Fille avec un secret

1.1KReport
Fille avec un secret

Droit d'auteur, 2012 Castlequeen

Mon dieu, quelle expérience misérable. Bal des finissants. Un solide mois de préparation, une robe à deux cents dollars qui me fera travailler pour maman tout l'été, une paire de chaussures à trois cents dollars qui me verra asservie à son magasin postal/d'expédition/boîte aux lettres jusqu'à mes cinquante-six ans, et nous ne pouvons pas oublier la coupe de cheveux à quatre-vingt-dix dollars. Qu'est-ce que j'en ai retiré ? Un dîner plutôt médiocre, une belle danse, une belle photo et mon ex-petit ami essaie de me faire sortir. Je ne suis pas prude, loin de là, mais ça n'allait pas arriver.

Je suis toujours vierge. Dix-huit ans et j'ai toujours ma cerise. Pourquoi?
Tu voulais que j'invente quelque chose ? Ou est-ce que le fait que "je n'ai pas rencontré le bon gars" sera acceptable pour vous ?

Oh non, ne vous méprenez pas, je ne suis pas lesbienne. Oui, j'ai embrassé la langue de mon amie Jenna lors d'une fête, mais c'était pour partager les vingt dollars que les gars ont mis en place pour le défi. Vraiment. Je ne suis pas gay. Sérieusement. Ne me regarde pas comme ça !

Le bon gars viendra, je ne sais pas quand. Il doit être super gentil, super magnifique, et... il doit faire fondre mon cœur.
Je ne retiens pas mon souffle en attendant. Nous verrons ce qui se passera quand j'arriverai à l'université, en attendant, j'ai du travail à faire.

"Darcy ! Apportez-moi d'autres rouleaux de ruban adhésif !"

Cela a été crié par mon frère Stuart. C'est mon... patron quand maman n'est pas là au magasin. J'attrape un peu plus de ruban adhésif et le lui lance. Mon lancer est médiocre, comme d'habitude, mais sa grâce athlétique lui permet de faire une belle prise avec une extension complète de son corps de six pieds deux. Je fais signe en premier et il rit.

"Si je pouvais juste avoir un meilleur quart-arrière, je n'aurais pas à faire autant de jeux de côté et nous gagnerions plus souvent!"

Je prends ma réprimande avec un petit rire et reviens aux livres. Il termine les derniers colis pour le dernier ramassage, et je dois faire la paperasse pour maman. Elle n'est pas si mal pour travailler, surtout en été, car nous sommes généralement partis d'ici à sept heures au plus tard. C'est vendredi, et c'était plutôt doux. Mes plans impliquaient une heure ou deux au bord de la piscine avec quelques sodas froids, un film et une bonne nuit de sommeil. Tous mes amis étaient sortis avec leurs petits amis, et étant parmi ceux qui ont récemment été largués, je n'avais pas ma place avec eux.

Nous terminons et au lieu que je doive rentrer chez moi en bus (je n'ai pas de voiture avant d'avoir commencé l'université), Stuart m'offre gentiment de me raccompagner. D'habitude, il est dehors en un éclair, alors je fais une pause.

"Pourquoi le trajet? Tu es généralement parti à la seconde où nous avons franchi la porte?" Je demande.

"Version courte, Holly est énervée contre moi. Elle est au cinéma avec ses amis et je suis seul à la maison jusqu'à ce qu'elle me pardonne." Il avait l'air déprimé.

"Qu'est-ce que tu as fait?"

Il grimace. "J'ai euh, j'aidais Mia. Avec un massage des épaules."

« Holly sait que tu es à l'école pour apprendre la massothérapie, n'est-ce pas ? Pourquoi serait-elle en colère ?

"Euh, parce qu'elle déteste Mia, et parce que Mia avait un faible pour moi avant que Holly et moi soyons ensemble. D'où la niche."

Ce n'est pas bien de rire, mais je devais le faire. "Je vais l'appeler moi-même et lui dire un bon mot, je lui dirai juste que tu es un vrai crétin. Espèce d'idiot."

"Merci, Darcy, tu es si gentille avec moi." il l'a dit sarcastiquement, mais je pouvais dire qu'il espérait que ma garantie l'aiderait. Je ferais ce que je pourrais, tout compte fait, c'était un très bon grand frère.

"Voyant comment tu vas être à la maison ce soir, tu veux commander une pizza ? J'allais juste atomiser quelque chose, mais si tu es là, nous aurons tout le marché, des gressins, etc."

Il a souri. "C'est bon, mais s'il te plaît, laisse-moi choisir le film, je ne veux pas voir un film pour filles !"



PIzza a été commandée et mangée, le film était une comédie assez drôle et nous nous sommes bien amusés. Il faisait encore un peu chaud donc on allait aller à la piscine après le film.

Bzzzt !!!!!! Pas de film. Pas de lumières. Aucune puissance.

"Aw, merde. J'espère que ce n'est pas sorti si longtemps." J'ai dit.

"Je ne sais pas, si c'est quelque chose de simple, ça va monter vite, si trop de climatiseurs l'ont poussé par-dessus bord, ça pourrait prendre un moment. Tu veux un autre soda ? N'ouvrons pas le frigo trop souvent au cas où il serait sorti longtemps temps."

« Ouais, prends-m'en un. Merci !

Il revint un instant plus tard, mais pas avec le soda promis. Il a une bière pour lui et un refroidisseur de vin pour moi.

"Hé, buveur mineur ici, mon frère ?"

"Ouais, d'accord," sourit-il, "comme si tu n'en avais jamais eu."

"D'accord, un ou deux, peut-être. Mais gardons ça secret."

Après vingt minutes et une autre cave à vin, un voisin est venu nous dire qu'il avait vérifié auprès de la compagnie d'électricité et que cela allait prendre environ deux ou trois heures. Nous l'avons remercié, avons attrapé une nouvelle tournée de boissons et avons enfilé nos costumes et nous sommes dirigés vers la piscine. Il faisait frais au bord de l'eau, et maman et papa n'avaient épargné aucune dépense pour les meubles de patio, c'était très confortable. Nous avons mis nos chaises face à face et nous avons juste commencé à parler.

Nous nous entendons très bien, mais d'une manière ou d'une autre, nous n'étions pas vraiment ouverts l'un à l'autre. c'était étrange, et j'ai eu la brillante idée de le défier à la vérité ou à l'action.

"D'accord, sœurette, j'accepte, action ou vérité ?"

"Vérité!"

"Pourquoi es-tu ici avec moi, alors qu'il y a deux semaines, tu étais prêt pour le bal avec Nicholas?"

"Il m'a largué parce que je ne me suis pas éteint."

Il acquiesca. "Je ne peux pas m'énerver contre ça, mais il n'aurait pas dû te larguer pour ça."

« Je vais le dire. Action ou vérité ? »

"Oser!" dit-il avec un sourire malicieux.

"En haut du toboggan, lancez une pierre à la fenêtre de Mme Willard, attirez son attention et donnez-lui la pleine lune."

Le haut de notre toboggan avait une vue parfaite sur la salle familiale de Mme Willard, et elle était sûre d'être assise là en train de lire. Il m'a lancé un sale regard et a grimpé en haut du toboggan avec moi juste derrière lui pour regarder. Il m'a regardé et a lancé une petite pierre à sa fenêtre, elle a levé les yeux et il l'a flashée. Elle nous a lancé un regard indigné et a ouvert sa porte-fenêtre pour crier "Hooligans !" et claquez-le. Nous sommes tombés du toboggan, nous riions si fort.

"J'avais oublié à quel point c'est amusant d'énerver la vieille chauve-souris !" il rit. "D'accord, action ou vérité ?"

"Vérité."

Il eut l'air pensif pendant quelques instants. « Pourquoi n'as-tu pas couché avec Nicholas ? Je pensais que tu l'avais déjà fait.

Ce n'était pas ce à quoi je voulais répondre, mais j'avais été l'idiot qui avait suggéré le jeu.

"Je.....n'ai pas encore sorti pour lui....ou qui que ce soit." dis-je d'une petite voix.

"Oh." Il avait l'air abasourdi par l'admission. "Je veux dire, tu étais avec Nicholas, et avant lui, Stephen, et avant ça, Bryan donc j'ai en quelque sorte supposé... désolé."

"Pourquoi êtes-vous désolé?" J'ai demandé.

"Eh bien, tu semblais un peu gêné de l'admettre. J'aurais dû relever le défi, j'allais te faire boire une gorgée de la bouteille de Jack Daniels de papa."

"Crois-moi, Stuart, il est temps que je veuille repousser Jack quand il s'agit de sexe."

"Pourquoi voudriez-vous quand il s'agit de... putain de merde ! Vous ne me dites pas que vous êtes une gouine ??"

Je ne pouvais qu'en rire. Il avait l'air à moitié horrifié, à moitié excité à cette pensée.

"Non, pas une gouine, et si tu as entendu cette histoire sur moi et Jenna, c'était uniquement pour gagner les vingt dollars."

« Alors… alors pourquoi le sexe te pose-t-il autant de problèmes, sœurette ? Je doute que ce soit un manque d'intérêt de la part des garçons. Sœur ou pas, ma vue va bien et tu es plutôt mignonne.

J'ai soupiré. "J'aurais aimé que nous n'ayons jamais commencé ce jeu stupide. J'aurais aimé que le courant soit rétabli."

Il m'a surpris en tendant la main et en me prenant la main. "Sis, c'est cool, tu ne veux pas en parler, oublie ça alors. Tu sais cependant que tu peux tout me dire. Tu sais que je ne crierai pas à maman ou papa."


« Tu veux vraiment savoir pourquoi je n'ai pas abandonné ? Vraiment, honnêtement et sincèrement tu veux savoir ?

Il acquiesca. « Ouais, si tu veux me le dire. Seulement si tu veux me le dire.

"C'est parce que... je n'arrive pas à trouver le bon gars." Voilà, je l'avais dit.

Il en riant. "Eh bien, alors tu attends, ce n'est pas si grave, en fait plutôt admirable de nos jours. C'est quelque chose dont tu peux être fier, tu sais."

J'ai secoué ma tête. "Tu t'es trompé. Je sais qui il est, je ne peux pas."

"Quoi? S'il a une petite amie, attends-la, ou diable, va la battre, tu es dur." Il a dit ce dernier sourire, mais je ne souriais pas en retour.

Je sais que je voulais être honnête, mais je ne pouvais pas l'être ! J'ai commencé à pleurer et j'ai couru dans la maison et à l'étage dans ma chambre où je me suis jeté sur le lit en larmes.



Quelques instants plus tard, il frappa doucement à ma porte.

« Darcy ? Ça va ? Je suis désolé pour tout ce que j'ai dit qui t'a tellement bouleversé. Tu sais que je ne serais pas méchant comme ça exprès.

Non. Il ne le serait pas. Cela faisait partie du problème. C'était un très bon frère.

« Darcy ? Allez, parle-moi. Je suis désolé, quoi que j'aie dit, je m'en excuse.

Je roulais sur mon lit pour lui faire face. "Ce n'est rien de ce que tu as dit, ce n'est rien de ce que tu as fait, c'est ce que tu ne peux pas dire ou faire qui me fait ressentir cela."

"Désolé, sœurette, je suis confus ici. Tout ce qu'il faut pour que tu te sentes mieux, je le ferais, tu le sais." Il était si sincèrement inquiet qu'il me déchirait en morceaux.

Je levai les yeux vers lui, les larmes coulant sur mon visage comme une cascade.

"Je n'ai pas encore été avec un mec, parce que le meilleur homme que je connaisse, celui à qui je voudrais me donner, je ne peux pas l'avoir parce qu'il se tient trop près de moi." ai-je lâché.

"Hein ? Est-ce que ce type est un de tes amis ? Ou est-ce qu'il-"

"C'est toi, Stuart, c'est toi. Le mec parfait, l'homme vraiment adorable, celui avec qui je voudrais être, celui que je prendrais volontiers dans mes bras, et c'est mon propre… frère. Je suis une personne malade. C'est pourquoi j'ai des problèmes avec le sexe, d'accord? Je suis un monstre malade et pervers.

J'ai éclaté en larmes fraîches et je me suis serré contre moi et je voulais juste que tout s'en aille. Je ne m'attendais pas à ce que Stuart soit tout à fait le gars que j'avais voulu dans la vie. Il s'est assis sur mon lit et a caressé mes épaules. C'était l'agonie parce que je voulais qu'il me prenne dans ses bras.

"D'accord, c'était une surprise, c'est le moins qu'on puisse dire. Honnêtement, je ne sais pas quoi dire, vraiment. Depuis combien de temps te sens-tu ainsi ?"

"Pendant environ quatre ans. Je n'étais qu'une petite fille stupide quand tu l'as fait avec Allison pour la première fois. Elle t'attendait une fois et je l'ai entendue sur son téléphone portable avec une de ses amies, décrivant ta première fois. La chose était à quel point tu étais gentille, à quel point tu l'avais rendu si spécial et si parfait pour sa première fois. Je ne sais pas si elle savait que c'était ta première fois aussi, mais elle avait un bon moment, et elle a pu découvrir à quel point tu étais spécial. Je savais déjà à quel point tu étais gentil, à quel point doux, et je pensais que mon premier mec serait comme toi. Cinq fois j'ai essayé, et tous les cinq fois le gars C'était un abruti avant d'y arriver. Je ne veux pas que ce soit comme ça, je veux que ce soit doux et merveilleux.

Les larmes coulaient de façon incontrôlable maintenant, mais il avait un mouchoir et il les essuya doucement.

"Il peut y avoir d'autres gars qui sont comme moi, tu sais." dit-il doucement.

"Mais et s'ils agissaient juste comme ça pour me mettre au lit? Le premier mec de Jenna était si gentil, jusqu'à ce qu'ils le fassent, et il s'est moqué d'elle, lui a dit qu'elle avait fait une mauvaise tête et ne l'a plus jamais appelée. Je ne Je ne veux pas ça pour ma première fois. Je veux que ce soit avec un homme en qui j'ai confiance, qui sera gentil et m'acceptera parce que je ne sais pas comment faire les choses correctement.

"Je peux comprendre ça... Deanna l'a apprécié, et Katie aussi. Je n'étais pas la première d'Holly, mais elle a dit que je la traitais mieux que n'importe lequel des trois autres gars avec qui elle était."

J'ai réussi à sourire un peu. "Elle ne vient pas de te dire ça. Je l'ai découvert moi-même."

Il avait l'air confus. "Tu as parlé avec Holly du fait qu'elle et moi avions des relations sexuelles?"

"Les filles parlent, c'est génétique tu sais." dis-je avec un petit sourire narquois. "Mais elle a été séduite par toi, Allison l'était, Deanna l'était, et Katie aussi. Et maintenant je ne peux pas me donner à un autre gars parce que j'ai cette fixation bizarre avec toi, et parce que j'ai une peur mortelle de ma première fois être horrible."

"Mais Darcy, nous ne pouvions pas... c'est juste faux. Pas exactement un futur là-bas, n'est-ce pas ? Tu dois le savoir."

"Je sais qu'il n'y a pas d'avenir, mais s'il pouvait y en avoir... la seule fois ? Donc, ma première est aussi spéciale que je le veux? Donc, le gars ne me traite pas comme de la merde si je suis terrible ? Je sais que c'est faux... mais je m'en fous." J'étais maintenant un gâchis officiel. Le peu de maquillage que j'avais était en désordre, avec des larmes striées, et mon visage était tout rouge. Je m'étais ouvert, je lui avais dit mon vilain secret, et maintenant, maintenant, j'allais probablement perdre l'amour de mon frère car il était sûrement dégoûté.

Il m'a regardé dans les yeux, en partie avec pitié, en partie avec compréhension. Je n'avais pas perdu son amour, mais il luttait avec lui-même à l'intérieur.
Il soupira finalement et me prit les mains.

"Comment, euh, veux-tu, euh, faire ça ?" demanda-t-il doucement.

"Pour de vrai?" Allait-il être à moi pour mon premier ?!?!

"Pour de vrai, ça va être un peu bizarre, mais je pense comprendre ce que tu veux dire, tu sais que je serai gentil avec tout ça."

"Si cela vous aide, allez-y et fantasmez sur le mannequin qui se trouve actuellement sur votre fond d'écran." J'ai dit.

Il secoua la tête. "Je pourrais fantasmer tout seul, mais quand je suis avec quelqu'un, il attire toute mon attention. C'est euh,... malhonnête dans l'autre sens."

Mon dieu, c'était le gars le plus gentil! Holly ferait bien mieux de lui pardonner, sinon c'est une idiote.

"Oh.....commençons juste si lentement et partons de là ?" Je ne savais pas exactement quoi faire et je savais qu'il serait un guide doux et aimant. Je ne m'attendais pas à ce qu'il se lève.

Il avait l'air anxieux. « Pouvons-nous faire ça… dans ma chambre ? En plus, c'est là que j'ai mon… » Je ne pouvais pas comprendre ses marmonnements.

"Qu'est-ce que vous avez dit?" J'ai demandé.

"Euh, mes préservatifs..." il rougissait en fait. « Nous devons VRAIMENT faire attention, tu sais ? Il m'a tendu la main et je l'ai prise en me levant. Il m'a ensuite conduit dans sa chambre qui, sans surprise, était rangée et bien organisée. Il ferma la porte et la verrouilla et me sourit. "Maman et papa ne sont pas censés être à la maison avant dimanche, mais on ne sait jamais."

Il éteignit alors plusieurs bougies et les alluma pour dissiper l'obscurité. Tout comme lui de considérer l'ambiance.

Il tendit la main sous son lit et en sortit une petite boîte à outils. Il l'ouvrit pour révéler un plateau supérieur d'outils informatiques, qui fut retiré pour révéler des préservatifs et quelques petites bouteilles. Il a sorti une bande de trois préservatifs et les a placés sur la table de chevet, puis il a regardé les bouteilles et en a soigneusement sélectionné une qu'il a placée à côté des préservatifs et a également sorti un tube quelconque. Je lui lançai un regard interrogateur.

"Plusieurs préservatifs, au cas où ça se casse, un peu de... huile chauffante, que je pense que tu aimeras et un peu de lubrifiant, juste au cas où euh, eh bien, tu sais."

J'ai souri gentiment et j'ai agi comme une idiote parce qu'il avait l'air si embarrassé. « Non, je ne sais pas, je suis vierge, tu te souviens ? Je savais que c'était un peu inconfortable pour lui alors j'ai pensé que quelques rires pourraient l'aider.

"C'est au cas où tu es euh, vraiment, euh, serré." Il était rouge vif, et c'était si mignon. Juste une raison de plus de l'aimer. Je me suis tenu près du lit et j'ai attendu. Je ne savais pas si je devais l'embrasser, ou quoi. Il m'adressa un doux sourire et me prit les deux mains. Il m'attira à lui et pour la première fois, je sentis ses lèvres sur les miennes.



Le baiser a duré plusieurs secondes, et j'ai vraiment apprécié, et j'ai osé ouvrir mes lèvres et étendre ma langue. J'ai senti la sienne et nous avons doucement joué un peu pendant que j'explorais sa bouche, puis il explorait la mienne. Ses bras m'entouraient et il me tenait par la taille pendant qu'il m'embrassait et c'était incroyable. J'avais mes mains autour de son cou, et je caressais ses cheveux alors que notre passion montait et il me souleva doucement dans ses bras et m'allongea sur le lit. Je levai les yeux vers lui et mon corps commença à réagir alors qu'il me regardait avec un sourire séduisant, puis il s'allongea à côté de moi et me prit à nouveau dans ses bras.

Pendant une dizaine de minutes, nous nous sommes embrassés, et même si je m'étais beaucoup embrassé, je n'avais jamais ressenti ça, ses lèvres étaient douces, douces et pendant qu'il ouvrait la voie, je ne me suis jamais senti forcé, j'avais l'impression qu'il me guidait avec tant de tendresse qu'il a vraiment fait fondre mon cœur.

Il ne m'a pas attrapé, il m'a touché doucement, et ses doigts ont légèrement tracé sur mes mamelons, et je savais que j'étais en train de mouiller. Il m'a embrassé profondément, puis s'est retiré alors que ses doigts me caressaient, puis il a levé la main et a tiré la sangle gauche de mon costume, puis il a changé de main et a accroché l'autre pour révéler mes seins à peine en bonnet C et J'entendis son souffle se bloquer dans sa gorge.

« Oh… tu es si… belle sœurette, si incroyablement parfaite ! et il a doucement pris mon mamelon gauche dans sa bouche et l'a sucé légèrement pendant que sa main caressait le droit et il a soigneusement tordu l'autre mamelon. J'ai eu un peu de spasme tellement c'était putain de bon ! Son souffle s'est à nouveau arrêté et je l'ai entendu marmonner "..soooo sensible... j'aime ça...." alors qu'il se tournait vers mon sein droit. Je passai mes doigts dans ses cheveux bruns indisciplinés, alors qu'il me montrait ce qu'était le plaisir et il tendit la main pour attraper la bouteille. Il a fait couler quelques gouttes sur mon mamelon droit et l'a fait tourbillonner avec sa langue, ça a piqué un peu au début mais ensuite je l'ai senti se réchauffer plus il y prêtait attention, et ça rendait ma chatte douloureuse encore plus humide !

Plus d'huile chauffante sur le côté gauche et j'étais inondé d'une agréable brume de chaleur et d'amour, et il a pris son temps, me savourant au fur et à mesure. L'huile a été appliquée généreusement et il m'a embrassé partout, et m'a fait rire en soufflant une framboise sur mon nombril, d'où il s'est arrêté pour m'embrasser à nouveau et s'excuser d'avoir été stupide. Je lui ai pardonné car je me sentais trop bien ! Il a ensuite tiré sur les bords de mon costume et je me suis soulevé pour l'enlever et pour la première fois, il m'a vu tout entier. Contrairement à certaines filles, je ne m'étais pas rasée, mais j'ai coupé mes cheveux presque noirs en une petite bande pour pouvoir porter plus facilement des bikinis. Il a souri et m'a lancé un regard interrogateur comme pour me dire que nous pouvions reculer si je le voulais, mais je ne l'ai pas fait, et il s'est déplacé vers le bas du lit et a commencé à m'embrasser sur tout le ventre, puis il a lentement travaillé son chemin vers ma chatte. J'avais entendu des histoires de gars qui ne le feraient pas et je n'étais pas surpris d'apprendre qu'il le ferait, je ne savais juste pas à quoi m'attendre. Il a soulevé mes jambes et les a écartées pour se donner plus de place, et il a attrapé la bouteille d'huile et en a juste versé une petite ligne menant au bord de mon clitoris.

Il a léché et embrassé un peu plus brutalement, mais au fur et à mesure que l'huile se réchauffait, j'ai eu de plus en plus chaud, et quand il est arrivé à mon clitoris, il l'a sucé aussi fort qu'il le pouvait et j'ai laissé échapper un petit cri comme jamais ressenti quelque chose comme ça! J'ai aussi senti que je laissais échapper un peu d'humidité qui me faisait du bien! Il ne s'est pas contenté de se concentrer sur mon clitoris, il l'a embrassé tout autour et l'a effleuré avec sa langue toutes les quelques secondes, mais ensuite il a doucement écarté mes lèvres et enfoncé sa langue en moi, léché et sucé ma chatte. J'avais entendu parler de mecs qui semblaient détester ça, mais pas Stuart, sa respiration et ses petits bruits d'excitation me disaient qu'il s'amusait peut-être autant que moi ! Il prenait doucement une lèvre entre ses lèvres et la léchait, puis la suçait dans sa bouche, et c'était bon, tellement bon. Je savais que j'avais de grosses lèvres, mais il était déterminé à en profiter, et ses mains ne s'arrêtaient jamais non plus, il caressait mon cul, mes cuisses, ou tendait la main pour caresser mes mamelons, et une fois qu'il a mis ses doigts à ma portée et je les ai pris et les ai sucés seulement pour l'entendre laisser échapper un gémissement fort et un "....oh yeaaahhh......"

Je commençais à me tordre alors que je devenais incroyablement chaud, et il a commencé à utiliser ses doigts avec sa langue, tapotant mon clitoris pendant qu'il léchait aussi profondément qu'il le pouvait et je savais que j'allais jouir comme je ne l'avais jamais fait, et il s'est un peu calmé et est revenu à ses touches plus légères jusqu'à ce que je me sois un peu refroidi, puis il a démarré et cette fois il m'a conduit jusqu'à ce que je tremble de façon incontrôlable, puis je suis venu avec un cri de pure joie ! J'ai senti ma chatte se détacher et j'ai pensé que j'avais pissé dessus, mais il grognait et léchait et il n'aurait pas crié '.....ooooh FUCK yeah....!" si j'avais fait pipi Il a sucé et léché jusqu'à ce que je ne puisse plus prendre une autre bouffée de plaisir et mes gémissements de plaisir se sont calmés, puis il s'est retiré.


"Oh, mon dieu, oh mon dieu, oh ...... bon c'était tellement incroyable!"

Je baissai les yeux pour le voir avec un sourire heureux. Il était aussi trempé.

"Donc." dit-il avec désinvolture, "Comment était-ce?"

"C'est... c'était plus que ce que j'avais imaginé... c'était si parfait, mais est-ce que je t'ai pissé dessus ?"

Il rit méchamment. "Non. Tu ne l'as pas fait. Cependant, tu es très, très, mouillé quand tu viens. Il se trouve que c'est quelque chose que j'apprécie vraiment."

« Tu faisais toutes sortes de bruits toi-même ?

Il s'est relevé pour que je puisse voir la tache humide sur le devant de sa combinaison. "Je m'amuse, que puis-je dire? Je ne suis pas venu, mais c'est déjà arrivé."

"Enlève-les. Je veux te voir. S'il te plaît."

Il rougit tout d'un coup. il venait de manger ma chatte à plusieurs orgasmes incroyables, et il rougissait de me montrer sa bite ? Il haussa les épaules et les enleva pour révéler son pénis très dressé. Je n'en avais jamais vu de près, mais ça n'avait pas l'air petit, ça avait l'air... capable... et je le voulais dans ma bouche. Je savais qu'il serait gentil avec la tête, il ne rirait pas si je bâillonnais ou si je ne pouvais pas tout supporter. Je l'attrapai et passai doucement mes doigts autour. C'était chaud, mais en dépit d'être dur comme de la pierre, je savais que ça me ferait du bien. J'ai tendu la main pour le prendre dans ma bouche et il m'a repoussé.

"C'est plus tard. Je sais que tu as apprécié la première partie, n'est-ce pas ?"

Je l'ai embrassé doucement pour lui montrer à quel point j'aimais ça.

"Alors penchez-vous en arrière et je serai si gentil avec vous, je veux vous montrer à quel point ça peut être bon..."

Je me suis allongé et il a déroulé le préservatif sur lui. Malgré le sérieux, le fait qu'il soit bleu vif provoqua un petit rire.

"Qu'est-ce qui ne va pas?" demanda-t-il, tout concerné.

"Je... ne m'attendais pas à ce que ce soit de cette couleur..."

"Oh. Je peux me changer si tu veux."

J'ai passé mes doigts sur sa joue, "Non, ça va parfaitement, ça m'a juste surpris... quoi que tu fasses, ça me va..."

"Très bien alors...."

Lui et moi avons recommencé à nous embrasser profondément et je pouvais le sentir, toucher ma cuisse, effleurer doucement ma chatte, tandis que nous étions joints aux lèvres. Nous nous sommes perdus dans la passion, puis j'ai senti la tête contre moi, et il a tiré sa tête en arrière.

"Je vais être très doux, mais ça risque de piquer un peu en pénétrant, tu es encore bien mouillé..."

Je l'ai senti le pousser aussi loin qu'il pouvait aller, puis il a rencontré mon hymen, il a poussé contre lui pendant une seconde ou deux, puis s'est retiré un peu. J'ai retenu mon souffle pendant qu'il poussait, et il m'a pénétré profondément alors qu'il faisait éclater ma cerise et j'ai laissé échapper un petit cri car ça piquait, mais c'était une bonne piqûre !

"Oh mon dieu, tu es à l'intérieur de moi... tu es si profondément en moi... oh ça fait du bien !"

Il y avait de l'inquiétude sur son visage. "Tu es sûr que tu vas bien ?"

« Uh-huh ! Ça fait du bien, maintenant baise-moi... baise-moi doucement, s'il te plaît ? »

Il a commencé à me caresser, sa bite s'enfonçant profondément en moi, et il tirait presque complètement, puis il replongeait doucement profondément. J'ai absorbé sa bite alors que lui et moi devenions un, nos corps se sont rejoints dans le plaisir dans une danse d'amour et de sensation, et nous avons continué à nous embrasser, ce que certains de mes amis avaient dit presque jamais arrivé. Je ne sais pas combien de temps nous avons passé à profiter de notre amour, nous passions quelques minutes dans la position du missionnaire, puis nous roulions sur le côté et il me tenait la jambe pendant qu'il pompait ma chatte aussi profondément comme il le pouvait, puis nous roulions à nouveau, et il m'a laissé explorer en prenant la tête alors que je montais sa bite sur le dessus et je l'ai pris sous tous les angles et l'ai pris aussi fort et vite que possible, et nous revenions dans le missionnaire avec ses bras enroulés autour de moi et ses lèvres collées aux miennes...

Il gémit pendant que je le faisais, et mes doux halètements de plaisir sont sortis entre les poussées, et nous nous sommes tous les deux de plus en plus échauffés à mesure que notre passion grandissait. Il a commencé à laisser échapper un gémissement continu alors que ses pompes devenaient plus frénétiques et je savais qu'il allait venir, et mon propre plaisir n'était qu'à quelques secondes aussi ! Il a tiré sur mes épaules avec ses mains alors qu'il commençait à me percuter, et il n'a reçu que trois de ces coups incroyablement durs avant que je ne vienne avec un autre cri ! Je me suis à nouveau tellement mouillé, mais il a continué et encore dix coups profonds avant de me tenir frénétiquement et de grogner fort ".......ooooooohhhhhhHHHHHH OUI OUI !!...." alors qu'il se figeait dans position! J'ai senti son sexe palpiter alors qu'il jouissait, et c'était si bon, mon propre orgasme, se mélangeant au sien alors que nous nous tenions l'un contre l'autre !

Il expira lentement et se détendit et posa soigneusement sa main là-bas pour tenir le préservatif alors qu'il se retirait de moi. Nous nous sommes souri alors qu'il s'installait sur le côté à côté de moi.

J'ai commencé à parler, mais il m'a fait taire avec ses doigts. Il prit mes mains dans les siennes et m'embrassa doucement et m'enveloppa à nouveau dans ses bras. Je fermai les yeux et appréciai sa chaleur si près de moi. Je pouvais sentir son cœur battre, qui battait toujours la chamade et je savais que le mien battait son homologue alors que nous descendions tous les deux des hauteurs de notre bonheur. Nous sommes restés silencieux pendant environ cinq minutes.

"Euh. Comment était-ce pour toi? Je suis presque sûr que tu es revenu, mais je veux m'assurer que tu l'as apprécié autant que moi." C'est ce genre de préoccupation et d'amour qui nous a amenés à cet endroit. Il s'en souciait vraiment, et cela rendait encore plus ce qui était déjà spécial.

"Oh ne t'inquiète pas, je pense que le, euh, jaillissement t'a prévenu. C'était tellement incroyable d'être baisé par toi, en fait non. Tu ne m'as pas baisé, tu m'as fait l'amour, c'est ce que je voulais pour mon première fois... tu es si gentil..."

"Mmmmm... Je ne comprends pas pourquoi tous les gars n'essaient pas comme ça. Tu es arrivé premier, ça a rendu le mien tellement meilleur. J'espère que je n'ai pas été trop bruyant."

J'ai rigolé. « Nous sommes tous les deux un peu bruyants. Un truc de famille, tu penses ?

Nous nous sommes tous les deux dissous dans une crise de rire à cela. Nous nous sommes installés alors que je m'allongeais dans ses bras et j'ai réalisé qu'il y avait plus à explorer.

"Eh bien, c'est 'plus tard' n'est-ce pas ? Je suis plutôt curieux d'essayer les autres trucs... comme ta bite. Dans ma bouche."

« Oh. Tu es sûr ? Tu n'es pas obligé.

"Stuart, tu es le gars le plus gentil, c'est pourquoi je voulais ça. Essayer dans une situation où si j'ai des problèmes ou que je ne peux pas le faire, ou quoi que ce soit, et je sais que tu ne riras pas ou n'essaieras pas de me forcer. Ce qui me rend plus déterminé à le faire et vous fait vous sentir vraiment bien aussi."

"Je me sens déjà bien !" dit-il avec un sourire narquois.

« Mais tu vas te sentir mieux ! Maintenant, enlève le caoutchouc et range un peu, et je serai prêt à apprendre.

Il partit pour la salle de bain et je restai là dans un bonheur satisfait. J'avais été dévoré jusqu'à un orgasme époustouflant, j'avais eu une baise qui m'avait fait hurler, et j'étais sur le point de sucer ma première bite. Pas mal pour un vendredi soir que j'avais considéré comme un buste !

Juste à ce moment-là, les lumières se sont rallumées lorsque je l'ai entendu laisser échapper un "Il était temps!" de la salle de bain. il a émergé quelques instants plus tard et sa bite avait l'air propre car le résidu de son orgasme avait disparu, mais assez tôt, il allait redevenir désordonné car il était dans ma bouche.

Il se rallongea à côté de moi. Je me suis baissé et l'ai pris dans mes doigts. Cela devenait lentement difficile et je lui ai demandé de me dire ce qui était bien et ce qui ne l'était pas. Je l'ai pris dans ma bouche et c'était un peu caoutchouteux. Je l'ai sucé et j'ai pu tout rentrer, mais ça devenait de plus en plus difficile à chaque seconde. J'ai reculé un peu et j'ai continué à le sucer, puis j'ai léché tout autour de la tête et il a laissé échapper un petit gémissement. "c'est bon !"

J'en ai léché le manche et tout autour de la base et je l'ai pris aussi profondément que possible. J'ai bâillonné un peu car il était complètement en érection, et je l'ai entendu me dire que tout allait bien et que j'allais bien. J'ai essayé à nouveau, et je l'ai poussé plus profondément cette fois, et je l'ai sucé aussi fort que possible, et sa voix m'a dit que j'allais bien ! J'ai essayé de faire rentrer et sortir la tête aussi vite que possible, et j'ai été récompensé par le fait qu'il l'ait enfoncé aussi profondément que possible dans ma bouche ! J'ai réussi à ne pas bâillonner, mais je l'ai repoussé et j'y suis retourné, mais juste un peu plus profondément que la tête et ses grognements de plaisir signifiaient que cela fonctionnait bien. J'allais et venais, me balançant de haut en bas, léchant la hampe, caressant ses testicules, avant de revenir le prendre le plus profondément possible. Il s'amusait et de petites giclées de sperme s'échappaient pendant que je suçais, et j'ai découvert que j'adorais son goût ! Salty était très bien dans ma bouche! Juste à ce moment-là, il a commencé à gémir et il m'a dit que je n'avais pas à avaler, mais j'ai continué à sucer alors qu'il explosait dans ma bouche ! C'était plus que ce que je pensais, et j'ai un peu bâillonné, mais j'ai tout gardé dans ma bouche et je l'ai sucé aussi sec que possible. Puis je levai les yeux vers lui et le laissai sortir de ma bouche avant de tout avaler avec un sourire. J'ai bâillonné un peu plus, mais ça allait. Je l'avais fait jouir avec ma bouche et il semblait vraiment apprécier ça.

"Euh.....c'était sacrément chaud..tu n'avais vraiment pas à avaler."

"Je sais, mais je le voulais, grande différence là-bas."

"Et merci de l'avoir fait," et sur ce, il m'a embrassé profondément ! Soi-disant, les mecs n'embrasseraient jamais une fille après qu'elle lui ait sucé, mais Stuart n'était pas un mec typique ! Ce n'était pas juste un baiser rapide non plus, nous nous sommes embrassés profondément et passionnément alors que nous nous sentions de retour sur le lit.

Nous nous sommes câlinés joyeusement pendant un moment, mais ensuite j'ai su que nous devions discuter de tout cela. Je savais ce qui pouvait et ne pouvait pas être et je savais aussi qu'il avait fait quelque chose pour moi, qu'il ne pouvait pas supporter, et que techniquement c'était tromper Holly.

"Stuart, c'était et c'est une belle chose. Je sais que ça ne pourra plus jamais se reproduire. Je sais que ça va être difficile pour N'IMPORTE QUEL mec d'être aussi gentil que toi, mais je vais devoir régler. être le plus doux souvenir que je connaisse et je vous remercie pour tout ce que vous avez fait. Cela signifie tellement pour moi, que vous ayez fait cela, vous m'avez montré à quel point vous m'aimez, et du fond de mon cœur, Je t'aime....."

"Hmmm ..... ouais, ça ne peut plus être, et il y a le fait qu'il trompe toujours Holly. Je dois faire avec ça, mais c'est mon problème, pas le vôtre. Vous savez cependant que je vais faire n'importe quoi pour vous, et je suppose que je le ferai toujours. C'était la plus agréable de toutes les faveurs que j'aie jamais rendues pour vous, cependant. dit-il avec un sourire.

« Toi, tu n'as RIEN à craindre au lit. Pour la première fois, c'était une pipe impressionnante. Tout le reste était incroyable aussi.

Je rougis. "Tu étais plutôt bon aussi, tu sais."

Il m'a encore embrassé. "Tu sais ce que je pense faire une différence dans le sexe et faire l'amour ?"

« Non, qu'est-ce qui fait la différence ? »

"Aimer votre partenaire. Vraiment les aimer. J'aime beaucoup Holly, et ça a été incroyable à chaque fois. Je t'aime, bien que d'une manière différente, et ça a rendu ça sacrément spécial. Gardez cela à l'esprit avant de vous mettre au lit avec un mec, tu veux ?"

Je lui ai promis que je le ferais, et nous nous sommes embrassés un peu plus, mais nous nous sommes séparés à contrecœur. Notre nuit était finie, mais des souvenirs heureux resteraient pour toujours.

Articles similaires

Avenue inférieure de Greenville

Kim 28 est une femme séduisante de 5 pieds 7 pouces de haut avec de longs cheveux blonds et un beau sourire. Si ce n'était pas contraire aux règles, elle aurait porté des bouchons d'oreille toute la nuit. En l'état, elle ne pouvait s'en tirer que lorsque Jerry était Kim s'inquiétait parfois pour son ouïe, alors que la musique battante se déversait des haut-parleurs tout autour de la discothèque. Pourtant, c'était un excellent travail, avec de bons conseils, et elle en avait besoin si elle retournait à l'université à l'automne. Elle n'était là que depuis quelques semaines, mais était déjà habile...

911 Des vues

Likes 0

Retraite en couple

Jon était votre homme de tous les jours, marié à sa femme Grace depuis six ans, deux enfants, a vécu dans la même ville toute sa vie. Il aimait sa femme et ferait n'importe quoi pour elle; et il avait une belle vie sexuelle aussi. Ils étaient ensemble depuis le lycée et l'étincelle était toujours là. Ils ont fait des choses folles ensemble et il était ouvert d'esprit à tout ce que Grace voulait essayer. Alors, quand elle est venue le voir une semaine avant leur septième anniversaire et lui a dit qu'elle avait réservé un voyage pour eux sur une...

3.3K Des vues

Likes 0

La rose épineuse Ch.04

Scarlett pinça ses lèvres pleines alors qu'il se penchait vers le bureau bas à côté de son lit, prenant la plume qui attendait là, la trempant dans de l'encre noire et tapotant l'excédent avant de prendre une note sur le papier qui attendait à côté de lui, prononçant les mots à haute voix d'une voix douce comme il l'a fait. L'Orcess, bien que dominant dans sa nature, j'ai trouvé, peut être maîtrisé avec le bon effet de levier. Alors qu'ils s'efforcent d'apparaître comme responsables et puissants, une déclaration certainement renforcée par leur force évidente et leurs prouesses physiques, ils, comme la...

926 Des vues

Likes 0

Entraîneur Kristen

Ma nièce joue au softball dans une petite ligue parrainée par la ville dans laquelle nous vivons. Son entraîneur, Kristen (nom d'emprunt), est vraiment la seule chose amusante dans les jeux. Kristen est sur le côté épais. Elle a une sorte de visage trapu sur lequel elle se maquille et des lèvres boudeuses qui sont de la même couleur rouge foncé que ses longs cheveux bouclés. Elle n'est pas ce que j'appellerais une beauté classique, mais elle est définitivement faisable. Et si je devais deviner, je dirais qu'elle était probablement entre le début et le milieu de la trentaine. Kristen dégage...

2.9K Des vues

Likes 0

Ma soeur et moi à Noël - partie 2

Ma soeur et moi à Noël - partie 2 La sonnette retentit dans toute la maison, frottant le sommeil irrépressible de mes yeux fatigués. Je soulevai la tête de charlotte de ma poitrine et la posai sur un oreiller. Je tournai la clé et tirai la porte. Je pose mon doigt sur mes lèvres, charlotte dort, tu crois qu'il est tôt? J'ai dit. « Uhhh, pas si tôt », a déclaré Leo, en tenant son hublot devant mon visage. Viens en haut dis-je. Nous sommes allés dans ma chambre et j'ai commencé la douche. « Que s'est-il passé à la fête ? Demanda...

2.9K Des vues

Likes 0

Ma cousine_(1)

Cela faisait un moment que je n'avais pas vu mon oncle et sa famille. Aux derniers souvenirs, ils avaient 5 enfants. 3 garçons 2 filles. Deux des garçons étaient plus âgés que moi et les autres avaient quelques années de moins. J'étais connu pour être le méchant de toute la famille. Ma mère avait dit que j'allais devoir rester chez son frère pour l'été. En espérant que je resterais loin de la vie de la ville. J'étais d'accord avec ça, j'ai besoin d'une pause de la fête vue. Ma mère m'a déposé. Voici. J'espère que vous en tirerez quelque chose, je...

3.9K Des vues

Likes 3

Ma douce Sue de '82

Titre : Ma douce Sue en 82 En 1982, j'ai vécu avec une femme plus jeune nommée Karen et je la baisais ainsi que des rendez-vous occasionnels avec sa meilleure amie Carla. Elle avait plusieurs années de plus que Karen et les deux femmes savaient ce qui se passait mais n'y voyaient pas de problème. Je savais aussi que Karen disparaissait de temps en temps pendant un jour ou deux en utilisant l'excuse d'aller skier au lac Tahoe alors qu'elle était en fait ailleurs. Je savais quand il y avait de la neige là-haut et quand il n'y en avait pas. Elle...

2.4K Des vues

Likes 0

Trois fois partie 2 (Aussi par Julius bien sûr & Copyright avril 2008 également) Ils s'assirent et mangèrent leur déjeuner. Les yeux de Paul partaient rarement ses seins et Marsha les a délibérément montrés pour lui. Elle s'assit avec eux, se reposant sur la table avec leurs mamelons très en vue. Quand elle est allée les chercher plus de café, elle a été récompensée par une vue de sa bite, complètement dressé et saillant de son aine. Il était prêt à nouveau et Marsha s'est émerveillée de la résilience de jeunesse. Alors qu'elle versait son café, elle a dit: Je pense...

963 Des vues

Likes 0

Ma patronne

Salut, je m'appelle Gina, j'ai 26 ans, j'ai des cheveux noirs, j'ai des seins en bonnet B et je mesure 5'4. Parfois, vous ressentez une certaine façon à l’égard de vos supérieurs. Habituellement, on les aime ou on les déteste, mais ma patronne était quelque chose de spécial, je pense. Elle était gentille, mais pas trop gentille. Elle mesure 5'9 avec les cheveux et les yeux bruns. Elle avait aussi un très beau corps, avec de jolis seins en bonnet C, donc elle est très sexy pour avoir 37 ans. Je l'ai pour patron depuis environ 3 ans, et je me...

582 Des vues

Likes 0

Paul l'Ancien

Par Gail Holmes Paul était l’aîné de la famille, il avait un frère et une sœur cadette, même s’il n’avait jamais perdu sa virginité à l’approche de vingt-cinq ans. David, tu ne pourrais pas rencontrer un gars plus excité ; il lui suffisait de regarder une fille et elle devenait mouillée à cette pensée. Mais Kerrie était désormais une fille qui savait plaire. Le problème de Paul était qu'il était timide, d'accord, il achetait tous les magazines pour filles, et il apportait même des films pour jouer, le problème était qu'il était nerveux à chaque fois qu'il les regardait au cas où...

546 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.