèvres et l'accueillit.

Ce n'était pas la première pipe de Paul. C'était son troisième.
Les deux premiers avaient été des affaires étranges, à la fois par le
même fille. Tous deux avaient été marqués par la nervosité, la peur
de découverte et d'inexpérience sans espoir. C'était dans
l'obscurité et le froid et l'inconfort. La première fois
il ne serait pas venu. La deuxième fois qu'il avait et la fille avait
jeté sur ses chaussures.

Ce temps? Chaud et très confortable et il pouvait voir
l'action. Le meilleur de tous Marsha semblait savoir très
bien ce qu'elle faisait. Paul s'est détendu et a tout laissé
arriver.

Elle le regarda, ses yeux très ronds et très
grand. Elle parlait avec ses lèvres bougeant contre la tête
de sa bite, "Est-ce que quelqu'un a déjà fait ça pour toi?"

Il hocha la tête : "C'était un désastre." Paul a failli rire
la mémoire.

« Ce ne sera pas le cas, je le promets. Vous avez une belle bite et
tu vas adorer ce que j'en fais.

Sa main gauche tenait la racine de son sexe et sa droite
s'allonger sur sa cuisse. Il était très conscient de son gros soft
seins bougeant doucement entre ses cuisses.

Sa bouche commença à travailler sur lui. Sa chaleur enveloppait
lui. Ses lèvres étaient un 'O' accroché qui glissa vers le haut et
vers lui tandis que sa langue tourbillonnait et le caressait
à l'intérieur de sa bouche. Ses yeux ne semblaient jamais s'arrêter
le fixant, regardant, semblant vérifier si
il appréciait ses efforts.

Ses commentaires étaient composés de "oui" et "Oh Dieux" et
sons incohérents ; tous très positifs.

Marsha ne dit rien bien sûr, sa bouche étant très
plein de bite. Mais elle a avalé, aspiré et avalé,
tout comme ils l'ont fait sur les films porno qu'il regardait. Mais
c'était sa queue et sa propre enculée. Paul
était dans un ciel très spécial.

Elle l'a pris lentement et facilement. Après deux venues, Paul était
plus facile à contrôler. Plus tôt, il aurait jailli comme un
fontaine quelques secondes après que sa bouche l'ait englouti.
Maintenant, il était aussi excité que jamais mais capable de savourer
Les efforts de Marsha.

C'était merveilleux. Elle a sucé, les joues creuses, jusqu'à
longueur de lui jusqu'à ce qu'il glisse presque. Après un
pause taquine, elle glissa de nouveau sur lui, de bas en bas
jusqu'à ce que ses lèvres atteignent ses doigts recourbés. Pas de profondeur
gorge, pas de bâillonnement, juste une succion lente et régulière
et glissez. Presque imperceptiblement, son excitation grandit, son
boules semblaient bourdonner d'énergie et il savait qu'il pouvait
Répète. Il s'allongea sur les coussins et regarda
cette femme magnifique semble le dévorer. Sa bite
brillait de sa salive, l'entrelacs de veines, bleu
et la pourpre se détachait sur son manche.

Le laisserait-elle jouir dans sa bouche ? Aurait-elle avalé
sa venue? D'une manière ou d'une autre, il savait qu'elle ferait n'importe quoi et
tout à et avec sa bite si elle en avait envie.

Il voulait lui attraper les cheveux et baiser son visage. Il
voulait lui écraser la tête, se forcer à descendre
sa gorge. Il ne l'a pas fait, il ne pouvait pas. Il ne savait pas pourquoi
mais d'une manière ou d'une autre, cela l'humilierait et la dégoûterait. Donc il
laisse-la juste le sucer et faire travailler sa magie sur le sien
coq gonflé et désespéré.

Puis, avec une soudaineté terrible, son apogée s'est installée
dans le creux même de son aine et il savait qu'il devait venir.

Marsha le savait aussi, semblait-il. Sa bouche était partie et
son poing serra sa queue à sa base avec un douloureux
férocité. Ses muscles se contractaient et se contractaient, ses
venir semblent sur le point de bouillir hors de lui. Mais ce n'est pas le cas,
d'une manière ou d'une autre, elle l'avait étouffé. Quand elle s'est enfin calmée
sa poigne, une bave de son sperme coula doucement de
son bout de bite. Marsha l'a lavé d'un rose délicat
langue. Elle le regarda dans les yeux et déglutit.

La sueur a éclaté sur le front de Paul et il a regardé
sa main et le sexe qu'elle entourait.

« Presque », dit-elle. "Tu as bon goût au fait."

Elle a joué doucement avec sa bite et a demandé: "Voulez-vous
réessayez ?"

Ils ont réessayé. Deux fois de plus et à chaque fois elle
réussi le même truc; l'attirant lui et sa bite
le bord et en quelque sorte l'empêcher de se produire.
Deux fois plus le filet. Deux fois plus sa langue échantillonnée
lui.

Paul se sentait impuissant dans la bouche et les mains de cette femme.
Elle jouait avec lui. Il adorait ça mais le
le tourment était au-delà de toute croyance.




Elle s'est assise et s'est déplacée vers sa droite et s'est penchée en avant
reposer ses coudes sur le canapé. Son cul était en l'air et
dehors, deux beaux hémisphères.

"Maintenant, baise-moi Paul, viens juste derrière moi et baise
moi comme tu l'as voulu tout l'après-midi. Baise-moi
en levrette.

Étourdi autant par la crudité de ses propos que par la
arrivée soudaine de ce qu'il désirait le plus, il a lutté pour
se lever. Il est pratiquement tombé quand il s'est levé, ses jambes
étaient vacillants et il se sentait instable. Elle l'avait vidé de
l'énergie semblait-il.

L'idée de la baiser à mort semblait maintenant plus
proposition difficile.

"Dépêche-toi Paul," dit-elle d'une voix urgente, "j'ai besoin de ça
belle bite.

Paul se mit à genoux derrière elle. Il était de nouveau incertain
de lui-même maintenant que le moment était arrivé.

Elle était tellement exposée. Son cul débordant si nu. Son
l'anus le regarda d'entre le doux
gonfle de ses fesses. Sa chatte était là aussi, il
toujours pensé que le vagin était à l'avant mais
maintenant il semblait être à l'arrière, où ses boucles pubiennes
tout sauf la cacher.

"Paul!"

Il s'est avancé sur ses genoux et a plié son érection
vers le bas, essayant de le viser.

Sa main apparut entre ses cuisses et saisit sa
coq et le guida avec lui vers l'avant. Il se sentait
étant positionné. Elle se retourna vers lui.

La virginité de Paul avait disparu; parti dans une chaude, presque
moment de succion. Par instinct, il a poussé aussi et sa bite
pénétré profondément à l'intérieur de Marsha.

"Oh mon Dieu! Oui! Doux Jésus, oui », ses mots se sont précipités
d'elle en un souffle.

Ils semblaient tous les deux se figer en cet instant avec Paul
enfoui profondément, profondément en elle.

"Je veux ta bite depuis que je t'ai vu dans le
magasin aujourd'hui », lui a dit Marsha.

"C'est si bon, si chaud, si, si...", il n'avait pas de mots.

« N'est-ce pas ? » dit Marsha.

"Oh mon Dieu!" s'exclama-t-il alors qu'elle serrait les murs de
son vagin semblait le sucer.

"Non, Paul, maintenant baise-moi, fort comme tu veux, fort comme toi
peut."

Baise-la, il l'a fait. Dur comme il pouvait, dur comme il voulait.
Peut-être presque aussi fort qu'elle le voulait. Quand son apogée
s'approcha, il s'arrêta et attendit ; Paul avait appris que
après-midi.

Elle est venue avant lui, violemment et fort. Paul
accroupi sur elle pendant qu'elle jouissait, ses mains serrant
ses beaux seins, ses pouces et ses index qui se pincent
et tirant sur ses mamelons. Son orgasme semblait rouler
encore et encore, sa chatte a continué à essayer de tirer sa bite dans
son.

Ensuite, elle a pleuré dans le coussin du canapé. Il a demandé
si elle allait bien et qu'elle disait qu'elle ne s'était jamais sentie
mieux. "Maintenant, fais-m'en un peu plus."

Paul se redressa et saisit sa taille, son
doigts creusant dans sa douceur, la trouvant
OS de la hanche. Il a recommencé à la baiser, les yeux baissés
regarder sa bite entrer et sortir d'elle. En train de regarder
le pli brun de son anus. Voyant la blonde-blanche,
poils duveteux dans la vallée de sa colonne vertébrale. Vouloir
baise-la pour toujours.

Sa poitrine se souleva ; il entendit sa respiration, sentit le
marteau de son cœur et a claqué sans pitié contre
la douceur de son cul. Claquer, claquer, baiser,
putain, déterminé à lui faire supplier d'arrêter.

Mais Marsha n'a pas imploré pitié, elle l'a juste exhorté.
J'en ai demandé plus, plus de bite, plus de bite.

Enfin son corps se rendit, ses couilles se resserrèrent, un
une terrible contraction s'est produite au plus profond de lui et il était
à venir. Va et vient, une tentative désespérée de
vider tout son moi dans sa chatte.

Épuisé enfin, il s'allongea sur elle. Ses mains tremblantes
trouvé et pris en coupe ses seins pendants. Il l'a entendue
pleurer à nouveau et je savais que tout allait bien. Il pourrait avoir
s'écria-t-il, il se sentait si heureux.

« Je suis toujours en vie », murmura-t-elle.

"Quoi?"

« Tu ne m'as pas baisé à mort, n'est-ce pas ? » Il y avait
rire dans sa voix.

"Je suppose que non." Les poumons et le cœur de Paul étaient de retour près
à la normale, mais il savait qu'il avait changé.




Ils se tenaient devant sa porte d'entrée. Paul était habillé mais
Marsha n'avait encore que ses bas. Elle était au courant
d'un lent ruissellement à l'intérieur de sa cuisse gauche.
Elle monta sur la pointe des pieds et l'embrassa.

"Demain?"

"Demain", l'incrédulité était dans sa voix. Elle voulait
plus? Peut-être après avoir dormi. Il avait besoin de dormir maintenant.
"J'aimerais ça." Il savait qu'il aimerait ça mais en ce moment il
avait besoin de se reposer un peu.

« Nous pourrions faire d'autres choses », dit-elle.

Il se demanda quelles autres choses il y avait ; ils étaient loin
dépassé l'étendue de ses connaissances cet après-midi-là.

"Attention, la règle du trois pour un ne serait plus
appliquer."

"Ce ne serait pas?" Il y avait trop pensé pour elle.


"Non, vous avez réussi votre cours de débutant maintenant." Elle
souleva son sein droit avec sa main et donna le
mamelons un lent baiser de succion. La bite de Paul s'agita
la vue.

Elle a libéré le mamelon. "J'ai toujours pensé à cinq pour
un à peu près juste.

Articles similaires

Le Shed Club (Partie 4)

Tout d'abord, des excuses massives pour le retard de production de la partie 4. Crise inattendue avec grippe familiale partout. Tout le monde va mieux maintenant, donc je peux répondre à la dernière série de commentaires..... Les « entraîneurs » au Royaume-Uni font référence aux chaussures de sport… Nike, Adidas, Puma, etc. Je ne pense pas qu'il y ait d'autres requêtes, ainsi de suite avec la partie 4. Il s'agit de Finn, que je vois encore de temps en temps. En fait, il a réparé mon PC l'année dernière. Il conçoit des sites Web et d'autres trucs techniques qui me laissent perplexe. Il...

2.2K Des vues

Likes 0

Pookies première fois avec papa

Bonjour l'histoire que vous vous apprêtez à lire est une histoire vraie sur moi et mon papa que j'aime de tout mon coeur. ceci est ma première histoire donc les commentaires sont les bienvenus. C'était une semaine avant mon 21e anniversaire et papa m'a dit qu'il avait prévu quelque chose de spécial pour moi (j'adore quand papa fait ça). Mais d'abord, laissez-moi vous parler de moi et de mon papa, ma mère est noire et mon père est blanc, ce qui me rend biraciale. Je suis 5'9 avec des cheveux noirs courts un peu comme Keyshia Cole avec des yeux marrons...

1.3K Des vues

Likes 1

The Switch (édité et republié)

INTRODUCTION : Mes excuses pour toutes les erreurs. Je n'avais pas vraiment l'intention de le poster quand je l'ai fait. J'étais encore en train d'éditer quand je l'ai posté accidentellement. J'ai eu quelques difficultés informatiques. Je remercie presque tout le monde pour leurs commentaires (à l'exception des personnes qui utilisent des histoires pour poster des commentaires à la recherche de nanas ? Vraiment ! Est-ce que ça marche ? ?) J'ai presque terminé le chapitre 2 (qui contient de beaux rebondissements que j'espère vous 'll like) mais s'est arrêté pour nettoyer un peu le chapitre 1 et le republier. J'espère que celui-ci est plus facile à...

1.4K Des vues

Likes 0

Moi et mes frères Chapitre IX

IX. Spectacles de sexe Je ne suis pas plus tôt retourné à la cuisine et Marty et Donny sont arrivés, très peu de temps après que Louise et Bobby se soient présentés. Presque aussitôt nous mangions et riions car nous semblions tous avoir quelque chose de stupide à dire. Louise a dit quelque chose à propos de Bobby qui s'emmêlait dans le drap et cela lui semblait si drôle qu'elle pouvait à peine expliquer. Marty a dit: J'aurais aimé voir ça? De là, nous sommes entrés dans une discussion sur le fait de regarder du porno. Ce que je veux voir...

1.2K Des vues

Likes 0

DIMANCHES SEXY>

«Est-il vraiment neuf pouces et épais? Pensez-vous qu'il aimerait se faire sucer par une femme d'une cinquantaine d'années ? J'avais l'habitude d'être très bon dans ce domaine à mon apogée, même si je n'ai jamais eu d'homme avec une érection de neuf pouces. Voulez-vous me regarder souffler son érection de neuf pouces, a-t-elle demandé en sentant mon intérêt. Je lui demanderai et je vous recontacterai, lui ai-je dit, excitée à l'idée de regarder une femme de dix ans plus âgée, toujours sexuellement attirante, amener l'érection épaisse de neuf pouces de mon homme à l'orgasme pendant que je regardais. Plus tard le même...

1.3K Des vues

Likes 0

Nuit silencieuse...

Nicole était allongée sur le lit lorsque son mari, Rick, est rentré du travail vendredi soir. La seule chose qu'elle portait était un soutien-gorge noir, un string noir et des bas résille assortis. Lorsqu'il entra dans la chambre, il la vit allongée, profondément endormie. Alors qu'il se tenait là et regardait à quel point elle était belle, il a commencé à être excité. Il se déshabilla et grimpa dans le lit à côté d'elle. Son mouvement dans le lit la fit juste se détourner de lui. Il se sentait mal d'avoir passé autant de temps au bureau, mais il y avait...

1K Des vues

Likes 0

Lana veut partager

PARTIE UN: Mesdames, est-ce que c'est une sorte de mauvaise blague ? Oh merde. Jake s'était réveillé pour se retrouver ligoté sur son lit dans son dortoir. C'était les vacances de printemps, son colocataire était parti, le campus était vide… ce qui pouvait être une très bonne ou une très mauvaise chose. Il lécha ses lèvres alors que sa petite amie Lana et la meilleure amie de sa petite amie, Jessica, se penchaient sur lui. « Pourquoi suis-je nu ? Lana ? Il leva les yeux vers sa petite amie. Elle était magnifique, une grande brune à la peau pâle avec des...

669 Des vues

Likes 0

Réaliser son fantasme

Je l'ai regardée depuis la fenêtre. Elle venait de rentrer chez elle et sortait de sa voiture. Dans l'allée qu'elle a parcourue, dans quelques secondes, elle serait devant la porte d'entrée. Quelques secondes plus tard, elle était dans la maison. Je connaissais sa routine : quitter la maison à 6h du matin, rentrer à la maison à 17h30, douche, dîner, télé, se coucher. Sans faute, tous les soirs. Elle n’avait pas de mari, pas de petit ami, pas même d’animaux, cette dame était enfermée… ce qui était parfait pour moi. Tu vois, j'avais des projets pour elle. J'ai entendu la porte...

629 Des vues

Likes 0

Ma fille Miriam chap06

Chapitre 6 Jen était plus que prête à mettre le plan de Dave en action. La prochaine fois que ses parents, Barry et Cathy, sont sortis et l'ont laissée seule, elle s'est dirigée directement vers la boîte cachée de films cochons. Elle a choisi le film entre filles et a commencé à le regarder. La semaine dernière, lorsqu'elle l'a vu pour la première fois, elle n'était pas vraiment intéressée à le regarder. Maintenant, elle avait hâte de voir l'action. Elle allait monter un spectacle pour ses parents qui les rendrait très chauds. Pendant qu'elle regardait ce film, l'action la rendait vraiment...

560 Des vues

Likes 0

Domination_(2)

Ils roulèrent tous les deux dans un silence gêné jusqu'à ce que Frank propose d'un ton maussade : Je ne vois pas pourquoi tu continues à voir ce type ! Tu ne réalises pas à quel point c'est dégradant pour moi ? Je suis désolée, répondit Dana, mais tu sais qu'on n'y peut rien, et au fait, aujourd'hui, Jack veut que tu regardes. Quoi!?! son mari depuis quinze ans a crié avec indignation. Je ne le ferai certainement pas !!! Cela dépend de vous bien sûr, répondit-elle d'un ton neutre, mais il a dit que si vous ne vous présentiez pas...

399 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.